terminal-media.fr
icon icon facebook icon icon icon icon
cross

 
rss
 
Picto L'OPERA Picto
Picto



Les brèles
du Graal

ACTE I

ACCORDS PERDUS

CHRISTINE

De Chanel, elle était l’ambassadrice
J’aurai voulu l’avoir comme institutrice

Cette magnifique femme d’un âge grandissant
Une vraie beauté fatale, ce n’est pas à dix-huit ans

Alors que je lui disais bonjour
Elle m’a adressé en retour

Un sourire que j’ose imaginer sans détour
S’il avait été évoqué, une question d’amour

Perdu dans les méandres de mes phantasmes
C’est à elle que je pense, celle à qui je dois la place

Vapeurs étourdissantes des parfums capiteux
Avec ce physique fantastique, ce ne peut être que mieux

De la voir se mouvoir doucement
Son visage et son buste majestueusement

Ondulant sur le fil, au gré du temps
Soupirant parfois dans un râle enivrant

Pourtant je ne connais rien d’elle
C’est peut être ça qui me plait chez elle

De ne savoir, si elle est garce ou bien sentiment
Cette infinie beauté aux yeux charmants

Une brune divinement magnifique
Dans mon cerveau fragile extatique

Je voudrai la revoir dans d’autres circonstances
Que l’on puisse sourire de nos connivences

Et faire baigner un amour sans retenu
Comme si pour toujours nous nous étions connus

Un petit brillant autour du cou
je me serais bien mis à genoux

Pour lui dévoiler mon amour
Tant de tendresse, pour lui faire la cour

Dans un espoir d’amélioration de mon cœur
Et ainsi, effleurer le bonheur




TUPOLEV TRANCE

Ils dansaient la polka
A grande lampée de Wibroska

Pour les deux frères du contingent de Varsovie
Les généraux en place après le parti

Les copains de Walesa au sens politique
Avec un gouvernement dans un aller unique

Tombé en flèche pour avoir acheté des avions
De leur cousine l’Amérique sous les néons

En trahissant l’union d'euro mix
Ils se risquaient à la descente fortuite

Foudroyez en plein vol par un bug logique
Elle est toujours vivante la gauche catholique

La sœur de ces deux frères non civils
Où de Zamość devait partir les missiles

Je ne pleurerais pas les âmes des frangins militaires
Je n'irais pas me recueillir meurtrie et solidaire

Lorsque par provocation
Est tombé tout en bas, l’avion




MOISSONNEUSE-BATTEUSE

Quand en 1938, le belligérant de la farce
A voulu transformer ce continent de la face

Des lobbys idéaux et des moins comiques
Car il n’a plus confiance dans les capitaux venus d’atlantique

Alors qu’il sait que dans le moteur se trouve la solution
Des machines à récolter, des outils à foison

Et en voulant faire la guerre, il voyait droit devant
Dans une paix plus proche que celle des opposants

La belle Amérique déjà voyait en lui
Le pire des méchants, le fixe ennemi

Marcel y était pourtant fort à l’aise dans ce rôle de bouffon
Qui se plaisait à distraire les gens pour de bon

Dans l’opposition de Roosevelt qui prenait des coups
Il y avait en France, un parti qui inventait la roue

Alors que chez eux police et armée chantait en même temps
Les louanges du kkk pour un blanc plus blanc

C’est dans la Nouvelle-Orléans et pas à Royan
Qu’ils se sont fait pendre, trouvez-vous ça charmant ?




AF-RIO-PARIS

Le grand avion blanc
A pris son envol, avec élan

Il parcourt la nuit noire
On le voit sur le radar

Tous les gens à son bord
Sont las et ils s'endorment

L'équipage est calme
Il rentre du Brésil à Paname

Pilotage automatique
La trajectoire unique

Soudain plus personne
Pour parler dans le microphone

Pour un silence de sourds
assourdissants, comme toujours

Débris ici et là
Les corps sont déjà, tout en bas

Géolocalisation
Les sous-marins en action

L'on a rapporté les cadavres
Ce n'est pas très beau à voir

Rapport d'Etat, on le promet
C'est l'équipage à qui on le devait

Rio-Paris, ce n'est pas adéquat
Pour pourrir les relations d'anaconda

Bien au contraire, ça nous a renforcé
A vous enfoncez dans le, Rio Grande

Maintenant où que vous vous trouviez
Pensez donc, à votre sécurité

En Malaisie, en Ukraine, ils disparaissent en plein vol
Une raison de plus de vous toastez sur le sol

REFRAIN
As-tu vraiment pensés aux conséquences
Avant d'appuyer sur le bouton de ta conscience
As-tu vraiment réfléchit aux circonstances
Avant l'invasion des armées de la constance




DOME DE FER

Les commandants ont décidés
Qu'il fallait maintenant kidnapper
Des petits enfants innocents
Pour aller faire peur aux grands

Plus racistes que les intégristes
On suppose même qu'ils sont fascistes
Ils sont élus comme des poussins
Que seules leurs mères poussent au destin

Les fondements de leur religion
Quand, elle s'applique à une révélation
Pour les intégristes à frisette
Plus de loi, juste la machette

Pour couper court à tout ce qui passe
Espérer voir la mer rouge qui dépasse
On devait donc trouver le casse-tête
Des territoires de 47

Les rosbifs sont là pour le dénouement
Toujours présent, incompétent
Ils coupent, donc à la truelle
Les frontières, et les ruelles

La cause réelle du partage du pays
Pour nourrir un peu plus les appétits
Le crime extrême de trois marmots
Qui sont parties, sans dire un mot

On les retrouvera pas loin d'ici
A West Spring ou dans les collines de Copper City




DRESDE ET LE HAVRE

Quand Adolf envoi Rudolph, pour négocier la paix
Rudolph fut capturé, c'est prouvé, c'est un fait

Il y passa sa vie, sans un son, sans un bruit
Sans Joseph le géorgien pour l'évoquer aussi

REFRAIN
Maintenant, c'est donc fini mais vous n'avez pas tout dit

Les blockhaus d'antan
Sont devenu bunker, maintenant

Mur de la manche et mur de l'atlantique
Le pain, c'est avant tout, un besoin physiologique

REFRAIN
Maintenant, c'est donc fini mais vous n'avez pas tout dit

Barbe rousse plus tard, il faut du combustible
Et Joseph le rouge n'est pas le dernier des imbéciles

Des milliards de cadavres pour les statistiques
Et janvier 43, donc, ils préparent la suite

Anglais, Américains, bombardent les villes, sans vergogne
Dresde, Le Havre, Hambourg, Berlin et l'ont oubli la Sorbonne

REFRAIN
Maintenant, c'est donc fini mais vous n'avez pas tout dit

A Yalta dans une datcha, dans une situation à trois
Pour Winston et Franklin, c'est la Bérézina

Sur le continent reconstruit, 70 ans plus tard
C'est décidé cette fois, pour vous, c'est un traquenard

REFRAIN
Maintenant, c'est donc fini mais vous n'avez pas tout dit

Perfide Albion garde un pied chez les bouffons
Un autre sur notre sol, ils nous prennent pour des cons

Alors gardez-là, donc, votre monnaie royale
Et restez donc, sur votre rocher féodal

REFRAIN
Maintenant, c'est donc fini mais vous n'avez pas tout dit

Avant de vouloir crâner, il faut savoir se distinguer
Vieux peuple prétentieux, si vous voulez briller

Commencer par vos gueux, sans les faire beugler
Ça vous fera changer, un peu et vous pouvez commencer




HOPITAL CONCENTRIQUE

Couloir blanc, chambre d'isolement
Plan géométrique, évidement

11 à 18, c'est la gériatrie
Celles où l'on reste, coincé dans son lit

La 22 un cas dangereux, il est là, depuis cinq ans
Toujours dans son mutisme, omniprésent

Ils déambulent tous ennuyés
Comme si, rien ne pouvait plus les étonner

Un autre écoute une radio
C'est pour lui, son seul écho

Distorsion et confusion verbale
Attitude de confusion mentale

Sont la loi des cachetons ingérés
Si vous en doutez, vous pouvez essayer
Si ça vous amuse, les discours déstructurés

D'heures en horaire, on est réglé
8h30, petit déjeuné

Sans oublier forcément,
Les médicaments

La maison ne prend pas de vacances
Elle est ouverte toute l'année, quelle chance

Personnel et protocole pour chaque patient
Salles de télévision en fonctions, à chaque instants

Séquence d'alarme, ambiance infernale
Chambre 24, il a balancé tout son déjeuner

Mais, il est finalement maîtrisé
Par les messieurs, musclés, de l'unité




LES TRAVAILLLEURS

REFRAIN
La main d'œuvre, c'est le bonheur, alors pour une bonne fois, dis leurs

Première génération de travailleurs
Travail à la chaîne, pas d'opérateur

En 36, on négocie les conditions
On les obtiendra, nos négociations

Droit de la semaine de 40 heures
Merci Léon, pour ta grandeur

Congés payés et obligations
Pour le futur de la nation

REFRAIN
La main d'œuvre, c'est le bonheur, alors pour une bonne fois, dis leurs

Après-guerre, ils sont las et peu travailleur
Ils s'attendent à de biens meilleurs valeurs

Pour les industriels et les patrons papa
Pour eux, ils leurs faut toujours des bras

Pour laminer les carrosseries, à chaud, à froid
C'est un casse-tête quand, il n'y a pas de choix

Et pour Charly le coup de la vitrine
Pays de cocagne, joie et bonheur avec en plus, une jolie piscine

REFRAIN
La main d'œuvre, c'est le bonheur, alors pour une bonne fois, dis leurs

S'enfuir ou partir, sont les conditions, d'un espoir meilleur
D'échapper à la tradition, ou à la terreur

Pour faire la sélection, les candidats sont légions
Et les valises, toujours fabriqués en carton

Rêvant d'Eldorado sous le soleil de Paris
Mais c'est plutôt le ghetto dans les bidonvilles d'Evry

Travail à la chaîne, pour une main d'œuvre docile
Qui craint le petit chef de gestion, hostile

REFRAIN
La main d'œuvre, c'est le bonheur, alors pour une bonne fois, dis leurs

Entassés les uns sur les autres, dans de vrais taudis
Parqués comme des lapins, dans des lieux-dits

Les cités construites, à la va vite
Sans se plaindre ou presque, de façon fortuite

Voilà ce qu'est la France des années soixante-dix
Une vaste ignominie, des nantis et du fric

Pour le regroupement familial, je remercie Valéry
Qui sans s'en rendre compte a jeté Mamie dans les orties

REFRAIN
La main d'œuvre, c'est le bonheur, alors pour une bonne fois, dis leurs




RESEAUX CHIC ET CHOC

Pour la denrée qui devient rare
Qui deviendra de l'or en barre

Vous pouvez toujours vous gavez
Mais, vous serez toujours prisonnier

Des scrupules, au nom de la nation
Vous jurerez certainement que non

Il faut que ça rapporte et vite
Et avec le pactole, on prend la fuite

Que la finance soit une valeur
Que l'on garde comme le bonheur

Mais ce bonheur est illusoire
Que l'on déguste comme une bonne poire

Quand les réseaux neuronales
Se veulent puissant, verticals

Quand l'information sous-jacente
Se veut pressante et puissante

Quand les fenêtres se veulent miroir
Des secrets larvés du pouvoir

Plus d'espoir pour la détresse
Quand la baleine fait sa Une dans la presse

A coup de milliard de dollars
Dans les côtes du dernier cauchemar

Personne pour relever le défi
Des réseaux rapides dans le conflit

REFRAIN
Ils se moquent des gens aux placards
Mais tant mieux car il est déjà moins le quart




UE/USA/CEI

Replaçant avec douceur, le contexte géopolitique
Et les points sur les i, dans un cadre ironique

Retrouvant les mots perdus de la situation en vigueur
Tu nous as tous réchauffés le cœur

Il a donc mis d'accord, tous les gens de l'Union
C'est bien et maintenant, tout le monde t'attend

Qui peut se demander encore, à qui profite le Boeing en Ukraine
C'est Mickey charmeur et frondeur qui nous joue Carmen

Il faut encore trouver la représentante de la clique d'en face
Hillary la malade, la cocue de la farce

L'une pour le monde, l'autre pour l'administration
Une nouille et un salaud pour la constitution

Bouquin à Las Vegas pour Hillary l'écrivaine
Qui, pour la version officielle, veut que l'on se démène

Nos poudres sont là pour la remettre sur pied
Elle est pourtant encore chancelante et diminuée

Qu'on lui donne la constitution jusqu'à ce qu'elle en crève
Dans un concert de jurons, pour faire sonner la trêve

Va-t-elle se tuer à la tâche, en vraie américaine
A moins qu'elle ne jure que sur John, qui lui, reste dans la plaine

REFRAIN
La vingt-huitième étoile dans le respect des traditions
Tous les gens de l'union lui font une ovation

Hillary ou John vous devriez faire attention
Car on n’a pas encore parlé de la Chine

Et je sais qu'elle a des ambitions
D’ailleurs, elle vient de me faire un signe





CHARLY GOAL

REFRAIN
Sclérosés, étouffés, diminués
C'est dans cette France-là, qu'ils se sont révoltés

Jouant les hommes providentiels
Pour le pouvoir, et garder l'essentiel

Dans son cri, le leitmotiv de la chienlit
Pour aider les immobiles pourris

Stigmatisant, une jeunesse rebelle
En soulignant, des mœurs de femelle

Pour choquer, la foule en liesse
Rien de mieux, qu'une paire de fesse

Premier round, c'est à Nanterre
Que l'on a plus envie, de se taire

Les piquets deviennent entreprises
La grève est une belle surprise

La lutte ouvrière n'a pas suivi
Trop de révolte tue l'industrie

Un long débat à Boulogne-Billancourt
La révolution là-bas, on n'est jamais pour

Rendez-vous à Saint-Germain
Pour mordre le commun du destin

Etudiant ramassant des pavés
Et les platanes déracinés

Baden Baden en option
Pour le chef de guerre de l'opinion

C'est Massu, réagissant, qui lui botte le cul
Le courage visiblement, ce n'est pas sa vertu

Pas de victimes pour le préfet
On lui doit ça, au moins pour l'effet

Désignant comme nuisible Dany le rouge
C'est à la frontière allemande qu'il se retrouve



AMBASSADOR HILL

Partout où vous serez et ça je peux vous l'assurez
Aucune chance d'y échapper, échec et mat sans hésiter

Pas d'espoir, même pas de doute à avoir
Quand le hamburger se transforme en curare

J'ai en main votre futur destin
C'est la dernière valise et la fin

Ramassez fringues et chagrin
Et remercier-le espèce de crétins

Secrétaire ou garde du corps dans le couloir de la mort
Dans ces contrées irrespirables, où l'on y perd tous les membres de son corps

Vous avez raison de retourner au Kentucky
Là-bas, la mort vous attend peut-être dans votre lit

Je n'ai pas de sang sur les mains
Mais, je peux analyser vos intestins

Pour connaître la raison de ce chemin
De ce cul de sac, qui sera votre fin

Peu de chance que par l'ozone
Le masque à gaz ne résonne

Comme l'ultime, solution radicale
Qui ne te gardes en vie, au final

Pour des raisons transcendantales
Même la douche est redoutable

L'eau n'en parlons, même pas
la mort vous prendra dans ses bras

Plus question de palabres dans le bureau ovale
Avec les homologues de ces maisons bancales

Là, où la mort est une réalité bien trouvée
Entre nous avouez-le, vous l'avez bien cherché

De ces maisons qui pourrissent aux quatre vents
Jurez-nous, surtout, qu'il y a encore du monde dedans

Que l'on vous imagine afféré comme personne
Quant à la maison blanche plus rien ne résonne

REFRAIN
Quand dans la vie des châteaux tout part à vau l'eau
L'unique recours repose sur le retour
Comme le dernier des comptes à rebours




LE PLOMBIER

On m’appelle le plombier du premier
Jamais fatigué, mon boulot, c’est vos tuyaux, vos éviers, vos toilettes, vos lavabos

J’ai dans ma trousse tous les bons outils, de la pince, du chalumeau aussi
A minuit et avant huit heures, je trace ma route, toujours la bonne heure

Disponible soixante minutes par heure
toute destination, je ris de bon cœur

De Paris à Taverny, direction aussi Clichy



LE CORTEX

Celle qui s'échappe en, parlant,
Comme toutes les autres, régnant,
Dans les corps et les âmes, saignants,
S'en affranchir si, difficilement,
Il n'y a encore pas si, longtemps,
Dès lors qu'elle vous attrape, vraiment,
Ne vous lâche plus du sol, sciemment,
Une tête dans les étoiles, constamment,
Ne fait pas raisonner, sainement,
Alors direct entres les nébuleuses, évidement,
Pour être perché très haut, à cent pour cent,
Discours exacerbé, franchement,
Je vous ai vu apeurer, touchant,
De sentir tant de force, m'appartenant,
A mon gré, à mon flair, déterminant,
Ce que je dois faire avec vous, fuyant,
Quand la réponse est pauvre et le verbe, trébuchant,
Si toutefois vous croyez que je ne suis pas comme vous, consistant,
Soyez sûr que surtout, je resterai, cohérent,
Ces images résonnent de milles crécelles, sidérant,
Voilà que cela me fait rire, assurément,
Comme un énorme délire, portant,
Sur un scénario débile mais, marrant,
Comme la réputation d'un chien, mordant,
Dans une carcasse de chèvre, sentant,
Le bouc et la genièvre, soûlant,
Ce canidé a c'est certain, devant,
De belles années à plaisanter, sûrement,
Sur ses aventures, poilant




LES WISIGOTHS

Elle était Berta pour ceux qui marchent aux pas
Celle dont le bruit sourd sonne le glas

Le Wisigoth païen qui a vu arriver les Huns
Le barbare de l'histoire pensant qu'il descend d'Odin

Ce grand lyrique fougueux comme Wagner
Se réinventant tous les cinquantenaires

Demandez donc à Helmut, si nous sommes encore "kaput"
Si vos crimes ont étés oubliés autour d'un casse-croûte

Tu sais bien Gerhart que je suis ton fusil
Et que désormais, nous sommes maintenant amis

Sur les marchés, dis aux Yankees
Que la liberté se paye chère autour de la Rhénanie

Je comprends cette revanche, obligé
Quand la Ruhr fut démantelé

Deux parties bicéphales, à l'Est, à l'Ouest
Réunification cérébrale, en forme de test

Mais où donc vouloir aller, dans une langue d'estropiée
Même avec des voitures, archi blindées

D'ailleurs mon conseillé est technique
Alors que j'agis plutôt, de façon diplomatique

Problème démographique, à vouloir trop se protéger
On finit dans une société de gériatrie, façonnée

Angela ne fait pas cette tête-là
Tu as bien fait ton choix

De donner une volonté politique
Pour annihiler cette fois, la problématique

De la démographie dans le pays germanique
Car au lieu de te concentrer, sur la logistique

Tu sauves ainsi, le coche des statistiques
Ainsi, tout deviens logique




LE PROVISEUR

Alors que je n’étais plus à un coup bas
Procès d’intention sur l’écran encore là
Coincé par Gossip cet engin de torpeur
Dézingué par la valse des ricaneurs
Il fallait sans doute pour eux expliquer
Encore une fois ce que je devais penser
Portrait dans le prétoire du proviseur
J’entendais dans le public des hauts le cœur
Sur les détails de ma vie, déballer au grand jour
Je savais que c’était un autre et que celui-là était sourd
Le professeur qui baille qui soupir ses questions
En vertu de quoi cette sélection
De huit pauvres bougres qui s’émeuve des détails
Eux dans leur box, je ne vois que la taille
Témoignage en cascade, des vivants de passage
Décrivant une allure glaçante, un cœur de rocaille
Le témoin de mon indifférence m’en veut encore
Et à chaque tournure de phrase, voilà qu’il mord
Le chiwawa hargneux de cette histoire
Ce rongeur d’os et de baballe
Se rappelant à ma mémoire comme la mouche
Qui va voletant avec un regard louche
Les robes noires, maintenant, entrent en scène
Pour souligner l’intégrité qui est mienne
Maintenant je suis le chevalier blanc
Je peux leur montrer mes cheveux blancs



UNE DECHARGE

On y trouvait n’importe quoi
Du skaï, du zing et du formica
Tout est moins chers sur ce truc là
Disait ma voisine, cette bonne femme là
Que ce soit la raclure ou bien les rats
Tout le monde allait sur ce site là
Déchets en nombre immondices ça et là
On dirait que la troisième guerre mondiale est là
Chaises en rotin, cafetière cassée
Sont les derniers objets à classer
Au cimetière désorganisé
Allez poursuivre les encombrants
De la pourriture que l’on trouve dedans
Moisissure vieux médicaments
Magazine pourrissant au grès du vent
Une odeur pestilentielle règne en maitre maintenant




ZOOVILLE

Dans une petite ville près de l’eau
Un trou, un monde de caniveau
Là ou traine les faiseurs de potins
Madame michu la voisine d’en face
Avec raymond le roi de la farce
Qui fait quoi mais avec qui
Dans ces draps c’est charmant c’est exquis
On suppose qu’ils viennent voir l’embaumé
Le plombier ou bien le charcutier
Pour entendre les détails du dernier courrier
Je me moque de tous ces cinoques
Qui défilent tous sous mes fenêtres
Je les laisse à leurs petites affaires
Tous afférés à leurs petites valeurs




DE LA BOUE ET DE L'EAU

Coulait de la montagne dans un pays de cocagne
De la boue et de l’eau
Courrait dans le ruisseau, suivait son cours au fil de l’eau
De la boue et de l’eau
Opaque et marron, vidé dans le siphon
De la boue et de l’eau
Suscitait de la curiosité, avait besoin de se faire vidé
De la boue et de l’eau
N’avait plus d’autres choix, que de descendre par-là
De la boue et de l’eau
Devait s’expliquer sur le côté d’où elle venait
De la boue et de l’eau
Se liquéfiait sur le parquet, dans les interstices, coulait
De la boue et de l’eau
Se répandait doucement, dans les douves du château
De la boue et de l’eau
Etait réunis dans la marre des canards
De la boue et de l’eau
Survivra-t-elle au soleil quand il assèche avec merveille
De la boue et de l’eau
Se reflétait dans le sillon, tachait les bas d’Edith Nylon
De la boue et de l’eau
Au fil de l’onde vivait, dans la station près de la forêt
De la boue et de l’eau
Recouvrait tout, même les journaux, quotidien et aussi hebdo
De la boue et de l’eau
Submergeais tous les micros, dans les studios, sur les plateaux
De la boue et de l’eau
Bouchait les pistolets, rendait obsolète les boulets
De la boue et de l’eau
S’est répandu sur les pierres noires, sur les rochers près de la cave
De la boue et de l’eau
Bouchait les artères des immigrés, rendait docile la nationalitée



LE TEMPS MEDIATIQUE

Politique ou esthétique
Régnait en maitre et recyclés faisait le lien dans la cité
Le temps médiatique
Critique ou bien plutôt complaisant a la Une du tout-venant
Que ce soit pour faire plaisir aux gens, ils se voulaient distrayant
Le temps médiatique
Dans les campagnes, chez les marchands
De voiture ou de détergent
Le temps médiatique
Dans le regard des condamnés au cerveau lobotomisé
Dans leurs yeux la jeunesse plein d’amertume et de tristesse
D’être assis devant le petit écran, qui n’est plus celui de leurs vingt ans
Le temps médiatique
Temps des communicants pour mieux sourire et divertir, me fais chier royalement
Le temps médiatiques
Mais encore combien de temps, avant la fin des publicités drolatiques
Qui sans discernement font payer les gens de forme cubique et sans rendement
Le temps médiatique
Fait briller la culture de tous les mécréants pour détourner les psaumes des pauvres gens
Le temps médiatique
Qui parle de façon comique pour expliquer les choses sérieusement



LA FILLE DE L'HOROSCOPE

Dans ce pays où sont les interdits
Dites merci à la mère Denis
Sans un battement sans une pulsion
Mais moins rapide qu’un avion
Ils sont chez vous, ou ailleurs
Mais sous certaines conditions
Sur les pochettes surprises, on ne peut pas les montrer
Pour les hommes, c’est plus simple, on ne peut pas les planquer
Pour Valery, il dors sur son bonus aujourd’hui
Pour Jacques, il avait fait l’impasse
Pour Nicolas le pilote, pour les chiffres tenu, il n’a pas
Au niveau des niches fiscales
C’est moins bancales
Car avec un peu moins d’impôts
Pour payer le nettoyage du frigo
Il faudra des migrants rassurants
Je veux éteindre les polémiques de l’eau sauvage
Et de mes mensonges qui amènent à la rage
Pour célébrer la communion d’un peuple
Et la communication automatique



ETAT ISLAMIQUE

Dans le grand livre des records, que ce soit pour des combats au corps à corps
Si tu te sens attaquer, il n’aurait pas fallu dégainer
Tu soignes tes gens avec des discours rassurant, as-tu pensé à l’équipement dans ces pays du levant
Les alizés et le soleil brulant auront tôt fait d’y faire un traitement
La conséquence, c’est que ça déraille et tue les hommes, les fétus de paille
Retrouvons-nous demain pour la finale, le onze septembre, contre la lutte du problème nasal, épidermique, et cérébral
Car je sens qu’il y a encore des soleils noirs et des nuages sur le nord de la Californie
C’est nous les premiers au levant qui agiront, sans embarras, sans tracas
Votre opinion sera favorable à vingt-deux pour cent, considérable
Je regrette que les grandes puissances n’aient pas agi, plus rapidement
Et qu’ils prennent des décisions, dans les temps
Et si donc les troupes au sol, interviennent avec la camisole
Ça sera un demi au bar du coin avec les amis
Cette suppression passe mal, il faut pourtant qu’elle soit procédurale
Au téléphone comme des grands, comment, nous verrons ça, dans un instant
Pas de troupes au sol, ni aucune collaboration dans les vols
Comment et surtout sous quelles formes, les français participeront, c’est une question de décision
Est-ce que l’on peut le dire maintenant et vous roulez dans la farine sciemment
Nous sommes maintenant en retard permanent, le soleil bouge au levant
Car l’armée islamique possède aussi beaucoup d’argent et l’activité économique serait pilonnée très fortement
C’est comme ça que ça se passe au levant



CHANGEMENT DE POUVOIR

PAULETTE

Je ne suis peut être qu’un faquin, paulette
Un pauvre manant, pas si malsain
Mais mon amour n’est pas rétractile, paulette
Depuis toujours, il bat en vain
Pourtant, dans la lueur de mon écran, paulette
Je te contemple pendant des heures
Mais, ce qu’il y a d’embêtant, paulette
Ce qu’il y a de bête et de fâchant
C’est que tu sois absentes, paulette
De mes vacances dans le Gévaudan


AQUARIUS

Financé par une organisation non-gouvernementale, naviguant sans cesse dans les mers territoriales

Espérez ne pas finir dans l’eau glacé, sinon, vous serez coincés

De client assassin ou économique, êtes-vous en bonne condition physique

Du Niger à la Gambie, en passant aussi, par l’Ethiopie, intrépides nageurs, avec d’imposants gilets de couleurs, grimpent sur le cargo pour quitter le canot



NATOS'S TACOS

Alors que l’économie de la Chine, s’émeut de la forte dîme, imposée et qui remet en jeu, le sort d’une dette coûteuse, pour donald le ballon rebutant

Voulant partager la facture d’un souper à Bruxelles. Pendant ce temps à Moscou, on prépare les crampons pour jouer la finale tout simplement



MINISTRE DU LIVRE

Pharmacopée contrainte
Pour avoir bonne conscience
Même sans considérer les divines controverses
Sans être enragé par diable déviance
D’un mal qui ronge, qui n’est pas d’opérette
On oublie vite, un quidam d’un temps
Car plus vite, qu’ailleurs, dans vos bois
Ça devient une fonction, mais c’est hors la loi
Du ministère, l’édition



BORIS SWEETY BREXIT

Boris Johnson veut aller à Kensington
Il rejoindrait bien Smith et Wesson
A moins qu’il n’aille à Remington
Après avoir posé son ultimatum
A Theresa sa grande bretonne
Donald l’embrasse dans le cou
En murmurant, déjà c’est pour nous
Mais, ici, on préfère les jeux de balle
Car les passes, sont plus cérébrales
Parce que sans aller à 4 pour cent
C’est bien nous qui passons devant
Alors discutons encore
Pour éviter de voir encore éclore
Des pénibles désaccords
Donc, avec un brexit doux ou dur
Qui va sceller le sort des anglais
Puisque la différence détermine
Qu’a plusieurs, nous pouvons aller au sommet
Sur le sol européen dans cet havre de paix
Et avec des avions s’il y a des pressions



PHYSIQUE D'AVION

Certaine comme toi, était irréelle
Mais un physique d’avion, c’est surnaturel




LA COMPLEXITE DU PAYS

Du bois, il est sortit
D’un kilomètre de distance, il a prit
Mesdames, messieurs des extrêmes
On dirait que cela vous gène



COMME PARTOUT DANS LA PRESSE

Les auditions de l’assemblée se poursuivent
Mais c’est nul et non avenu comme on danse un quadrille
Alcool et soleil ont fait 2 autres victimes
Elles impliquaient un zoo et une petite comptine
C’est dire, si elles sont sérieuses ces deux souris
Alors que le chômage est reparti à la hausse, aussi
Pourquoi, donc, ne pas devenir une star de la pornographie
Dans la salle des 5 colonnes, là, où l’on retrouve tous les partis



RAVIE DE VOUS RETROUVEZ

Tu es, comme Hélène, celle d’Ithaque et tu attends, tic-tac
Tu es le détonateur de ma bombe, faisant tic-tac
J’entends ton cœur qui bat et tout ce mic-mac
Qui reprend tous les jours, même jour, même date
Je ne sais, comment t’aborder
Un mur s’est comme élevé
Il est de terre et de glaise, compacte
Donc, fait le céder
Que nous nous retrouvions, intacts



CONTINENT

Madame, monsieur et tous les votants
Ceux des côtes ou ceux dans le vent
Attendez pour l’Europe, le monstre gagnant

Car avec trois normes et cinq lois
Nos armées et notre droit
Notre expérience faisant foi

Nous pouvons sans trébucher encore,
Mettre tout le monde d’accord
Pour protéger le décor

Que ce soit à une ou deux vitesses
Il n’y a rien qui nous empêche
De faire jouer pour toujours la déesse



DRAMATURGINE par Michel Pettesec

Ce Michel-là faisait mes poubelles
Car mon histoire, je la trouvais belle
Cette romance virtuelle

Je l’avoue, proviseur, dans mon désarroi,
J’ai fait confiance à ce vieux rat
Prêt à tous les exploits,

Car s’il y avait tant à dire dans mes propos
Moi je suis sentiment, et non pas, tremolos
C’est peu de le dire dans cette vidéo

Qui le voit s’afficher
Avec un vieux routier
Accompagné par sa moitié

Pour toujours, tu seras laid
Dans ta tête, comme dans les faits
Un reptile au sang pas frais

Car pour retranscrire des choses pareilles
C’est que tu ne m’as pas bien lu, triste crécelle
Sans me comprendre, vu de ton ciel

Alors triste Sire de ces marécages
Où les chiens servent à cet usage
Zoophile pour une page

Tu sous entends, donc, qu’avec mon historique
Dans mon disque dur avec un calcul mathématique
Que tu as violé mon intimité, en toute logique

De mes amours passés
Désirant ainsi vouloir renouer
Des relations tristement coupés

Je ne retiendrais de toi
Que ta créativité s’en va
Que ta mélopée choit

Et ainsi ta fortune
Qui ne font que ta plume
Attise toute les Unes

Mais déjà tu as tout dis
Dans la presse française et à paris
Alors changer d’avis serait pourri

Toutefois, tu peux encore
Essayer de me jeter un sort
Dans la presse de Corée du nord

A moins que cela soit celle de Saigon
Avec son épouse et ses portions
De canard laqué ou de bœuf aux oignons


FROID PARANOÏDE

Il est parano
Il ne mange plus les grumeaux
Il est parano
Ne prend jamais l’ascenseur
Il est parano
Se nourris avec un verre d’eau
Il est parano
Ne veut que du green en réseaux
Il est parano
Ne se mouche que dans son coude
Il est parano
Vit jours et nuits dans des sous-sols
Il est parano
N’ouvre jamais les cadeaux
Il est parano
Croit que tout le monde l’espionne
Il est parano
S’angoisse de tomber dans les pommes
Il est parano
Prend sa gardienne pour une espionne
Il est parano
Ne dira plus un seul mot
Il est parano
Se sent pris comme un pigeon
Il est parano
Dans les serres du faucon


PARTICULE FINE

Il avait fait un accident vasculaire cérébral,
Je le confirme, pire qu’une balle,
C’était un président avec une omniprésence,
Dans les vents et les flatulences,
Mais, nous avons très bien compris,
Ce qu’il voulait, ce qui lui a pris,
De vouloir de l’argent pour son pays,
Le plus riche, le plus pourri,
Etait-ce pour les 40 millions qui ont faim,
Ou pour le toit du Capitol en or fin,
Désolé, tu ne nous feras pas pleurer,
Sur les frais que vous avez engagés,
Car, pour ce qui concerne d’y participer,
Ce n’est même pas question d’y compter,
Le second sujet portait sur son auto,
Nous n’en avons rien à faire,
Bradez-la, donc, faites en cadeau,



ALGER 242

Dans les rues du centre d‘Alger
Ils sont tous ici, rassemblés
Sur les boulevards encombrés
Très difficile à compter

Avec cette jeunesse, face à la clique
Des militaires pas caustiques
Qui protège un président mythique
Leader autrefois du pouvoir technocratique

Forcément, c’est beau
De voir la révolution d’en haut
Pour ne pas être dans la violence à chaud
Dans un combat idiot

J’ai vu aussi quelques brins d’humour
Dans ces pancartes qui marqueront pour toujours
Une bonne humeur sans détour
Sans que la police ne frappe autour

Des slogans, des textes et des liens
Qui viennent d’internet pour rien
Peuvent faire changer le cours du destin
En faisant confiance à un chien



MAYENNE SUD

Né dans le sud de la Mayenne,
Un smic depuis cinq ans, c’est la moyenne.
Cap en poche, mieux que mes parents,
Je suis soudeur isolé, le plus souvent.
Je n’attends rien de l’Europe
Car les élections, sont en toc.
Je ne vois pas pour qui j’irai voter
Car tous les candidats me semblent éloignés.
Marine vie à Paris dans le seizième,
Elle paye l’ISF, aucun problème.
Avec au choix ses habitations,
Dans quatre endroits de la nation.
Une intrépide habite à Nice à l’hôpital,
Elle se fait soigner la zone cérébrale.
C’est la rebelle du coin avec son drapeau,
Qui l’a joué Corrida avec des taureaux.
On a retrouvé des armes dans leurs poches,
Elles ne se transformeront pas en brioche.
Boules de pétanques, boulons, acides et fumigènes,
Ce n’est pas comme ça que l’on résout les problèmes.
Forces de l’ordre, CRS, militaires en action,
Seront toujours-là pour l’occasion.
En Irak en Syrie et à Nevers,
Il faut parfois savoir faire la guerre.
Mais quoiqu’il dise quoi qu’il fasse,
Il y aura trois crétins pour se mettre en face.
Quand ils tirent à boulet de canon, en niant tout,
On reconnait bien-là l’opposition.



ALESIA

Le gouverneur donne ses ordres au centurion,
Formation en tortue pour la légion,
Glaive à la main, c’est selon.
Si c’est la guerre à Lutècia,
Il y aura de la perte chez les Gaulois.
Alors soyez adulte pour cette fois,
S’ils se retrouvent enchainés dans l’oppidum,
C’est l’envoi direction le colisée de Rome.
Vendu à la criée comme gladiateur,
Ils n’ont plus qu’à s’entretuer à base de couleurs.
Vercingétorix le borgne, est brave et,
C’est une belle personne.
On sait bien qu’il pense à tous les gens,
Pour eux, il faudra des logements.



TOP SERVICE

Le prélat numéro 1 a prit son bâton de pèlerin
Il habite place Saint Pierre dans un beau deux pièces avec salle de bain
Une sacristie, des dépendances, un lit à baldaquin
Sont les pénates discrètes de ce serviteur humain

Son salut précaire et son bréviaire, son livre coincé dans sa main
A la kermesse pas de bretelles s’il est tenté par ce chemin
Cachez Marie, Pierre et les enfants du sacristain
Quand l’oraison se fait chagrin d’être mortel, comme un chien

Avec la question sempiternelle après, est-ce qu’ il n’y a rien
Sauf le souvenir d’un argentin qui s’adapte au chemin
Comme le suiveur d’un mérovingien qui serait divin
Depuis longtemps il a renoncé au charme câlin

Et même quand a sonné les mâtines, son membre n’est rien
Puisqu’il aime les stades remplis contre les blasphèmes réussis
Il préfère frapper les esprits en soutenant sa théorie
Que si on avait injurié sa mère, il aurait sorti son fusil

Pour tuer des sceptiques qui ne pensent pas, comme lui
Œil pour œil, dent pour dent, ce n’est pas ce qu’on lui a apprit
Je suppose qu’ils veulent encore chercher quelques brebis
Quelques grenouilles pour prêcher le mardi



FORCES SPECIALES

La France entière rend hommage à ses enfants
On ne les verra plus, ils sont tombés au champ

Ce sont deux soldats morts sur le chemin
Vaillants et courageux, ils n’avaient peur de rien

Ils ont donnés leur vie au burkina faso
Dans une opération de choc, de commando

Ils marchaient à la dur, ne buvaient que de l’eau
C’étaient eux, les forces spéciales de notre cher drapeau

Le sens du devoir dans les rangs de l’armée
Sont discipline et courage, pour toujours notre fierté

Hommages et honneurs auront été rendus
A ces militaires d’élites, à jamais disparus




DANGER ZONE

Il faut prévenir car il y a danger
Dans notre communauté du continent entier
Puisque l’Europe est divisée
Pour un rien, on ne peut plus s’accorder

Dans les rangs des extrémistes
Ceux dans la démence alarmiste
Avec leur parole de fanatique
On ne peut que s’attendre à ce qu’ils nous abrutissent

Et que diront-ils après le Brexit chez les anglais
Je le vous le donne en mille, cher peuple français
C’est assurément sortir de l’Union qui leur plait
Et évidement avec un Frexit, se loger une lame dans la plaie

Car, pensez-vous qu’en ordre dispersé
Nous pouvons faire face à toutes les éventualités
Industrie, diplomatie, recherche et sans oublier
Notre sécurité, la première de nos volontés

Alors, grâce aux normes en vigueur définies par Bruxelles
Pour la taille des boulons et le diamètre de la vaisselle
Que ce soit avec notre génie numérique et nos logiciels
Et sans oublier, l’intelligence artificielle




CONCURRENCE DELOYALE

Dans l'Europe des 27, évidement, c'est évident
L'on est plus fort, commercialement

Mais, quand il n'y a pas d'ambition
En n'ayant aucune vision

Pas d'espoir de voir un jour
Le ciel s'éclaircir pour toujours

Pourtant, dans ce joli jardin charmant
Avec, trois mers et cinq montagnes et du vent

Nous y faisons commerce, d'agriculture et d'élevage
Et moyenne industries pour les adultes de tous les âges

Concurrence déloyale qui gêne notre commerce
Nous devons y mettre un terme, il faut que cela cesse

A l'échelle de l'Europe, pour tous les pays, histoire en commun,
Chemin un peu différent, selon certains

Souvent un cloché, dans tous les villages du coin
On y trouve aussi, parfois un minaret au loin

Un temple, ailleurs se dresse
Eux, ils l'ont construit dans l’allégresse




SOUS YAPA 1990

J’ai pilonné le livre aux éditions microsofk presse
Du prix suyapa, avec le petit contrat,
Du poste de graphiste, au temps réel d’ingénieur
Qu’es-tu devenu grand auteur avec un air de conteur
Qui parlait du multimédia en disant n’importe quoi
Petit reptile sournois gagnant trois francs six sous
Il faisait des coups de fric avec ses écrits
Quand il ne codait pas dans sa buanderie



TERMINAL-MACHINE

Soldat professionnel aguerrie
Fouinant à l’intérieur de la machine d’autrui
Certains traquent la faille et code détruit
Comme un vulgaire délit
Je vous laisse le soin, de deviner comment vous serrez
Bouillies, crue ou rôtie car bien sûr, ça ne fait que commencer
Alors, je vous conseille de protéger vos données
Car c’est cruel et bien structuré pour vous faire cracher le dernier zéro et le un de la facture show business de demain




HOP HOP EUROPE

Rien à changer dans la stratégie et ça va continuer
Puisqu’il continue à vouloir tenir la scène en étant entouré

Avec le poids des mots et les photos de choc
Dans le match de Paris et la côte de Nacre

Comme vous le savez, ça, on peut en discuter
Sans difficulté, si au moins, vous avez dessoulés

Il faut le dire à leur numéro un, pour les patriotes
Qui sont, dans le clivage de la libre concurrence à l’époque

Pourtant, il n’y a aucune prise de conscience à cette défaite
Et, c’est vraiment cela qui vous embête

C’est ainsi que l’on ne peut pas dire que ceux qui sont là,
Le seront toujours et dans notre voix

Ça déclenche l’optimisme, en faisant les choux gras...




IF

I'm the man with no face
And we have scan all the place
My brother come in your country
If you're play the tragedy
If forever he will be lost
Peoples will glib the cloud
In all the country



L'AUROCH

Après ton appartement explosant de façon bizarre
C’est l’enménagement dans le fameux manoir

Un jour, tu voulais faire courir un rouquin
Sur ces images, tu jappais encore comme un chien

Ailleurs, tu ânonnais devant la pucelle d’Orléans
Tu lui disais « reviens », en étant pas content

Souvenez-vous de celui qui a fait sa fortune
Avec cet héritage et toute cette thune

24 millions d’euros venant d’un fils d’industriel
Ça fait un bon petit paquet comme salaire mensuel

Tu décris cet épisode du fils et de sa mère
Qui décèdent très vite et tu bats des paupières

Voulais-tu t’absoudre d’un péché meurtrier
T’es-tu sentis enfin libéré

De sciemment assumer et pour finir, avouer
Ce qui nous avait tous effrayés et outrés

Comment un parti, sali par un crime
En faisant assurément une triste victime

Cela en dit long sur votre code de l’honneur
Cette façon d’être qui mène droit à l’erreur

Mais qu’elle est ce monde qui envoit à trépas
Comment osez-vous revenir dans le débat

Alors que vous êtes acculés, aux abois
Secoué par la hâte, séparé avec dégats

Car puisque les questions fusent à la radio
Parce ce qu’il faut annoncer la nouvelle dans les micros

L’auroch s’est éteint en voulant parader
Il n’y a plus rien à faire, on peut l’enterrer

QUESTION DE PRINCIPE

ANOREXIE

Tu as souffert d'anorexie
Je sais, ce n'est pas gentil
Tu es courageux, je le sais aussi

A nouveau mobilisé
Dans la mire de la cible identifiée
La mine est désamorcée par la brigade concernée

Courageux G.I Joe est toujours sportif
Il porte sa fonte, combatif

Il fait sa course tous les matins
Avec sa bicyclette dans un geste enfantin
Mais aussi comme un grand, sans les mains

Il y a eu un combat
Dans la perse dans le détroit
C’était entre les deux guerres on y guerroie

Mais dans l'oreillette de john wyse
Pour le journaliste, on peut encore entendre des bêtises



GOOD COP, BAD COP

Tu joues au bad cop
Tu joues au good cop
T'es-tu pris dans une série nextflic en toc

Donnie Veux-tu encore affirmer ta suprématie
Donner une leçon de diplomatie

Car la Russie répond de ne pas se fier à ça
Alors que le pétrole coute cher dans le Minnesota
Même avec le gaz de schiste dans l'Indiana

Voudrais-tu mettre sous pression Bruxelles
En ouvrant un front sur Perse la belle
Et combattre les rebelles dans la citadelle

Le détroit d'Oman pourrait être ainsi attaqué
Tout en accusant l'Iran et vouloir s'inviter
A la fête du moyen orient comme un taré

A l'initiative pour venir faire la guerre obligée
Avec des sanctions commerciales d'enfoirés
En ayant affamé tout un peuple

Attaquer le tanker japonais ou bien celui norvégien
Sont des prétextes, c'est certain
Alors réfléchissez bien, monsieur donnie le chien



FAUSSES NOUVELLES DE RUSSIE

Véritable combat en faussant le débat
Ivan le terrible en a plein les bras
Soumis à des restrictions qui imposent le combat

Derrière son pupitre Sergueï créait la fausse nouvelle
Cette fois-ci, il faut en trouver des plus belles
Mais voulez-vous des leçons cyberculturelles

N'est ce pas un peu simplet, ce genre de fonction
Pour imaginer des fausses informations
Ridicules petites missions qui s'attaquent aux élections

Epargne-nous ça Vladimir
As-tu autre chose comme avenir
L'usine à troll n'est plus qu'un souvenir

La polémique n'est plus confortable
Alors recule camarade que l'histoire soit valable
Donc commencez par vous taire, vous êtes pitoyable

Toi et tes sbires, rangez vos claviers
Calmez-vous, arrêter de polluer
Ou rendez-vous sur les plages de Crimée

Emmennez donc babouchka
Très très loin, au-delà
Et faites-lui faire un tour de troïka

Camarades, retrouvez-lui son oreiller
Qu'il arrête de nous enquiquiner
Avec ce petit jeu, sans grande subtilité

Alors soyez prévenu messieurs les russkoffs
Que si ça continue, on arrêterait le kougloff
car on commencera avec les chiens de pavlov

Donc, nous pourrions arrêter de sourire
Car, parce que si ça vous fait réfléchir,
Vous risquerez de finir par pâlir



A TAUX PLEIN
Travailleurs, travailleuses, employés, ouvrières, ouvriers ou marins

Retraités, d'une façon ou d'une autre
Obligez que ce soit pour une raison ou pour l’autre

A taux plein dès 64 ans, souffler pour un temps
Que vous ayez tous vos trimestres ou bien en ayant économisés quelques sesterces

Harassant à l'extérieur ou dans un fauteuil à l'intérieur
En y laissant sa santé ou dans le confort d’un lieu chauffé

Si vous êtes en bon état et que vous atteignez cet âge-là
Soyez certain que cela sera atteint à 64 ans

De la même façon à 64 ans, ce sera le schéma, évidemment
Vous l’avez entendu vous comme moi, forcément ce sera


NO STOP TELEVISION

Toulouse aujourd'hui
Gagne la finale 2019 au jeu du rugby
Bouclier de brémus, ils sont tous réunis
Sur France 2 au service du pays

Sur la 8, c'est Thierry invitant des filles plaqués or
Heureusement celles-ci ne sont pas restées dehors
Avec des aiguilles plantées dans le corps
Ou avec dans le nez, la farine hardcore

Toujours en zappant, on tombe sur une bouillie sociologique
Homer l'odieux père pathétique et Bart le gamin comique
Les Simpson, c'est une recherche psychologique
D'une dizaine d'auteurs avec un alambique

Un peu de football féminin sur la 10
Mais sans encore de salaire pharaonique
Sauf, peut-être pour la présentatrice
Car, c'est en direct avec un ballon en plastique

Sur TFX épouvantable histoire criminelle,
Pour tous les morbides, triste clientèle
N'avez-vous pas honte d'éviter la dentelle
Ou de faire grandir des émotions sans chandelles

Journalistes soumis par leur direction
Ils nous expliquent ce qu'attend leur patron
Mais je regrette, cette bizarre situation
Où ils les tiennent maintenant avec le pognon

Télévisions du monde entier
Sont confrontés aux mêmes réalités
Programmes, émissions, publicités
Informations et pouvoir ciblé

1h25, un Trans genre s'exprime et c'est cela qui fait l'exception
Quoiqu'il en soit, il a fait son choix et c'est cela qui fait la solution
Alors que sur la 3, ce sont les 24 heures du Mans
Avec des voitures éclaires et des moteurs hurlants


LE CALIN

Le petit Jordan est attendu par marine, sa maman
Celle qui plait aux enfants et aux grands-parents
Et dans le parti, on l'a nommé vice-président



C’EST A MOI


Sur le plateau de télévision ikéa
Ils se bousculent pour télérama
Le téléshow du soir où rien ne va

Je suis à votre table
Celle qui est confortable
Ou tous les gens sont raisonnables

Je mange avec mes doigts
Je rote et je festoie
Sans avoir mal au foie

Le chef a fait du rat
Mais également du chat
Donc, je prendrais du poids

Elisabeth mets donc un sous-tif
Babeth prends, donc des risques
Anne-Elisabeth, joues-la collectif

Les sujets ne change pas vraiment
Toujours les mêmes intervenants
Car, ce n'est pas le courage qui les guide forcément


POLITIQUE GEMONIE

COMMANDANT ELECTRIC

Ils sont venus en jouant les aigles
En changeant le pain blanc en celui de seigle
Pour emprisonner les cadres avec de nouvelles règles

C'était un beau fleuron de l'industrie
Ca donnait du pain et du riz
Aux salariés qui étaient tous unis

Si vous en licenciez 1000
Je vous propose un honnête deal
50 millions d'euros de dédommagement docile

Ainsi, vous serez les Phoenix et les rois
Les sauveurs d'une situation sans lois
D'un libéralisme sans tête de bois



BUDGET EUROPE


C'était une triste nouvelle pour l’Europe
Son projet n'avait pas eu d'aval, c'était un choc
Passé comme une idée qui débloque

Une réelle solution pour un budget conséquent
La vision d'un homme intelligent
Sympathique mais ferme, évidement

Désolé, mais on s'en souviendra
De cette ligue qui cherche à faire un exploit
En bloquant tout pour cette fois



ACTION POUR L'AVENIR

Tous ici ou encore là-bas
Comme un simple votant dans le débat
Nous avons un nouveau schéma

Construisons les médias de demain
Pour ensemble montrer le chemin
Avec un élan libre et républicain

Activistes de l'industrie du savoir
Rejoignez-nous vers le jour de gloire
Sans abstention dans le territoire

Indépendants, ensemble nous pourrons
Donnez-le, la, d’une nouvelle nation
Pour marquer, le collectif de l'union

Ici même, pas un comique
Puisque ici, on recycle
Là, avec l'histoire de Sisyphe



IRANIEN BLUES


Les députés crient "Mort à l'Amérique"
D'une façon empirique
Pourtant rien, de très logique

Ils menacent les Etats-Unis
Mais ses alliés aussi
Ce doit être une plaisanterie

Car, il leur avait dit
Qu'il serait leur meilleur ami
Avec ce qui implique une finale bouillie

Pourtant, ils s'obstinent
Mais, ce n’est pas bon pour le régime
Avec de nouvelles sanctions qu'ils sous-estiment

donnie, je te propose un compromis
Car, on peut faire affaire dans mon pays
Avec ce qui t'appartient et qui ne coute pas chère ici

Ainsi, nous calmons le jeu au moyen orient
Pour que tout reviennent comme avant
Comme un véritable miracle et enchantement

donnie ne veut pas la guerre, il l'a dit
A quelques mois des élections dans son pays
Alors, qu’il tempère ses propos maudits

Formidable et stupéfiant
C'est le conte charmant
De donnie et d'atlas les deux concurrents

N'est-elle pas belle cette solution
Elle vaut bien que l'on si attarde pour Perse la région
Que l'on fasse du commerce, avec un bon filon

Bien sûr, il ne faut pas d'armes nucléaires, nada, rien
Et avouez, quand même qu'ils sont forts ces iraniens
Pour faire reculer donnie le chien



OPERATION RAFRAICHISSEMENT

Ne restez pas sous le soleil
Sinon, vous ne resterez ni vieux ou vieille
Alors, suivez le meilleur des conseils

Car, sans mesure de protection
La canicule sera l’extrême onction
D’un simple principe de précaution

Monsieur, le chef du gouvernement
Faites confiance à votre ministre, en ces temps
Car selon, ces indications, il faut être vigilant

Si l’on n’a pas conscience que pour mieux prévenir
Parler aux médias reste le meilleur moyen pour agir
Afin d’éviter tous les morts à venir

Quand la France suffoque
Pas de plaisanterie avec le thermique choc
On se doit de faire front avec le bloc

Avec toute cette chaleur dans nos contrées
La solution aura été de s’organiser
Ainsi, la plupart des habitants se retrouvent protégés

S’y résoudre est important
Car en 2003, le nombre de cercueil fut imposant
Et a laissé au cimetière beaucoup de gens



PLASTIC A TRES BAS COUT


Marion, mon institut de beauté,
Avec tes cheveux blonds peroxydé
Peaux d'orange et corps fuselé

Marion, direction chaleur du nord
en appauvrissant les gens dans le port
Mais je ne suis pas d'accord

Marion, le docteur est atteint par la mélancolie
Car tes trois supportrices font dans la bondieuserie
Avec d'autres sujets qui sont plus pourries

Marion, elle sait qu'avec l’Ukraine
Cela sera un combat de chienne
Mais laquelle des deux, aura le plus de peine

Marion, une bonne soirée pleine de circonstance
Dans ces quatre départements en vigilance orange
Dont la plupart sont sur la manche

Vous connaissez Marion, depuis qu'elle est bébé
Car les gens disaient, c'est mieux, c'est notre histoire d'été
Mais ces histoires sont exacts, elles sont même prouvés

Je me contente de faire de la pédagogie
Car je remets seulement les points sur les i
Qui n'aurait jamais dû disparaitre dans l'oublie

Car, Boum, boum il s’appelle boum boum
Le nain vengeur viré avec son enfant le dauphin oum
qui a fait des attentats contre le président loukoum

A berlin c'était vrai
L'on a plus a se demander d'où ça venait
Les autres ont eu le mauvais rôle évidemment wouai



LA BELLE EUROPE

Elle est belle, l’Europe quand elle roque avec sa tour
Elle est belle, l’Europe qui chante avec le monde qui l'entoure
Elle est belle, l’Europe s'organisant dans un grand marché, pour toujours

Parce que l'on peut s’arranger et faire des réunions bilatérales avec la Côte d’Ivoire
Parce que l'on peut s’arranger et arrêter de leur répéter qu’il leur faut dégager
Parce que l'on peut s’arranger quand ils trouvent une bourse dans une école privée

Car quand il s’enfuit par la trappe qui est ici
Car quand lui s’enfuit avec tous les résultats qui sont là aujourd’hui
Car quand lui s’enfuit les résultats sont à la solde du marché

Car quand lui sourit, il faut la pointe des libéraux
Car quand il va décider de virer les écolos
Il va, sans hésiter mener l’Europe à l'apogée



MINERVE

En partant de Toulon,
Ils ne pouvaient pas savoir

C'était au mois de janvier,
Ils n'étaient pas bavards

Le sous-marin Minerve en 68
Plongeant avec peut être une fuite

Etait-ce une explosion, ou toute autre avarie
Mais qu'est ce qui s'est passé pour les 52 vies

Le 27 janvier 1968, tout s'est arrêté dans le bâtiment
A sept heures cinquante-cinq précisément

Aussitôt, après cet événement
On envoi le commandant

Mais Cousteau avec son batiscaphe
Ne retrouvre aucune trace



PENSEES SINCERES ET ATTRISTES

Avec maintenant beaucoup de soutien et
La fête nationale chez les américains

C'était le début du débat du mois
Avec des français qui ne sont pas aux abois

Car, avec le summer morning tour,
En plus, dans ce beau festival, qui fait jour

Soyez heureux, on vous offrira avec une vertu économique
Une bien belle balance électronique

Soyez heureux, avec une vertu astronomique
Vous pourrez bientôt contrôler vos kilos



ATLAS ET LE TANKER


Alors qu’atlas s’entretient avec donnie à propos de l’iran,
C’est donnie qui reproche à theresa sa gestion du brexit

Le tanker à Gibraltar ne vogue plus guère et les anglais,
toujours prêt à faire la guerre



MORALINE


Non, je n'ai pas mentis mais je crois sincèrement
Que ce que j'ai dit, a quelque chose d'effarant

Vous comprendrez facilement que je risque beaucoup
Mais peut-être pas encore maintenant avec des coups

Si vous entendez bien, je n'ai surpris personne
Dans ce qu'il faut bien, appeler, une vilénie informe

Je suis le grillot de l’histoire et il ne fait aucun doute
Qu’aucun produit stupéfiant pour ce travail, je n’ai pris la route

Il n’y a pas de morale dans cette histoire
Uniquement un homme ou deux qui avaient la gale

Ils étaient comme des chiens montrant leurs canines
Dentition en avant pour mordre l’échine

Quelles passions les animent en dehors de la craie
Que le ressac de la mer ronge près des galets

Cependant, je suis serein et je me dis que jusqu’à présent,
Qu'encore bien je me sens et que tout va bien



ACTION EN JUSTICE

Je vous le confirme, on va s’attaquer
A des gens qui ne savent pas à qui, ils se sont frottés
En capturant, de nombreuses données

En voulant jouer les pirates invincibles
L’on va maintenant les rendre docile
Avec une recette particulièrement subtile

Avez-vous cru que l’on vous avait oublié
Sur les réseaux ou dans la réalité
En revendant 5 pour 100 des infos récoltés

La commission a tiqué sur ce point-ci
Car le gouvernement signale 30 000 délits
C’est pourquoi, vous serez cuit ou rôti

Car ça dure depuis 25 ans
Et qu’avec la justice, on verra, si vous êtes transparent
Alors, bonne chance les enfants



LES CIGALES

Elles chantent depuis quelques jours
De l’aube à l’ombre, toujours
Avec leurs bruits qui rends sourd

L’on entend crisser leurs ailes
Tant qu’il y a du soleil
Alors, tendez vos oreilles

Tout le monde veut tuer les cigales
Celles du sud ou les provençales
Dans la garrigue ou dans les halles

Les cigales ont toutes leur mot à dire
Pour une opinion qui cherche à contredire
Avec la délation qui amène au délire

Derrière leur microphone en fonction
Des heures durant, elles chantent, la gestion
Dans les écouteurs en action


MEDIAS OVERDOSE

DRUGSTORE

Un peu partout, mes guêtres, j’ai trainés,
Paris mais aussi Aubervilliers
Pourtant, c’est à Assas que je me suis fait dépouiller

roitelet du rock, vieux camembert trip hop, normande de woodstock
On n’aurait pu me retrouver à Amsterdam
Une seringue enfoncée dans le bras dans un glauque drame
Fait d’héroïne et de macadam

roitelet du rock, vieux camembert trip hop, normande de woodstock
L’hépatite C aurait pu m’emporter,
Cette maladie-là, il ne faut pas trop vite l’oublier
Car c’est toujours le même principe pour l’attraper

roitelet du rock, vieux camembert trip hop, normande de woodstock
Cependant, j’ai échappé à la furie du crack
Pour un petit instant, un sombre flash
Puisque l’on peut faire des cérébrales attaques

roitelet du rock, vieux camembert trip hop, normande de woodstock
Avec des commentaires, ils ont spéculés,
Ce qui ne m’a jamais fait sursauter
Mais je leur recommande à nouveau de s’appliquer



OPERATION DRAGOONS

A l’ombre des Cyprès l’on voit annoncer
Le 75ème anniversaire du débarquement provençal, célébré,
Car c’est la commémoration des militaires, le 15 aout 1944, débarqués

Les tonnelles protègent du soleil, les anciens soldats
Hier pour eux, ce ne devait pas être leur dernier combat
Ceux pour lesquels pèsent la reconnaissance de l’Etat

La fanfare militaire joue un air solennel
Il fait plutôt beau à Saint-Raphaël,
Et pour 95% venus d’Afrique, les soldats, iront jusqu’à Marseille

Les drapeaux, flottent haut, pour ces commémorations
Le « chant des africains » fut entonné avec beaucoup d’émotion
Avec des spectateurs qui étaient pleins d’attention

L’accueil républicains a été sans retenu
On ne néglige pas, le protocole et la tenue
Car, aujourd’hui un ancien président est venu

A la fin de son discours, le président actuel,
S’adresse à la jeunesse, il sait être dans le réel
Et la patrouille de France survole le ciel



CRICQUE NOIR

Hardi, hardi, hardi les gars
Il nous faut de l’or, car l’anglois
Envoie des boulets à notre endroit
Donc, on leur jettera, un sort jusqu’à trépas

Ce soir, ce sera la boucanerie
Sangliers sauvages, poissons et autres proies, sont ici
Pour festoyer plus tard, sur notre île de paradis


JACK ET ZAF

FANTASMAGORIQUE JACQUES

Un jour, une nonne, certes un peu conne
Veut faire de moi, son Dieu, son homme

Je suis une pomme et je vous en donne

Caresse chagrin, c'est ce qu'elle dépeint
Avec un peu de Giscard d'Estaing

Je suis une pomme et je vous en donne

Ça va pour moi, je suis nommé, premier ministre pour un été
Le président va me snober, il va pourtant le regretter

Je suis une pomme et je vous en donne

Caméra, TV, je suis cadré pour le feuilleton, je jette les dés
L'entrainement, c'est pour le style, qui marque la fin de mon idylle

Je suis une pomme et je vous en donne

Pour l'échéance, pas de déclin mais je ne prendrais pas le train
Bulletin dans l'urne, pour ceux d'en face, sans être poursuivi par contumace

Je suis une pomme et je vous en donne

Cohabitation, régime de con, encore premier, je suis second
Mercredi, je parade à midi, devant micros, pour la parodie

Je suis une pomme et je vous en donne

Débat tragique, je perds ma chique, combat sporadique, affrontement cynique
En second couteau, je m'incline sur le plateau, je suis tombé dans le panneau

Je suis une pomme et je vous en donne

A midi, le plomb au zénith, fait passer Louis XVII pour le phénix
Premier tour, il est chaos, adieu Edouard, c'était trop beau

Je suis une pomme et je vous en donne

Tonton croit aux forces de l'esprit, ça tombe très bien, moi aussi
Je croise la foule qui applaudit, ça y est cette fois, j'y suis aussi

Je suis une pomme et je vous en donne

Dissolution comme un fardeau, avec un idiot qui fera l'écho
Nomination pour le blaireau, fier et heureux de sa promo

Je suis une pomme et je vous en donne

Un choc extrême et je suis présent, lui est déçu, l'autre n'est pas devant
Je triomphe en bloc à 86 pour cent, plus rien à dire, le château m'attend

Je suis une pomme et je vous en donne

Crise en Irak, je me démarque, pas de problème, on a des arcs
Discours de choc à l'Onu, cette fois, Charly n'est pas venu

Je suis une pomme et je vous en donne

Je ne suis pas sur un bon pied, foudroyante attaque validée
Lent déclin de ma santé Je n'ai pas fait grand-chose, je dois l'avouer

Je suis une pomme et je vous en donne

Dernier round pour la finale, j'annonce le rythme pour les annales
Nous l'avons tous entendu et je te le dis, sans flagornerie
On te le doit, ce petit merci


REFRAIN
Anarchiste réactionnaire
Fantasmagorique, c'est dans l'air
Opportuniste militaire
Mais, sans logique disciplinaire
Favorable au nucléaire
Politiquement mercenaire
Sportivement plutôt grégaire
Dans des situations délétères





NIKKI LE SPLEEN

Prenant la mairie, quand tout le monde dort
Charles se réveille, sur son lit de mort

Election dans un village, où le fric est roi
Le copinage, c'est mon dada

Si vous connaissez mon histoire
Vous le savez, elle est sans gloire

Devant toutes les caméras
Je prends cet enfant dans mes bras

Direct vingt heures, je suis le roi
C'est, donc, la seule histoire qui me va

J'aime bien draguer, même la mariée
Au moins, je l'ai eu, sans me fatiguer

Tu ne voleras pas, la femme de ton prochain
J'ai dû lire ça, c'était pour les chiens

Une larme encore sur sa joue
Je joue encore le drame, jusqu'au bout

Mais pas de problème de conscience
C'est dans la norme de toutes les réjouissances

Elle partira les bras en croix, jurant
Qu'il n'y aura qu'un chef, en moi

Pour 2007, je suis dans les blocs
Ambiance hostile dans le haddock

Le cours du poisson, c'est toujours bon
Pour prendre du plomb, sous les néons

Ce matin, je m'étais déplacé
J'aurais dû mieux rester couché

Remorque royale pour les journalistes
Pendant que sur un cheval, je me prends pour le Christ

Le cheval blanc, du couillon de la liste
Me donne des ailes, dans une Camargue triste

C'est toujours bon pour les machos
De se sentir comme un maquereau

Ségolène enrage d'une légitime colère
Je fais le sot et j'en prends l'air

Dernier tournoi dans le combat
Pour une fois, je suis le roi

Un peu plus tard, ma femme me quitta
Pour un pubard, un peu moins bas

Dîné bon teins, vite réparé
Je vais donc, me recaser

Troisième passage devant l'église
Toujours dans le respect du prestige

Devant l'autel du cirque permanent
Alors que dehors sont les manants

Elle est gratteuse, sur le retour
Vraiment pas de quoi, faire le détour

Pour une pin-up à l'anglaise
Pour le prestigieux, monsieur Ramirez

C'est comme ça dans les maisons du luxe
Où la réserve se trouve dans le stuc

Elle a du bon Marianne et ses largesses avouées
Mais est-elle bien représenté

Vociférant contre mon équipe
Qui ne comprend plus rien tellement, c'est épique

Le commencement de la fin, est déjà très proche
Mais il me reste encore, quelques millions en poche

Je décide d'investir tout ce qu'il reste de force
Quand les prix du marché sont gonflés à blocs

Meeting zéro devant le Trocadéro
Galvanisé par le prix des drapeaux

Dernier round et c'est le grand soir
Et en six phrases, je me la prends dans la poire

La formule a du succès,
C'est terminé, je reste muet

La force sûre, est plus suprême que moi
J'encaisse, j'ai mal, je ne m'en relèverai pas

Ce n'est même pas la peine de compter
Cette fois c'est grave, je suis plombé

Je ne pourrais plus téléphoner
Sans me dire, si je suis écouté


REFRAIN
Maintenant plutôt moins colérique
Car j'ai rongé mon frein cathodique
Maintenant, je ne mords plus ma chique
Néanmoins, je reste encore mutique
Ne maudissant plus le numérique
Tout en comptant sur la technique





Technocrate Color

L’écran devant les yeux de l’aube à l’ombre
Curseur sur les courbes qui tremblent
Je suis prêt pour le dividende
De la compagnie que l’on vient de vendre

Car, quand 07 ne fait pas la fête avec Penny
C’est sa majesté qui crie au pourri
Pendant que Sir Georges s’étrangle et me maudit
Avec les boys d’Eton qui toussent dans la City

Aux quatre coins de la planète
Je pars promener mes guêtres
A Ouagadougou, 12 heures 47
Ou Sydney, à l’heure de la sieste

Alors que sur la Tamise sonne Big Ben
Les jeux sont faits sur le cours du tungstène
Sinon, vous pouvez miser sur le benzène
Car, j’ai du stock dans les plaines du Yémen

Honorable vieille dame sur L.A
Marché porteur sans délai
Avec filiales internationales au rabais
Pour croissance stagnante avec brevets

Nasdaq en valeur refuge
Avec de l’oseille de sinécure
N’avez-vous pas vu le subterfuge
Avec l’électronique des transfuges




URBAN KAMIKAZE

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars

A moins que tu ne les abats
Les pauvres oubliés du repas
Crack, coke et marijuana,
ça commence par là

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars

Pour la désintoxication
Des chaires et des tissus
Pour le repos de vos consciences
Encore une bévue

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars

Dans la ville des anges, ils sont parqués comme des intrus
Alors qu’à deux pas, dorment les parvenus
A paris nous en avons aussi, mais bien entendu
Nous les soignerons bien, c’est notre vertu

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars

La facture te tombera sur la tête
Comment avez-vous pu être aussi bête
De laisser s’envenimer une population faite de rebelle
Comme un enfant disparu au loin dans les ruelles

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars

barrack et michelle vous vouliez faire des lois
Mais sans trop insister cela aurait fait débat
donald et melania faites donc une zone d’état
Dans le nebraska ou bien dans l'oklaoma car…

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars




MEILLEUR QUE...

Remettant en place avec bon ton l'information
Je me place en arbitre tolérant dans la fonction
Et on a l'impression qu'ils veulent lui donner l'extrême onction
Avec un corps en décomposition


Le présentateur de la deux rapportait ce soir, un mot médisant
qui tient en quatre vers, mais cependant
voilà ce que j'en pense maintenant
un monceau d'indiférence complètement


Car ce qu'il a fait de mieux dans sa vie
C'était de dire de voter pour moi, le jeudi
Alors, on le comprendra, ici
Que, cette fois-ci, je ne lui dit pas, merci chichi




LUBERZOUL

Dans la vallée de la Seine
Entre Paris et le Havre, sur la scène
Des médias de france ou plus loin dans la plaine


Focus sur un terrible incendie
Qui s'est déroulé une partie de la nuit
Et pendant la journée du vendredi aussi


Dans la nuit de jeudi à Rouen
Les pompiers ont luttés
Pourtant, la fumée a pollué


Reste-il des traces
Graisseuses dans les flaques
L'herbe est-elle toujours aussi grasse ?

Comment savoir si la place est nette
Si l'Europe, est aussi propre que mes toilettes
Et que tout a été dit dans la clarté sur la planète




VOILE LOBBYS

A voile ou à vapeur
Le petit jordan pleure
Celle au joli cœur

Le petit jordan s'endort
Il est tourmenté par les remords
De n'avoir pas mordu encore plus fort

Le petit jordan s’emmêle les pinceaux
Répète toujours et encore comme un veau
Plie devant des femmes comme un roseau

Le petit jordan est le virtuose
Avec ce qu'il faisait pour porter la cause
Comme un stratège des Vosges

Le petit jordan prend ses distances
Va-t-il supporter toutes les stances
De ce jeu cruel de ses réminiscences

Se cachera-t-il sous un voile
Après avoir été mis en râle
Maintenant, il est tout pâle

Le petit jordan apprécie les croquettes
Ce petit chiot aime les mignonettes
Qui le tiennent par la laisse




BUSINESS ACADEMY

C'est terrible l'économie
Si l’on ne fait pas de compromis
Un jour c'est rouge, un autre c'est gris

L'entreprise, parfois peut faire des bêtises
Et licencier ainsi sans avoir besoin de la crise
Mais de quelle manière doit-on juger cette méprise

Pour faire en sorte que les salariés soient protégés
Et que les syndicats défendent leurs intérêts
Avec 600 employés dans un site qui doit fermer

Administrateurs, avez-vous pensés ou anticipés
A ces foyers qui vont être touchés
Dirigeants, il faudra des indemnisations sans avoir économisé

Car quand l'économie mondiale va bien, le chômage baisse
Alors si d'un seul coup vous voulez que tout s'arrête
Réfléchissez à deux fois, ne soyez pas, des australopithèques




PARTOUT LA GUERRE

Si vous voulez que ça vous arrive aussi
Du rire, des larmes et des regrets en symphonie
On vous conseille de vous calmez et ainsi

Vous échapperez à une recette précise
Comme celle de la déroute surprise
Avec toutes les victimes de la crise

Ça risque de faire drôle sans avoir de guide
Pour reconfigurer 5 fois au pays des figues
Car ça risque de briser la digue

Alors, si vous continuez à faire suer partout
Il n'y a aucun doute à supposer à mon gout
Et vous serez très fortement contrarié avec du woodoo

Minorité aux abois avec pratiques rigoristes
Sans être extra-lucides, on sait déjà, qui deviendra triste
Quand il faut préparer ses bagages et éviter les risques

C'est comme ça que l'on agit avec la diagonale du fou
Pas de doute à avoir, ça démarre comme du dégout
Ce sera comme ça, car la guerre est partout

Et il y avait des médecins
Pour éviter que vous soyez chagrin
Pour vous tenir la main




EPICE A PART

La France sera toujours une terre d’asile, pas de problème du tout
Mais cette épice, ne sert à rien et n’a juste qu’un sale gout
Car de cet effet planant chez moi, je n’en veux point du tout

Nous avons débattus en mai 68 sur le problème
Reprends tes notes petit Gaspard le blême
Oubli ce détail qui ne mène qu’à la flemme

Car ce que veulent les français c’est une femme plutôt féminine
Alors merci de considérer la vérité dans des émissions magnanimes
Ou je suis meilleur que vous et que l’union démocrate éponyme




SUC EN POUDE

Dans le monde du travail
Voici, la froide trouvaille
Qui n'est pas très idéale

Cocaïne dans le cortex
Pour devenir une bête du contexte
Le jeune cador, se veut complexe

C’est ainsi que le délit est expliqué
Devant les prud’hommes, jugés
Pas la peine de vouloir y échapper

Alors retombe dans le temps
La farine d’un moment
Des travailleurs de toutes catégories inconséquents

Ceux qui seront exemplaires
Mériteront leurs salaires
Car ils savent qu’il y a mieux à faire

Que de mourir avant
En perdant son argent
Ou sa santé immédiatement




GREVE EN VUE

Tout le monde a peur du chauffeur marteau
Dans la ville quand il se prend pour un Fangio
Ou celle pressée qui roule dans le marigot

A Pyongyang en Corée du Nord
Ou dans les Hauts de France pour le score
Gardez-les en vie, à nouveau, encore

Pour qu’ils fassent le boulot
Soyez clément faites ce qu’il faut
Courrez bien vite en cherchant là-haut

Donc, c’est ça, regardez encore dans le rétro
Vois-tu cette femme qui est un zéro
Souhaitant taxer les michelines, accros

Soyez solidaire messieurs les cheminots
Soyez confédéré messieurs les machinos
Que les trains deviennent le chaos

J’ai fait le tour des spécialistes
Et vous sentez monter la 5ème république
Alors est-ce que ça vous rends triste




BORIS & XI CARGAISON

Oh Boris, allons au bar du coin boire une Tsing tao
Alors que Scotland-Yard chasse les poussières dans le rétro
Et qu’ils décongèlent les tissus sur le marbre sous les projos

De Pékin sur la route de la soie à la Belgique
Le chauffeur, frappé par une incroyable logique
Qui l’emmène chercher sa cargaison cadavérique

A l’interminable feuilleton de Hong Kong, la série
Dis-nous Boris, si c’est une plaisanterie
Ou si c’est Xi qui te les a fournis


BE BOP CIVELLE

Il avait attribué la cause
De cette erreur, de cette pause
Pour calmer les choses

La voiture devait faire fusion
Pour un grand groupe de l’union
Dans toutes les régions

Avec les fausses nouvelles
L’autre, en avait vu une belle
Rue des Civelles

Mais il faut choisir laquelle
Entre la France parallèle
Ou pour les citoyens, la république nouvelle




LIONCEAU RENAUDOT

Pourtant, que sa fourrure est belle
Comment peut-on s’imaginer
Que le lionceau se soit fait nommer

Prix Renaudot, pour l’année
Par une bande de jurés avinés
Mais comment s’est-il fait virer

Dans sa montagne abandonnée
Alors qu’il regardait dans l’obscurité
A l’affut de la moindre fée

Avec ses jumelles et le photographe
Il croyait qu’il était une pure race
Un sphinx avec de l’audace

Pourtant, que la montagne est belle
Comment des imbéciles se sont mis à caresser
Le petit lionceau abandonné

Pour le soigner, à nouveau on lui donna
Une bouteille de vodka
Car, il aimait bien, la wibroska

Pourtant que la jungle est belle
Et pendant que l’on entend les hirondelles
Je vous jure qu’il est complètement soulé par la mirabelle


LES CLANDES

Ah voici l’ambivalence
D’un mal qui ronge la France
De Menton jusqu’à Avranches

Si vous en doutez, je vais de ce pas
Vous racontez cette histoire-là
Car elle implique des gens qui sont sans loi

Il s’agit de l’immigration clandestine
Qui va de la Géorgie aux Philippines
Avec des indélicats qui exploitent des victimes

Mais avec quel candidat, rentrez, voulez-vous
Avec cet exercice de transparence et de rendez-vous
Alors n’hésitez pas, soyez donc clair avec vous

Parce qu’en temps voulu de l’intérieur, il sera ministre
Sans déclencher de violence, ni de déformant prisme
A l’approche de la Grande Borne jusqu’à Istres



NATO'S POWER

Funeste armée de l'Otan
Jamais cela n'a couté autant
Un peu, comme un médecin traitant

Elle entraine des hommes
De Bordeaux à Bonn
Sans compter ceux de Stockholm

Est-ce que l'Otan est obsolète
Quand elle se fait trop discrète
Entre l'ours et l'aigle dans les Sudètes

Peu-t-on croire qu'elle ne disparaisse
Que ce triste combat ne cesse
Pour que l'on oublie ça avec le reste

Dans son travail jusqu'au bout
Il cherche à savoir si malgré tout
C'est nécessaire ou inutile après tout

D'avoir l'Otan en "mort cérébrale"
Qui ne vaut rien qui vaille
Et ne puisse faire face à la mitraille

De la Turquie jusqu'en Scandinavie
Il faut réformer à tout prix
L'Europe de la défense, dès vendredi

Il vous soumet donc à la question
De nous exposer vos raisons
Pour nous de rester, oui ou non


TELEQUATION

Y aurait-il un dieu qui nous dépasserait
Car dans la logique même ou ça existerait
De l'ancien régime, ce serait

Avec le portrait pop en 2 par 2
Avec votre série à suivre, des envieux
En tout cas, il n'y a pas de place, pour deux

Car deux mecs étaient en planque, chez lui, devant
Mais, soyez rassuré, Éric, dans votre sens, je vais, en avant
Pour valider une opération de traduction dans ce plan

Car il y a deux choses que je vois, certainement
Quand ça donnait des séquences très nerveuses, forcément
Avec des gens que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam


C'est donc la partie comique de l'histoire, que voici
Parce que vous avez des dessins antisémites pourries
Avec une pensée politique aussi

Mais, comme le pardon devient inaudible
Ce qui par la même, devient risible
A la télévision, le terrain est constructible

Donc, avec des choses qui se sont démocratisées
Là, je vous le rappel et comme vous êtes étranger
Alors, comme tu le constates, je n'ai rien oublié

Car les missiles sont à l'est
Et les pacifistes à l'ouest
Alors l'équation est une question de vitesse



BALLOTS DANS L'EAU

Alors qu’aujourd’hui, c’est le 11 novembre
Je vais vous expliquer, une histoire étrange
Qui se déroule de la Gironde jusqu’à Nantes

Sur les plages, un jour, on trouva
Des ballots, de cocaïne ça et là
Ainsi aussitôt, curiosité suscita

Alors, on a su que le trafic transitait
De l’Amérique du sud, jusqu’au sol français
Et par les côtes de l’Espagne passaient

Dans un souci d’union, il fallait décider
Un conseil de la défense fut donné
Et le président a pris ses responsabilités

C’est ainsi que les bateaux
Furent coulés avec leurs ballots
Alors que les trafiquants dorment dans l’eau



OPERATIONS EXTERIEURES

Soldats morts en opération extérieure
Alors que les ennemies devaient avoir peur
Avec nos drapeaux et nos trois couleurs

A Djibouti ou au Sahel
Dans le désert, forces réelles
En commençant par le service national universel

549 soldats depuis 1963
Décédés pour la France au combat
Afin de protéger notre sol ou nos droits

Volonté belliqueuse des fanatiques
Dans des contrées hostiles et désertiques
Dans des situations mortelles avec explosifs

Ville du Liban, ou forces Barkham, maintenant
Hier mission Epervier contre des malfaisants
Ou opération licorne qui ne dure qu’un temps

Bus attaqué dans un attentat
Gorges lacérées tranchés à raz
Soyez sûr que l’on n’oublie pas depuis 1963

Sur le théâtre des opérations
Question de principe en action
Afin de vaincre dans la mission

Du pôle nord à l’équateur
D’Europe ou bien d’ailleurs
Furtif combattant de rigueur



TRANSPORTS DE L’ETAT

Toujours sur la route, jusqu’à pas d’heure
Dans les embouteillages, ou pour sauver celui sans cœur
Sirènes hurlantes, bon conducteur

Exemplaire et irréprochable dans le corps de l’état
Civière ou habitacle, places parmi les choix
Aller-retour, ou un tout droit

Ce sont les pilotes recrutés
Pour nouvelles fonctions désignés
Les besoins sont illimités et la vitesse régulée



CLAUSE COMBAT

Camions, voitures ou motos avec conditions, sine qua nun
Véhicules de toutes sortes, au parking des gilets jaunes
Immatriculation mémorisé dans le bois de Boulogne

Avez-vous suivi où ils se sont garés
Avez-vous comprit le chemin tracé
Quand il faut venir, porte de Champerret

Car quand la violence devient majeur et critique
Ou que les islamistes restent une menace identique
Il faut combattre quand c’est dramatique

Jets de pierre et jeu du chat et de la souris
Manifestants violents en terrain conquis
Forces de l‘ordre, avec discernement, matraquant aussi

Rendez-vous, donc, la semaine prochaine
Les uns et les autres, bornés, avec toute leur sombre haine
Comme s’il s’agissait encore, de résoudre tous les problèmes

Car trois voitures en feu et deux vitres brisées
Un édenté et deux yeux esquintés
Ne feront jamais jaillir une vérité
mais dit beaucoup sur la société…


HEUREUX ROND-POINT

Sur les rond points paisibles de la paix
Ceux ou la violence ont été rayé d’un trait
Il y a, peut-être, mieux à faire que de refroidir sans délais

Sous la neige de l’Isère ou celle du Cantal
Sous la pluie du Pas de Calais ou des Pyrénées Orientales
Peuple de France, rencontrez-vous, soyez unis et cérébral

Couples de France, donner un nouveau jour, faites des enfants
Voyez, donc, pour l’avenir de nouvelles choses en grand
Dans les champs de la Beauce ou bien dans le vent Bretonnant

Pensez que demain, ferment les services publics
Terminé, donc, les soucis administratifs
Quand on doit recevoir l’échéance fatidique

Vous serez transporté au soin de l’état
Afin de vous faire oublier tous vos tracas
Ou lorsque, le numérique ne passe pas, par-là

Ainsi, stop à l’insupportable isolement
Des célibataires restés au confinement
Ou des personnes âgés, qui s’ennuient irrémédiablement


LES ARTS, LEZARDS

C’est nous qui inventions les arts, les arts
Et moi qui pourchassais les lézards, lézards
Afin d’en faire la collection, plus tard, plus tard

Dans la grotte des cro-magnons de lascaux, lascaux
Où il y avait des peintures à gogo, gogo
Et des colliers en escargots, cargots

C’est nous qui inventions, les arts, les arts
Et lui qui par une trappe, augmentait les pochoirs, pochoirs
Où moi, le personnel recherchait les restes du tiroir, tiroir

C’est nous qui inventions les arts, les arts
Pendant que tu roulais sans phares, sans phares
Ou que tu ralais contre mon retard, très tard


UNE BARGE

Je te soliloque
Je me rabiboche
De ta caboche

Je me dis
Ceci, le lundi
Dans les toilettes, assis

Pour l’enfant assisté par ses parents
Je ne pense pas qu’il soit content
Alors, il râle et devient méchant

A 14, 15 ans déjà, tu étais barge
Vociférant avec la hargne
Pas très loin de l’Espagne


IMAGINEZ

Brancard, cancer, artères, santé, imaginez



LUNGS IN THE WASHING MACHINE

I know one day you're going to call me Igor
But I would like that you're tell me more
Before a critical war

Maybe you’re ring on my phone at night
But I will not answer about a fight
And the result will be the right

I have been infected in my family
But I choose my friends
Without any insanity

So, the only therapy, I need
It's a real deal
For all of us swing

Also, don’t try cleaning water in your deep lung
Don’t try all your stupid tests
Don’t touch victims with dark lights on their chest


YOU AND US

I would like explain one thing mister president
Like I use to call you Donnie the dog for amuse’ment
You can ask to Sean Connery, I’m sure it’s a blan’dishement

You talk about cleaning’s water for the body
But now it’s a sarcastic’s way, a huge irony
Really about it I don’t care if it’s a dump or a tragedy

Dogs in the night barking behind the fences
When you’re walking and sniffing the gates
CNN and Joe try to catch you without ends

Places have been too much to watch
In the garden or in the house
Twenty pranks ready to open

I will tell you in May
That I what I say
That I know on the first Monday


DEJA VU

Avant avec ton suzuki 4x4
Tu jouais les sympas goldorak
Avec ton copain peter et vos anoraks
Mais sans Grégoire et la drogue foutraque
Chagrin dans la neige et dans le half-track

Comme Bob Haro, il avait des visions
Pour faire comme moi mais sans la communion
Dans une bergerie avec mutation
3 faillites plus tard, il en perd la gestion
De sa trotinette à neige, sans propulsion

Caricature de l’entrepreneur
Avec bac sauce grand veneur
Dans une école suisse sans saveur
Lui, de la neige, il faut en garder la frayeur

Tu ne voulais pas jouer les loufiats
Mais plutôt voyeur à l’hôtel California
Dans les toilettes, c’est l’embouteillage déjà
Quand tu as laissé tomber Vanessa
Comme avec le chien, dans le garage oua oua


JOUEZ SUR L'IMAGE


RAMBO

Je m’appelle Sylvestre
J’ai toujours mes flingues d’orchestres
Avec Adrienne, je fais ma sieste

Je suis le phénix de l’info
L’homme au grand couteau
Avec mon fusil d’assaut

Avec mon m16 au bras
Je les buterais comme des rats
Car, j’ai la loi, toujours avec moi

Avec de la fesse, du feu et de la violence
Personne n’échappe à la transe
Mais le Minnesota, je sais, ce n’est pas la France

Que ce soit avec mes gants de boxe
Ou à quatre heures pour de l’intox
Je suis toujours là, en infox

Sous mon filet de camouflage
Je suis prêt à provoquer la rage
Comme un véritable anthropophage

Dès que pointe le matin
Je vous envoie des pommes de pins
Ce qui vous rend très chagrin

A moins que je ne sorte mon arc
Ou pour une flèche dans ta face
Que je décoche comme à la chasse

J’ai joué dans tous les Rambos
Si tu m’appelles bozo
Je t’explose le ciboulot

Du Colorado au Minnesota
La police me cherche dans les bois
Aucun doute, ils ne m’auront pas

S’ils touchent à Adrienne
Je les raye de la scène
J’en ferais des femmes fontaines


HAUTE TRAHISON

Au début du quinquennat
Quand transition se fera

Non, il ne faut pas
En vouloir à François

Car c’est Emmanuel
Qui l’a trahi dans ce duel

Enivré par la fonction
Conscient, qu’il n’était pas bon


MERCATO

Ne pensant qu’à vos petites places bien chaudes
Dans notre camp, délation ou soi-disant fraude

A moins que vous ne pensiez qu'à la suite
Alors demandez à un psychologue, ce que j'explique

Députés de droite à la gorge vacillante
Veulent chanter avec la sémillante


VLAD ET DONNIE

La Sainte Russie se rassure car dieu protège l’Amérique
Puisque le shérif international est un yankee héroïque
Pour pouvoir poser ses fesses sur le monde dans une triste logique

Vladimir est plutôt content, il n’y aura pas attentat
Selon ce que lui a dit Donnie, sur ces deux sales gars
Qui imaginaient faire éclater une bombe par-là



A LA BAISSE

Quand Ségolène déguste du boudin sur cette chaîne
Toute sourire, mais s’expliquant sans aucune autre gène

Pour Jean-Jacques, le bulldozer du métier
Pour la finesse, on peut encore se pincer

L’on voit ici, une femme moderne et persuasive
Qui répond à tout, avec sa complète force vive

Car pour les voyages d’affaires
Pour la planète, nous, on sait y faire

Quand, il y a une baisse temporaire


CARLOS IS BACK

Carlos est rentré dans son Liban
Il avait pris un avion direction l’Orient

Sa famille ne l’a pas aidé
C’est ce qu’il vient de nous expliquer

Et nous sommes comme surpris
De le retrouver ici

Moi, je trouve cela normal
Car les lois du business chez eux ne sont pas comparables

D’ailleurs les émirats
On bien comprit le profit qu’il en sera


LE GUIDE EN IRAN

Quand les gens sont en colère
Ils sont dangereux

Quand les gens sont très en colère
Ils sont très dangereux

Mais sachez bien que la violence ne nous gagne pas
Que nous exprimons notre indignation de ce pas
Car depuis Nicolas, nous, on ne fait pas ça

Parce que cela ne résoudra rien sur la région


MEMOIRIES

Anniversaire du deuil
Vrai coup de poing dans l’œil

Odieux attentats
Comment oublier ça

Avec rien de comparable
Des victimes inoubliables

Notre pays, terre d’exception
Pour la liberté d’expression

Doit le rester
Pour toujours continuer

Montrer le chemin
Respecter tous les siens

Mais se moquer des religions
Comme une histoire de civilisation


CARLITOS

Conférence de presse en direct
Carlos ne veut plus être suspect

Il revendique son droit à la probité
Il parle de complot fomenté

Incarcéré au Japon comme une ordure
Les nippons ont une société réputée très dure

Il ne s’agit pas ici de découvrir un ange
Mais de ne pas aussi savonner la planche

Rentrera-t-il jugé par nos instances
Sans avoir peur d’être extradé de France

Assurément, il doit jouer cela
Pour s’extirper de cet épisode-là


GM LE DRAGON

Par qui, a-t-il eu un appartement à Paris, Gabriel
A-t-il été aidé pour l’Académie, Gabriel

Car il était Gabriel terrassant le dragon
Dans une histoire démentielle de "Show Les Marrons"

Qui a-t-il d’artistique dans un membre au repos
Celui-là va mourir de faim, bientôt le caveau

Je ne dis pas que c’est bien
Je resterais sans chagrin

Quand un gros idiot
Fait pleurer une gamine sous ses durs assauts

Ou quand, aussi tout le monde sifflote un Œdipe
Evidement-là dans cette histoire, ça constipe


LES GARDIENS DE LA BENEDICTION

Missiles dans le ciel de l’Iran
El-Medhir est au bout du champ

80 morts pour les mécréants
« Tout va bien » selon Donnie avec le costume de méchant

Proportion des actes, pour chacun d’entre eux
Représailles, si ce n’est guère mieux

Hausse du cours du brut sur les places du monde
Fluctuations des marchés, quand la terre est ronde

Escalade de la violence anormale
L’avion d’Ukraine ne transportait aucun général

Pas de bombe atomique pour Téhéran
Les USA y veillerons, assurément

Nouvelles mesures commerciales contre l’Iran
Ça, c’est réellement l’œuvre d’un tyran

C’est de ce que nous voulons discuter
Le commerce a besoin d’être à nouveau envisagé

Alors, calmons le jeu, pas de surenchère
Evitons, les drames et la misère



IRANIAN PATRIOT

Avion tombé en Orient
Par un missile sol/air en Iran

Justin et Boris explique la situation
Sur ce qu’il s’est déroulé dans l’avion

Réponse ambiguë de Donnie
Comme s’il vendait sa symphonie

Se gardant le choix d’en dire plus
Comme s’il s’agissait de vendre un rébus

Si je l’ai eu au téléphone rien de mieux
Que de lui présenter tous mes vœux

Que l’on puisse importer, vous le dites
Pour que le plan soit sans suite

Buvons donc des alcools savoureux
Cependant sans excès tortueux

Composons avec votre ennemie d’hier
Israël, la nation, ranger le cimeterre

Gardez les pays fiers
Sans une âpre colère

Faites fleurir la région
Sans le son des canons

Profiter des techniques
Nouvelles et électroniques


LA GRENOUILLE

Plus aucun doute, la bataille électorale se profile
C’est au centre du tapis qu’elle sera fébrile

Si marine arrive avant les élections
Le président emmanuel sera juge dans l’action

Car les conflits syndicaux exercent une tension
Favorable dans le futur à toutes les situations

Avec des mesures qui sont autoritaires
Adhérez sans faille, soyez donc partenaires

Dans ce flux de question qui arrive quand la voilà
Soyez réservé, ne parler que tout bas

Car avec ce qu’elle soutien, elle en perd,
Et dans son programme, on n’y voit pas très clair

Mais elle fait ce qu’elle veut dans ce dédale
Car moi, je trouve sympathique ce jeu de balle

Donc, il reprend de l’oxygène
Avec absolument rien qui ne le gène

Elle n’estime n’avoir rien à se reprocher
Comme la grenouille de bénitier

Ou celle désignée, de monsieur la fontaine
Le plus roué de la fonction mais sans aucune autre haine


OXYGENE

Le conflit est nouveau et mouvant
Alors que l’on sent, qu’à refaire des attaques, ils ont mis deux ans

Alors, qu’à son poste, elle n’est restée qu’un mois
Un espace politique, nous, c’est lequel, on croit

Car avec la volonté de battre Donnie le chien
A votre avis, qui donc, d’autre, peut gagner contre le canin

Le pouvoir du mercredi fait au minima
C’est ce qui est tragique et intéressant dans cette histoire-là

Elle devait être trop sarcastique dans les pôles extrêmes
Cela faisait longtemps qu’une femme ne vous a pas rendu blême

Car votre avis sur cette affaire ne fait qu’une quinzaine de pages
D’ailleurs, ça ici, tout le monde le sait et ce n’est pas un mirage

Sans voir venir la fusée, qui arrivait au-delà de l’orbite de Neptune
Je vais vous laissez la chercher un instant, avec cette belle plume

Elle n’a rien à se reprocher avec une histoire concrète de grenouille
Car avec des mesures autoritaires, pensez-vous que j'ai la trouille

Alors, ils sont partenaires avec la Manche
Car il n’y a plus aucun doute sur la bataille au centre

Parce que c’est un pays lointain qu’il a trouvé sympathique
Où il reprend de l’oxygène dans la dynamique



MAMA-PAPA-PMA

N’en déplaise, à certain groupe d’ultra gauche
De ce métier, pourquoi n’avoir pas choisis autre chose

Mais pas, parce qu’elle nécessite, plus de sévérité
Puisqu’en comparution immédiate, vous pouvez y passer

Moi, je ne suis pas un ennemi de la routine
Mais on s’amuse aussi parfois à la cantine

Comprenez qu’ainsi, je vous sauve, sans attendre
C’est ainsi que là, vous pouvez le comprendre

Pour montrer qu’il n’y a rien d’ennuyant
Après qu’un homme a voulu sortir, simplement

Alors, regarder en avant et rester avec nous
Car les bébés ne naissent plus dans les choux



POINT DE RENCONTRE

C’est le plus fidèle, c’est votre héros absolus et favoris
Car pour voir s’il y a un mail, ça pourrait être un choc aussi

C’est ce qui imprime le sentiment de solitude en France
Avec cette question qui n’a pas beaucoup de sens

Puisque la mort, s’est invitée dans un champ hyper violent
Quand l’équipe de Charly hebdo est décimée par des terroristes à retardement

Ce point de rencontre, c’est le président
Avec une épreuve, la plus triste, jamais vécu avant

Les gilets jaunes seront au chômage technique, dans toutes les régions
Avec une femme qui parle, en direct, à la télévision



NEZ ROUGES

Pour lui, Il faut considérer qu’il faut être plus sévère
Avec une évaluation sur celui du théâtre qui n’était pas solidaire

Car voici, ces quelques mots extraits avec des petits nez rouges
Selon eux, ils doivent tout faire pour reconstruire ces femmes avec du blues

Pour tout faire au risque de sortir de l’ordinaire
Le conseil était peut être bon ou mauvais, pour me plaire

Ce n’est pourtant pas partout la même situation, même dans l’avenir
Car avec ces gens qui sélectionnent, que vont-t-ils devenir


RIEN A VOTRE QUOTIDIEN

Parce que la maladie a atteint d’autres pays
Toujours avec les emplois de demain, aussi

Il y en a eu 2 en 5 jours
Avec le deni, d’un fonctionnaire de police de toujours

Avec des gens qui ont fait l’objet de procédure
Partout où cela a été reporté en dur

Nos parents, maintenant, c’est étonnant
Vont se planquer

Car, jamais, je ne remercierais assez les Français
Puisque le dollar se porte bien
et que ça ne changera rien
à votre quotidien



UNE STAR QUI FASCINE

On a le droit de faire la grève par lassitude
Cela doit exister sous toutes les latitudes

Car le virus continu de se développer
Comme une souris, jamais rassasiée

Avec une star qui fascine bien au-delà,
Tous les deux sont nés en 2003

Nous maintenant, faisons beaucoup d’économies
Mais je ne leur demande pas de me parler, aussi



LA PRISE DE GUERRE DU JOUR

Avec un nom évocateur « Droit dans le mur »
Donc, il y aura macron face à le pen pour le grand jour

Mais elle, avec les mélanchonistes ensemble
Attendez, soyez sérieux dans ce combat qui les rassemble

Car celui-ci m’a l’air bien serré
Et je ne peux y croire, éveillé

Donc, avec ces outils, je les regardais
Et je disais bof, à cette probabilité

Car l’on a hâte de vous voir sur scène
Comme un lion enragé qui se déchaine

Car il dévore et la contamination
semble limitée, avec le foyer de l'infection



PURE SINCERITE

Où est-elle passée
L’on n’arrive pas à la retrouver

Pourtant, il faut se remettre au travail
Même, si l’on n’est pas du bétail

Car lui, qu’est-ce qu’il dit dans sa petite messagerie
Parce qu’effectivement le directeur a parlé aujourd’hui

Mais, ça pose des questions à la police à l’infini
Car parles-t-on de ces assassinats ciblés, mes amis

Et je n’y suis pas opposé,
Avec des jeunes qui, ainsi, sont attirés

Car c’est la bonne vie méritée
Avec une prestation du soir qui va rester

Et c’est, avec honnêteté et pure sincérité
Dans les années soixantes qu’il s’est exprimé



LE DIABLE CORNU

Découverte d’une vidéo masturbatoire
Dans le disque dur d’un candidat provisoire

Il aurait de toute façon terminé à 12%
Est-ce un suicide qu’il aurait fait sciemment ?

Piotr l’activiste est-il le pantin de Vladimir ?
Ou d’un autre en l’aidant de russie à s’enfuir ?

Réseaux zoziaux en bouc émissaire
Signes des temps de la misère

Faut-il légiférez pour les contrôler
Quand les adolescents se font piéger

Faut-il tout savoir de son voisin
S’il préfère l’avion ou le train

Faut-il tout savoir de vous
Quand vous avez des méthodes de voyou

Terrible dilemme et dangereux tandem
Qui fait que les extrêmes sont à la traine

Car, en oubliant de verrouiller une porte
Se croyant en sécurité de la sorte

Il y a fort à parier que le diable cornu
Vienne piquer votre fondement charnu


TRAGIQUE CONFUCIUS

Masque de protection pour l’envoyé spécial
Ou, bloqué dans la grande ville déserte en escale

C’est avec, méthode dans le procédé logique
Que la manœuvre de l’état fait dans le classique

Construisant un hôpital en trois semaines
Observant les passants avec des drones en scène

12 malades en France sont atteints
Mais plus cruel que les attaques de requin

Formule incantatoire voire magique
Qui nettoierait bronches et rhinites

Paquebot et barques de luxe
Avec des bacilles à respirer en plus

Pandémie internationale
Restera dans les annales

Mais pas de limite à la frontière
Chine, deviendras-tu sanctuaire


SUR ET CERTAIN

Je suis celui qui chasse en piqué
Un observateur aiguisé

Un chef de l’état
Un porteur des lois

Il n’y a pas d’amendement
Qui passe sans belligérant

Sortir le 49.3
Contre le blocage étroit

Alors, allez donc au diable
Députés méprisables

Qui dans la mise en scène
Veulent toujours que ça saignent

Donc, soyez sûr citoyen
Que nous veillerons tous au grain

Que nous ne travaillons pas en vain


CORONORAC VARIUS

Pas encore contaminé
Le président a parlé

Face au virus dévastateur
Qui façonne la peur

Son ministre est testé positif
Son état n’est pas décisif

Il a pris des médicaments
Son cas n’est pas alarmant

Pour le gouvernement, c’est la bataille
Contre le virus qui provoque la pagaille

Confinement et mesures prises
Précautions dans les entreprises

Presse et médias ne parlent que de ça
C’est le sujet dont on fait les choux gras

Les transports sont aussi gérés
Même les musées ont étés contrôlés

Car à l’Elysée l’on prend des précautions
Les ministres sont testés avant les réunions


TRAVERSONS CETTE CRISE

Experts et communicants se bousculent sur les plateaux
Avec des perspectives que l'on espère au top niveau

Eléments de langage et déroulement des élections
Tout le monde s'exprime dans de politique supposition

Après les émeutes et les grèves c'est au tour de la crise
Qui fait que tristement continue la terrible dérive

Mais peut-on croire qu'après le déluge vient le répit
Alors qu'un jour nouveau, nous rendra peut-être tous unis

Selon le président Macron avec ce qu'il explique
"Nous traverserons cette crise" avec tout notre civisme

Restaurants et cafés, magasins sont fermés, jusqu'à nouvel ordre
Transports seront demain la source de quelques désordres

N'oublions pas que tous égaux face au risque de l'épidémie
Nous pouvons tous mourir de cette pandémie

Alors en étant résident de mon pays que j'aime
Je veux être l'acteur face aux pires problèmes



ELECTION CONTAGION

Pour le rendez-vous des élections municipales
Cette fois-ci, je me ferai passer pour pâle

Car, peu convaincu par les délationnistes de circonstance
Ni, non plus, par les canassons de la Suisse Normande

Puisque, chez les uns, le terroir avant tout
Alors que chez les autres, une sensation de dégout

Pour ces deux larrons qui ne me disent rien qui vaille
L’un aux écuries, l’autre à la foire aux volailles

C’est ainsi que chez moi, je resterai
Dans un fauteuil aussi confortable que douillet

En regardant les nombreux résultats
Que je trouverai sur mon écran rectangle et plat

Quoiqu’il en sera de la réponse des urnes
De ce choix d’entre eux deux, il est bien taciturne

Mais pour terminer, ne compter, pas sur moi
Pour commenter, les piaillements de vos ébats

Alors que ceux qui partagent comme moi
Une idée ou bien un charabia

Savent qu’ils peuvent compter sur moi


MARCHES & LOGISTIQUE

Sur les marchés de France
On se ravitaille, quelle chance

Sur les étals débordant de fruits
Tenu par la distance, toujours face à autrui

Chalands trop nombreux se réunissent sur cette place
Commerçants débutent à faire la grimace

Observons la grand-mère ouvrant large cabas
Achetant un concombre, et quelques abats

De nouveau schéma à la tourmente médicale
Ou comportement individuel léger pas ceux de l'hôpital

Mesure de choc sur les marchés ayant lieu, mardi
Avec décret que signe le premier ministre, aujourd'hui

Ralentir la progression du coronavirus
Pour stopper l'avancée de la bactérie des sinus

Avec une stratégie, couper les intermédiaires
Pour les gardez chez eux les centenaires

Tout en s'en occupant de façon optimale
Afin de considérer une fonction maximale


MANU SAXO

Il était parti à l’hôpital
D’une maladie ne s’avérant pas virale

C’était le moment de tenir bon
Il jouait du balafon

Il était notre totem
Nous poserons un chrysanthème

Ça nous éprouve dans ces temps bousculés
Frappant à la période des cerisiers


CONARCA VARIUS

Fléau du ciel, pangolin vengeur ou simple biologie
Revanche de la nature comme une espièglerie

Il n'y a pas de réponse à cette tragédie funeste
Qui emporte les corps malades autant qu'avec la peste

N'est-ce pas le train de la mort qui emporte son lot
De victimes, par qui la maladie sont occis aussitôt

La loi de l'ordre déconseille de sortir vous promenez
Juste de quelques provisions vous munir, vous pouvez

Contrainte légère, si toutefois, la vie ne vaut pas plus
Simple équation mortifère avec l'incontrôlable virus

Si toutefois, l'humanité arrivera à se sortir de l'ornière
De la bondieuserie toute divine, elle en sera l'enchère


SNOW CRISIS

La maladie ne cessant d'emporter moult population
L'artiste et le quidam restent coincés par l'interdiction

La troisièmes ultime guerre mondiale est là
La survie de quelques-uns ou le dernier combat

La farine ou le sucre comme remède, ne pas y compter
L'héroïne ou la coke, vous pouvez l'oublier

Personnages introvertis avec recours à l'illusion
Pour se dépasser artificiellement dans la représentation

Masque du personnage se voulant être roué
Trois heures après, il est complètement exténué

Recule donc, petite machine kamikaze
Ou sinon, ta santé, tu en feras table rase


TELETRANSMISSION

A quelques dizaines de kilomètres
Audio et vidéo, jamais ne s’arrête

Que cela soit en télémédecine
Ou pour un artiste, loin des cimes

Devant une bibliothèque bidon
Avec des livres, tous en carton

Le docteur délivrant ses conseils
Le professeur affirmant sans pareils

Ils ont tous de bonnes raisons pour cela
De tous parler devant la caméra en émoi

Journaliste posant sa question
L’invité avec décalage y répond

Même avec une transmission pourrie
« C’est pour le style », on lui a dit

Pixels énormes, images déchirés
Envoyé spécial version gratuité

Tout cela fait des instants pour pas chère
Protégeant les gens, sans les faire taire


TOXYCHLOROQUINE

Dans la contrée de Marseille
Existe un remède sans pareil

Soi-disant le produit miracle
Recommandé par les auracles

De la Malaria, elle soigne et elle guérit
Ça fait trois semaines que l'on nous le dit

Le professeur aux cheveux longs
Décrit ses résultats dans la région

Une longue foule veut passer des examens
Elle craint la pandémie comme des vulgaires chiens

La chloroquine vendue à prix d'or
Pour un peu, ils dormiraient dehors

L'examen de santé sur ce problème délicat
Va sceller la suite, pour chacun des cas

Pour le professeur aux cheveux blancs
A la télévision, il n'est plus dans le vent

Donc, on ne sait pas, c'est selon
Si ce médicament est tellement bon


LA NOURRITURE

Déjà, ils saccagent le Félix potin
Ils ont faim, ils manquent de pain

La main d’œuvre n’est plus là
Ils ont des hectares pleins les bras

Fruits et légumes doivent être ramassés
Camions en Charentes pour travailler

Carottes, betteraves et pommes de terre
Le choux c’est pauvre, c’est la guerre

Où est passé le flux des travailleurs ?
Que vont-t-ils faire les producteurs ?

Soyez solidaires, si vous avez un cœur
Achetez donc, du foie gras, avant l’heure

Sinon, mangez du rat ou votre chat
Avec des pâtes ou des petits pois

Dégustez des pousses de pissenlits
Car le fast-food, maintenant, c’est fini

Quelles responsabilités pour le lobi agroalimentaire ?
Ou pour le gouvernement, un bras de fer

Que la conserve et que le pain demeurent
Pour que cela n’entraine pas la nutrition du malheur


MALADIE TERRIBLE

Pandémie sévissant depuis, maintenant des lustres
Comme de la dernière, des femmes frustres

Assourdissant comme la fanfare de Chicago
Les chiffres s'expriment venant du dernier ratio

Notoriété au service de la bonne cause
Les artistes ont la bienveillance en prose

Visières, pièces en plastiques, fabriqués en 3D
Les imprimantes sont lentes, dans le secteur hospitalié

Animaux de toute sortes se retrouvent en ville
Les rats, s'invitent, aussi à la fête, dans la vitrine

Tendance miraculeuse des bienfaits du numérique
Avec une dette abyssale, rien dans la logique

Sentiment de balcon tous les soirs à 20 heures
La foule applaudie toujours, avec son grand cœur

Pendant ce temps-là, le confinement s'étiole
Restez à la maison, sinon, danger avec Eole

Si toutefois, il vous venait l'idée de défier la loi
Amende salée, vous acquittez, il vous en sera

Car, il faut bien payer le gasoil du porte-avions
Vous le savez bien, celui de retour à Toulon

C'est donc une épidémie qui est devenue verte
Elle minaude encore, la terrible starlette


TECHNOLOGY

Donnie, it’s not a reason for don’t talk to me
Same things when I said something for free

But, I guess maybe
it’s not necessary

Cause again and again littles mouse
Spin with the rest in their house

If things have all being wrong
You are will be again much alone

I know that you was very proud of this
Can you imagine your life without it

A fatal error in the engine
A profuse calor in the machine

Because I don’t want a touristic places all around
With the garden of queen’s beth on our ground

Like a legal decision in 4k vision
In the cold war transmission


MICROSCHIOTTE

After making his trick
Bill already going to sleep
On his fortune of bits

We still use this shit in the back bone
Because we’re never not alone
With rotten apple or the deep windows's on

Wide wild space of mirror
For sure bill and steve were carnivors
One for the field the other predator

You forget the naughty continent
With theirs penguin nations
Smart and powerfull solutions


CUPID SISTER

Sœur ne vois-tu rien venir
Car plus de quoi s'enivrer avec un souvenir
Avec des gens pas au niveau pour le futur avenir

Recracher la fumée comme la micheline accro
Sur l’écran noir de mon interface perso
En se raccrochant aux branches de ses nouveaux credo

Dans l’église, ils avaient enterré un peu vite le défunt
Ça prouve à quel point, elles voulaient se laver les mains
Pour empocher l’héritage du plus humble des saints


MACHINA INFERNO

Quand tu plantes, quand tu plantes, quand tu plantes ha ! ha !
Quand tu plantes, quand tu plantes, je ris forcément comme ça !

On ne choisit pas sa famille, on choisit ses amis
J’ai choisis pour ma famille de les accueillir, ici
Dormant dans mon salon, nièces, une nuit, m’ont trahis

Pendant que les jeunes enfants dormaient à poings fermés
Il y avait les parents travaillant tous très décontractés
Avec dans le cerveau de l’huile de cannabis bien chargé

Conscience molle et gout des égouts,
Ils travaillaient sur ordinateurs les petits choux
Leur marotte essentielle espionner les gourous

Quand tu plantes, quand tu plantes, quand tu plantes ha ! ha !
Quand tu plantes, quand tu plantes, je ris forcément comme ça !


STOP-COVID

Alors que l’application pour mobile Stop-Covid
Est disponible dans toutes les coursives
Le numérique est une question sensible

Car la cnil a décidé que l’application était valable
Ainsi, donc, elle est recevable
Voté par les députés de l’assemblée nationale

A partir du moment où elle doit sauver quelques sujets
La sécurité ne peut sentir mauvais
L’informatique a cette, clinique propriétée

Chez les députés et sénateurs ont votaient droit devant
Mais à l’académie française, ne sont pas nombreux les clients
Car une pour espionnite aigüe, il était plus séduisant le futur, avant

De l’impudente familiarité que la maladie a engendrée
L’opinion publique redoute, maintenant la promiscuité
Alors dans l'hémicycle comme dans le métro, la pilule fut avalée

A partir de maintenant, on en vit la certitude
Le téléphone est devenu une banale habitude
Sur tous les écrans, on en loue la gratitude

Car, si à l’assemblée et au sénat, ils ont statués
Pourquoi ce passage obligatoire pour se justifier
Car, cependant une majorité écrasante s’est exprimée

Alors, un peu plus tard, sans épilogue
L’on peut dire que le code corrode
Que la paranoïa fait concorde


GERARD'S CHOICE

Dans la ville aux deux fleuves
Non, je ne parle pas de celle sur la Meuse
Mais de Lyon, qui n’est pas dans la Creuse

Premier marcheur d’antan
Qui était dans les rangs
Maire, il fut, pendant un temps

Gérard édile de Lugdunum
Mais, cependant pas à l’apogée de Rome


DEUX HISTOIRES

Oui, la liberté, nous avons appris à nous en priver
Avec celui qui nous a précédemment protégés
N’oubliez pas comment à l’époque, il avait renoncé
Ainsi, le dernier a préféré aux policiers s’adresser

S’il m’est arrivé de critiquer coke et héroïne
Ces deux dangers de mort aussi fort que la Chine
Car, je ne vois qu’une chose, santé se volatilise
Donc, partager, consommer ne doit pas être devise

Cela discrédite, l’histoire de George à Minneapolis
Parce que stupéfiant a été trouvé dans son sang par la police
Alors, l’excellence est impérative comme s’il fallait sauver son fils
Ainsi, élever, n’est pas dresser par un éric autant démocrate que sensible

Dans la manifestation de Paris pour le défunt Adama
Prétexte frauduleux devait interdire le politique schéma
C’est ainsi qu’Emmanuel n’a pas vu le parallèle entre les deux états
D’ailleurs, en l’a déclarant possible, il trébuche sur cette affaire-là

Avec un chef d’état, hésitant et usant du régalien
N’avait-t-il pas envisagé que sans le précédent, il n’était rien
Résultat : un peu comme pour George, voilà ce qu’il retient
C’est qu’il y avait un assassin qui s’appelle derek chauvin


POLICE A MES TROUSSES

Partout où la police entre en action
Avec une culture vivant une révolution
La société doit être au diapason

Cela doit rajeunir le récépissé
Que la justice soit réveillée
Car la police ne semble pas concernée

Donc, imaginez une application
Comme une carte d’identification
Qui éviterait des molestations

Comme pour Stop-Covid avec le succès
En évitant l’affrontement entre tous les sujets
Voici une logique plus odorante encore que le muguet

Personne n’a nié que dans la police
La violence n’est pas toujours propice
Ou alors brutale, elle devient complice

Alors si les gens vieillissent, en Martinique
C’est inéluctable, mais pas dans la logique
De tous contre tous dans la panique

Les
Territoires

ACTE II



LES VOCATIONS

Tous engagés dans les startings blocks
L'un pour le titre, les autres pour les postes

Ils mangent ensemble de la choucroute pendant des heures
S'informant sur le dernier dossier des leurs

Majorité de droite dans la permanence opportune
Opposition de gauche, aux aguets de la bonne fortune

Avant d'être nommé, ils chanterons tous ensemble
Pour racler les tiroirs, des disputes qui les rassemblent

Histoire de champions de toutes parts
Va provoquer des vocations de journalistes bavards

Ministres pendant encore près de deux ans
Après c'est terminé, limité dans le temps

Ne voyons pas tout en noir, soyons positif
Alors espérons que le gouvernement restera actif

Observons ce que va donner les résultats
Si les uns et les autres, marquent, donc, le pas

Ainsi, on peut espérer que le remaniment
Par le chef de l'état soit un succès consistant

Car je traite du protocole ministériel
Avec mon regard qui fait des merveilles

Si toutefois, il y a encore du monde ici
Ou bien à l'élysée tous les mercredis




LES MINISTERES

Le ministre finalise le discours contre les séparatismes
Selon la nouvelle donne de la république

Le ministère de l'intérieur est un secteur sensible
Où l'on combat tous les terrorismes possible

Institutions régalienne doivent poursuivre
Les missions de l'état sans coups férir

L'on attend un peu mieux de toi, marine
Car jusqu'a présent, tu restes dans la cuisine

Mais peut-être que jordan a des choses à dire
Sur cet élément, pour éviter de nous faire rire

L'on voudrait que cesse les incivilités
Que la police fasse bien son métier

Car je ne voudrais pas que mon papa soit assassiné
Et que l'affaire judiciaire soit oubliée




LA FONCTION DONT ON S'ABANDONNE

Elle rit de se voir si belle
La grande fille au poste ministériel

Elle dirige la culture
Demain, le record, ce sera l'agriculture

Je suppose qu'elle connait la Scala
Qu'elle écoute depuis toujours la Traviata

Se baignait-t-elle dans les étangs
Comme la Vouivre, aux cheveux de serpents

Sourire d'équidé plutôt marrant
Néanmoins, je ne lui dirai pas devant

Ira-t-elle au fond du trou
Inaugurer la dernière attraction du puit du fou

Celle avec l'improbable animation
Qui se déroule pendant l'occupation

N'oublions pas les écorchures de notre pays
Qui ont jalonnés pendant ces temps pourris

L'histoire, elle n'est pas si loin de nous
Alors, soyons sérieux, sans l'accrocher au clou

Avez-vous donc, parmis vos acteurs
Des prétendants qui veulent être, moteurs

Maniant à la fois, une honnète technique
Avec discours habiles et laconiques

C'est à ce poste, que je me pose là
Sans emphase de maladroit




HISTOIRE SECRETE

Dans l'histoire secrète de la république
Alors que le quinquénat se voulait très actif

Il y a quelques années d'antans
Dans la jungle des présidents

Pour le numéro un de l'état
Il était moins une pour son cas

Dormant dans le palais de la pompadour
Avec des militaires pas correct autour

Des fidèles à un vieux débris de l'armée
Qui cherchait encore à dire "vous m'écoutez"

Avec un petit hargneux, qui se voulait mordant
Comme un drôle de petit chenapan

Toujours prèt à faire la guerre
Sauf, quand il est à terre

Ils décideront avec leur grande soeur l'Amérique
D'organiser des attentats terroristes

Ces deux types ne plaisantaient pas
Le dernier mot, voulant l'avoir, quoiqu'il en soit

Ces bandits, Ces barbouzes désiraient le pouvoir
Avec des méthodes douteuses de salopards

Le message envoyé au président
Tu te retires, ou l'ont te tues toi et tes quatres enfants

Alors, considérant la menace valide
Il s'entoure avec des amis d'un jeune fulgurant intrépide

Etonnant, il surprend tous les convives
Par sa gouaille qui villipende et ironise

Au ministère des finances, il est nommé
Un peu plus tard, pour les élections, le président va se désister

Monsieur l'intrépide saisissant sa chance
Choisit les préliminaires et il se présente

Ainsi, il gagne les élections
Fort, dans une belle position

Ces choix politiques contraints
Ne sont pas, en soi, une fin

Cependant, grâce au bilan de l'ancien
Son fils échappe aux vauriens

C'est le début du Corona virus à New York
On imagine qu'il y a encore cela qui cloche

Donnie et le capitaine brésilien rouspètent
Avec un système de santé archi bête

Mais il fallait y penser avant les attentats
Eviter de se comporter comme ça

Mais, est-ce qu'Ivana le mérite
Lui qui est moins subtil qu'une frite




JIHAD SHOW

Je suis sur la chaine 25, le TV présentateur
Je vais vous faire part d'un scoop avant l'heure

Saviez-vous que le procès Charlie et Super kacher
Seront filmés en vidéo et feront la paire

Allah est grand pour les fanatiques
Dans les magasins de DVD en boutique

Momo dis-moi est-ce que c'était bien
Pourquoi, tu n'es pas mort les armes à la main

Car dans le prétoire où sont les accusés
On va pouvoir maintenant les regarder




TRAGIQUE FURIE

Réveillé par les faits divers qui bouillonnent
Gendarme tuée à Agen et l'affaire de Bayonne
Comme un son de vengeance qui résonne

Une histoire d'un dealer drogué au volant
Avec 4 crétins frappant
un chauffeur de bus récalcitrant

Le deal est un problème économique
Et ce n'est pas une histoire de comique
Quand sans travail l'on fini par suivre cette logique

N'imaginez pas, que je trouve que c'est bien
Consommateur et vendeur se croyant malin
La demande fait l'offre, dans un sens commun

Se soustraire à un contrôle de la gendarmerie
Voiture lancée en pleine furie
Il accèlère et pour eux deux, c'est cuit

Deuxième cas, important de figure
Tout le monde voulant jouer aux durs
Un chauffeur de bus, tabassé à mort par 4 crevures

Dans cette affaire, là, c'est infiniment clair
Tout le monde devient suicidaire
C'est le drame odieux de la triste misère

Misère économique et culturelle
Ou seul avec dieu dans une fuite du réel
On sent qu'au dessus, il y a un éternel

On suppose bien le déseuvrement
Du rien à faire depuis des ans
C'est l'aliénation au grès du temps

Une fois sortie de l'école qui protège
Sans travail, ni juste quelques arpèges
S'acharner dans une petite sphère

Le futur devient bien obstrué
De là, a vouloir finir par tuer
Je ne peux pas vous le conseiller




LE BON PLAN

Ayant su vite quel était son chemin
Il devint après ses études, médecin
Puis syndicaliste avec les siens

Après, il est nommé ministre
Avec l'épidémie, il va prendre des risques
Tenace, il envisage toutes les pistes

Crise, dans le personnel publique
Situation à la limite du critique
Pour la reprise, il fait un diagnostique

Il tient bien son ministère
Il insiste pour des bons salaires
Mais l'on ne peut pas tout faire

C'est avec le maximum de signature
Que l'accord peut définir le futur
Avec les syndicats dans une belle posture

Avec des très belles carrières
Des points de retraites sans barrières
On peut imaginer qu'ils seront solidaires

C'est ce qui fait la richesse
Attire les employés avec une promesse
Qui sera tenue, celle-ci sans faiblesse

La santé en france n'est pas une religion
Elle doit être vécue comme une passion
Pour les plus doués comme une vocation

C'est du ministre Véran
L'histoire dorénavant
Une carrière avec un bon plan




MULTIMEDIAS & CLOTAIRE

Pour tout ceux qui bricolent
Utilisant des informatiques babioles
Avec des gadgets créés en code

Pur produit de la république
Communication et techniques
Multimédias et télématique

Postulant pour le poste ad hoc
Pas celui d'un simple ventriloque
Ni d'un roi du Maroc

Si je suis nommé
Si je devais être désigné
Par le président et le premier

Rien ne pourra plus me satisfaire
Car plus clément que Clotaire
Ce n'est pas cela qui m'indiffère




LE FAMAS

Discours du président
Aux armées, il s'exprime maintenant
Jamais entendu auparavant

Dans ce monde d'exception
Où le danger est une fonction
L'europe du sud-ouest est sous les néons

Entraînement répété tous les jours
Où le hasard n'a plus cours
Gestes précis et protocole toujours

A Paris, le défilé du 14 juillet
Cette fois-ci, n'est pas motorisé
Les hommes, au pas vont marcher

Les fanfares entraînent la foule
Du jet à la montagne ou bien la houle
On peut donc former sans attitude cool

Car la légion étrangère donne
Une cérébrale colonne
Qui construit et font les hommes

Hommage aussi, à tous les soignants
Civils et militaires présents
Qui n'ont pas faillient, c'est important

Encore quelques heures
Pour connaitre la teneur
Du discours de la ferveur




JULIE PRODUCTION

Elle se promène en cabriolet 504,
Mais pas sur un canasson ou à quatre pattes
C'est une Vénus, une Cléopatre

Elle parcourt la France, de long en large,
Du pays Basque,
Ou bien jusqu'à la ville d'Asq

Elle épousstoufle, cette réelle beauté de nacre,
Tous les passants, même ceux avec une barrate
L'on comprend tout de suite, qu'elle n'est pas une arnaque

Recettes de cuisines et celles des salades
Les petits plats ne seront plus jamais fades
Sans déguster du sirop d'érable

Est-elle mariée, a-telle larron en foire ?
Voyage-t-elle avec un drôle de loir ?
Je lui jouerai bien du clairon, est-ce dérisoire ?

Je crois qu'elle a deux enfants, ce n'est pas très grave
La dass est un lieu fabuleux, surtout s'ils ont la rage
Ils seront dans un endroit merveilleux, mieux qu'à la plage

Avec elle, pour un jour jamais, je ne serais malheureux
Nous souperons ensemble et le matin me rendra vigoureux
Elle sera comblé et moi surtout, je serai heureux

Mais, entre nous, franchement, je ne suis pas là
Pour vous dire de perdre du poids
Mais considérer, que pour elle, moi, je me coupe un bras




LA DANSE DES ARMOIRES

Merci monsieur obama
elon musk, joe, bill ou nicolas

Car le bitcoin, pour le hack, c'est toujours bon
Comme en 1945, ça paye la revente des bas nylon

Dans ce climat avec l'informatique délétère
Où le code corrompu sont dans toutes les artères

Avec la france ou une partie d'elle
Se divise dans une sanitaire crise rebelle

Dans leur mise en oeuvre, les territoires concernés
Doivent pour la mission de l'état, être assurés

Ainsi, où fichiers informatiques sont fichus
Quand machines récentes marchent tordus

Il semblerait que l'on est dans la haine de l'autre
Et c'est saint jean qui en est l'apôtre

Cependant, les français veulent l'écologique transition
Même, si c'est une condamnable version




JOYAU GOTHIQUE

Pas vraiment le moment de faire des conclusions
De tout ce que l'on peut dire sur cette inflamation
Avec la cathédrale de Nantes et du jour cette agitation




BAS LES MASQUES

Avec l'impératif port du masque pour chacun
Gestes barrières pour tous pour demain

Marchés couverts obligatoires
Lieux clos ou ouvert comment savoir

Est-ce que chez soi, faut-il se masquer
Avec le protecteur en tissus ou bien en papier

A l'élysée doit-on le porter maintenant
Gardes républicains mais aussi président

Les uns ou les autres, bébés ou adultes
Les gens, aussi ceux qui en font un culte

L'on devait attendre cette mesure le 1er aout
Elle arrive maintenant et sans aucun doute

C'est un tout petit débat que l'on peut juger
Comme une dernière tarte à la crème, préparer




CATHERINE N.

Catherine, tu perds ton compagnon
Le respectable Albin le grand blond
Résistant, contre l'ennemi pendant la libération

Homme engagé de l'état
Garde des sceaux, simple et droit
Député et maire, peut-être un peu froid

Maintenant veux-tu me raconter
Chère Catherine, ton été de sommité
Car nous pourrions échanger sur l'oreiller

Dis-moi que fais-tu ensuite
Envisages-tu des gens qui hésitent
Mais, si peu et de façon fortuite




CENDRES DU LIBAN

Dans le bassin de la méditérrannée
Là, où il y avait des cèdres concentrés
Près du port où du nitrate était stocké

Gentille matière à Beyrouth
Qui va créer la déroute
En faisant du yaourt

Double explosion, c'est la java
Images de chaos, c'est la nouba
Onde de choc, c'est du nougat

Les américains savent moins
Avec la géographie, si c'est loin
Eux ce qu'ils vendent, ce n'est pas bien

Les européens vont-ils intervenir
La nourriture va-t-elle pourrir
Car, la patate redonne le sourire

Il était question d'attentat
Où la vie ne vaut pas tant que ça
C'est bizarre nous l'ont oublient pas

Bateau kamikaze n'ira pas bien loin
Nitrate à charger dans la cale, ce n'est pas bien
Manger du verre, c'est pour demain

L'on va donc réfléchir
Car personne ne peut vraiment dire
Ce que nous feront sans rire

Donc, préparez les pansements
Car demain, c'est la covid assurément
Qui viendra vous prendre gentiment




MULTICONFESSIONAL

Pour faire un peu comme les territoires de 47
Avec les britanniques mais sans se soumettre

Avec des multi confessions
Pour de multiples raisons

Quand on cherche à destabiliser
Par toutes les pressions

Avec une jeune fille né en 1920
Où, ils ne sont responsables de rien

Avec des armes qui appartiennent aux milices
Le système s'entète et résiste




LA BISE

Dans ces contrées dangeureuses
Ou ma femme devient peureuse

Quand il est question de nitrate
Missile ou négligence, c'est l'angoisse

L'on ne saurait que trop conseiller
Les mesures nécéssaires de sécurité

Car quand il fait froid
Quand la bise attaque visage et doigts

Il faut mieux vivre et se protéger
Prévoir avec un navire sécurisé




LA FAIM DU SYSTEME

L'inquiétude est un sentiment partagé
Par des gens qui souhaitent s'élever
Comme à Paris, où le niveau est élevé

Mais, à Beyrouth, est-ce un attentat ?
Car de toute façon et quoiqu'il en soit
Ce n'est pas si catastrophique, s'il n'y a que ça

On a tous comprit qu'avec cette question
Aucun moyen de trouver la réelle raison
Car ils sont nombreux à avoir voulu cette situation

Alors, comme Michel cherche à ne pas froisser
Qu'il reste prudent en ne voulant pas contrarier
Les forces multiconfessionnelles qui cherchent à s'imposer

Sinon, avec les manifestations
Pour tout ceux représentant la population
Va t-il y avoir la révolution ?

Un problème se posera t-il au régime ?
Y aura t-il encore des tragiques victimes ?
Avec une rebelion faites d'annonymes

Pourtant, sur la visioconférence de l'onu à venir
Il n'y aura pas de quoi y revenir
Notre position restera ferme et sans sourire

D'ailleurs, il n'y aura pas d'autres propositions
Que celle que nous vous avons fait, avec ou sans rebelion
D'ailleurs, sur ce point, voici la dernière des questions




LE FLUX DE L'ESPOIR

Monsieur le président macron
J'ai en tête de nombreuses questions
Car au Liban, il y a rebelion

La corona virus l'on en parle plus guère
Ce qui s'envisage, c'est plutôt la sale guerre
Mais, sans plaisanter, car l'espoir c'est prioritaire

Alors puisque la guerre, ce n'est pas jolie, jolie
Et que vous vous adressez à plusieurs dans ce conflit
Alors, il faut absolument le soutien du fmi




WWW.PRIERES.COM

Dans la zone des trois frontières
Où certain font la guerre
Soudain tombe la brève

Terroriste au nom d'allah
Voulant imposer un califat
Tueurs aveugles qui ne voient pas

On voudrait nous faire penser
Qu'anti-français, ils sont possédés
Par cette matière obsédée

Dans l'île de France, au grès des saisons
Ce sentiment pousse sur tous les bourgeons
Par des gens qui cherchent à faire, de la mobilisation

L'on se doit de faire progresser ses enfants
Même, quand ils ont 46 ans
Et leur dire que dieu n'est pas brigand

Car, si les problèmes perdurent
Avec sanction, c'est la misère qui dure
Où rien n'est bon pour l'emploi futur

Cela ne doit être pas un problème de religion
Qui deviendra nécessaire mais la punition
C'est que violence ne peut être légion

Au Sahel ou à Garges-les-Gonesses
Pour vouloir rester dans la pièce
L'on ne crache pas sur la moquette

Cela vaut pour ceux qui ne croit ou pas
Qui font la prière avec allah
Ou bien celle avec bouddah

C'est donc être anti-français
De tuer sans avoir de respect
En étant hors sujet

Ou sinon comme de terrible crétin
Qui mets en jeu le destin
De plusieurs millions les siens




VLADS VACCIN

Alors qu'au usa, donnie le chien
Se fait canarder par un vaurien
Il écourte avec la presse, un entretien

A moscou, à quelques kilomètres de là
Avec visioconférence au kampchapka
C'est vladimir qui sort Spoutnik de l'au-delà

Avec le vaccin contre le corona virus
Il ne veut pas être pris pour un minus
C'est une grande première chez les russes

Après avoir trouvé avec précision
Le summum contre l'infection
Car cela évite la guérison

Vlad en bon père de famille l'a même testé sur sa fille
Espérons, qu'elle ne soit pas devenue stérile
Ou qu'elle s'écroule en devenant fragile

C'est la course et tout cela, avant donnie
C'est certain, le président us, il est maudit
Car, il s'est fait avoir, en regardant, ciel mon mardi

Ainsi que toute la clique de Yale Inner city
Ou celle de Stanford University
Qui n'ont pas trouvé le vaccin avant vladi




EQUIPE SOUDEE / DETERMINEE

C'est une grande équipe qui s'est retrouvée
Sous un grand soleil côté méditérannée
Alors que Beyrouth est en partie, ravagée

Car chez nous, il fait encore très chaud
Lui aussi, a réagit, de versailles à bordeaux
L'on garderait bien les pieds dans l'eau

Dans cette zone qui reste encore en rouge
Ils n'ont personne pour les aider et qui bougent
C'est ainsi qu'il faudrait bien un bon groove

Forcément, l'on peut toujours avoir des regrets
Mais, nous ne sommes pas là pour vous vendre du magret
Et pas non plus, dans une démarche de vaccin français

Alors, on fait appel à la générosité
En espérant qu'elle ne soit pas contrarié
Que nombreux seront ceux qui doivent être sauvés




MASQUE

Ces groupes ne connaissent pas la situation
Ni non plus la barbarie en question

Alors, si vous perdez, vous ne perdrez pas grand chose
Blottit au fond des alpes avec peut-être une grande cause

En admission ou en réamination, ce n'est pas drôle
Mais, moi je n'ai pas envie de jouer ce rôle

Alors écoutez le témoignage de ce journaliste
Qui sur le plateau des problèmes, fait la liste

Et le masque, c'est généralisé pour tous




QUE NEIGE FONDUE

Monsieur, donnie le chien
Président vlad d'hier matin
Que je vois débouler au loin

Dans les plaines de l'est
Ou celle du canada à l'ouest
Edward snowden s'ennuyait des territoires us

Car, donnie, tu dis t'intéresser au problème d'Eddy
Veux-tu l'avoir dans ton lit
Ou bien dans celui d'ivana trumpy

Alors, nous, que dirons-nous
De ceux qui ne servent à plus rien du tout
Dans ces pays remplis de barges et de fous

Essorés de tous les secrets numériques
Libérer des angoisses informatiques
Ils sont bons pour le placard de l'âpre panique

Alors envoyez-le à Garden Grove
Ou sinon dans la zone de Douvres
Si, la porte de la Liberty, s'ouvre

D'ailleurs, avec cette boule glacée dans la rue
La neige complètement a fondue
L'on ne retiendra rien de ce qui s'est répandu

Donc, de l'est à l'ouest, de l'ouest à l'est
Alors restons tranquilles et ramenons à brest
Frédéric momo and so nice in Nice, Edward à l'ouest

Sinon, évitons les cadavres
Dans ces histoires qui passent
Pour éviter de faire de maurice dantec, la page

Avec les craintes des médecins
A qui l'on impose pour chacun
Des injonctions chagrins

Qui soulève les coeurs
En préparant les fleurs
Et provoque douleur

Alors justice pour l'ensemble
Afin, qu'elle soit présente
Qu'avec la dignité, elle rassemble




LE CONVOI ROUGE

sharon, tu ne vois pas l'injustice
Ca te touches aujourd'hui, pauvre biche

Pour michelle, la science, nouveau dieu atypique
Rappellons-nous en 1945, il était atomique

Alors permettez-moi le fourire
quand je pense à Zorglub avec un sourire

Mais l'ironie ne me semble pas appropriée
Quand vous faites des tronches d'épouvantées

Mais aussi parce que vous plaisantez
Sur des personnes obèses et des enfants sous-alimentés

Avec une paire d'haltères en or
Ou des nouvelles chaussures de sports




BON POUR TOUS

Dans cette contrée de biélorussie
Les élections sont-t-elles devenues flétries

Angleterre et états-unis
Evoquent sombre félonie

Nous, nous nous déclarerons demain
Quand nous aurons jugés du terrain

Car manipulation des urnes, s'il y a eut
Ne doit pas se terminer dans la rue

Mais, avec les otages des manifestations passées
On aurait déjà pu, tous les relacher

De mort, qu'il n'y en ait pas trop
Mieux que l'on en reste à presque zéro

Mais pas d'ingérence de nigaud
Qui viendrait se prendre pour zorro

Pour faire comme avec l'afghanistan
Autre histoire, autre temps

Mais forcement, on peut penser au kosovo
Avec qui l'onu l'a joué bon dos




ECO-COVID

A travers chaque mesure
Masque anti-covid sur figure

Le monde entier retient son souffle
En espérant que le travail et les ressources

Ne tombe pas économiquement
Dans un nouveau reconfinement

Entreprises à petit pas
Echoppes qui ne marchent pas droit

Traffic aérien arrêté en plus
Tout ça à cause du virus

S'il y a encore des malades
Si les statistiques ne font pas glissades

Il n'y a pas beaucoup à parier
Que le commerce soit amputé

De la vertue des valeurs
Qui est censé apporter bonheur

Dans un soucis de distribuer
Pas forcément prospérité




PESTE PROFESSOR

Ne plaidant pas, pour la panique
Nouveau, le professeur raoult combat la grippe

30 mille morts en france depuis le début !!!
Avant l'interview avait-t-il bu ?

Petite apparence à la Pollux
Ce n'est pas important, ça plait ce flux

Lorsque didier montre sa figure
Il se sent fort et fier dans cette mouture

Selon lui, "Il ne fait pas de politique"
Sa seule feuille de route: ce sont les médias stratégiques

C'est bon, on l'aura comprit
C'est un précheur dans la nuit

Qui vient de faire un coup à la télévision
Et je suis bien persuadé avec consternation

Que la suite, on l'a trouve sur internet
Avec le service après-vente contre la peste




BUNKER BREGANCON

Lui est toujours le leader
Avec la musique qui fait peur
Tempo rapide et fureur

Ils ne se déplaceront pas, ensemble
Ils feront une petite danse
Ce que nous combattons, c'est l'insouciance

Les anglais sont déjà bien loin
Brexit stupide pensant gagner 4 points
Ils se croyaient être chafouin

En grande-bretagne, brebis et moutons
Bêlent plus fort, encore dans les wagons
Avec des cervelles aussi grosses qu'un moucheron

Alors quoiqu'il en soit
Du football dimanche le résultat
Nous resterons inarrêtable et droits

J'imagine qu'ils doivent déguster
Petit plats et petites entrées
Avec distanciation pas négligée




LE THE D'ALEXEI

Donc, alexei navalny criait à la mort
De nuremberg s'envole l'avion pour omsk

Les médecins le trouve un peu pâle
Car, il est inconscient mais ne fait plus de râle

Pourtant, ils décident qu'il ne peut bouger
L'avion pour l'allemagne sera t-il oublié




LILI SITES

Dans les années 80, c'était le bassin des lézards
Maintenant, ce sont des agriculteurs très bavards

Avec un service commercial qui n'est plus dans la rue
Et des guetteurs qui n'ont plus besoin d'être entendus

C'est, dans ce métier illicite
Un non sens économique

Alors, pour un tout petit peu plus de cash
Au moins, on ne vends pas de kalach




DREAM SWING

Je veille au "rève américain"
Celui avec les 101 dalmatiens
Où il y a de l'herbe pour chacun

De san franscisco et son golden gate
Et des petites compagnies, pas bête
Qui envoient aussi par fret

Dans le sec desert d'arizona
Et des nuits de code en java
En ayant très vite des résultats

Du minesota à la floride
Pour les crotales et les arachnides
Nourriture riche en glucides

Pour l'indémodable gary cooper
Pour le narratif william faulkner
avec les meilleurs designers




SALADE NICOISE

Il y a toujours eu deux gauches
Pour favoriser ou non cette pose

Cela existe depuis la nuit des temps
Cette chose lascive qui lentement

Rends laxiste et moins compétent
Mais peut-on croire que c'est charmant

Avec un jus de goyave succulent
Ou de l'orange avec engouement

Car au bout d'environ deux ans
Aggressif, devient ce produit inquiétant

Cependant pour vendre les motos
Il y a à pointe-à-pitre des élèves rigolos

Alors avec beaucoup de coup de téléphone à donner
De ses bêtes, l'éleveur, a envie de les rentrer

Le fusil mitrailleur est aussi grand que lui
Je suppose que les douilles sont petites aussi

Mais maintenant la séance est annuler
Et rien à m'apprendre, pour ce qui est de m'amuser




FRASQUE SUPERIEURE

Comment en 1933, Hitler a gagné ?
Il s'est hissé au pouvoir affirmé
Avec une bande de dégénéré !

Après le meurtre des opposants
On brûlait les livres sans entendement
Plus facile, donc, pour avoir des arguments

On marquait des slogans
Sur les vitrines des marchands
Plutôt chez les juifs, ce n'était pas charmant

Les SA menaçaient dans la rue
La violence jamais ne se-tus
Mais l'histoire a-t-elle plut ?

Les jeunes se firent engagés
Et hitlérienne fut nommé
Des trouffions pour la croix gammée

Propagande partout retentissait
Dans les officines radio et ciné
Ou dans les stades des villes et cités

Aryen, en appartennant à la "race pure"
Une doctrine qui n'est pas sans félure
Ca a duré 15 ans, ce régime à la dure

Eliminant, juifs, tziganes, homos, handicapés et résistants
Ou en les enfermant pour le travail dans des camps
Rapport de maîtres à esclaves gratuitement

Ils disposaient, ainsi, d'ouvriers faciles
Qui pour survivrent étaient bien dociles
Un jour après l'autre, un contrat fragile




CANADA STRIKE

Donnie le chien parlait des GI's
S'y est prit comme avec une paille

Voulant faire le malin
les moquas et fit chagrin

Les traitants de perdants
Ceux tombés au champs

Ne faisant politique
De son électorat pathétique

Se noyant de confusion
Dans ses tristes explications

Blessa moults parents
Dont morts étaient les enfants

Ce n'est pas très drôle
Cela s'est passé sur notre sol

Et micros ont saisit
Cette infâme ignominie

Alors qu'au canada, je vous le rappelle
Notre président n'avait pas fait pareil

En échangeant sur donnie
Et partageant avec des amis




BARBARE MARINE

Marine la barbarette
Avait l'envergure d'une préfette
Et encore pas celle de Papeete

Ses paroles qui étaient simple à comprendre
Car, plus docile, elle cherche à vous rendre
En chassant, soi-disant, des vauriens à pendre

Architecture des phrases en plein naufrage
Dans sa bouche, elle s'exprime avec un fromage
Comme dans la fable qui se termine avec un outrage

Son appel aux français, c'est l'identité
Mais sa cible systématique, c'est la sécurité
Avec ceux, qui pour elle, ont toujours votés




NOVITCHOCK

Alexeï du coma est sorti
A l'hôpital berlinois, dans son lit

Rêvant à sa datcha
Quelque part dans les bois

Entre Irkousk et Vladivostok
Son manteau et sa toque

Urines bleue turquoise
Désormais sera la base

Poison a-t-il ingéré
Ou, si son thé fut frelaté

Puissants du monde
Villipender l'immonde

Comme Raspoutine
Le prélat cotoyant Lénine

Au plus profond de la loubianka
Ou dans les territoires du kampchapka




GARDE ROYALE

Quand elle rentre dans le studio
Calme et silence sont au niveau

Elle impose par son engagement
Ce n'est pas chez elle, un évitement

Répondant à laurence
Sans être de connivence

C'est la barrrière politique
De façon déonthologique

Elle, qui a eu quatre enfants
A fait face en signant

Plusieurs livres sur l'écologie
L'environnement, comme l'on disait aussi




CULTURE FUTUR

Jérémie le comique râlait contre roselyne
Inconscient, il s'était pris pour une victime
Recherchant comme jack l'hémoglobine

Avec la joie et la fièrté de son nouvel habitat,
il en fit part comme un gros bêta
Car gras revenu, fut un temps, sa loi

Ramenant le problème à sa vision de seul victime
Reparti sur 5 dates pour jouer sa comptine
Il ne parlait qu'en son nom comme bête sanguine

Primo, de terrorisme, il s'en était fait le pourfendeur
Pourtant, jeunesse et bétise étaient bien à l'heure
Maintenant, son sujet, c'est la corde toujours avec la peur

Alors soignons-les, ces tristes petits chérubins
Les sourires sombres, ces prototypes humains
Qui doivent réécrire après le covid, leur idéologie sans frein

Comme disait Pierre desproges, peut t-on rire de tout
S'esclafer des malades mentaux ou des vieux griboux
Ou des soldats morts victimes du terrorisme qui ne sont plus debout

Avec des substances illicites, pour vous donnez l'illusion
De vous croire roué, en parfaite adéquation
D'un public dans la même, mentale stimulation

Sinon, l'on sortira de la salle avec dégout
Puisque, demain c'est le film ou l'oubli à tous les coups
Avec ce qui pourrait le faire devenir flou

Car c'est plus gais, même dans les faits
Dans ce cinéma de rue, de fiction de petit hurluberlu




DEPAKINE

Dans cette histoire, l'état
S'était fait taper sur les doigts
Pour avoir créé, des bébés sans bras

Scandale sanitaire
Conscience légère
De sociétés vache laitière

Finosa safoni et nafosi
Je vous invite à trouver celui
Dont l'état s'était fait l'ami

Cette pharmacopée datant de 1967
Etait la pomme blette
Rendait, en plus, simple et mauviette

Sinon pour les foetus
Il était le janus
De malformations dans l'utérus

Les psychiatres en donnaient souvent
Cétait le moyen des sachants
De tuer l'inventivité et la mémoire des patients

Se cachant derrière leur petit doigt
Psychiatres se croyant à l'abri derrière l'état
Les tribunaux ont jugés le péril de Troie

Car de cette molécule qui sort de l'ombre
Deuxième affaire serait bien sombre
Pour un bromure contre la fronde

Ce qui pourtant n'entachera pas l'euphorie des banquiers
Sans faire usage de canons sciés
Mais effets de rats qui vont rongés

L'atmosphère déjà viciés
D'une cité embrumée
Par les gazes d'un pouvoir abimé

Alors péril avec le médoc
Danger dans le paddock
Avec une molécule qui siffle deux notes

Mais c'est bizarre, je devrais être K.O
Pourtant, je chante encore à nouveau
Une douce mélodie, sans pavot

Car dans l'agence régionale
Se pratique un petit sport de balle
De lutte intestine ou de guerre total

Car même avec la volonté de m'expliquer
Que ce sont des soins que vous prodiguez
Je ne suis pas dupe de votre bien fondé

Car étand le plus apte à m'osculter l'âme
Et je le sais bien en mangeant ma banane
Je vous invite à en parler avec ma femme

Avec un médicament
Qui a fait son temps
Et donc, doit sortir des rangs


Le Poignant
Cérébral

ACTE III




MADAME ROYAL

L'interview est étrange
Car vétue de sa veste blanche
Elle arbore une allure, droite et franche

Son parcours n'a rien d'anecdotique
Fusion des courants écolologiques
Femme intègre et symbolique

Prète à faire partager
Son sens de la rigueur avec sobriété
Pourra sans doute nous rassembler





DIGNE DU SOMMET

Ce dimanche 27 septembre sur la chaine LCI
A 19 heures l'on retrouve, ainsi

Une femme aussi forte que brillante
Et un gratte papier de basse compétence

Toutefois ne portons pas grief
A un homme avec certes, un certain cortex

Pour elle, je fais un complet constat
Elle est plus qu'a la hauteur dans ce combat

Femme élevée dans une grande famille
Ayant dans une joute, déjà combattue un petit mandrill

Sous les spots d'un plateau de télévision
Déjà, pleine de fougue et de conviction

Aujourd'hui, elle fait usage de ses ressources
Prêtes pour l'essentiel dans la, présidentielle course

Pas question, d'être dans l'effroi
Avec une véritable femme digne du sommet de l'état

Elle en fera de la paté Canigou
De Luc, le gentil toutou

Qui lui, va vouloir dédramatiser
En tentant de vouloir s'adapter





DONNIE & SLEEPY

Donnie a perdu son téléphone aux composants dépareillés
Maintenant, c'est le silence qui vient de s'installer
S'avait-il que cela pouvait arriver ?

L'élysée et l'europe avaient prit de l'élan
Pour s'atteler a téléphoner à cet instant
Et, c'est le tragi-comique de la farce du moment

Cependant, refoulé par deux notes creuses
Mais toutefois, cette maison blanche reste poreuse
Alors, Ivana apportent-nous deux gueuzes

Car, ils sont laissés par leur propriétaire
Et les lionceaux entretiennent un climat délétère
En Europe et au-delà de nos frontières

Mais ont-ils encore un pouvoir de nuisance ?
Ces 7 000 soldats avec grasse panse
Encore, toujours là pour cette trance

Parce que Donnie nous a, cependant avoué
Qu'il avait dû déjà, beaucoup les payer
Pas de doute, avec lui, c'est un don de probité

Mais, encore faudrait-il que Donnie ne s'inquiète
Qu'il vienne appuyer sur la bonne sonnette
Et qu'il arrive, sur ce point, a réveiller Sleepy Joe la vedette





DANGER DANGER

Ce soir, combat ultime entre donnie et joe
Ce genre de confrontation, ce n'est pas nouveau

New york post en action
C'est le prix faible de l'imposition

Alors que dans l'immeuble, un barbouze est présent
Avec un très gros chèque en blanc

Il tente l'infraction dans la pièce
Le voisin de palier qui rage et qui peste

Après les disjoncteurs secoués, la semaine dernière
L'offensive est plus risquée avec un tueur solitaire

Nous connaissons tout ça par coeur
Tout se jouera dans le dernier quart d'heure





WASHINGTON'S SONGS

A l'affut d'un programme, la souris dans la main
Je cherche et je fouine comme si j'étais mandrin
Dans l'espérance d'un film qui me retient

Sur la plateforme, utilisant mon téléviseur
M'arrêtant un instant sur le journal de 20 heures
Je fini par me poser devant quatres locuteurs

L'une est chanteuse, elle présente un disque
Yeux enjoleurs de serpent et formes plastiques
Maintenant je crois que l'on peut, aller, ensemble au cirque

Déplorant qu'ils en sont encore avec des conjectures
S'entourant de plates ritournelles et simple caricature
Dans un travail à quatre mains sans conjuguer au futur

J'ai le regret de vous dire que maintenant
Les femmes voilées n'accompagneront plus les enfants
Comme un effet d'annonce voulu par le président

L'épidémie régnait à washington d.c
Et le président et la first lady
Avaient partagés le cluster dans leur lit

Toutefois médecins et soignants
Mentent comme des arracheurs de dents
Car, selon les ordres, tous s'égosillent à plein temps





IL ETAIT UN PETIT HOMME

Dans la france d'octobre après de tristes attentats
Où dans le monde politique, peu de monde, vraiment, ne bougeat
Une frange de la population tactique s'indignat

Pirouette, cacahuète

Dans le pays, on sentait un vent frais d'indignation
Qui courrait dans l'hémicycle avec les altercations
Ainsi, l'homme de beauvau, faisait dans l'intervention

Pirouette, cacahuète

Est-ce mental ou est-ce physique, sa logohrée cosmique
Qui consiste a déballer de façon tragi-comique
En tous point les idées d'un autre, qui lui agit dans le grave comique

Pirouette, cacahuète

Tant que perdure cette situation qui courrouce
Je n'écrirais pas mes brûlots en douce
Pour persuader le président d'agir face à ces doutes

Pirouette, cacahuète

Toutefois, je ne me sens nullement obligé
De ce qui vient de loin, d'approuver
Ce petit bonhomme pour qui, je devrais voter





PIERRE LE PITEUX

Pierre le piteux
Triste comme la pierre
Pire que le gueux ne réfléchissait guère

Deux queues pour cette homme
Loin d'être un dieu sans réformes
Fourbissant crime venant de pologne

Maussade sur la piste était le terrain
Quand l'avion biper dans un dernier chagrin
Fit pleurer quelques orphelins

De caen, j'y mets une ponctuation jouissive
Avec une définition devenue précise
Qui pose le score sur un point d'analyse

Alors n'essayez pas de nous désunirent
Nous, pays multiculturel, qui ne pouvons subir
Qu'un double triumvirat, veulent nous faire souffrir





HOMO POLITICUS

Tueurs de croyant dans la basilique
Tellement conséquant dans les statitiques
En posant problèmes pour l'éxécutif

Quand la france est au ralentit
Que tout le monde croyait que c'était fini
Attentats et confinement, populations y sont soumies

Comme une prédation morale
Terrorisme ou épidémique, lutte territoriale
Qui ronge les esprits à l'échelle mondiale

Assassin au couteau
Vaccin pas encore au niveau
Commentaires mouillant le maillot

C'est dans cette france que le fardeau
Hisse, les âmes à un plus haut niveau
Les neurones effleurent les synapses à vitesse nano

Les abeilles plus mal qu'ailleurs
Angoissent-t-elles les apiculteurs
Quand le buzz ne sont plus le leur

Lorsque religion et santé
Laissent des graves anxiétés
Dans les esprits faibles et désorganisés

C'est ici, que majorité et opposition
Viennent s'attaquer chacun avec son nom
Comme le théatre de la division





FRANCE INTERNE ET LES 40 CATHARES

Ils étaient le whois qui s'agitait à la radio
Comme, la syntaxe des mauvais jeux de mots
Affublé de brèves, trouvés sur les réseaux sociaux

S'imaginant roué en meute de panurge
Flagrant délit de se prendre pour un démiurge
L'un suivait l'amant de sa femme, la purge

S'agitant sur les ondes, les moutons pléonasmes
Conçu avec quelques autographes
Propre sur eux sans épitaphe

Petit marquis appréciant mots qui fâchent
Signifiant à ses seuls neurones immenses tâches
Carrière facile pour 70 ans dans la frèle frasque

Tous positif, à la radio, à la télévision
Il faut bien cirer pour faire bonne relation
Quand, politique ou quidam, sont soumis à la question

Ils tournent casaque à chaque intervention
C'est peut-être ça, leur seule invention
C'est pourquoi, ils restent toujours aussi con

Sans fric, ou sinon un peu coincé
Ne se plaignant pas ou alors concassé
Indépendance, en se faisant abuser

Tout est choix, lorsque l'on veut briller
Travailler ou juste scintiller
Notoriété ne sachant se convertir à la sobriété

Car, laisse, autour du cou, si tu veux manger
Ou que tu ailles, public ou privé
Il faut y mettre les formes sans offenser

Dans une partie à onze où tout se joue à peu
Comme, nous avons en main toutes les cartes du jeu
Qui se termine avec exactitude selon tout nos voeux

Pour le chemin qui est notre commun
Pour ce qui nous convient en notre sein
En écartant tous les sombres crétins

De ce jeu d'internet si drôle
Où vous ne pouvez pas jouer ce rôle
Car il garde un bon coup de gnôle

Puisque, si jean médecin avait mieux réussit
Peut-être que le terroriste n'aurait pas agit
Et les niçois n'en n'aurait pas patie





TOUS LES JOURS AVEC VOUS

Dans ce cirque du quotidien
Il n'en attendait pas moins
Car sur son cas, yann, aujourd'hui s'était le sien

Equipe de très loin fraichement recruté
Et de quelques oripeaux habillés
Avec piqures de moustiques formulés

Rubriques de la maison ne changeant pas
Pour population du voisinage avec plateau repas
Pas de doute dans ce landerneau l'on n'investit pas

Alors que nuit américaine s'alongeait
Il y a 4 ans, sort, déjà, lui avait été fait
Néanmoins sans importance, l'article fut rejet

Allez donc savoir, si c'est humour
Ou téléguidé par la maison tour
Grassement payé avec un discours

A l'heure de la petite balle et de la petite main
Cette émission avait cela en commun
De savoir ce que je voulais faire demain

Moi, cela me dérange de faire l'acteur
En dégustant un faisan sauce grand veneur
Même si lorsque était magistral l'auteur

C'est pourquoi, les votes iront pour lui
En espérant que cela bouge, ainsi
En m'expliquant avec des réponses, aussi

Pourquoi toujours contrarier politiques et artistes
Hommes de pouvoir, luron ou éclésiastiques
En ayant tête de mûle comme un protésiste

Ou sinon, ne pas les inviter du tout
En formulant blasphème pour jouer le dégout
D'une basilique qui en dit long sur vous





JOE & DONNIE

Face à face dans la confrontation de miss américa
Donnie et joe se trémoussaient les deux à la fois
En prenant parole, grignotant vote comme petits rats

Cnn coupant parole au président sortant
Ce n'était pas arrivé depuis quatre ans
Car l'orgueuilleux subit l'offense dans les dents

Que veulent ces travailleurs de la place au top
Sans en assumer la défaite dans un final flop
Plus élégant était georges bush avec transition soft

Mais que fait mister slump aujourd'hui
Il maneuvre dans l'espérance de traîner avec lui
Le monde et ces pauvres âmes qui l'ont suivient

Joe appelle au calme, affirmant qu'il deviendra vainqueur
Ses manifestants, soutiennent que lui seul possède coeur
Mais, au nevada, le score est serré, car joe n'éprouve pas la peur

Dorénavant, nous pouvons sans aucun doute être serein
Joe va gagner, quand tout le monde son souffle, retient
Et que les chefs d'états ont tous leur mot à dire, c'est certain





FRELON vs MOUSTIQUE

Moustique, dans la nuit volant
De la fraiche hémoglobine voulant

Bruyamment, il parcourait centimètre
L'étroit pompeux dans la fosse d'orchestre

Ainsi, on peut se demander aussitôt
Pourquoi cet insecte voulait me siphonner les vaisseaux

Certes, n'ayant rien à reprocher aux animaux
Sauf, quand ils osent me déranger les os

D'un revers de la main, je le fais périr
A ces obsèques, vous pourrez le bénir

Inconvénient de mes nuits tranquilles
Avec une compagne qui elle seule est nuisible

Je ne vois pas pourquoi, je devrais rester piqué
Par ce fêtard par ma lumière, attiré

Et voilà, qu'une fois écrasé, je dors déjà
Oubliant le frêle volant qui a salit mes draps





PETIT ET CRAN

Terroristes de l'écran
Du micro ou du compliment
J'espère un jour y faire traitement

Véritable dieu ou diable mercenaire
Formé pour être lapidaire
En secouant moultes chaumières





PRESQUE UN MAIL INFECT

Ce soir dans "Presque en direct"
Il faut s'attendre à bave suspect
Qui viendrait d'un mail, correct

L'appat innocent pour gens menaçant
Vous conviendrez que c'est inquiétant
C'est la raison pour laquelle réciproquement

Vous vous retrouvez dans cette situation
Car comptable de la futile prescription
Avec une malodorante production

Toux sèche pour tout le monde
Quand cela devient hécatombe
Cachez gorges comptez secondes

Pensées sincères et attristés
Pour cet homme et cette femme confinés
Dans ce cercueil cloué où ils sont enfermés

Triste fin, je sais, c'est cloche
Du mandarin jusqu'à sherlock
Dans la plus sombre des époques

Mais sans y être pour rien
Je dois me laver les mains
En sachant, que cela protégera les miens

Car pour monsieur sombre rivière
Dans la jungle ou sur la plage se terre
En s'échangeant fluide résineux de cônnifère

Bouboules et bracelets mondialisés
Moi, de mon temps et dans mes contrées
Je pratiquais cela sur le sol français

Si je vous disais vraiment mes gentils charlots
Qu'à cette heure-ci, je baille à nouveau
Toutes les dix secondes, car quelle triste niveau





ONE CHINESE

Grave atteinte à la démocratie
Pour allez voir dans boite à lettres d'autrui
Et ainsi se sentir insolent et grandis

Sinon, quand vous faites piratage
Tâchez de le faire sans ratage
Qui laisse traces dans les parages

Par delà bien et mal, il ne fallait pas
Commencer ce jeu tragique, tout à la fois
Bien attrapé par ce résultat qui informe sur le débat

Car l'on savait que monsieur barthaisse
Devait sur la Une faire la messe
Alors qu'il courrait encore jusqu'à confesse

Audiences racistes et cheminement
Dans l'émission avec un jeune asiatique forcément
Car pour payer factures pas question de faire différent

Ah mon dieu que la guerre pouvait être jolie
Avec les jumelles, sur la Une et vu du gross Paris
Car aux membres inférieurs, le combat se poursuit





LE CHATEAU FORT

Vous ne le saviez pas, mais j'habites château
Sur l'un des porches, l'on trouve drapeau
Dans multiples pièces chauffés aux fagots

Usine à penser, pour tous les visiteurs
Entassant mobilier, de tous les donateurs
Plats des plus succulents après dures labeurs

Tous les cinq ans l'on me donne un chien
Je préfère cela que bête à venin
Auquel, je ne pourrai donner rat comme festin

Raisonnons bien, raisonnons toujours
Quand sentinelle voit danger dans sa tour
Alors que la garde est relevée jour après jour

Etend la ruche qui ne s'arrête jamais
Sans transiger, surtout pas le 14 juillet
Logé pour cinq ans dans le bureau secret

Douves, mâchicoulies et oubliettes
Les malandrins n'utiliseront plus serpette
Ayant peur de gouter coquillettes

Boulets de canons, flèches et huiles brulantes
Va faire sentir de très près la fange
Rendra folle et seules 70 vierges hurlantes

Ne jettons pas grief à population
Restons ouvertes comme civilisation
Mais sans frémir, gardons position

Car si vous désirez en savoir plus sur moi
Je vous conseille d'avoir pédigré droit
Sinon, vous serez châtié, comme il se doit





PRESIDENT JOE

De concert, pratiquement tous les pays
Félicites Joe, le nouveau président des Etats-Unis
Sauf la chine qui pour l'instant n'a rien dit

Espérons que les bêtises de l'autre
Ont servit pour illustrer la bonne cause
Mais est-ce vraiment notre faute ?

Comme à Baltimore, comme à Detroit
Qui avait laissé détresse et personnes en émoi
Pour tous les gens qui portent croix

Avenir et espoir meilleurs pour les 28 millions
Tous les pauvres, sans couverture sociale en questions
Obama care, sera peut-être la nouvelle gestion

Soyons unis, soyons solidaires
Pour les deux continents, les plus riches sur terre
Finalement, nous sommes un peu frère

Compétitions dans le monde partout
Les meilleurs seront peut-être parmis vous
Mais pour toujours, pays des lumières, c'est nous

Soucis de respecter planète
Comme bon président qui se respecte
Fractions du monde Est et Ouest se complète

Depuis Lafayette avec histoire en commun
A peu de chose, sentier pareil et distinct
Du 18ème au 21ème siècles conquérant chemins

N'oublions pas que sur la première
Avec, un nationalisme virulent entre confrères
Pour la seconde, pour l'europe, ils sont venus faire la guerre

Avec toutes les constatations, nous pouvons considérer
Qu'avec ralph et karl, notre liberté se serait envolée
Nous aurions été dans l'incapacité de pouvoir y résister

C'est ainsi que dans les états où tout est possible
La pauvreté, là-bas, comme chez nous est visible
Là où la famine rêgne, il n'y a rien de risible

Alors, cela sonne comme bonne nouvelle
Qu'à Wilmington, Joe annonce être le quarante sixième
Que Kamala est vice-présidente, qu'elle soit sur la scène





BRUIT DE BOURSE

Alors que de Charles de Gaulle, c'est la célébration
Chez nous, pour son souvenir, nous fêtons
Emblême populaire de beaucoup de situation

Pendant ce temps-là, Chine se raidit
A travers un message sur Joe des états-unis
Mais ils prennent acte que le vainqueur, c'est lui

Russie, pose le problème en différence
Attendant que donnie compte vote en conséquence
Malgré ses avocats, aura-t-il cette chance ?

Car avec ceci, sur le concert des nations
Beaucoup sont unanimes, mais se posent des questions
Y aura-t-il encore une juste vérité dans la version ?

Parce qu'aujourd'hui date est à poser
C'est ainsi que grande nation peut se targuer
Car vaccin contre la covid-19 a été trouvé

Nombreuses sont les victimes qui vont guérir
Toutefois soyons prudent sans renchérir
Car pour l'instant, annonce ne fait que bourse grossir





JARDIN WESTERN

Alors que donnie se sert un dernier verre de wisky
Sur son compte twitter, un instant, il s'évanouit
Se réveillant sur le tard, sinon, il était cuit

C'est une floraison de reproches grossiers
Qu'ils vont maintenant avoir a scander
Lettres majuscules dans sa prose affirmée

Maintenant, avec ses nouveaux amis
Ceux qui ont, tous votés pour lui
70 millions de Rambo dans l'Idaho réunis

Les revoilà avec leur Winchester
Ils veulent nous envoyer à six pieds sous terre
Le Colt 45 à la ceinture, avec au bar, une grande bière

Dans la grange à foin où dorment les dollars
L'on a retrouvé la bande des 12 salopards
Oh je te jure, qu'à l'Est d'Eden, ça y est, je repars

Alors files-moi tes économies
A l'heure de la messe, ou à coup d'hosties
Car c'est le prêche influençable de corpus christi

Mais, si tu renvoies tes armées de loubards
Donnie, tu verras, ils s'en prendront dans les phares
Alors, Mike, va y aller mollo, pour éviter les traquenards





BIERE POUR OSS 117

Vous vouliez que vos soldats pourris
Pour servir queen elisabeth habillez de gris
Faire comme pour joe strummer qui n'était pas guéris

Ca devait se faire au bar du coin
Quand vous m'appelliez pour boire une bière sur mon terrain
Mais, traçant ma route, j'ai été plus malin

La raf, ou les boy's d'Eton tenus en échec
C'était dommage, c'était infiniment bête
Mais, Jane salmon serait-elle venue à mes obsèques

Car en étend court-vétue et fort peu farouche
Je tournais autour d'elle comme une mouche
Sans s'y avoir porté, en ce qui me concerne, une main louche

Alors parlez-leur d'hier pendant la gloire
Comme avec une gamine et un polychinelle dans le tiroir
Avec un chapeau melon qui ne se fait jamais rare

Sous les jupons soyeux de la mondialista
Quand le nasdacq courrait après technicolor, l'appat
Au temps d'édouard pour ceux qui ne savent pas

Alors soyez sûr que de celle-là, je la retiens
Que de cette bière et que de ses soldats sans entrain
Vous pouvez être sur que pour chacun d'entre nous, l'on s'en souvient





AU REVOIR, GISCARD

A 94 ans, il vient de nous quitter, valéry giscard d'estaing
Le président, vge, de droite en france de 1974 à 81
Avec des larmes chez lui et chez moi, pour ce chemin

A partir de son septennat et encore à ce jour, pour les plus fragiles
Nous avons affronté les périodes des plus difficiles
Mais est-ce le bilan de l'auvergnat ou le pouvoir facile

Comment avec une intelligence qui se voulait si aiguisée
Avoir pu protéger, seuls les plus privilégiés
Qui, avec son image, s'imaginait qu'il pouvait en jouer

En louis XV, sa tête ne fut jamais tranchée
L'habit vert d'acadamicien ne lui sera pas retiré
L'a t-il bien porté, je ne peux qu'en douter

Ena et polytechnique pour s'imposer à l'élysée
Vision monétaire pour l'europe s'était sa fierté
Puis, fief politique de chamalière sans vouloir en bouger

Travailleurs marqués par sa présidentialité
Sociétés avec produits sans valeur ajouté
Avec surtout peu d'emploi mais de la précarité

Quand les industriels commencent à vouloir délocaliser
C'est ce qui va installer une politique d'austérité
Avec la chine qui deviendra un atelier

Avec simone veil sur crise d'avortement
Pour elle, après c'est l'europe en tant que président
Et gens de progrès écrivent la paix assurément

Son premier ministre raymond utilisait enveloppes pour sa poche
L'a t-il su ? Nous a t-il prit pour des cloches ?
Je peux vous l'assurez, ça, c'est vraiment moche

Centrales nucléaires conçues dans la logique du général
Diamants de bokassa, est-ce que c'était normal ?
Moi en tout cas, je ne trouve pas ça, génial

Mais est-ce que les présidents peuvent tout se permettre ?
Au dessus des lois ou en saluant de sa fenêtre
N'est-ce pas, encore, une façon de vouloir apparaître

En 1940, on lui doit ainsi, dans une france envahie
Courage et dignité face à l'envahisseur nazi
Mais si je l'avais vécu, c'est ce que j'aurais fait aussi

Une vision européenne qui voyait au loin
Qui savait très vite ce qui pouvait le servir, néanmoins
Avec perception aristocratique qui pouvait lâcher les chiens

Ils ont tous aujourd'hui sortient les vidéos
Reporters, politiques, journalistes avec micros
Afin de déterminer, s'il était au top niveau





CHAMPAGNE

Alors que l'on constate avec désarroi
Les dégats de l'avenue gambetta

Les traces sont encore plus surnaturelles
Quand certains font dans le conceptuel

La maman et son poussin dans la télévision
Hier soir et ce matin répondaient aux questions

Réponses inspirées par moi, l'autre
Je lève mon verre à ma quelconque prose

Car de mémoire collective à l'information sélective
Chez eux, visiblement, l'imagination est maladive





BREXIT FOR EVER

Dans l'UK, une vieille dame est vacinée
A 90 ans est t-elle sauvée ?
Covid-19 sera t-il coincé ?

C'est miss margaret, la première
Dans un climat économique austère
Qui s'inscrit là-bas de façon délétère

Sur les chaines d'information
Le brexit reste sans solution
Accords tendus sans qualification

Une information chasse l'autre avec drôle vitesse
Le présentateur sur itv a des maux qui blessent
S'il ne marche pas droit, donc, coups de verge sur les fesses

Robinet à images de la télévision anglaise
Moi, je regarde cela de près, ne vous en déplaise
Du haut d'étretat, la falaise française

C'est l'appel au voyage qui vous a réunis
Avec des frontières de paris à miami
Maintenant, c'est le bangladesh ou la normandie

Sur votre île aux étranges tandem de la formation
Dans un système répressif, organisé de pyramidale, façon
Je ne serais pas large ni généreux avec juste accusation

Boris devra voyager à bruxelles
Pour un nouvel accord sans fortes décibels
But take it easy, bojo, soit universel

Car avec des post-ado qui restent gentils
L'on en a plein nos archives, au royaume-uni
Avec des images qui ne restent pas dans l'oubli





MAINTENANT POUR LE FUTUR

Fait face dans la difficulté
Acceptes pour les autres, l'altérité
Moi, je n'ai jamais été embrigadé

Harcèlement, ce n'est pas pour toi
Ton père, n'aurait pas aimé, cela
Car technique de lâche, défiant la loi

Ne déccroches pas, restes ouverts
Tu peux devenir un littéraire
Qui découvre le monde et toutes ses lumières

Les chiffres, s'apprécient pendant des heures
Bonne filière pour devenir ingénieur
Ou sinon, porter la blouse du professeur

Ta vie ne vient que de commencer
Sans te permettre de la gâcher
Elle doit être longue et enjouée

Car quelque soit, la couleur de ta peau
Te la reprocher, est complètement, idiot
Et personne n'a ce droit, à tous les niveaux

Car, avec un arbitre, qui n'a pas tout entendu
Dans une formule recommandée pour directe vertue
L'information s'éclaire pour un sage élu

Dans ma vie, un peu monotone
Sous le ciel gris de l'automne
En n'étend pas souffreteux ni aphone





BORIS BACON

Boris se lève hier matin
Sa tasse de thé à la main

Dans la poêle crépite le bacon
Il prépare l'intrusion de l'automne

Dans l'agence de l'aspirine
Dans amsterdam la coquine

Il se rend au ministère
Des marches stupides éphèmères

C'est une attaque sauvage
Dans la jungle du courage

Vengeance dans le back office
Ou action de l'intelligence service

L'on n'acceptera pas ce genre de barbarie
Même, si vous l'avez fait avec vos amis

Peut-être parce que, je n'ai rien lu
Et que le mot de passe était déjà vu

Mais les hommes, c'est comme l'économie
Ils vont très bien et sur ce modèle, ils ont été bâtis

Alors, parce que le bilan est lourd
Méditez à votre tour





PLANS DE COUPE

Femme seule qui s'appelle sophie
Méfiante, car elle a soucis

De savoir, si elle est envie
Ou simple chorégraphie

Dans ce vaste paysage de l'image
De la représentation qui n'a plus d'âge

Que ce soit à 20 ans ou à 60
Femmes mûres sont méfiantes

De se faire enflés
Par le plus mûffle des couronnés

Parfois, elles ont raisons
Face à à cette mutation

Qui veut que cadrage de caméras
Défavorise la situation, tout là-bas

Qu'elles ne soient pas aimés
Ou comme au bon vieux temps de coniacq jay

Rebus dans la presse de bas étages
Qui sente le filon avec des stages

Etre ancienne ne devient pas drôle
Pour se sentir droite dans ce rôle

Mais moi, je t'admire toujours
Avec la météo des beaux jours

Car J'ai grandis avec toi
Comme avec evelyne dhéliat

Qui, elle sur la une
Vendait flocons de lune

Et que cela soit sur une plage corse
Je t'aimerais au delà de mes forces

Car, il faut sauver toutes les baleines
D'un rêve éveillé, jusqu'aux îles Kergelen





EPOUSE DU BERGER

Si belles dans cet écran
Dans ce stratagème, pas si courant
Pris au piège, désespérément

Mots choisis dans la bande son
Qui interrogent, qui font rebond
Dans cet esprit fait d'interrogation

Un jour, c'est julie qui parle de son berger
Un autre, c'est sophie avec yeux mouillés
Je reste, subjugué, par sombre vélléité

Frêles âmes seuls qui s'identifient
Câchotterie pour donner mélancolie
Sécurité prévaut face à tout acabit

Pour moults confinement
En particulier de les garder aimant
Devant spectacles du tout venant





LE FRERE

Cette fois-ci, plus de doute
Son frère le retient dans la déroute

Car, isolé et seul avec mummy
Son père ne bouge plus de son lit

Maintenant désormais
La tactique avait encore, secret

Considérons que les raisons
De ce jeune soldat de la garnison

Se distingue, tous les jours
Avec ses 17 ans, hardiesse tout autour

Dans un monde moderne, peut-on imaginer
Que lien du sang puisse, ainsi, s'évaporer

Ou qu'idée irréfléchie
Puisse devenir réalité flétrie

Alors, avec qui, s'imposer avec magesté
Avec qui, poser, toutefois, sans s'ingérer

Dans le silence du cruel dilèmme
Equation, sans devenir, gêne

Espérons que dans les tuyaux
Ne vont conclure, combats de rivaux

Et qu'entre moi et ce frère
Règne, climat délétère

Alors attendons, dernières négociations
Pour ce qui pourrait devenir, sages décisions





LE VIOLONISTE

Avec l'entretien des datas-center
Même avec les gains des ordinateurs
Oncle sam fait dans l'économie avant l'heure

Le coût de periscope reste très haut
Faire face à cette dépense, c'est chaud
Les applications et la concurrence, c'est trop

Capitalisation pour logiciels
Qui envoient au septième ciel
Rentabilitée, ce n'est plus pareille

Caroline, son film, sur les plateformes vidéos
Elle donne conseils à tous les niveaux
Ca coûte du blé, comme un complot

Les islamo-gauchistes et tous ces gens
Préparent les schiïsmes à pleines dents
Sont les gardiens de l'optimisme militant

Réseaux sociaux coûts et entretiens
Plus importants que meutes de chiens
Mais, sans l'argent, ce n'est pas destin

Bataille tragique, sans technicolor
Instants fatidiques qui, jettent sort
Succulents brevets avec un accord

Que le son de ce violon vous fasse pleurer
Car, très vite, vous savez que mon terrain est inviolé
Et avec ce vieil adage, une simple naturelle volontée





DANS LE TIROIR

Attendez-vous à tomber de l'armoire
Avec ce que je gardais dans mon tiroir
Soyez en certain, ce n'est pas illusoire
Parce que l'obtenir, c'est le vouloir

Nous, ce que l'on veut, c'est de pouvoir jouer du violon
Partout, tranquille chez nous et dans toutes, régions
Sinon, avec un cycle violent de contamination
Il y a pour les incriminés, sommation

Avec douloureuses, façon de tomber
L'on vous prévient, avant d'opérer
Plus questions d'avoir à en rajouter
Quand il s'agit de vous cacher derrière adresse IP

Logiciels de cybercombat devient illégales
Car avec des armes défectueuses d'autochtones régionales
Ou avec ce que conçoivent les autres dans des contrées méridionales
Comme, fête de mariage qui tournerait à la bacchanale

Car, comme dans le nord de l'Irak
Quand terroristes, attaquent
Loi définitive du combat, s'adapte
Ordre militaire, plus personne n'en réchappe

Le miracle, c'est qu'ils ne soient, pas sacrifiés
Pas une question de faute mais de responsabilité
Qu'il vous faudra de toutes les façons, assumer
Cela dépend de vous sinon, vous êtes en danger

Quels jours, ni avec quelles personnes
On ne sait pas, quelles en sera la somme
Avec le clairon du candidat qui sonne
Dans ce petit monde qui vends ou qui consomme

Car, même dans la vie politique, nous on le sait
Où, il y a beaucoup de contact, de sansonnet
Composer le numéro et déjà, ce n'est plus, secret
Avec la guillotine numérique qui s'abat, sans regret

Et le président de la république travaille beaucoup
Plus de 10 heures par jour, tel un fou
Avec, occupations plus importante que tout
C'est ce qui le garde en vie, comme nous





MISS LAVENDE

Miss provence prenait des coups
Par des antisémites fous

Sur toute la planète, l'on entendait résonner
Mais pour qui cela pouvait bien profiter

Des gens qui choisissaient victimes
Afin que d'autres soient unanimes

Cible était grosse et grasse
Et balbutiements n'étaient que rage

Comment une miss si belle et si forte
Pouvait ainsi tolérer tel cohorte

Qui pollue la terre ronde
Avec antennes et sombres ondes

Sachez que nous ne sommes pas dupe
Quelques soient tous les virus

Et que de baver sur un réseau
Venant de vous, ce n'est pas très nouveau

Je tenais à vous dire une chose
Que vous ne faites pas le poids avec cette cause

Dans le monde, vous n'êtes pas les premiers
Par conséquent, vous pouvez aller vous r'habillez

A kourou, en guyane, où à carcassone

Ou alors jouer au ping-pong
Car il y a un champ de mines à hong-kong





INTERSTELLAIRE PRESIDENT

Variante de virus planant partout
Danger en vase clos surtout

Téléspectateur devant la télévision
Avec anxiété dans la grande maison

Une sorte d'acteur de la politique
Reniflant ce qui était dans la logique

Ce qui lui plaisait tout seul comme fanatique
Pour avoir raison comme béotien en panique

Un président avec contamination
Ressemblant à un autre avec verbalisation

Problème quand on cherche à s'inspirer
A une image qui est façonnée

Des dizaines de milliers de militants
Infectés avec leur petit chose inconsciement

Il se prend pour joe, qui ferraille
L'homme serein et fort dans la bataille

Soumit à la distanciation sociale
Dans mon gourbit intersidérale





L'AIGUILLE CREUSE

Président de la république, dans toute logique,
Celui avec le poste le plus, unique
Il vous faut de ce pas, accélérer de façon drastique

Car, si toutefois, vous entendez le chant des sirènes
Qui rendent mélancolique et remplissent de peine
Alors, je vous suggère d'être plus malin que lupin arsène

Car, avec ce virus qui nous colle à la semelle
Avec cette vaccination, soi-disant à mettre à la poubelle
Population stresse, juste après noël

Donc, monsieur le président à l'élysée
Je vous propose de respirer
Car, quand, dans le bras, aiguille va s'enfoncer

C'est ainsi, qu'avec foule d'élus
De changer image d'inoculation voulue
L'on peut rétablir, l'équilibre et la confiance perdus

Ainsi, piquons, piquons, jusqu'au bonheur
Ministres, députés de gauche à droite et d'opinion leader
Afin de calmer suspicion et aplanir toutes humeurs

Alors oublions très vite, grave grippe asiatique
Venant tout droit de jeux olympiques
Impliquant motivation guerrière et volonté multiple





UNE DEVISE

J'ai beau consulter actualitée compressée
Sur les télévisions d'information sur la tnt
Souvent, passant d'un sujet à l'autre, formulé

3 d'entres elles, ne sont que sensationnalisme
Et d'information, elles n'en n'ont pas le prisme
Triste constat que de voir qu'en france le charisme

Passe par l'opprobe ou le positionnement politique
Qui consiste à utiliser des manières de triste cynique
N'honnorant pas profession, en devenant odieuse clique

Qui se réserve droit de probité sur les terrains audiovisuels
En ne donnant qu'au plus créatif un porte-voix sempiternel
Avec les idées des autres d'une distance actuelle

C'est ainsi que l'on fournit promotion sur les chemises
Avec soins préparées dans la marmite, elles cuisent
Car audible devient selon laurence, la devise





VACCIN QUI TARDE

La vaccination trainait avec le curseur
Mais hier avec le ministre, c'était sans douleur
Ce n'est pas que je me veuille pourfendeur

Mais, tous étaient donc, unanimes
Il fallait, en tout cas, trouver l'énigme
Sur le plateau avec les questions en ligne

D'ailleurs, quand ministre s'exprime
Il oublit culture et retards du vaccin plus que frime
Et vitesse dans sa bouche devient un paradigme

Car sage enfant de la faculté et du sérail
Connaissait ses leçons en pagaille
Mais oubliait Mauricette dans la bataille

Et pas un cheveux sur l'épaule
On m'a même dit qu'il miaule
Dans son âme de félin, son rôle

Car sous son pelage épais
Le président veillait à ce qu'il opère en paix
C'est ce que l'on appele le modèle français

Car où dans le monde en dehors d'israël
L'on vaccinait par milliers, direct à la pelle
Ou, est-ce que l'aiguille était la plus belle ?

La meilleure pour cette population ?
Comme fut cette stratégie adoptée pour cette nation
Néanmoins, idem au portugal, car l'europe, elle, répondait à la question

Alors saint véran prier pour nous
Que sur la terre, nous ne soyons pas en dessous
Evitons de tomber à genoux

Et que bacchus me pardonne
Si l'insolence en moi, résonne
Car je suis patient mais aussi personne





AMES A ZONE

Il est où le coucou
Il est chez likéa
Il est où le toutou
Il est dans l'habitat

Pour une lampe ou une penderie
Un fauteuil ou bien un lit

1 ou 5 milles mêtres au carrés
Prêt à être vendu, tout pour être acheté

Avez-vous, poches remplies
Pour faire face, à vos envies

Pour noël, un vase dans la salle
A pâques, pour le chien, une balle

Pour frangins, quelques-soient leurs âges
Lits superposés avec armoire stable





LE GRAND PROBLEME

Je suis la brigade du combattant sortie du tunnel
Celui de la liberté creusant depuis longtemps avec ma pelle
En évitant Ivankia l'espionne qui s'imagine belle

J'enmenais avec moi les roquettes nouvelles
Pour me battre contre les soldats d'israël
Qui à mes basques s'accrochaient avec diverses ritournelles

Je commençais à m'enfuir de gaza
Car je n'ai plus accès aux coupoles d'alaxa
Dans le ciel des Tomawawk contre le danger de sabrah et chatilla

Car pour partir de jaffa direction, le nord de beyrouth
Cette ville, je pourrais la comparer, en europe, à knock le zoult
Si toutefois le hezbollah ne fasse pas fausse route

Pendant que je revisite l'empire romain
Avec les trois monothéismes qui gambergent dans un coin
J'imaginais que césar était parmi les siens

Dans les hotêls avec piscine accompagnés par les vacanciers
La gazelle pour quelques dirams devait se baigner
Car à 17 heures précise, elle voulait me faire dîner

Ca se transmet dans une dissimulation
Dans tous les immeubles avec un retour à la nation
Désolé, vous pouvez mettre un cierge chez saint simon

Puisque tu n'es pas prète de la changer ta mini cooper
Et tu peux toujours te rencarder avec ta soeur
Car quand tu auras fini, j'irai mettre les mails pourries dans le réfrigirateur

Tonitruant micros et TNT, j'ai 27 chaines, mais c'est limité
Car avec l'assiette ou le câble, j'en compte 500, c'est bien assez
Et je casse le contrat du combattant, car la saturation a assez duré

A la campagne vous risquez de vous ennuyez de haut
Accompagnée par le chant et le piallement des oiseaux
A moins que cela soit dans la polution pont-mirabeau

Pour faire court, avec ambivalence d'un discours qui foudroie
Nous voyons bien celui qui profite et qui s'octroie
D'une dynamique orale qui trébuche avec médicaments d'état





SENAT SENILE ?

Balivernes éculées des années passées
En quatre temps toujours revisité
Les pauvres empéchés recyclaient les idées

On parlait de culture
Passé à la trappe obscure
Et ils courraient derrière comme des félures

Car c'était un ancien président
Qui n'était pas un enfant
Il voulait faire croire qu'il était charmant

Ils se présentaient au sifflet
Dés qu'il le fallait
En moins d'une heure, toujours au taquet

On l'imaginait comme un ange
Comme un casimir orange
Plutôt énorme dans sa fange

C'était un ancien président
Qui avait tué molécules innocentes
Dans une salle de spectacle, peut être le bataclan

Mais il avait aidé bien des gens
Même si parfois, sévère, il devenait méchant
Et beaucoup ne voyait en lui qu'un vilain régnant

Pour s'approcher, comment s'associer à lui
Car on s'imaginait peut-être qu'il deviendrait gentil
Alors que par deux fois, on lui avait nuit

Alors comme un despote avec un reste de vigueur
Il poursuivait le temps des mini-bricoleurs
Car l'on ne plaisantait pas avec une attaque de cambrioleur





RADIO GAGA RADIO GOGO

Charline était nourrice
Son mari alex jouait sur l'autoroute course poursuite
Et leur fils, guillaume avait voulu à marrakech être riche

Le grand père s'appellait gérard
Non, pas l'acteur mais un autre lascard
Un rougeot au gloitre bavard

Charline et alex faisaient commerce d'épices
Et de pleins d'autres produits illicites
Et le fiston était un avorton poussif

Ils avaient gagnés beaucoup d'argent
Plafonnant très loin sur un compte dormant
S'imaginant hors d'atteinte d'un asie continent

Avec une cyberattaque
Charline me contacte
Elle s'introduit chez moi le piège se referme aussitôt et patatrac

Et nous les connaissions tous
Perdu tout seul dans leur brousse
Politiques et commerçants jusqu'à la grande Ours

Est-ce un scandale avec plaintes à porter
Ou si toutefois vous préferez être bloqué
Chez la federal bank avec cette vérité

Car ce n'est qu'un dédommagement
Quand on sait d'où vient cet argent
D'une infamie sans fondement

D'un secret d'état
Doit-t-on le savoir ou pas
L'expliquer tout la-bas

Ou alors continuer sur un mensonge d'enfant
Oedipien réel profondement
Intégré dans la course des 24 du mans





COMMANDANT MASSOUD

Le chef de guerre afghan, aujourd'hui célébré
Il y a vingt ans avait été, un peu vite, enterré

Dans les montagnes, il avait reprit le combat
Après avoir affronté les soviétiques soldats

Les talibans avaient voulu sa peau
Dans les plaines d'afghanistan et les grands plateaux

Attentat suicide avec une caméra trafiquée
Faux journalistes étaient infiltrés

Avant le retour à kaboul, des alliées
Face à rebelles intégristes pour le moins fatigués

Alors du pakistan est venu
Les tueurs terroristes à la patte velue

Car, massoud, si tu avais été mieux protégé
Nombreux morts n'auraient pas succombés

Alliées, russes et afghans
Chrétiens, athées et musulmans





FUTUR AU QUOTIDIEN

Dans la rue courrent des enfants
Avec en retrait leur maman

Le lundi, les magasins sont fermés
On vient de suspendre une pancarte "à louer"

L'on entend au loin, une sirène hurlante
C'est très grave, la vitesse importante

La voisine écoute la télévision très fort
Ses oreilles n'ont pas besoin de faire effort

Dans l'immeuble, un téléphone sonne
Dans un appartement, où rien d'autre ne résonne

Fermeture encore d'endroits de culture
De toute façon ici, l'on n'en a cure

Car quand manger est le premier des soucis
Où Mozart est un vague génie

A la radio tombe la nouvelle
Les festivals restent fermés à la ribambelle

L'écriture inclusive va séparer en deux lots
Des populations qui ne se diront plus un mot

Comment vouloir faire rêver
En rejettant l'occasion de parvenir à l'unité

Communautées qui se recrocquvillent sur soi
Procédure pour se parler ne fait appel qu'à la loi

Demain, clapiers deviendront notre environnement urbain
Où injures seront émises dans notre flux quotidien

Si toutefois, le futur pouvoir ne nous remplace
En nous gardant légitime de démocratiques audaces

Et selon notre constitution qu'il nous faut tenace...




2000 MILLIARDS DE $

Hier, j'étais le grand gaillard,
Où il n'y avait qu'une question
Est-ce que je pars ?

Car moi, j'adore cette chanson de morale
Avec un kamasoutra verbal
Faisant face à la chine totale
Moi, le premier général

Autre chose dans l'actualité du moment
L'avenir de notre roger l'intermittent
Car, si son effort n'était pas constant
Rendrait fragile tous les dirigeants

Après, que les journalistes aient parlés
Ils disaient que tout était a jetter
Car, avec 2000 millards a dépenser
L'investissement sera dans les défavorisés





PAS DE SORTIE

Do you want his telephone number
Or the western union user's
To commit crimes into my border

I see your boys few years ago
I save my skin away i just say let's go
So, you are understanding, now

Why don't you kill me
If i'am a looser like a fancy
Mysterious isle has'nt secrets to me

We catch the men, everywhere they are
No escape, places will be rare
Brat's planet or old largs

If you want to aggress us
Like we use to say, fuck up
Cause, I try everything to open up

So, understand that this people need it
They're poor and they want to eat
Having a place in this world to seat

Also, keep away from my house
If not, you're going to sing the blues
With Boris, my friend or my enemy of loose





DANGER CHINOIS

Joe fête ses 100 jours
Il vient de monter, direct, dans les tours
Avec, manière douce dans le discours

Obsession américaine contre la Chine
Qui, à terme peut les distancer sans aucune rimes
Avec ce grave dilème plus terrible que poutine

Plusieurs milliards d'euros promis
Pour les infrastructures du pays
Sans oublier aussi, taxer les très riches nantis

On est loin de l'assistanat de france
Rendant moins difficile la mauvaise vie, cette violence
Que certain politiques ignorent, alors qu'elle pourrait être relance





OLD SCHOOL CASINO

At the Capitol, after 100 days
The president present his new ways

In Washington, Joe, talk talk talk
Nasdaq progress faster than a walk, walk, walk

Nice manners with serious of snakes
Richs and poors heard no mistakes

2 000 000 € spend for furnitures and peoples
Income and taxes need to be pay by apple

2 womens behind him claps in their hands
For his election they're was in the band

We can be happy in America
But the real obsession is a bigger China





POLICE A RAMBOUILLET

Avec des circonstances qui font frémir
L'on garde ce matin, un souvenir
De ce crime de furieux qui a fait souffrir

Mémoire d'agent administratif à Rambouillet
Travaillant au commisariat avec une famille au complet
Vie simple et droite où rien ne variait

Femme assassinée qui dans la police exerçait
Attentat terroriste et légion d'honneur donnée
Une victime de plus dans les Yvelines attristés

Le premier ministre a prononcé son discours
L'émotion était forte dans la cour
Ce jour d'avril avec les élus qui étaient autour

Vie paisible, ce à quoi l'on s'est attaquée
Vie tranquille, victime d'un illuminé
Pour ce lâche pas de publicité

Au plus profond des réseaux sociaux
Ou sinon algorythmes pour trouver tête de réseau
La réponse, est-ce durcir la méthode de la place beauvau

Pourtant l'assassin était isolé
Vraisemblablement, ils ne peuvent pas l'avouer
La technique ne peut pas tout prouver





POSTAL BANK

Il y a quelques années, sous un autre quinquenat
Le plus égalitaire, depuis longtemps, au sein de l'état
Je me rappel de ce président, son prénom c'est françois

Exceptionel et adroit en ayant toujours bien agit
Excellent gestionnaire en matière d'économie
Loin d'être un monarque établit

Comme les américains ou les chinois avec des procédés
Avec une niaque, qui ne m'a jamais quitté
L'assemblage du site web était régulier

A l'époque, avec mon courage, je lui présente un projet
En lui écrivant une lettre avec tout mes respects
Je me rappel, d'un jour triste, c'était un 7 janvier

Le site est consulté, en février et l'on me répond
Une honnète lettre, pas un chiffon
Cordialement, sans être pris pour un fripon

J'exposais mes diatribes contre tous les terroristes
En faisant vibrer la france en prenant des risques
Quand richard malka calmait la foule extrêmiste

Le chef de l'état avec des mesures sortait du quotidien
Avec des équipes qui savaient ce qu'ils faisaient très bien
Technique et création jusqu'au dernier délais ou demain





MORT EN HEROS

Boussole en logique
Positionnement politique

Accord franco
Formule de blaireau

Tout d'un adolescent
Un mannequin évanenescent

Briser l'alliance
Juste pour l'influence

Gagner du temps
S'accoquiner, un moment

Un parti puis deux
On a comprit l'enjeu





LES REGIONS

L'europe qui hébergeait Néandertal en son sein
Puis, c'est homo sapiens d'Afrique qui vint
Union de genre qui va devenir caucasien

De Brest jusqu'à Tobolsk en Sibérie
Je sais, c'est peu à la mode, ces temps-ci
Ce sentiment, l'ont est peu à l'avoir aujourd'hui

Sans Napoléon, Staline ou Hitler encore vivant
J'espère que les plus sages sont dans les rangs
Pour réfléchir, créer, travailler ou convalescents

Idéologies de poussières séchant dans le grenier
Juste modèles brillants, doivent nous faire réver
Sans perversion de biens démesurés

Conception d'immeubles verts
Dans les quartiers d'affaires
Urbanisme conçu comme un jardin d'hiver

Villes du futur, communication partout
Liberté et transport, disponible au rendez-vous
Sécurité dans zones sensibles, surtout

Continent, pays, régions, département
Unité du conseil, démocratiquement
Au diapason, les électeurs s'exprimant

Grand marché sans être menace pour les fragilisés
Accueil des entreprises, si elles sont autorisés
Travail et protections, si droit marché

Car pour comprendre la dynamique dans les régions
Pour contre-carrés les malfaisants pions
Dissimulés avec babillages creux sur la nation

Pas de logique dans le discours
Juste dénigrement de petit balourd
Comme une guerre dangereuse de yaourt





UNITE

Tous pluriels avec une adhésion massive
Couleurs rouges, roses, jaunes et vertes vives

On a vu la cohésion pour le climat
Evitons que pour la terre, l'on sonne le glas

Alors que de très loin macron est parti
Et qu'après ses promesses, il en a fait l'oublie

De centre droit, ils se revendiquent
Cabotant en zig-zag est-ce belle tactique ?





PREMIER MINISTRE

Pour les présidentielles de 1988
Il posait une très belle technique
Car candidat le plus symphonique

L'ambitieux prit dans sa panade
Devant lui a fait naufrage
C'était jacques coulé avec la baignade





COUP D'ETAT

Qui veut faire un coup d'état ?
Est-ce pour remettre à plat ?
Population en grand émoi

A droite, à gauche, qui veut croiser
Le fer, le glaive et chambouler
Ce que le pays a constitué

Quand je vois, ce qu'il y a autour
La tourmente vive, le grave parcours
Ce qui nous attends avec ce détour

Je me dis que le pays
N'est plus proche de l'infini
Acculé ou vendu, finalement pourri





RICTUS

Ils ont besoin d'une femme providentielle
Avec un jeu d'outrage comme à la présidentielle

L'une s'est perdu sur une route de l'arrière pays
Avec un camion, terminant dans une sorte d'oubli

L'autre s'endord sans la norme des honneurs
Avec un rictus des plus moqueurs

Petites gens, veillez à la noce
De la plus ancienne des gosses

Réveillez vos plus bestials instints
Qui convoite, ce petit magot fretin

Pourtant, évitez de donner obole
A la plus riche des folles

Théories et langages du contrôle
Gérard et anne, sont loin de leur rôle

Mais plus près de Léon Trotsky
Les "soviétiques amis"

Parce que ce n'est que soucis que de placer
Dans une case ou une autre, un effronté

Dans l'europe, l'on s'incrit dans une échoppe
Un souhait, sans avoir à prendre ses valoches

Car, à terme la liberté
Elle finit toujours par payer





CONFLIT

Ce n'est pas une guerre juif contre palestinien
C'est au delà, mais si vous cherchiez quelqu'un
Je te conseil d'y réfléchir sur ce chemin

En retirant des produits avec bon entendement
Pour des adultes qui se comportent comme des enfants
C'est la solution classique mais pas de remboursement

Recul camarade que l'histoire ne se réïtère
Qu'elle ne fasse pleurer jusque dans les chaumières
Avec une journée qui devra être entière

Comme un prédateur très proche d'un couple
Avec une femme de 17 ans, se prenant pour un poulpe
Ou comme gibiers qui viendraient battre sa coulpe

Essayez donc, de flairer la tendance
Nous et vous, en avons toutes les connaissances
Mais nos intérêts, nous les défendons comme une science

Car, pour que dans ton perfecto
La batterie de ton mobile ne soit très chaud
Je te conseil de revoir ton sujet, vécu comme fiasco

Parce que le vrai prix des bonnes choses
Elle est là, à l'intérieur de ma prose
Avant que Gérard trop vieux ne s'enquilose

Si vous souhaitez dormir à la fourrière
Comme un vieux carton sur un stand militaire
Alors, reprennent la lutte diplomatique en concert

Car il est temps de revoir votre copie
Même, si vous n'en n'avez pas envies
Sinon, les soldats ne dormiront pas dans leur lit

Si, selon toutes les enquètes
L'on n'entend pas tous les prophètes
Avec pleine autonomie dans la requète

Toujours dans l'adversité
Le conflit peut s'arrêter
Car population doit souffler





SIRENAS

Comment peut-on envisager
A Gaza, face à toute cette âpretée
Sur fond de religion, avec une sorte d'avidité

Pour arnaquer toujours les plus pauvres
Un peuple commerçant ou à travers une cause
En soulevant les âmes, comme dans une osmose

Avec des gens qui ricanaient tout bas
Qui expliquaient, qu'ici, s'exercent leur loi
Dans un pays où le fric est roi

Je n'aimerai pas être à leur place
Avec un cerveau qui se repasse
Des vieilles péloches qui rabâchent

Déclinaisons dans toutes les strates
Des missiles air/terre qui exercent frappes
Face aux roquettes artisannales qui se fracassent

N'avez-vous pas entretenus,
Une guerre tragique, aux fonds perdus
Car, si l'Iran s'y engage avec forces drues

Il va falloir maintenant s'habituer
Sur les territoires calcinés
Entendre toujours les sirènes hurler





LES DULCINEES

Si dans l'esprit des jeunes, parfois
Ils s'installent dans une guerre, comme un dernier combat

De l'Indochine à l'Algérie, nombreux soldats
Des plaines Afghanes, au Mali, ou engageant l'état

Après la lumière du soleil, sans se sentir coupable
Faisant corps à la république, sans être responsable

Quand les dulcinées s'expriment, maintenant
Quoiqu'elles disent, il n'était pas bon amant

Mal conseillé par les autres enjôlantes
Se voulant être aimé par dames envoutantes

Lui, n'était que chevalier zélé
Fougue amoureuse, jaloux exacerbé

Proches de celles, n'étend pas les plus belles
Mais content qu'elles ne s'envolent pas dans le ciel

C'est ainsi qu'elles en joueient, on ne le regrette pas
Mais posant des distances, vénéneux, pire parfois

J'imagine que nombreux ont été dans l'histoire
Entre condamnation et amour froid dans le prétoire

C'est ainsi, pourquoi, elles ne comprenent pas
Des motivations où la guerre jouait avec la comédia

Et je maudis le crime de la souverrainté
Devenant une atteinte à la liberté

Car il n'est bon, qu'à cet âge, que modération
Et que de bonne figure, relations

Sans y chercher performance
Mais plutôt douceur non choquante

Alors, vous êtes prêt avec un objet si doux
De vous protégez de tout, avec capuchon de caoutchoux

Laissez compagne, vous prendre en main
Définir des bornes et regardez, comme c'est bien

Et si elle vous quitte, le matin
La seconde fois, cela vous coutera un bouquin

Mais, si vous ne désirez que galipette
Elle vous expliquera que quelqu'un l'embète

Avec peut-être un dernier moutard
Conçu dans un tube, fabriqué en laboratoire

Alors s'il vous plait, prenez considération
D'un cas qui pourrait être votre filiation

Avec pour elle, une histoire avec un informatique programme
Une grande fille de dix-sept ans, ayant des kilogrammes

Ou une nouvelle journaliste du petit écran
Avec un père géographique à 10 pour 100

Car son rapport de police, elle l'a fait
Egalement pour voir, si vous êtes vrai

C'est pourquoi dans l'église ou la mairie triste
elle le voulait, son mariage à risques

Ca peut rapporter le jackpot
Pour celles qui anticipent une dote

Quand la ménagerie assiège le foyer
la maison, l'appartement, ou bien l'élysée





POURQUOI MOI

Tu as des grandes qualitées et la gloire
Plus que le précédant qui ne pensait qu'à l'histoire
Pourtant nos vaccins peuvent s'installer sur le tard

Avec responsabilité, au fil du temps
Assurance, élection et caméras dans le champs
Pourquoi ne pas envisager, investissements

Evidemment, il y a l'histoire des anciens
Rendant l'atmosphère d'un air malsain
Mais, le tourisme chez nous, se porte bien

Pas contre un affrontement
Dans le lointain proche-orient
Mais est-ce vraiment le moment

Nous ne sommes pas un grand pays
Avec des moyens pharamineux à l'infini
Mais peut-être tant mieux, j'en suis ravis





MASQUES ET CAGOULES

Avant, qu'ils ne prennent position
Avec armes et munitions
Cagoulés, dans la plus grande confusion

Barbouzes zélés de toutes parts
Evoluant cachés dans les territoires
Masqués sans signes ostentatoires

Sans bande son dans la funeste foire
Où elles déféquent avec désespoir
Pour la dernière scène avec la passoire

Avec une hâche, un marteau
Ou un fusil qui est d'assault
Déambulant, sur les réseaux sociaux

Avec caractères majuscules dans la numérique lutte
Restons prudent avant qu'ils n'exécutent
Les enfants et les ados dans une folie brute

Parents de bonne famille, ne perdez pas la foi
Soyez respectueux de la républiquaine loi
Car, elle ne représente, pas, n'importe quoi

Mais, évitons Marine
Roulons-la dans la farine
Car nos prouesses font doctrine

Dans un boulard d'héroïne
En odoramma pour la machine
Avec le sopalin et les marques limpide





LA CARTE DES DESSERTS

Après un match avec une équipe de joueur toulousain
Avec une joueuse victime de menu-fretin
Sauvons notre liberté, car elle n'a plus de frein

Avec un match à l'infirmerie
Je suis colonel, l'un des plus gradé dans ce hors-série
Alors revient à tes compresses, mon ami

C'était la carte des desserts
En raison du fuseau horaire
Des opéras l'on peut en trouver par paire

Vladimir poutine m'aime bien et me trouve sincère
Et on ne va pas être détruit dans des élans volontaires
Aviez-vous déjà définis des enchères

Merci, cela n'a pas été difficile
Dans cette pieuvre, cette ville
Où les manifestations sont viriles

Quand à ce vol dans la capitale en wallonie pour ça
Cette histoire-là, on nous la raconte à chaque fois
Avec un bébé sortit de la noyade cette fois-là





LA CONSEQUENCE DU DRAME

Messieurs les russes et les biélorusses
Qui vous a piqués, une drôle de puce
Alors tombe sur vous des milliards de focus

En interceptant le boeing 747
Autour de notre table, vouliez-vous montrer biceps
Volonté de piraterie dans un dingue concept

Vous commençez à être envahissant
En arabe et en français, chez tous les commerçants
Florence fait face, elle tient psychologiquement

Les 27 de l'europe se sont réunis,
Dans un incident, le plus grave ici
Où, vous êtes de mèche, on l'a bien compris

Monsieur le biélorusse, ça sent la solitude
Pour entamer la conversation sur les alliances attitudes
Car, je vous sent envisager une fraternité d'amplitude

Avec une histoire vraie ou fausse
dont on ne connait pas la cause
qui provoque la frayeur de l'osmose

Cependant, il y a, encore difficulté
Il faut qu'il y ait unanimité
Mais ça, l'on peut toujours en discuter





MISE A DISTANCE

Avec un effet de mise à distance graduée
Un journaliste, sur ce point, s'est interrogé





L'IMPERATRICE

Sur ce plateau aux milles lumières
Je suis l'arbre de Noël, le connifère
Planté devant l'écran avec mes psaumes d'hier

Subjugué par cette femme et fasciné par son éclat
Comme glace brillante dans un verre de vodka
Lèvres gelées, liquide blanc se boit

Est-ce mercato pour la journaliste
Ou bien l'amoureuse qui joue un disque
Avec blanche tenue comme avec union unique

Dans le journal télévisé de ce soir
Envisages-tu real-politik pour la gloire
Ou t'étendre au sujet de Dakkar ou Zanzibar

Je garde en mémoire, un fugace moment
Ton visage que je trouve évènement
Comment as-tu obtenue, un allant si charmant

De Colombo ou Washington avec les cigales
Ou pour Roland-Garros pour des joueurs de balles
Avec une impératrice du JT, plus élégante qu'un festival





MARK VS DONNIE

Donnie, je te vois contrarié
Par tes compatriotes à la banière étoilée
Car c'est Mark, qui a décidé de te coincer

Liberté, liberté chérie
Dans ce grand et beau pays
Des Rocheuses à Cap Code aux Etats-Unis

Le zèbre ne changera pas de rayures d'ici deux ans
Ou alors ce serait improbable ce changement
Mais qui représenterait sécurité pour tous les parents

Insulte à "75 millions d'électeurs"
C'est ce qu'il dit aux siens mais sans lueurs
Des portables à n'importe qu'elle heure

Il se rabat vers des communiqués de presse
Diminué, il sent qu'on le rabaisse
Comme image de victime, ça le stresse

Mais nation est-elle bien faite
Quand liberté et pouvoir se font bébète
Dans une démocratie de silouette





LE MAGE

En frappant du poing sur la table
Il remuait le jeu immuable
Des élections ayant lieu dans la fable

Jean-Luc le mage prévoyait dans l'avenir
Une situation de l'élection en devenir
Avec un raisonnement qui fait pâlir

Avec bouleversements dans ses rangs
Chemins qui rendent éloquents
Dans la chaleur fraîche du torrent

Eléments de comparaison
Qui emportent manifestations
De quelques râleurs de situation

C'est ainsi que sur l'échiquier
toujours plus à droite, c'est vérifié
Avec population presque déconfinée

L'on peut maintenant avoir, d'abord
Jeunes femmes qui donnent accords
A leurs idées pas si lointaines à l'autre bords

Outrance manigancé pour le futur
Front républicain dans la bordure
Tactique de chasse comme un silure

Sur cnews, preuves en direct censurés
Groupes extrêmistes avec violente volontée
L'opinion doit savoir où se trouve l'autorité

Elle a beau se démener
Interpeller, vociférer
Ses électeurs, elle vient quéter





Haut de page Pour revenir à la page principale