terminal-media.fr
icon icon facebook icon icon icon icon
cross

 
rss
 
Picto NANAS DE GODZOLA Picto



NANAS

Brouillon

CHAPITRE I
Le chérubin

Année zéro
Je n'ai pas eu une enfance malheureuse, mes parents m'aimaient bien et ma grand-mère affectueuse et attentive à mes soins n'est décédée, que lorsque j'étais adolescent. Mes parents, m'ont entourés avec le bon soucis de me débarasser vite de ce qui pouvait devenir un enjeu de vie et j'ai viré ma cutie presque comme un rituel inutile. Avec ce qui n'était plus à faire, aussitôt après, j'entamais un flirt avec une fille de mon âge, dont les parents étaient médecins. Ainsi, je compris vite que la découverte d'un corps du sexe opposé au sien, même sans aller jusqu'à l'oscultation complète était bien plus excitante, parce que différente et c'était donc, mieux que tout.


Détection d'un fumiste
Dans l'école, toute républicaine de garçon, rue Berthier à Strasbourg. Alors que j'étais en ce1, lors d’une confrontation qui m'avait amené à ce que la classe entière entra en polémique contre moi. L’institutrice, une femme féminine et intelligente, me dit devant tout le monde : « Antoine, vous êtes un fumiste et vous savez ce que veut dire le mot fumiste, n’est-ce pas ? » Je répondais d’un air entendu et sur de moi que oui, j'en connaissais la signification. Elle me demanda, dans la foulée, ce que voulait dire le mot fumiste et, à cet instant, j’étais dans l’incapacité de répondre. Ce fut une bonne leçon et peut être que bien des années après cette parenthèse, j’ai essayé avec tous mes moyens de lui prouver que j'avais eu tort de me sentir hors d'atteinte et c’est pour cela que parfois dans ma vie, donner le meilleur de moi-même et tout donner, se révéla comme un exutoire sain et gratifiant bien que souvent, je n’atteignais pas tous mes objectifs. A cet instant je devais être persuadé qu’il fallait ici se donner les moyens de ses ambitions et que la fatalité ne pouvait avoir de prise sur l’individu, hormis et c’est peut être son seul obstacle majeur, face à la nature.

Châtiment
Cette institutrice était exigeante et je sentais qu'elle m'aimait bien et si l’on avait fait une bêtise ou une autre pendant qu’elle faisait son travail, on pouvait avoir à faire avec Joséphine. C’était le nom qu’elle avait donné à une règle en acajou et elle en usait si nous n’étions pas sages comme des images. Un jour, j’ai eu l’occasion de gouter sur mes fesses à ce châtiment corporel. J’eus droit à dix coups de règles et c’est ici que c’est drôle, si l'on peut dire, car stoïque malgré les coups portés par sa leste main, je ne manifestais aucun mot, aucune douleur apparente. On pourrait vite supposer avec une psychologie à deux centimes que j’aimais cet état de fait néanmoins inconfortable. C’est plus compliqué, en fait et sans vouloir donner une explication qui m’arrangerait aujourd’hui, ce n’est pas que j’aimais ça, mais la perspective de montrer à toute la classe qu’une femme, toute autorité qu’elle puisse représenter, ne suffisait pas à me faire mal avec dix coups de règles sur les fesses et pire encore, à le faire entrevoir à l'ensemble de la classe, Pluto mourir... comme aurait-dit un vétérinaire analphabète dans un film de Balt Wisney. Ce n’était pas du masochisme, il faut chercher plus vers l’orgueil de ne pas montrer à mes camarades de classe, une douleur évoquée par des coups porté par une femme et il faut se pencher sur une autre explication psychologique. Ce n’est pas qu’elle était méchante madame Hussard mais devant une classe de garçon de primaire, elle devait asseoir son autorité et tenir sa classe, j’admettais donc cette punition, avec une considération presque normale, ayant inconsciemment compris, qu’elle devait se faire respecter. Mais, mon orgueil tout masculin devait masquer mon embarras, absolument, sinon je passais pour un douillet et ça pour moi, c’était pire que tout. Donc, je serrais les dents. Vers le huitième coup, voyant que je restais de marbre et peut être décontenancé par cette force imperturbable qui lui faisait face, elle redoubla de force, j’exprimais, quand même, une sorte de grognement quasiment imperceptible pour les premiers rangs de la classe et au dixième et dernier coup, il était temps que cela s'arrête et je retournais à ma place. Qu'est-ce que l'on pouvait en retenir de cet épisode ? Que l'impératrice dominait et ne s'en laissait pas compter face à une bande de petit chenapan qui ne pensait qu'à faire tomber la statue de madame Hussard de cette école toute républicaine, assurément. Mais là, après avoir reposé mon fondement presque douloureux sur la chaise, elle et moi, nous étions à égalité, presque comme si rien ne s'était déroulé et cela, je l’avais fait comprendre à la classe.

La foudre républicaine
Quand je repense à cet incident, je ne peux m’empêcher d’y associer un fait similaire, plus tard dans l’année mais qui s’appliquait sur un autre jeune garçon, Jérôme. Il subissait le même rituel et lui, était tout mon contraire car bon élève, il lui arrivait cependant d’enfreindre la loi établit dans la classe et de porter vers lui, la foudre de notre maîtresse. Il était d’autant plus mon contraire qu'il montrait un manque de retenu, sous les coups de Joséphine, la fameuse règle en acajou que manipulait si adroitement l'institutrice et qu'elle avait tant magnifié dans la théâtralisation de ce petit supplice. Sous les coups répétés, Jérôme, gigotait dans tous les sens et ses petits cris plaintifs étaient associés à la scène. Ce n’est pas que je portais un regard sadique à la vision de ce spectacle, mais j'étais plutôt amusé de le voir outrageusement remuant, pour ses fesses coupables de premier de la classe. Nous étions si différends. Plus tard, j'appris qu'il avait mal tourné, car de dealer il était devenu, sans domicile fixe, pourtant, je continu de penser qu'il aurait mieux fait de rester premier de la classe.

Optimisme marin
Pendant l'école primaire, la dernière année de ce2 s’achevait sur un voyage en classe de mer, nous sommes donc tous partis à Port Loïc petit port breton dans le Finistère sud entre Lorient et Concarneau. A cette époque, l’émancipation en milieu scolaire s’est révélée en moi, à travers les multiples activités que nous avions à notre disposition pendant trois semaines et en dehors de faire de la voile sur des petites coques de noix que l'on appelle optimistes, les randonnées étaient nombreuses et la découverte à travers la lande, un spectacle magnifique à l’heure ou la nature végétale et animale renait, fin avril début mai. C’est ici que notamment mon instituteur, monsieur Lebautier s’aperçoit que je ne suis pas l’enfant timide, discret ou complexé qu’il s’imaginait. J’ai simplement un univers imaginaire original et foisonnant qui ne s’était pas encore révélé à l’école ou que personne n'avait pas su discerné.

LBD
Un jour, alors que l'équipe d'encadrement dans le centre de voile est dans le réfectoire en train de terminer son dîner, pendant ce temps-là, une poignée d'élève s'introduit dans l'atelier à bateau, c'est ainsi qu'à l'aide de bric et de broc, nous avons fabriqués des armes en bois, fusils, mitrailettes, du temps ou le LBD 40 n'existait pas encore. Un peu plus tard, nous sommes découvert et comme artistiquement les reliques de ces pétaudières sont bien imités, l'équipe, notre encadrement s'étonne, s'extasie devant ses angelots armées jusqu’aux dents, devant ces petits génies de la débrouille qui ont réussie de très belles œuvres d'arts. Heureusement celles-ci sont sans danger pour autrui qui souhaiterai en découdre.

Ça plane
J’écoutais toujours beaucoup la radio et c’était Europe numéro 1 qui devait me faire part de ses secrets, la musique commençait à devenir omniprésente dans mes centres d'intérêts et la première des chansons qui m’a vraiment frappé, c’est Philippe le frère de Nicolas, mon camarade de jeux, qui me l’a fit écouter, « ça plane pour moi » de plastic bertrand, j’avais onze ans. Nous habitions dans le même immeuble, mais eux au rez de chaussé dans la loge de concierge, et nous avions pour habitude de jouer dans les escaliers et dans la rue. Il m'énervait ce Nicolas car il était meilleur que moi aux échecs et au football. C’est ainsi, que peu à peu, je préférais délaisser ces deux occupations pour me concentrer plus sur celle toujours d’actualités, celle de la guerre. Il m'arrivait, souvent, de dîner dans la loge avec ses parents et son frère, son père était d'origine auvergnate et sympathique il m'apprit un mot et une tradition qui m'était tout à fait étrangère, il s'agissait de "Faire chabrot" Ce qui consistait qu'avec son assiette creuse ou stagnait un fond de soupe de légume, on y versait quelques millilitres de vin rouge et portant l'assiette jusqu'a la bouche, on en dégustait le tout. Il travaillait à l’usine Mitroën en étant ouvrier sur une ligne de peinture et de polissage de la taule, où il y faisait les quatre huit, c’est-à-dire que parfois, il ne rentrait que vers quatre heures du matin à vélo et parfois, il partait travailler vers 18 heures. Dans les années 80, il prit sa retraite et peu après, probablement à cause des inhalations, une infection aux poumons se déclara et il mourut et quand on parle de pénibilité ou de dangerosité au travail, je ne peux m'empêcher de penser à lui.

La fatalité sociale
Ainsi, j'ai appris que le déterminisme social s'appliquait, et qu'à travers ce premier contact avec des gens qui n'étaient pas forcement né au même étage, dans une zone rurale ou en ville, par leur travail, Phillipe et Nicolas s'étaient extirpés de la condition de leurs parents avec un bagage important et ils étaient déterminés à ce que la fatalité ne s'abatte pas, sur eux comme misère sur le pauvre monde.

Post-éna
Pour résumé, pendant toute ma scolarité que j'avais effectuée dans le meilleur des collèges et lycée de la région de Strasbourg, j'étais toujours parmi les meilleurs et si ce n'est, le meilleur de la classe. Pourtant, malgré tout, le déterminisme social m'ouvrait les portes des grandes écoles car elles n'étaient pas encore définitivement closes. Cependant, il existait bel et bien, parmi les hautes sphères des institutions comme dans les groupes éparses d'élèves venant de toutes conditions, ce que j'analysais comme une sorte de racisme social. Pourtant sans diplômes, les honneurs, cela n'ont pas été pour moi.

L'énanas
A 18 ans, je venais de terminer l'éna, l'Ecole National de l'Administration. L'école, cette institution, formant des hauts-fonctionnaires, était située près de Strasbourg et j'avais été dans la promotion "Bossuet" de l'année 2002. Un peu décontenancé à la lecture des résultats sur des armoires dans l'ancienne cour des hussards datant du début dix-neuvième, je découvrais, également les expressions de joie comme de tristesse, des élèves qui pour une raison ou une autre avaient échoués ou réussi l'épreuve difficile ou la formalité facile de ce genre de diplôme. Mon nom n'était pas présent sur la liste des lauréats, ce qui m'indiquait que je n'avais pas obtenu mon diplôme dans le cursus en deux ans que je venais de terminer. Ne pouvant redoubler, conformément au règlement en vigueur, j'étais coincé. Pendant deux ans, j'avais entendu beaucoup sur l'école et sa réputation, d'ailleurs, un ancien promu, un homme politique de premier plan, avait fait part, dans les médias du caractère "petit chien de cirque" sautant toujours plus haut les barrières de la réussite, que réclamait la république dans ses plus hautes fonctions. Pour le camp adverse et en direct sur un plateau de télévision dans un débat, on avait pu entendre dire dans les années 80, que le premier ministre devait arrêter d'aboyer tel un roquet, ce à quoi, lui rétorqua, son adversaire politique que l'on ne parlait pas comme ça au premier ministre de la France. Moi, le toutou chimpanzé, j'avais sauté des barrières, mais peut être pas toutes celles méritocratiques.

Un mauvais coup
Alors que dans le centre-ville de Strasbourg, nous terminions en fanfare, la fin du cursus de notre promotion, rue Schengen, dans la brasserie, "Chez Guillaume II", après trois bières, je devenais un peu joyeux dans mes propos, bien, que je n'étais pas encore complètement ivre. Nous étions six autour de la table, Isabelle cousin, Julien dasquin, Stéphane Evier, Pierre faxad, Sophie Ripoulet et moi-même, nous retracions ces deux ans de formation qui nous avait émancipés, loin de l'autorité familiale et maintenant, proche de nos reliques politiques respectives qui allaient entamer la course des élections municipales l'année prochaine, certains avec un diplôme en poche ou d'autres, pour les moins assidus, allégés du fardeau. Maintenant, pour tous ceux qui étaient autour de la table, en dehors de moi, ils étaient brevetés et estampillés du sceau "République française" et amenés à pouvoir s'habiller des plus hautes fonctions, être valorisés par les plus grands honneur que le pays réservait à ses agents d'état, car, fort d'une formation dont la maîtrise et le savoir instruit reposaient sur le travail, le rationalisme et le don de soi, nous étions l'éna, nous parlions l'éna, nous pensions l'éna et la représentation du monde telle qu'il nous était renvoyé, exprimait la vision de l'excellence pour un pays tout entier, transporté, accompagné, transcendé à travers ses plus importantes élites. Mais, bien que n'ayant pas obtenu le diplôme de "l'honorable vieille dame république" qui m'aurait propulsée dans la fonction publique ou ailleurs, directement, j'avais assimilé comment fonctionnait le pays sans en avoir vécu le clap de fin.

Une Marseillaise provocatrice
Un peu plus tard dans la soirée, vers minuit dans la rue piétonne des Cheminées des Cigognes, la petite troupe était restée groupée et dans l'allégresse et un peu par provocation, nous chantions la Marseillaise, en ayant au préalable, changé les paroles belliqueuses du fameux chant patriotique. Arrivés, place Grunberg, une bande de supporters des SFC, le Strasbourg Football Club, remarqua notre enthousiasme bruyant, désinvolte et quelques peu, provocant, et non content d'avoir été battus 4 à 0 par Guingan, chez eux, leur enthousiasme sportif, municipal, fortement alcoolisé et vindicatif firent qu'ils se précipitèrent sur nous, armés de toutes sortes d'objets. Alors que de toutes parts, les coups s'abattaient sur nous, soudain, on me fit tomber. Au moins trois types s'acharnaient sur moi, à l'aide de leurs pieds, de leurs poings et d'ustensiles difficilement identifiables. Recroquevillés sur moi-même sur les pavés mouillés de la ruelle sombre, soudain, je perdais connaissance.

Dans le blizzard
Je repris mes esprits dans une chambre d'hôpital où j'étais intubé de toute part et mes mouvements étaient réduits et douloureux, donc, je me gardais bien de vouloir remuer ma jambe qui était platré de bas en haut. Dans la matinée, toujours fragile, deux médecins me rendirent visite. - Monsieur Gibbon, comment vous sentez-vous ? - Quelles sont les zones les plus douloureuses ? Précis, rigoureux et grave, ils m'expliquèrent que j'avais eu beaucoup de chance et que l'équipe du professeur Boissot dans le centre hospitalier universitaire de Strasbourg, où j'étais présent m'avait opéré après une fracture, tibia, perronet et que l'on pouvait maintenant affirmer que j'étais hors de danger. Néanmoins, je devais encore passer quelques jours à l'hôpital avant la rééducation car le trauma avait été sévère.

La convalescence...

CHAPITRE II
Le pouvoir

Mai 2022
Rien ne supposait que je sois à l'heure à la permanence et déjà, il y avait du monde qui attendait sur le trottoir de cette petite rue du XVème arrondissement de Paris. A mon arrivée, Julien Dasquin me serra la main avec vigueur ce qui me laissait envisager qu'il avait bien travaillé, la veille de ce long week-end chargé et décisif, autant que pour moi que pour le parti. Une fois quelques mises au point sur les éléments de langage qu'il fallait rapporter auprès des médias et avec lesquelles, il fallait s'accorder avec mon équipe rapprochée, nous avons déterminés, le processus du dernier voyage diplomatique auquel, je devais me soumettre juste avant la première grande confrontation télévisuelle des dix candidats pour les élections présidentielles de mai 2022.

Le caïman
Julien Dasquin, avait, lui, obtenu son diplôme de l'éna et de sciences-po Paris, il est quelqu'un d'intelligent, personne ne pouvait en douter et surtout pas moi, c'est pourquoi, je m'en méfiais comme du caïman dans son marigot. Nous avions, quasiment la même histoire et le même profil, nous connaissions la province, puis effectué les deux années de l'éna dans la même promotion et tous les deux gagnés la capitale sous la protection de François rondfort.

François rondfort était le secrétaire national des Demo-sociaux, le courant centre gauche des Sociaux depuis l'an 2000. Il avait considérablement fait pour transformé le parti, qui après la débacle, de 2002 aux présidentielles était resté très mal en point. A l'époque, j'avais signé quelques ordonnances ministérielle pour des projets après la victoire lors des éléctions de 2007. Puis, on me confiat d'autres dossiers sur lequel je devais "planché" et comme nous avions l'habitude de travaillé en binome avec Julien, par voie de conséquence, François Rondfort devint la personne qui nous faisait confiance.

Direction Strasbourg
Dans la voiture qui nous emmenait Julien et moi, sur le chemin de Strasbourg pour le dernier meeting de la campagne, nous avons débattus de tout et de rien, pourtant, il ne manqua pas de me faire consulter un document, qui d'après lui, venait de la place Beauveau, autrement dit, du ministère de l'intérieur et récupéré par l'un de ses indicateurs. J'étais dubitatif quant à la véracité des propos et de l'origine de ses sources, toutefois, je fis semblant de m'y intéresser. Il s'agissait d'une note de service classée confidentielle, qui affirmait que les pays de l'Union Européenne envisageaient une forte hausse des flux migratoires dans l'espace Schengen, dans l'Europe des 27 pays de l'Union. Cette note était signée par un cabinet obscur nommé Stratos Agency et était représenté par une boite à lettre à Amsterdam.

50 millions
Dans cette note, il était précisé que l'on estimait à environ 50 millions d'immigrés devant s'installer en France pour faire fonctionner le régime des retraites en 2028. Sinon, le pays tomberait dans une effroyable régression, pour atteindre le chaos effroyable et incroyable d'un pays dans la plus sombre des déroutes. Les allemands selon ce que je savais, avaient compris que la démographie ne cessait de chuter dans le pays. Donc, sur leur sol, ils avaient décidés de recevoir, déjà, près de dix millions de personnes issues d’Afrique Sud -Saharienne pour la seule année 2020.

Un pavé de 439 pages
Pour comprendre exactement le problème avec un pavé de 439 pages, je savais qu'au meeting de Strasbourg, il n'y avait que les tyrans qui s'étaient fait remarquer. D'ailleurs, j'accélère pour ce dernier rendez-vous politique car c'est comme, j'y étais encore et je souffrais du regard que l'on avait encore sur moi, j'avais l'impression que l'on ne m'aimait pas, que j'étais le personnage irritant, qu'il fallait absolument coincés. Néanmoins, avec mes convictions qui étaient toujours aussi fortes, je vivais l'obstination de l'optimisme comme une vertu surnaturelle qui ne m'avait jamais fait défaut, en tout cas, pas encore.

Un avant-gardiste
Ce fut extraordinaire et oui, ce fut en effet merveilleux, car avec Julien Dasquin, à cette époque, l’hypnose était chez lui considérée comme la technique des experts à la fin du premier tour des présidentielles et donc, grâce à lui, dans le monde entier, il est gentil et agréable le président de la république française pour un nouveau mandat et une fois encore, il y a quelqu’un qui emmène un pays entier, mais si vous avez compris comment s'est déroulé la campagne électorale, qu’est-ce que vous faites, monsieur Napoléon l'hyper naturel, car, quand cela s’appelle la société des auteurs et des compositeurs, cela a été un plaisir d’avoir des réalisateurs qui m'ont accompagnés pendant 6 mois et c’était aussi des grands de la radio mais j’ai eu envie de couper la tête de tout ça, puisque j’ai obtenu cette chance d'être le numéro un dans une lapidation à courte vue à mon attention et ce que tout le monde pouvait croire, c'est que je ressemblais à Gérard Philippe dans « Que la bête meurt », alors les Duplantier, salut, car je crains que je vais devenir vulgaire et profond dans un humour cinglant, cinglé et désespéré, parce que c’est une connerie de faire des enfants, quand on est jeune pour en rire avec les muscles de Valentino, 20 ans plus tard. D'ailleurs, pour moi qui suis un avant-gardiste et un génie du rire, vous ne voyez pas son visage mais je sais que je suis là.

La passation du pouvoir
Seul à l'arrière de la voiture, elle pénétra à l'intérieur de la cour de l'Elysée. Garé devant une moquette rouge vif, les gardes républicains se tenaient au garde à vous et à mon arrivé, la fanfare entama le titre "Sambre et Meuse" que tout militaire dans les rangs avaient au moins une fois dans leur vie, entendu.

Je gravis les quelques marches jusqu'au perron puis fit un tour à 180 degrès, la main tendu vers celle de Madeleine la mire puis après un instant sous les feux des flashs des photographes, nous rentrâmes dans l'ex-palais de la Pompadour.

Dans le petit salon où nous avons discutés pendant dix minutes, je lui ai expliqué une petite chose à laquelle, j'avais réfléchis depuis longtemps. Ferme et concis, je lui dit ceci.

- Madeleine, tu n'as aucune chance de te relever politiquement après ce désavoeux des français à ton égard et mon élection. Mais je crois, aujourd'hui, à une chose. Si tu t'en vas, alors que tout le monde te crois réelement terminée politiquement, tu as une chance de t'en remettre.

- Elle gromela un vague "Mais bien sur que non, pas du tout". Presque par réaction de principe, ne voulant pas s'avouer vaincue, malgré tout.

- Part et soit furieuse ! Estimes-toi maltraitée par le nouveau locataire de l'élysée. L'opinion sera outrée et tu pourras reconstituer une opposition qui te sera acquise.

Ce que je me gardais bien de lui préciser, c'est que pour moi aussi avec ce stratagème, je rassemblais ma majorité et c'était essentiel, alors que les législatives arrivaient à grand pas.

Je réussis à la persuader et elle finit par hocher la tête comme une antilope blessée dans la savane.

Un quart d'heure plus tard, je raccompagnais Madeleine sur les marches du perron. Je ne m'attardais pas, elle s'éloigna alors que déjà, j'étais rentré dans le palais présidentiel, en pensant aux résultats qui avaient été de 53 contre 47% en ma faveur. Une vraie défaite pour Madeleine, qui je le savais, ne pourrait s'en remettre, d'ici 5 ans quoiqu'il advienne.


........... Contact
Je m'amusais parfois, quand mon emploi du temps me le permettait, a donner à une des assistantes de Julien, des recherches sur internet de personnalités ou non que j'avais croisés dans ma vie. Dans une des listes que j'avait obtenus, se trouvait le lien vers un club de jazz où jouait Clara Saurélos, interprétant ses compositions accompagnée par un duo de musiciens. Je l'avais connu à Strasbourg pendant le collège et puis, d'origine américaine, elle était retourné en Californie, à Los Angeles et nous nous étions perdus de vues. Sur un autre lien apparaissait son site internet promotionnel avec une adresse mail. Après avoir passé une heure qui lui était consacrée devant mon ordinateur, je décidais de lui écrire.

Une tendre artiste
Ma chère Clara. Bien des années se sont déroulés depuis notre première rencontre au collège Pierre de Ronsard, rue de Wagram. Tes années en France sont-elles étés bénéfiques pour ta carrière ? As time goes by, avec Sylvie, Jean-Luc et tous les individus fréquentables ou non de cette période. Je ne t’ai pas oublié, pourtant, depuis toutes ces années, heureusement, j’ai opté pour éviter de porter, la coiffure du mois de l’école et donné une valeur plus virile à ma dégaine qui s’est façonné au fil des ans. Quant à toi, tu gardes ce charme ultra féminin, comme celui que j’ai bien connu, que cela soit dans ton allure ou dans tes compositions musicales. J‘ai peur d’avoir eu une carapace bien rude en comparaison à tes morceaux. Pour moi, ce devait être la force tranquille reposant sur les épaules de l’histoire et de la politique, du pouvoir et de la guerre, comme celle du onze septembre. C’est, à la fois réaliste et cruel, ce triste constat par rapport au tien, qui font de toi une étoile montante du jazz, mais c’est une façon de montrer une réalité qui est mienne et je t'écris comme s'il s'agissait de l’ouvrage d’un journaliste, d’un compositeur, d’un réalisateur, d’un écrivain.

J’ai trainé ma carcasse jusqu’en 2002 à Strasbourg, puis pour diverses raisons, j’habite, maintenant à Paris depuis 20 ans, où je vis une existence sans saveur, sans femme, sans amis et sans enfant. Cette vie est consacrée aux études, au travail, à la santé, à la politique et à l’apprentissage. J’arrive désormais à un tournant à cinquante et un an et tu sembles bien en dehors de toutes ses considérations, comme une femme gracile au visage non encore marqué par l’âge, et l'on pourrait s’y méprendre, si on ne le connaissait pas. Nous avons l’âge de l’image que l’on renvoie et la tienne, elle est forte avenante cette image. J’ai eu, il me semble, également cette chance, en tout cas, c’est ce que l’on me rapporte et c’est agréable à entendre.

J’ai visionné le concert que tu as donné sur la scène du Triton, c’est intéressant, j'ai cependant une formation de néophyte en matière de musique, bien qu’ayant une oreille avertie. Tu seras en concert à Boulogne sur Mer, la semaine prochaine, je ne pourrais m'y rendre en raison de mon emploi du temps chargé mais j’ai pensé que nous pouvions échanger par mail et si tu le souhaites, évidemment, je t’invite à le faire. Nous pourrions parcourir les 35 ans qui nous a séparés et se trouver peut être des réponses à nos réussites comme de nos échecs. Quoiqu’il en soit, je garde ton souvenir et celui de ta sœur dans ce qui me reste de tête et j’espère que tout ira dans ton sens et dans nos nations, les USA et la France dans le futur.

Après la messe
Je ne voulais pas en dire plus à Clara et comme je ne savais pas non plus, si elle lirait ce mail, je préfèrerais être évasif, au milieu de mon quinquennat. En tout cas, je me gardais bien de lui préciser que j'étais devenu le premier président français, célibataire de la cinquième république et je savais qu'elle ne me reconnaitrait pas depuis tout ce temps.

Coup fourré pour le receveur J'avais retrouvé l'exemplaire de ce courrier envoyé en 2000 à Strasbourg et c'est, sans une certaine malice que je m'étais fait passer pour un handicapé, car connaissant les habitudes des gens de province de la droite de l'époque, je ne m'attendais à rien, mais comme pour consolider la vision que j'avais d'eux même, la provocation avait été souvent mon fer de lance, surtout lors de ma convalescence, après mon agression.

Chère Madame Lancelaut
J'ai suivis avec un grand intérêt, les informations concernant la future médiathèque de Strasbourg, dans la presse locale. Actuellement sans emploi, je me permets de vous soumettre ma candidature spontanée dans le fervent espoir de retenir toute votre attention et d'obtenir un entretien. Mon statut est particulier et comme vous l'aurez remarqué sur mon curriculum-vitae, je n'ai pas travaillé depuis maintenant, dix ans. Fauché par une maladie psychique depuis mes vingt-deux ans, en 1998, je bénéficie depuis 2000 de l'allocation adulte handicapé, ce qui m'a permis de faire face, un tant soit peu, sur le plan financier. Je dispose de toutes mes facultés intellectuelles car la maladie dont je souffre n'altère pas l'intelligence; je n'ai pas d'handicap physique, mes membres fonctionnent très bien et je me déplace normalement. Je n'ai aucune difficulté à m'exprimer et les maux dont j'ai souffert ne sont plus qu'un vague mauvais souvenir. En dix ans, les choses ont considérablement évolué et je peux dire sans mentir que mon état de santé est maintenant stabilisé. D'une part, je suis soigné avec des médicaments très au point et sans grands effets secondaires et par ailleurs, j'ai une vie sociale soutenue, en fréquentant l'hôpital de jour de Strasbourg Rhin ville, deux fois par semaine. Je vous invite d'ailleurs, à contacter le docteur Slip, si besoin, qui pourra vous donner un avis sur mon état général, depuis janvier 1998. Comme je vous l'ai dit plus haut dans le texte, je viens d'obtenir la reconnaissance travailleur handicapé par la Maison Départementale Du Handicap de Strasbourg, ainsi je peux désormais travailler, et ce, dans le cadre légale de la loi. Comme vous le savez peut-être, les entreprises sont soumises à une taxe si elles se refusent d'employer un certain nombre de personne atteintes de handicaps, or je crois être la personne idéale pour vous permettre d'éviter cet impôt. Souple et courtois, j'apprécie le contact avec autrui, néanmoins si je ne ressens pas une réciprocité, je sais garder mes distances. D'un naturel affable et bienveillant, c'est en tout cas l'image que je souhaite donner de moi-même et j'aime partager avec les autres comme j'aime mes moments de solitude, l'attention focalisée sur ce que je fais. La perspective de pouvoir travailler au sein de la Médiathèque m'apparait comme particulièrement motivante et ce pour plusieurs raisons : travailler dans une structure à la fois vivante (concerts) et virtuelle (postes Internet) où sont rassemblées pour le public, une mine de biens culturels. Ce besoin de transmettre, de faire partager a guidé mes pas depuis mon adolescence. Depuis tout jeune, j'ai une véritable passion pour la musique, j'ai accumulé durant toutes ses années, environ 350 vinyles et près de 400 cd de variétés internationales dans les genres "pop", "rock" et "électro" et elle m'accompagne souvent dans mes diverses occupations quotidiennes. Malgré la maladie, je n'ai pourtant pas baissé les bras pour autant, j'ai lu des livres, j'ai vu des films, visité beaucoup de site Internet; je peux pour ainsi dire que je me suis forgé un esprit critique aux références multiples tant pour les textes, les images animés ou non et la musique. Lors de mon cursus, tout ce qu'un bon assistant doit savoir pour pouvoir gérer une opération d'envergure dans le domaine du spectacle ou la préparation de films, je l'ai étudié. J'ai effectué des stages sur des manifestations évènementielles et l'art du travail en étape en amont comme en aval, je l'ai appris. Plus tard, ce sont les nouvelles technologies de l'information et de la communication qui me sont apparues comme incontournables, je suis donc très à l'aise face à un ordinateur PC car je l'utilise depuis 1990. La pratique intensive de la micro-informatique m'a apportée, la rigueur et la méthode et le réseau Internet, son histoire, ses acteurs et ses modes de fonctionnement, j'y suis très attentif et par voie de conséquence, je programme dans les langages en xhtml et en css.

La culture, elle a fait ce que je suis dans mes goûts et dans mon âme, sans elle, je ne serais rien. Ayant habité Strasbourg de 1990 à 2002, j'ai eu l'occasion d'assister à de nombreux concerts, lu quelques livres, eu une formation classique puis complémentaire, vu de nombreux films d'auteur et d'autres plus grand public, toute cette histoire qui est la mienne, se révèle cohérente, pérenne, dans la droite ligne vers laquelle, je souhaite mener ma nouvelle vie à Strasbourg dans la Médiathèque.

Chaque jour est un jour nouveau, je souhaite par cette présente, témoigner que je suis, je le crois, sincèrement, l'homme de la situation pour faire partie de votre personnel. Ne connaissant pas vos besoins en matière de ressources humaines, je postule, ici même, pour n'importe quels postes.

Dans l'espoir d'avoir un rendez-vous prochainement, je reste à votre disposition pour tout entretien que vous voudriez bien m'accorder et je vous prie d'agréer l'assurance de mes plus sincères salutations.

C'était aussi mon intention
Le numéro de téléphone, indiqué sur la lettre était exact et je n'attendais aucune réaction. Evidemment, je n'ai jamais obtenu de rendez-vous, ni de lettre de cordial refus. Alors merci pour lui, car la vieille dame à qui je l'ai adressé avec son petit job pas trop difficile dans une petite association de merde, je saurais m'en souvenir. Comme j'en parlais à Julien dans la voiture, on se demandait, en riant, à quel archéologue, nous pourrions nous adresser pour retrouver cette association de loi de type 1901 avec cette brave femme qui avait, sans aucun doute eut, à cette époque, beaucoup de travail en croulant sous les dossiers et les courriers en retard et diable d'administration, quand tu nous tiens, car, c'était aussi mon programme, la simplification des tâches devant la justice. Quoiqu'il en soit, de ce maudite missive , je me demandais comment en 2022, un courrier pareil pouvait être laissé lettre morte, ce qui me laissait songeur un instant, dans le trafic routier à l'arrivée aux alentours de Strasbourg.

CHAPITRE III
C'est au programme
Les nouveaux premiers jours
Avec mon nouveau programme politique, ce qui se prépare demain était d'une autre nature et dans la perspective où ça s'était mal passé dans les grands groupes industriels, moi, qu'est-ce que je propose et bien, c'est drôle, mais, c'est que vous aviez tout misé sur François Cabarouin et cela avait été des transformations qui était à l'œuvre et qu'il allait me rattraper et pour finir, je l'ai nommé président du sénat. A cet instant, donc, là, où nous vous avons vu sur le front et sur toutes les lignes, l'on s'est aperçu que Nicolas Synchrony courrait encore comme « marathon man » dans des moments où ça s'était mal passé, comme par exemple aux 75 eme anniversaire du débarquement en Provence ou encore au Japon mais pas parmi ceux qui donnaient des leçons, comme dans les années 1920, car, dans ces régions, là-bas, c'est juste réservé aux réseaux sociaux et puisque moi, c'est ma passion dans laquelle, je suis entouré de livres anciens, ça allait se passer comme cela sur le numérique. C'est la fin qui est toujours marquante dans la suite, avec ce que les Français retiendront pour toujours dans la cybercriminalité et finalement ce sont mes efforts qui ont payés, alors que les autres pays du monde avaient une démarche prudente sur tout ces sujets. Tant mieux, car s'il y avait eu une tendance positive dans tout ces domaines, malgré tout, la france était un pays de droit où les institutions étaient fortes et ancrès dans les gènes de ce vieux pays qui sans arrêt, avait su se moderniser. D'ailleurs, toutes les volontés frauduleuses, en interne ou venant de l'extérieur devaient être réprimandés avec les plus sévères des sanctions, même digitales et ça, la France y participait avec soins.

Attentats
Il avait fallu marquer le coup avec l'islam car des attentats avaient été perpétrés au sein de la nation, dans Paris. C'est ainsi que les républicains avait aussitôt comme une sorte de montée de fièvre demandé l'ouverture d'un conseil à l'assemblée nationale contre des propos jugés hâtifs du ministre de l'intérieur.

Pourtant, aussi parce c'est l'islam, c'est donc une femme Madeleine la mire qui se serait rapprochée de la politique, alors aucun doute à avoir sur cette partie, parce que l'on se retrouve sur certains terrains d'ententes et cela allait être le fondement de leurs analyses et pour les valider, la plupart sont assez virulents. Donc, merci à vous parce que vous êtes une certaine idée de la France qui nous rassemble alors vous êtes les électeurs de la droite et du centre pour perdre tellement et juste concentré sur une seule obsession: le pouvoir et le garder. Mais, je vais vous faire une confidence sur le totalitarisme islamiste, car je voudrais que cette amertume, fasse en sorte que les clivages absurdes soient dépassés, alors que le champ de bataille est votre terrain de jeu et quand on y réfléchit, ceux qui attendent des excuses face à ce dénigrement et bien les producteurs de la série ont appelé ça : « le phénomène qui prend de l’ampleur » et est-ce un problème, oui ou non, même avec des conséquences pour les républicains. La jurisprudence, ça débordait de tous les côtés car compte tenue des attaques sur ma famille, ça m’interpelle et ça me blesse et moi, je me contente de laisser parler mon cœur.

Une très longue maladie
Il y avait eu beaucoup de morts dans ma famille politique depuis cinquante ans et ce qui nous rassemblaient, c'était la santé. Toutes ces disparitions avaient été tragiques parfois de façons prématurées et toutes très mal vécus. Dans les médias, il était d'usage, quand une personne à la notoriété même relative était décédée, que l'on s'exprimait souvent en précisant qu'ils étaient morts, "d'une très longue maladie", comme si la maladie avait remporté une victoire sur la vie. Ce que l'on pouvait en retenir, c'est que l'on devait mourir de sa belle mort, à condition toutefois, de considérer que la mort fut belle ou que vous méritiez de mourir plutôt, tôt, tard ou comme un chien. Sinon, vous finissiez, atteint par l'un des club des trois, le cancer, alzheïmer, ou parkinson, ce qui diminuait de manière drastique vos chances dans l'espace-temps qui vous était normalement alloué.

Comme un observateur des USA
Pour le président des Etats-Unis, c’était sa destinée et l'on a fait des belles choses mais pas exactement pareilles sur la parité et l’égalité entre les sexes. Pourtant, c’est un livre et pour l’instant, les soldats, c’est ma sécurité pour m’en sortir et en tous cas, il n’est pas amincissant et lui et moi deviennent des kids qui s’en foutent un peu des règles, alors la règle devient que le journaliste décroche son téléphone pour avoir des renseignements sur la vie politique et sociale des nations, comme pour prendre des nouvelles, se parler, encore, si j'ose dire. Mais qui défend encore les terroristes ? Car moi, ce que j’ai de mieux à faire, c’est de me caler sous la pierre et l'acier et d'attendre car il ne peut pas dire que la cuisine avec moi, c’est toujours un combat avec des mots. Pour inaugurer un nouvel appartement, j’étais déjà là, mais les gens du cinéma ont protestés et quand on vieillit, on se permet des audaces. Alors, comme un observateur, j’ai protesté, comme étend la cible de certains tweets et sa source d’inspiration, c’est un corps à corps, mais quand même, je crois que depuis l’élection de Donnie Slump, c’est une éventualité possible, d’ailleurs, la question est la suivante est-ce que vous pouvez vivre avec cette perspective des deux sœurs siamoises : l'Amérique et la Russie dans lesquelles, je ne serai jamais numéro un, car il y a deux catégories de gens.

Laurent Jouaffrin en local
A l’Elysée, nous n’avons jamais protestés, mais les médias, nous ne pouvons pas les appeler des médecins, pourtant, ils m’ont racontés une histoire effrayante. Laurent jouaffrin, le patron de "résistance" avait expliqué pourquoi, il y avait quelqu’un, appelé Manfram qui travaillait et qui signait des chansons pour une société de production et lui, celle à qui, il participe est bien médiocre car je crois que dans ces chansons, il y a une vision lointaine et il en rêvait dans un documentaire, mais je ne suis pas obsédé par la question et je trouve que ce Manfram ne manquait pas d'originalité, ni d'un certain talent.

Madame Angekel, un peu dominatrice
Notre problème, c'est que l'on engendre notre propre semence à la bourse de wall street et nous avons vu que Donnie Slump joue beaucoup moins décomplexé. Mais, il va falloir que je me réveille et est-ce que je vais être fatigué ? Car pourquoi Bourse Ouvrière et le Grognon National dans les nouveaux accords des retraites par capitalisation, n’avaient que des candidats femmes. Alors, qu'avec moi, vibrez au rythme de l’Irlande car toutes les femmes de mon gouvernement sont un peu dominatrice, and because, I’m the fire train et c’est le S-crew qui est à la tête de C-fg, pour faire gagner ce programme avec ce qui me permet de m’exprimer sans contradicteurs valables. Mais est-ce que cet électorat du BO et de GN va aller jusqu’à Jean-Luc Méchanbon car il avait une carte à jouer en 2022 et parce que les femmes sont un petit peu plus courageuses que les hommes. Ainsi, une femme pourrait presque pouvoir devenir premier ministre et aussi être avec les petits soldats de madame Angekel, d’ailleurs, on avait aussi essayé Kadhafi mais avec 200 morts. Pourtant, c’est la première que l’on va chercher et l’on perd 80 milliards, pourtant, ce n’est pas un lieu endogène, par rapport aux femmes et vous n’arrivez pas à venir me rencontrer pour la première fois avec 46 films, alors qu’il était que 5 heures de l’après-midi.

Votre première réaction
Puis est arrivée h5n8 qui est encore plus virulent que Manfram et qui partage l’affiche avec l’embarras du choix. Car Lagaffe, c'est moi, parfois, et je suis pour vous, une offre, avec un stylo Grain-Blanc pour signer mon arrivé avec énormément de texte dans les journaux et tous les matins, qu’est-ce que l’on fait avec un million de vues sur le site de l’Elysée et bien, on met de grands rêves dans des grandes boites où tous les jours en mai, ce sont des grandes dates. Mais en pensant que les machines se soustraient aux hommes, on casse les métiers à tisser, donc, avec un super rsa pour un agriculteur ou dans le secteur de l’entreprise ou dans la médecine ou des aides à domicile, dans ce que vous dites, il y a quelque chose de très paradoxal et on en revient à la politique avec la ville de Reims à l’image, d’ailleurs avec votre première réaction avec moi, j'étais l’invité de la soirée et le bilan santé du ministre.

Debout avec son heaume
Avec ce texte à la grenade à manche réséda, cette normalité-là, ne sied pas à la normalité des français sauf dans les moments graves et cet exercice-là, je l’assume puisque, je le vis. Mais, elle avait balancé quand même Tony dans le salon là, où il y a le couple avec le chien et j’ai vu Manfram, vendredi dernier et il se tient debout avec son heaume et avec l’amour qui dépasse car, dans la version de Peter Jackson, il est beaucoup plus féministe et il parlait de Laurent Plutôt dans un film de Dalt et on l’adore parce que lors de malentendus, il ouvre des brèches et ça, c’est un moyen de lutter. Mais comment ces joueurs de salon sont devenus des bêtes de scène car ceci, ça te laisse perplexe sur ton futur.

Foie de journaliste
Quitte à ce que l’on parle tout le temps de moi, nous avions une pensée pour Anne Sainclair sur ce que l’on avait vécu en Afrique. Mais une fois que j'ai sauté du bateau, ça c’est beaucoup mieux passé et c’est vrai, vous avez peur d’être remplacé car j'ai diminué ma rémunération, pour du genre « I was here ». Pourtant, je suis toujours introverti pour la dernière fois avant que Julien ne meurt et c’est intéressant ça, venant de la gauche, pour nous avoir parlé des présidentielles. Mais ne me dites pas, que ce n’est pas vrai parce que sinon, je pars au Québec pour leur dire "Vive le Québec libre" dans le sens des opérations. Alors, merci pour les grosses têtes avec une question à 2000 euros, car cette fois, c’est le timbre original et pour autant, j’espère que ce sera pour la prochaine candidate de Saint-Germain en Laye que l’on a apprivoisé car elle l’a attendu 20 ans, sa monté sur les marches de l'élysée mais, où est-ce le Zambaise, puisque, on va vous installez un « boulodrome ». D’ailleurs, est-ce que ce sont des azalées sur la table avec ces mots stupides tout en m’agressant, car on a même peur que le narrateur soit envouté. Mais, comme je sais comment, ça va se terminer, chaque euro cotisé aura les mêmes droits et je préfère le dire car, je sais le payer et oh là là, je l’ai compris sur les salaires. Pourtant, sur un petit air de piano, vous étiez journalistes par minitel comme à l'époque, mais le problème, est-ce qu’ils ont sentis les choses car Jean-Jacques woodman ne souhaitait pas travailler sur bfm tv et moi, je voudrais parler de nos besoins, de nos vrais besoins, de jeunes diplômés et de classes supérieures, donc, je suis partout et pour l’éternité et là d'où, il vous regarde, François Mitterrand, c'est peut-être ce soir, et si ça se trouve avec une victoire primordiale car si l’on veut inventer la suite à 100%, c’est comme cela que l’on vit tout ça.

Dans le populisme de droite
Sous certaines conditions, nous avons vu monsieur Moïse, avec comme ce qui pouvait apparaitre comme de l’antisémitisme et vite car il reste 3 minutes et c’est toujours la ligne de conduite de la défense mais, on y croit moyen en fiction. J’avais besoin de me calmer aussi car j’étais à l’origine de la révolution avec des journées portes ouvertes ce week-end, notamment en corse. Cependant, mon onomatopée s’appelle wouam et parmi eux, l’artiste le plus significatif de la chaîne Astra plus, mais ne me faites pas dire ce que je veux exprimer à un niveau élevé car comme vainqueur, je ne leur demande rien, dans le Languedoc-Roussillon pour les primaires des socialistes. Pourtant, dans le populisme de droite, les peurs ne sont pas les mêmes que dans le système politique français et Marie l’explique dans sa demeure du Périgord, alors qu'il se rendait au commissariat pendant les gains de la productivité et je n’attends de vous qu’à minima.

Verts Ecologie Europe Démocratie Sociale
Puis-je encore rester sur la ligne et peut être en ne venant pas de ma majorité car ou ce sera moi ou ce sera une défaite pour la gauche française. Pourtant, si j'avais fait un élevage dans une gallérie d'art, c’est parce que le diesel est un problème avec un homme de l'ouest. Mais comment l’insulte-t-on car la française n'est pas mal et s’il y a un aliment qu’ils ne connaissent pas, c’est qu’il n’y a pas un coupable, pas un suspect. Donc, j’aime les gens qui ne font pas semblant quand ils s’adressent à toi, mais je ne veux plus de mec dans mon plumard pour rentrer dans un état de conscience d’un autre ordre. Parce qu’au théâtre de l’atelier, on m'a demandé ce qui m'avait le plus marqué, j'ai toujours dit, que je jouais des comédies où la social-démocratie n’avait de sens que dans la prise du pouvoir et comme vous avez compris la suite, mis bout à bout, ça fait 25% pour une carte infalsifiable et je casse son image, pour une, plus positive et la manière dont on en parle est moins cher au rpr et sinon, c’est encore, à nouveau le rpr, alors générique de fin.

Chérie, on est à la bourre
Je rodais du côté de France inter et vous croyez à l’effet de contagion. Mais, il va faire frais au levée du jour, car je crois que la force aujourd’hui, c’est de tendre la main à tout le monde. Surtout avec des gens qui me dise que j’ai 2 enfants et que je suis diplômé d’HEC et que je suis pour la sortie de la zone euro pour quitter l’Europe. Mais d’abord, c’est une réalisation particulièrement léché, le frexit dans chérie, on est à la bourre, car avec Madeleine La mire, vous vous êtes quand même rendu au camp des survivants. D’ailleurs, je me suis attendu à des témoignages de femmes massacrés, à la sortie du bleu, du blanc et du rouge mais ça sonne bien mieux pour qu’ils montrent qu’ils ont confiance en moi. Alors, allez, tirez-moi dessus avec le chien, mais je vous le dis, ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort et je m’affiche, serein et il va falloir que je me trouve 4 nouveaux alliés dans le référendum présidentiel pour retenir 82% des voix.

Ce ne sera plus un clivage
Dans le Fmi, où un colis a été trouvé, cela aurait été la procédure logique, mais selon certains interlocuteurs au 07 22 07 72 22, attention, car vous aurez un peu plus de vent mais, ils n’ont pas été blessés et j’ai vu un beau dossier dans le courrier international où il va falloir passer avec les deux cuillères dans la bouche, trois mois, avant son suicide. Mais dans cette opportunité fondamentale et avec cet entretien qui a duré presque une heure, cela aura été aussi la première étape et ce, pour une raison très simple, c’est parce que ça fait des années que l’on attend cette situation et qu’il faut de nouveaux traités internationaux où il ne faut pas avoir peur d’avoir du courage. Donc, non seulement, quelle image mais également, on accueil Patrick Balkany que j’aime beaucoup et ce ne sera plus un clivage gauche/droite. Patrick et sa femme avaient hérités d'une très forte somme d'argent, ce qui en quoi n'était pas un délit. Toutefois, pendant de longues années, il avait été élu et réélu maire de la petite ville de Levallois-Perret et le couple avaient omis de déclarer l'entière totalité de leur fortune. Rattraper par le fisc, puis par la justice, Patrick fut condamner à 3 ans de prison ferme et à plusieurs années d’impossibilités de se présenter à une élection et à l'heure actuelle, ça nous rapproche toujours un peu pourtant, car je crois qu'il est toujours en prison.

Affaire dans l’affaire
Dans les deux domaines, je vous donne le meilleur pour le livre qui a changé la vie et il y avait une autre patrie dans cet enracinement mais on ne l’oublie pas celui qui écoute les langues et qui les traduit car on a entendu des choses aberrantes et il m’est arrivé de dire des choses inexactes et c’est mérité. Mais, au point de monter deux associations, l’aigle noir qui se faisait aussi passer pour h5n8 sur les réseaux a fait aussi dans le rythme et vous pensiez que pendant toute votre carrière, vous aviez été une victime et il y a eu une accélération avec les réseaux sociaux. Il avait suivi François Rondfort et on pourrait dire que tout ce qu’il a tenu et tout ce qu’il n’a pas tenu, c’est une affaire dans l’affaire.

Un échec des mouvements antifascistes
François Rondfort me téléphona et il me dit que près de la reine et de près de toute la dynastie, ça va poser des problèmes mais cela sera bien parce que les deux équipes jouent un jeu offensif et on a plaisanté pendant trois minutes et puis d'un seul coup nous sommes redevenus très sérieux. Moi, elle m’intéresse à partir du moment où elle parle du milieu où elle évolue et ça m’a fait beaucoup penser à lui. Ils sont comparable comme l’un dans le stade français et l’autre dans une discothèque et j’étais président et responsable des programmes. Lui, comme président, c’est incroyable ce qu’il a fait, parce qu’il n’est pas snob, auprès d’artistes trop sages et avec ce qu’il peut dégager, il est la star dans la petite ville dans laquelle, il vit. Mais dans la maison de Balzac, là, où ils seront reçus avec pour commencer le livre qui a changer sa vie, mieux vaut tard que jamais pour le commencer. Mais lorsqu’elle arrive à le rejoindre, est-ce que ce n’est pas un échec des mouvements antifascistes sur un air de heavy metal car Donnie Slump prône évidement « l’américa first ».

Un mépris terrible
Ca rapportera trois à quatre milliard par an et elle y va et est-ce que vous pouvez nous confirmer s'il y a une réévaluation de la peine de Madeleine la Mire. Parce qu'il y a un modèle économique abominable pour la France et il faut que l'on montre autre chose alors on en reparlera. Monsieur castagne, il est resté pendant deux ans administrateur de l’Elysée et pour tous ceux qui sont au chômage est-ce que ça va redevenir une option dans les collèges. Car l'on n'en a pas encore parlé de ce programme de François Cabarouin, puisque Donnie Slump me donne des conseils capillaires et que finalement la réalité qui les cernent n'existe plus et quand vous aviez lu la pièce, vous ne saviez pas tout ça, Clémentine Scénarisé et bien non, alors générique car la qualité, c’est important et ça ne s’acquière pas comme ça, avec des vents de 60 kilomètres à l’heure dans la matinée et tout autant que vous êtes, vous m'aviez regardé avec un mépris terrible.

Sur le sujet de mon déplacement
Du cp au cm2, j'ai une question très importante, car quand j'ai fait ça, on était déjà avant la primaire avec des faits alternatifs et je pense qu’il y a deux grands thèmes avec le droit et la morale car ils font campagne de façon hystérique alors que j'étais, le plus modeste des saints. La surveillance, le renseignement et sur le sujet de mon déplacement aux usa, c'était pour faire plus, sur des zones prioritaires. Mais d'abord, c’est avec une actrice de cinéma et heureusement que l'on a François fillon avec un dessin de Ménégal dans le canard déchainé avec cette histoire d'emplois fictifs. Il avait lâché aujourd'hui Benoit saumon, pourtant quand elle découvre que la mère est morte et qu'à travers ce fils, c'est Vanessa, avec ce qu'il ne fait pas, alors, c'est qu'elle devait passer son temps à faire des mots fléchés sur son fauteuil et moi j'avais adoré, plonger, déjà, en 2002. Pourtant, avec ce que l'on lit sur les réseaux sociaux, vous m'auriez inventés avec les « amis » de monsieur Fillon et il y a des éléments de propagande qui voudraient faire croire ça, mais aussi qu'il y a 23 millions de gens qui travaillent pour les entreprises françaises sans aucunes normes, depuis une dizaine d'années. Donc, je tiens à vous informer pour ceux du cp au cm2, que j'ai une question, car vous oubliez que j'ai un majeur, madame et que je fais partis des gens qui doutent énormément de la causette avec un doublé.

Il y en a 24 à jouer
Avec ce climat que l’on voit ici en Allemagne, depuis seize heures, la défense, il faut lui apporter toute sa diversité, d’autant plus que le bâlois n’a pas beaucoup de points à rattraper pour revenir au classement. Mais avec l'excellence et l’exaltation des sens, c’est au-delà des exemples que vous avez donnés-là et quand vous cuisinez, ce n’est pas des hotdogs. On en a, une rouge, une bleue et une noire mais Iris, elle est un peu bordélique, donc, l’arête du nez de la jeune fille à la perle se mélange. Mais, la sécurité, la solution, ce n’est pas le tout carcéral, c’est d’avoir un peu de cohérence et la laïcité ce n’est pas la religion de ceux qui n’ont pas de religion mais c’est être efficace comme dans les autres grandes démocraties et non pas assainir comme dans certaines démocraties. D’ici 25 ans, j’aimerai qu'il y est un peu plus de respect pour le peuple français et sur ce qui pèse sur nos agriculteurs où il y a 100% de tomate fraiche chez Fruitoni. Mais, le trou de la sécurité sociale, c’est la faute des malades avec des politiques environnementales et avec l’espérance de vie toute courte, s’ils sont là, il y en a 24 à jouer.

Speedy
Mon travail, je ne le connais pas, alors, il varie et je le découvre, d'ailleurs, quand je parle, je n’ai pas besoin d’un ventriloque, pourtant, une seule est à couper le souffle avec plus de 40 récompenses. Cependant, avec d’abord un grand absent car mes convictions sont ce qu’elles sont, c’est avant la dernière perturbation et avec speedy tout va très bien, car on a pu voir que j'avais des tripes.

Racera ou Barka, ou Méchanbon
Comme, il y avait des petits candidats, je ne comprenais pas, que tu m’ais mentis pendant deux ans et après cette séance dans l'assemblée nationale, j’étais complètement perdu. Car, après s’être éloignée de Pierre foxe, Madeleine La mire a discuté avec son père et là, je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais elle a dû reposer le téléphone avant de raccrocher et je ne sais pas, mais concrètement, demain, c’est Jojo qui doit venir et il joue le consul et c’est un très bon personnage aussi. Mais Jean-Luc méchanchon, il est racera ou barka ? Car je ne sais pas ce que cela veut dire mais elle aime les deux, en même temps, et on l’a tellement oublié, que l’on se rend, tout de suite, à la maison blanche où je suis allemande le 1er avril avec une perruque et des bas résilles. D'ailleurs, l’écho qu’il a rencontré est loin d’être négligeable et qu’il est gagné cent quatre-vingt euros par mois et bien je le dis et je le répète, c’est qu’elle trouve un écho chez Jean-Luc méchanbon et le spectacle d’hier soir, si les gens ont travaillés, c’est légal. Mais pouvez-vous nous dire que parmi ces gens, il n’y a pas de cadre dans l’industrie pharmaceutique et les breuvages particulier, car ceci étant dit, le problème n’est plus là et je n’en suis pas là, moi, et non plus, forcément dans l’amour amoureux avec ce qui fait que finalement, je ne me sentais pas bien et c’est ainsi que je me lâche dans une suprême élégance. Car même si le théorème de Pythagore nous a donnés des sueurs froides, ça m’est arrivé juste une fois et je ne passerais pas avec la même dimension avec déjà du soleil dans le sud. Donc, même avec la dévaluation de la livre sterling dans ce débat fait d’amalgame et dans ce que pourrait être les rémunérations des députés, à mon avis, les chances de la droite de l’emporter s’amenuisent tous les jours et comme Benoit Saumon n’a pas marqué beaucoup de points face à moi, Antoine Gibbon, quel que soit la performance, j’ai un message.

La médiatisation
Ce que j’ai voulu démontrer dans ce rapport annuel, c’est que le port du casque est obligatoire pour les moins de douze ans et la réponse va forcément vous décevoir. Mais je vous propose de laisser la parole à notre éditorialiste car un policier a été pris pour cible et la personne ne bougeait pas, elle semblait morte. Il faut qu’il y ait des voitures de sécurité et non, pas des fouilles de véhicules mais qu’elle soutienne son ami avec aussi, le soutien de monsieur Alain Agée, ha, ha, ha, et c’est la même. Car nous, au cas où vous ne le sauriez pas, on participe à la médiatisation et je viens de continuer, ici, la vie, où vient se télescoper homosexualité et amour maternelle. Mais à Londres, c’est ainsi qu’ils s’appellent, les soldats de dieu et comme on l’a vu à Madrid en 2004, notre destin, nous entraine à repousser chaque mur. Mais tout de suite, notre image économie, si vous voulez voyager.

333 000 emplois
Avec les mêmes éclaircies, on voulait savoir si, c’était l’assaillant ou les attaques sur twitter avec un Dphone-max pour les entreprises et les particuliers, car moi, je connais très bien Manuel Vals et on voit le problème de Calais qui s’est aggravé en 20 ans. Car face à la défense de certaines valeurs et des élites, face au peuple, nous sommes les deux seuls candidats, plus l’assaillant dans une un débat télévisé. Monsieur Antoine Gibbon bonjour et l'on voit, tout de suite, où 333 000 emplois sont concernés...

Le brexit
Avec une vision du tout économique avec les attentes de la nation, c’est donc très bien, on va pouvoir se demander, tout ce que l’on n’a pas très bien fait. Mais nous, en France, on en a eu l’exemple, le quatre septembre 2016, mais redis-le avec l’accent, car depuis, ils sont devenus des superstars et je crois, quand il a vu plein soleil, qu'il a compris qu’il était un fauve et je trouve que c’est complètement normal et qu’il y a des êtres qui n’ont pas eu ce miracle-là et je me suis toujours connecté avec ce cri. Car, il a la même dureté qu’elle où c’était à la fois le rêve et le miracle de la vie et vous arrivez à toucher l’universel et j’y réfléchis. Ca fait une semaine et je ne peux plus tenir, moi, et nous allons retrouver le champion du monde avec ces propos qui choquent. Mais à Londres, c’est là où des manifestations vont se tenir et je vous propose tout de suite de découvrir ce projet inédit pour découvrir le président de la région Bretagne.

Aussi creuse qu’un tambour
Ca illustrait bien la difficulté que nous avions dans la société, un peu comme l’ombre des cabinets noirs et à l’arrivée, cela aura été simple car les organisateurs l’avaient répétés. La suite reste dans les mains des autorités et ils en ont remontés quatre en l’espace de deux mois des filières de terroriste. Le chanteur Manfram, il est formidable, mais peut-être que nous ne parlions à personne et peut-être que nous étions vendredi, au Barracuda. Là, ils ont une nouvelle casquette, c’est le rôle d’élève et ça ne marche que si les voisins ne font pas cette erreur-là. Car le bipartisme est mort et je n’ai pas entendu que François Rondfort a été un monarque absolu. Tous gardent en mémoire ce sacrifice dans notre rubrique et je n’ai jamais eu d’argent caché car on voit bien que je suis revenu sur ce point, où c’est à vivre en direct. Benoit Saumon, lui, en a-t-il les moyens ou est-ce qu’il n’en est pas capable puisque sa victoire, je n’y croyais pas et vous, ça vous arrange. Il n’y aura eu aucune conséquence politique et vous vous reconnaissez-là car je suis contre la reconnaissance d’un état palestinien et parce que pour garder notre faconde, plus que jamais pour tout à l’heure avec, à ma gauche Madeleine la Mire, notre principale concurrente. Moi, Antoine Gibbon, je suis là et alors que cette campagne a été aussi creuse qu’un tambour et aussi vide que bruyante, place de la république à Paris, nous étions en meeting hier soir, sous haute sécurité. On se connait depuis très, très, très, longtemps et il faut se connaître pour se plaire et je crois que je ne peux pas me plaindre, alors rendez-vous, ce soir à 20 heures 20.

CHAPITRE IV
Du sud au nord, de l'est à l'ouest
La Hack League
Si on ne veut pas que les causes produisent les mêmes effets, il faut que des nouvelles règles se mettent en place, mais à l'élysée quant on a entendu ça, on a pensé à un poisson d'avril. Pourtant le pouvoir, ils l'avaient, les hackers de la Hack League mais en ont-ils l'idée ? Car depuis, Jarad Melkir, leur leader avait enfin terminé par une note d'optimisme, avec des "J'ai confiance, il faut regarder l'avenir". Mais en fait, toutes les épreuves ont un lien avec le secteur professionnel et psychologiquement, c'était très difficile, pour eux d'assumer que les arnaques numérique devaient s'arrêter.

Stock options
C'est en 2003 que le gouvernement avait assouplit la fiscalité des stocks options, alors la consigne était clair, comment échapper au poisson d'avril ? Moi quand j'ai définis cette nouvelle loi, je pensais que l'on ne serait jamais à l'abris de se faire piéger et que c'était complètement bidon, d'ailleurs, j'espère qu'ils comprendront l'hommage que nous leurs faisons, maintenant avec les première arrestations. C'est tout l'esprit des festivals sur terre, car on y trouve les seniors comme des leaders de la consommation. Jarad, lui en particulier, il était délicieux et je me suis régalé, mais il n'y avait pas que ceux que vous avez cités.

Comme des chiens
Les américains, eux, attendent du concret, elle, elle s'est entraînée pour avoir une révérence parfaite, car ici, nous nous concertons avant de parler ou de ne pas parler et c'est offert par les entreprises du quartier qui, elles, par ailleurs, ne recrutent pas. C'était dommage, en effet, mais les entrepreneurs quelques parts, on peut les comprendre, car si tout le monde commençais à mettre son nez partout, un peu comme des chiens qui commencent à se renifler le derrière, là, il n'y a plus rien qui va, car moi, si l'on avait fait ça à mon fils, j'aurais été furieux.

Open press
Les stocks options ça permettaient d'utiliser des conventions fiscales, alors, par exemple, si vous êtes exportateur, ma question est très simple madame le juge, est-ce qu'ils mentent ou ils ne mentent pas ? Car on a parlé du G20 avec Eva mais dans l'avion qui me ramenait de Californie à Washington, Le président américain a tout de suite appelé les associations d'handicapés et c'est absolument énorme. On doit suivre les activités du président américain car certaines sont "open press". Mais, nous n'avons pas les allées et venus libres dont nous avons besoin afin de donner une chance aux négociations.

Le dîner de Washington
Ca me grattais dans le dos du hors d'œuvre au dessert, "but don't fuck up with an englishman" pendant le dîné officiel à Washington et c'est une petite victoire mais une victoire quand même. Pourtant, je crois que les traders du monde entier doivent méditer cette phrase, avec plusieurs individus louches dans le monde entier car 44 millions de personnes sont menacés de malnutrition à cause de la crise et cette réunion permettra d'arriver à un consensus pour pouvoir travailler ensemble. En tous cas, je peux vous dire que les Strasbourgeois ne sont pas content, puisque nous sommes dans une situation qui est invraisemblable et c'est accueilie comment cette nouvelle, avec Jean-Luc Aysse à la tête de I-France Radio car rien qu'avec cette histoire de calendrier, nous en avons beaucoup parlé.

Retraite Chapeau
Tous, nous sommes conscient qu'il faut de nouvelles règles et vous voyez qu'en fait, c'est surtout l'ancien ordre qui régit le monde. Malgré tout, l'actualité internationale continue avec le JT des JT et amnesty international aurait recensé plusieurs centaines de plaintes de personnes ayant subit des représailles de la police pour avoir dénoncé les dérives de Madeleine, moi, je n'avais rien à me reprocher et je demandais à mon ministre de l'intérieur de faire au mieux, il devait se débrouiller seul et son départ début mai, aurait selon Madeleine, compromie ses chances de s'attaquer sérieusement au problème. Mais pour finir, ce sont cinq patrons qui auraient touchés ce que l'on appelle la "retraite chapeau" et une information chasse l'autre, en faisant défiler les chaînes de télévision, les unes après les autres.

G20
Et puis, il y a aussi une évolution, car pour le G20 ils ont décidés de se revoir en septembre et aujourd'hui, il y a toutes les économies qui sont représentés autour du monde. La position de la France vis à vis de la Chine n'a pas changé, surtout si c'est la banque du monde. En plus, après un braquage, et après la prison, il y a la réinsertion et l'on n'est pas au cinéma, tout de même. Mais quant on lisait le Nigaro du 28 janvier on se rendait compte que Dominique Lapin venait de déjeuner avec Ségeline Réyal et il y avait un autre trou ici, en voilà un autre là -bas, ces dernières vingt quatre heures et à priori, c'est un sujet sur lequel, il faut surfer, tout en étant extrêmement présent sur la toile.

Augmentation des impôts
Jean-Michel Aproscri posa gentiment la question, à Ségoline. Alors merci de retourner un peu sur la politique française qui interdit les stock options dans les entreprises aidées. L'actualité est à nouveau dramatique, c'est une des plus grandes régions de la france avec un conseil des ministres extraordinaire convoqué cet après-midi et voilà ce que l'on pouvait vous dire, face à cette recrudescence spectaculaire des attaques de ce type dans la région de la nouvelle aquitaine, c'est bientôt l'été et la réalité est cruelle, du coup, la ville de Marcheaux a été attaqué par une cyber attaque et ainsi, on jouerait l'ouverture dans le gouvernement et dans les médias. Il n'est maintenant plus intéressant d'être propriétaire, car 9% d'augmentation des impôts, c'est déjà énorme pour beaucoup de gens qui travaillent pendant de nombreuses années.

Comptes cachés
21 millions de victimes déjà et les secours explorent les lieux sans relâche alors que les scientifiques redoutent le pire. La phrase à retenir, la phrase qui symbolise une nouvelle approche des relations internationales des états-unis, la voici :" il a refait les mêmes gestes, il est allé au restaurant". D'ailleurs, la découverte de ces comptes cachés a eu lieu à Grenoble et certains n'ont pas quinze ans, avec un taux qui pourrait baisser encore car les enquéteurs gagnent du terrain.

A suivre…







Pour revenir en haut de la page Retour rubrique