terminal-media.fr
icon icon facebook icon icon icon icon
cross

 
rss
 
Picto Les brêles du Graal Picto



Les brêles
du Graal
L’information est un atout stratégique, c’est pourquoi, on trouve ici des textes qui sont inspirés directement par les flux et reflux de l’actualité. A porté, anecdotique, voire géopolitique, souvent avec leurs petites rimes à deux centimes, cependant, ces éléments ne sont pas évident à comprendre sur les grands évènements de ces dix dernières années

ACCORDS PERDUS

CHRISTINE

De Chanel, elle était l’ambassadrice
J’aurai voulu l’avoir comme institutrice

Cette magnifique femme d’un âge grandissant
Une vraie beauté fatale, ce n’est pas à dix-huit ans

Alors que je lui disais bonjour
Elle m’a adressé en retour

Un sourire que j’ose imaginer sans détour
S’il avait été évoqué, une question d’amour

Perdu dans les méandres de mes phantasmes
C’est à elle que je pense, celle à qui je dois la place

Vapeurs étourdissantes des parfums capiteux
Avec ce physique fantastique, ce ne peut être que mieux

De la voir se mouvoir doucement
Son visage et son buste majestueusement

Ondulant sur le fil, au gré du temps
Soupirant parfois dans un râle enivrant

Pourtant je ne connais rien d’elle
C’est peut être ça qui me plait chez elle

De ne savoir, si elle est garce ou bien sentiment
Cette infinie beauté aux yeux charmants

Une brune divinement magnifique
Dans mon cerveau fragile extatique

Je voudrai la revoir dans d’autres circonstances
Que l’on puisse sourire de nos connivences

Et faire baigner un amour sans retenu
Comme si pour toujours nous nous étions connus

Un petit brillant autour du cou
je me serais bien mis à genoux

Pour lui dévoiler mon amour
Tant de tendresse, pour lui faire la cour

Dans un espoir d’amélioration de mon cœur
Et ainsi, effleurer le bonheur




TUPOLEV TRANCE

Ils dansaient la polka
A grande lampée de Wibroska

Pour les deux frères du contingent de Varsovie
Les généraux en place après le parti

Les copains de Walesa au sens politique
Avec un gouvernement dans un aller unique

Tombé en flèche pour avoir acheté des avions
De leur cousine l’Amérique sous les néons

En trahissant l’union d'euro mix
Ils se risquaient à la descente fortuite

Foudroyez en plein vol par un bug logique
Elle est toujours vivante la gauche catholique

La sœur de ces deux frères non civils
Où de Zamość devait partir les missiles

Je ne pleurerais pas les âmes des frangins militaires
Je n'irais pas me recueillir meurtrie et solidaire

Lorsque par provocation
Est tombé tout en bas, l’avion




MOISSONNEUSE-BATTEUSE

Quand en 1938, le belligérant de la farce
A voulu transformer ce continent de la face

Des lobbys idéaux et des moins comiques
Car il n’a plus confiance dans les capitaux venu d’Atlantique

Alors qu’il sait que dans le moteur se trouve la solution
Des machines à récolter, des outils à foison

Et en voulant faire la guerre, il voyait droit devant
Dans une paix plus proche que celle des opposants

La belle Amérique déjà voyait en lui
Le pire des méchants, le fixe ennemi

Marcel y était pourtant fort à l’aise dans ce rôle de bouffon
Qui se plaisait à distraire les gens pour de bon

Dans l’opposition de Roosevelt qui prenait des coups
Il y avait en France, un parti qui inventait la roue

Alors que chez eux police et armée chantait en même temps
Les louanges du kkk pour un blanc plus blanc

C’est dans la Nouvelle-Orléans et pas à Royan
Qu’ils se sont fait pendre, trouvez-vous ça charmant ?


AMBASSADOR HILL

WAFFEN SS
REFRAIN
Je suis un waffen ss, un nazi sans sa laisse
Je suis un waffen ss, je viens de Bourg-en-Bresse
Je suis un waffen ss, le chien qui mord sa maitresse

Je suis un waffen ss
Et je peste et je peste
Contre Adolf qui m’a envoyé
Sur le front de l’est

Je suis un waffen ss
De la division Charlemagne
Et je sais qu’à Berlin
On attend ma compagne

Je suis un waffen ss
Je tire sur le bolchévique
Et je sais qu’à la fin
Il fouillera dans mes tripes

Je suis un waffen ss
Qui fait sa une dans la presse
Des explosions bizarres
Aux détails de l’histoire

Je suis un waffen ss
Du marquis au prolo
De l’historien au vaurien
Des croix aux draps de satin




AF-RIO-PARIS

Le grand avion blanc
A pris son envol, avec élan

Il parcourt la nuit noire
On le voit sur le radar

Tous les gens à son bord
Sont las et ils s'endorment

L'équipage est calme
Il rentre du Brésil à Paname

Pilotage automatique
La trajectoire unique

Soudain plus personne
Pour parler dans le microphone

Pour un silence de sourds
assourdissants, comme toujours

Débris ici et là
Les corps sont déjà, tout en bas

Géolocalisation
Les sous-marins en action

On a rapporté les cadavres
Ce n'est pas très beau à voir

Rapport d'Etat, on le promet
C'est l'équipage à qui on le devait

Rio-Paris, ce n'est pas adéquat
Pour pourrir les relations d'anaconda

Bien au contraire, ça nous a renforcé
A vous enfoncez dans le, Rio Grande

Maintenant où que vous vous trouvez
Pensez donc, à votre sécurité

En Malaisie, en Ukraine, ils disparaissent en plein vol
Une raison de plus de vous toastez sur le sol

REFRAIN
As-tu vraiment pensés aux conséquences
Avant d'appuyer sur le bouton de ta conscience
As-tu vraiment réfléchit aux circonstances
Avant l'invasion des armées de la constance




DOME DE FER

Les commandants ont décidés
Qu'il fallait maintenant kidnapper
Des petits enfants innocents
Pour aller faire peur aux grands

Plus racistes que les intégristes
On suppose même qu'ils sont fascistes
Ils sont élus comme des poussins
Que seules leurs mères poussent au destin

Les fondements de leur religion
Quand, elle s'applique à une révélation
Pour les intégristes à frisette
Plus de loi, juste la machette

Pour couper court à tout ce qui passe
Espérer voir la mer rouge qui dépasse
On devait donc trouver le casse-tête
Des territoires de 47

Les rosbifs sont là pour le dénouement
Toujours présent, incompétent
Ils coupent, donc à la truelle
Les frontières, et les ruelles

La cause réelle du partage du pays
Pour nourrir un peu plus les appétits
Le crime extrême de trois marmots
Qui sont parties, sans dire un mot

On les retrouvera pas loin d'ici
A West Spring ou dans les collines de Copper City




DRESDE ET LE HAVRE

Quand Adolf envoi Rudolph, pour négocier la paix
Rudolph fut capturé, c'est prouvé, c'est un fait

Il y passa sa vie, sans un son, sans un bruit
Sans Joseph le géorgien pour l'évoquer aussi

REFRAIN
Maintenant, c'est donc fini mais vous n'avez pas tout dit

Les blockhaus d'antan
Sont devenu bunker, maintenant

Mur de la manche et mur de l'atlantique
Le pain, c'est avant tout, un besoin physiologique

REFRAIN
Maintenant, c'est donc fini mais vous n'avez pas tout dit

Barbe rousse plus tard, il faut du combustible
Et Joseph le rouge n'est pas le dernier des imbéciles

Des milliards de cadavres pour les statistiques
Et janvier 43, donc, ils préparent la suite

Anglais, Américains, bombardent les villes, sans vergogne
Dresde, Le Havre, Hambourg, Berlin et on oubli la Sorbonne

REFRAIN
Maintenant, c'est donc fini mais vous n'avez pas tout dit

A Yalta dans une datcha, dans une situation à trois
Pour Winston et Franklin, c'est la Bérézina

Sur le continent reconstruit, 70 ans plus tard
C'est décidé cette fois, pour vous, c'est un traquenard

REFRAIN
Maintenant, c'est donc fini mais vous n'avez pas tout dit

Perfide Albion garde un pied chez les bouffons
Un autre sur notre sol, ils nous prennent pour des cons

Alors gardez-là, donc, votre monnaie royale
Et restez donc, sur votre rocher féodal

REFRAIN
Maintenant, c'est donc fini mais vous n'avez pas tout dit

Avant de vouloir crâner, il faut savoir se distinguer
Vieux peuple prétentieux, si vous voulez briller

Commencer par vos gueux, sans les faire beugler
Ça vous fera changer, un peu et vous pouvez commencer




HOPITAL CONCENTRIQUE

Couloir blanc, chambre d'isolement
Plan géométrique, évidement

11 à 18, c'est la gériatrie
Celles où l'on reste, coincé dans son lit

La 22 un cas dangereux, il est là, depuis cinq ans
Toujours dans son mutisme, omniprésent

Ils déambulent tous ennuyés
Comme si, rien ne pouvait plus les étonner

Un autre écoute une radio
C'est pour lui, son seul écho

Distorsion et confusion verbale
Attitude de confusion mentale

Sont la loi des cachetons ingérés
Si vous en doutez, vous pouvez essayer
Si ça vous amuse, les discours déstructurés

D'heures en horaire, on est réglé
8h30, petit déjeuné

Sans oublier forcément,
Les médicaments

La maison ne prend pas de vacances
Elle est ouverte toute l'année, quelle chance

Personnel et protocole pour chaque patient
Salles de télévision en fonctions, à chaque instants

Séquence d'alarme, ambiance infernale
Chambre 24, il a balancé tout son déjeuner

Mais, il est finalement maîtrisé
Par les messieurs, musclés, de l'unité




LES TRAVAILLLEURS

REFRAIN
La main d'œuvre, c'est le bonheur, alors pour une bonne fois, dis leurs

Première génération de travailleurs
Travail à la chaîne, pas d'opérateur

En 36, on négocie les conditions
On les obtiendra, nos négociations

Droit de la semaine de 40 heures
Merci Léon, pour ta grandeur

Congés payés et obligations
Pour le futur de la nation

REFRAIN
La main d'œuvre, c'est le bonheur, alors pour une bonne fois, dis leurs

Après-guerre, ils sont las et peu travailleur
Ils s'attendent à de biens meilleurs valeurs

Pour les industriels et les patrons papa
Pour eux, ils leurs faut toujours des bras

Pour laminer les carrosseries, à chaud, à froid
C'est un casse-tête quand, il n'y a pas de choix

Et pour Charly le coup de la vitrine
Pays de cocagne, joie et bonheur avec en plus, une jolie piscine

REFRAIN
La main d'œuvre, c'est le bonheur, alors pour une bonne fois, dis leurs

S'enfuir ou partir, sont les conditions, d'un espoir meilleur
D'échapper à la tradition, ou à la terreur

Pour faire la sélection, les candidats sont légions
Et les valises, toujours fabriqués en carton

Rêvant d'Eldorado sous le soleil de Paris
Mais c'est plutôt le ghetto dans les bidonvilles d'Evry

Travail à la chaîne, pour une main d'œuvre docile
Qui craint le petit chef de gestion, hostile

REFRAIN
La main d'œuvre, c'est le bonheur, alors pour une bonne fois, dis leurs

Entassés les uns sur les autres, dans de vrais taudis
Parqués comme des lapins, dans des lieux-dits

Les cités construites, à la va vite
Sans se plaindre ou presque, de façon fortuite

Voilà ce qu'est la France des années soixante-dix
Une vaste ignominie, des nantis et du fric

Pour le regroupement familial, je remercie Valéry
Qui sans s'en rendre compte a jeté Mamie dans les orties

REFRAIN
La main d'œuvre, c'est le bonheur, alors pour une bonne fois, dis leurs




RESEAUX CHIC ET CHOC

Pour la denrée qui devient rare
Qui deviendra de l'or en barre

Vous pouvez toujours vous gavez
Mais, vous serez toujours prisonnier

Des scrupules, au nom de la nation
Vous jurerez certainement que non

Il faut que ça rapporte et vite
Et avec le pactole, on prend la fuite

Que la finance soit une valeur
Que l'on garde comme le bonheur

Mais ce bonheur est illusoire
Que l'on déguste comme une bonne poire

Quand les réseaux neuronales
Se veulent puissant, vertical

Quand l'information sous-jacente
Se veut pressante et puissante

Quand les fenêtres se veulent miroir
Des secrets larvés du pouvoir

Plus d'espoir pour la détresse
Quand la baleine fait sa Une dans la presse

A coup de milliard de dollars
Dans les côtes du dernier cauchemar

Personne pour relever le défi
Des réseaux rapides dans le conflit

REFRAIN
Ils se moquent des gens aux placards
Mais tant mieux car il est déjà moins le quart




UE/USA/CEI

Replaçant avec douceur, le contexte géopolitique
Et les points sur les i, dans un cadre ironique

Retrouvant les mots perdus, de la situation en vigueur
Tu nous as tous réchauffés le cœur

Il a donc mis d'accord, tous les gens de l'Union
C'est bien et maintenant, tout le monde t'attend

Qui peut se demander encore, à qui profite le Boeing en Ukraine
C'est Mickey charmeur et frondeur qui nous joue Carmen

Il faut encore trouver la représentante de la clique d'en face
Hillary la malade, la cocu de la farce

L'une pour le monde, l'autre pour l'administration
Une nouille et un salaud pour la constitution

Bouquin à Las Vegas pour Hillary l'écrivaine
Qui, pour la version officielle, veut que l'on se démène

Nos poudres sont là pour la remettre sur pied
Elle est pourtant encore chancelante et diminuée

Qu'on lui donne la constitution jusqu'à ce qu'elle en crève
Dans un concert de jurons, pour faire sonner la trêve

Va-t-elle se tuer à la tâche, en vraie américaine
A moins qu'elle ne jure que sur John, qui lui, reste dans la plaine

REFRAIN
La vingt-huitième étoile dans le respect des traditions
Tous les gens de l'union lui font une ovation

Hillary ou John vous devriez faire attention
Car on n’a pas encore parlé de la Chine

Et je sais qu'elle a des ambitions
D’ailleurs, elle vient de me faire un signe





CHARLY GOAL

REFRAIN
Sclérosés, étouffés, diminués
C'est dans cette France-là, qu'ils se sont révoltés

Jouant les hommes providentiels
Pour le pouvoir, et garder l'essentiel

Dans son cri, le leitmotiv de la chienlit
Pour aider les immobiles pourris

Stigmatisant, une jeunesse rebelle
En soulignant, des mœurs de femelle

Pour choquer, la foule en liesse
Rien de mieux, qu'une paire de fesse

Premier round, c'est à Nanterre
Que l'on a plus envie, de se taire

Les piquets deviennent entreprises
La grève est une belle surprise

La lutte ouvrière n'a pas suivi
Trop de révolte tue l'industrie

Un long débat à Boulogne-Billancourt
La révolution là-bas, on est jamais pour

Rendez-vous à Saint-Germain
Pour mordre le commun du destin

Etudiant ramassant des pavés
Et les platanes déracinés

Baden Baden en option
Pour le chef de guerre de l'opinion

C'est Massu, réagissant, qui lui botte le cul
Le courage visiblement, ce n'est pas sa vertu

Pas de victimes pour le préfet
On lui doit ça, au moins pour l'effet

Désignant comme nuisible Dany le rouge
C'est à la frontière allemande qu'il se retrouve



AMBASSADOR HILL

Partout où vous serez et ça je peux vous l'assurez
Aucune chance d'y échapper, échec et mat sans hésiter

Pas d'espoir, même pas de doute à avoir
Quand le hamburger se transforme en curare

J'ai en main votre futur destin
C'est la dernière valise et la fin

Ramassez fringues et chagrin
Et remercier-le espèce de crétins

Secrétaire ou garde du corps dans le couloir de la mort
Dans ces contrées irrespirables, où l'on y perd tous les membres de son corps

Vous avez raison de retourner au Kentucky
Là-bas, la mort vous attend peut-être dans votre lit

Je n'ai pas de sang sur les mains
Mais, je peux analyser vos intestins

Pour connaître la raison de ce chemin
De ce cul de sac, qui sera votre fin

Peu de chance que par l'ozone
Le masque à gaz ne résonne

Comme l'ultime, solution radicale
Qui ne te garde en vie, au finale

Pour des raisons transcendantales
Même la douche est redoutable

L'eau n'en parlons, même pas
la mort vous prendra dans ses bras

Plus question de palabres dans le bureau ovale
Avec les homologues de ces maisons bancales

Là, où la mort est une réalité bien trouvée
Entre nous avouez-le, vous l'avez bien cherché

De ces maisons qui pourrissent aux quatre vents
Jurés-nous, surtout, qu'il y a encore du monde dedans

Que l'on vous imagine afféré comme personne
Quant à la maison blanche plus rien ne résonne

REFRAIN
Quand dans la vie des châteaux tout part à veau l'eau
L'unique recours repose sur le retour
Comme le dernier des comptes à rebours




LE PLOMBIER

On m’appelle le plombier du premier
Jamais fatigué, mon boulot, c’est vos tuyaux, vos éviers, vos toilettes, vos lavabos

J’ai dans ma trousse tous les bons outils, de la pince, du chalumeau aussi
A minuit et avant huit heures, je trace ma route, toujours la bonne heure

Disponible soixante minutes par heure
toute destination, je ris de bon cœur

De Paris à Taverny, direction aussi Clichy



LE CORTEX

Celle qui s'échappe en, parlant,
Comme toutes les autres, régnant,
Dans les corps et les âmes, saignants,
S'en affranchir si, difficilement,
Il n'y a encore pas si, longtemps,
Dès lors qu'elle vous attrape, vraiment,
Ne vous lâche plus du sol, sciemment,
Une tête dans les étoiles, constamment,
Ne fait pas raisonner, sainement,
Alors direct entres les nébuleuses, évidement,
Pour être perché très haut, à cent pour cent,
Discours exacerbé, franchement,
Je vous ai vu apeurer, touchant,
De sentir tant de force, m'appartenant,
A mon gré, à mon flair, déterminant,
Ce que je dois faire avec vous, fuyant,
Quand la réponse est pauvre et le verbe, trébuchant,
Si toutefois vous croyez que je ne suis pas comme vous, consistant,
Soyez sûr que surtout, je resterai, cohérent,
Ces images résonnent de milles crécelles, sidérant,
Voilà que cela me fait rire, assurément,
Comme un énorme délire, portant,
Sur un scénario débile mais, marrant,
Comme la réputation d'un chien, mordant,
Dans une carcasse de chèvre, sentant,
Le bouc et la genièvre, soûlant,
Ce canidé a c'est certain, devant,
de belles années à plaisanter, sûrement,
Sur ses aventures, poilant





LES WISIGOTHS

Elle était Berta pour ceux qui marchent aux pas
Celle dont le bruit sourd sonne le glas

Le Wisigoth païen qui a vu arriver les Huns
Le barbare de l'histoire pensant qu'il descend d'Odin

Ce grand lyrique fougueux comme Wagner
Se réinventant tous les cinquantenaires

Demandez donc à Helmut, si nous sommes encore "kaput"
Si vos crimes ont étés oubliés autour d'un casse-croûte

Tu sais bien Gerhart que je suis ton fusil
Et que désormais, nous sommes maintenant amis

Sur les marchés, dis aux Yankees
Que la liberté se paye chère autour de la Rhénanie

Je comprends cette revanche, obligé
Quand la Ruhr fut démantelé

Deux parties bicéphales, à l'Est, à l'Ouest
Réunification cérébrale, en forme de test

Mais où donc vouloir aller, dans une langue d'estropiée
Même avec des voitures, archi blindées

D'ailleurs mon conseillé est technique
Alors que j'agis plutôt, de façon diplomatique

Problème démographique, à vouloir trop se protéger
On finit dans une société de gériatrie, façonnée

Angela ne fait pas cette tête-là
Tu as bien fait ton choix

De donner une volonté politique
Pour annihiler cette fois, la problématique

De la démographie dans le pays germanique
Car au lieu de te concentrer, sur la logistique

Tu sauves ainsi, le coche des statistiques
Ainsi, tout deviens logique




LE PROVISEUR

Alors que je n’étais plus à un coup bas
Procès d’intention sur l’écran encore là
Coincé par Gossip cet engin de torpeur
Dézingué par la valse des ricaneurs
Il fallait sans doute pour eux expliquer
Encore une fois ce que je devais penser
Portrait dans le prétoire du proviseur
J’entendais dans le public des hauts le cœur
Sur les détails de ma vie, déballer au grand jour
Je savais que c’était un autre et que celui-là était sourd
Le professeur qui baille qui soupir ses questions
En vertu de quoi cette sélection
De huit pauvres bougres qui s’émeuve des détails
Eux dans leur box, je ne vois que la taille
Témoignage en cascade, des vivants de passage
Décrivant une allure glaçante, un cœur de rocaille
Le témoin de mon indifférence m’en veut encore
Et à chaque tournure de phrase, voilà qu’il mord
Le chiwawa hargneux de cette histoire
Ce rongeur d’os et de baballe
Se rappelant à ma mémoire comme la mouche
Qui va voletant avec un regard louche
Les robes noires, maintenant, entrent en scène
Pour souligner l’intégrité qui est mienne
Maintenant je suis le chevalier blanc
Je peux leur montrer mes cheveux blancs



UNE DECHARGE

On y trouvait n’importe quoi
Du skaï, du zing et du formica
Tout est moins chers sur ce truc là
Disait ma voisine, cette bonne femme là
Que ce soit la raclure ou bien les rats
Tout le monde allait sur ce site là
Déchets en nombre immondices ça et là
On dirait que la troisième guerre mondiale est là
Chaise en rotin, cafetière cassé
Sont les derniers objets à classer
Au cimetière désorganiser
Allez poursuivre les encombrants
De la pourriture que l’on trouve dedans
Moisissure vieux médicaments
Magazine pourrissant au grès du vent
Une odeur pestilentielle règne en maitre maintenant




ZOOVILLE

Dans une petite ville près de l’eau
Un trou un monde de caniveau
Là ou traine les faiseurs de potins
Madame michu la voisine d’en face
Avec raymond le roi de la farce
Qui fait quoi mais avec qui
Dans ces draps c’est charmant c’est exquis
On suppose qu’ils viennent voir l’embaumé
Le plombier ou bien le charcutier
Pour entendre les détails du dernier courrier
Je me moque de tous ces cinoques
Qui défilent tous sous mes fenêtres
Je les laisse à leurs petites affaires
Tous afférer à leurs petites valeurs




DE LA BOUE ET DE L'EAU

Coulait de la montagne dans un pays de cocagne
De la boue et de l’eau
Courrait dans le ruisseau, suivait son cours au fil de l’eau
De la boue et de l’eau
Opaque et marron, vidé dans le siphon
De la boue et de l’eau
Suscitait de la curiosité, avait besoin de se faire vidé
De la boue et de l’eau
N’avait plus d’autres choix, que de descendre par-là
De la boue et de l’eau
Devait s’expliquer sur le côté d’où elle venait
De la boue et de l’eau
Se liquéfiait sur le parquet, dans les interstices, coulait
De la boue et de l’eau
Se répandait doucement, dans les douves du château
De la boue et de l’eau
Etait réunis dans la marre des canards
De la boue et de l’eau
Survivra-t-elle au soleil quand il assèche avec merveille
De la boue et de l’eau
Se reflétait dans le sillon, tachait les bas d’Edith Nylon
De la boue et de l’eau
Au fil de l’onde vivait, dans la station près de la forêt
De la boue et de l’eau
Recouvrait tout, même les journaux, quotidien et aussi hebdo
De la boue et de l’eau
Submergeais tous les micros, dans les studios, sur les plateaux
De la boue et de l’eau
Bouchait les pistolets, rendait obsolète les boulets
De la boue et de l’eau
S’est répandu sur les pierres noires, sur les rochers près de la cave
De la boue et de l’eau
Bouchait les artères des immigrés, rendait docile la nationalité



LE TEMPS MEDIATIQUE

Politique ou esthétique
Régnait en maitre et recyclés faisait le lien dans la cité
Le temps médiatique
Critique ou bien plutôt complaisant a la Une du tout-venant
Que ce soit pour faire plaisir aux gens, ils se voulaient distrayant
Le temps médiatique
Dans les campagnes, chez les marchand
De voitures ou de détergent
Le temps médiatique
Dans le regard des condamnés au cerveau lobotomisé
Dans leurs yeux la jeunesse plein d’amertume et de tristesse
D’être assis devant le petit écran, qui n’est plus celui de leurs vingt ans
Le temps médiatique
Temps des communicants pour mieux sourire et divertir, me fais chier royalement
Le temps médiatiques
Mais encore combien de temps, avant la fin des publicités drolatiques
Qui sans discernement font payer les gens de forme cubique et sans rendement
Le temps médiatique
Fait briller la culture de tous les mécréants pour détourner les psaumes des pauvres gens
Le temps médiatique
Qui parle de façon comique pour expliquer les choses sérieusement



LA FILLE DE L'HOROSCOPE

Dans ce pays où sont les interdits
Dites merci à la mère Denis
Sans un battement sans une pulsion
Mais moins rapide qu’un avion
Ils sont chez vous, ou ailleurs
Mais sous certaines conditions
Sur les pochettes surprises, on ne peut pas les montrer
Pour les hommes, c’est plus simple, on ne peut pas les planquer
Pour Valery, il dors sur son bonus aujourd’hui
Pour Jacques, il avait fait l’impasse
Pour Nicolas le pilote, pour les chiffres tenu, il n’a pas
Au niveau des niches fiscales
C’est moins bancales
Car avec un peu moins d’impôts
Pour payer le nettoyage du frigo
Il faudra des migrants rassurants
Je veux éteindre les polémiques de l’eau sauvage
Et de mes mensonges qui amènent à la rage
Pour célébrer la communion d’un peuple
Et la communication automatique



ETAT ISLAMIQUE

Dans le grand livre des records, que ce soit pour des combats au corps à corps
Si tu te sens attaquer, il n’aurait pas fallu dégainer
Tu soignes tes gens avec des discours rassurant, as-tu pensé à l’équipement dans ces pays du levant
Les alizés et le soleil brulant auront tôt fait d’y faire un traitement
La conséquence, c’est que ça déraille et tue les hommes, les fétus de paille
Retrouvons-nous demain pour la finale, le onze septembre, contre la lutte du problème nasal, épidermique, et cérébral
Car je sens qu’il y a encore des soleils noirs et des nuages sur le nord de la Californie
C’est nous les premiers au levant qui agiront, sans embarras, sans tracas
Votre opinion sera favorable à vingt-deux pour cent, considérable
Je regrette que les grandes puissances n’aient pas agi, plus rapidement
Et qu’ils prennent des décisions, dans les temps
Et si donc les troupes au sol, interviennent avec la camisole
Ça sera un demi au bar du coin avec les amis
Cette suppression passe mal, il faut pourtant qu’elle soit procédurale
Au téléphone comme des grands, comment, nous verrons ça, dans un instant
Pas de troupes au sol, ni aucune collaboration dans les vols
Comment et surtout sous quelles formes, les français participeront, c’est une question de décision
Est-ce que l’on peut le dire maintenant et vous roulez dans la farine sciemment
Nous sommes maintenant en retard permanent, le soleil bouge au levant
Car l’armée islamique possède aussi beaucoup d’argent et l’activité économique serait pilonnée très fortement
C’est comme ça que ça se passe au levant



PAULETTE

Je ne suis peut être qu’un faquin, paulette
Un pauvre manant, pas si malsain
Mais mon amour n’est pas rétractile, paulette
Depuis toujours, il bat en vain
Pourtant, dans la lueur de mon écran, paulette
Je te contemple pendant des heures
Mais, ce qu’il y a d’embêtant, paulette
Ce qu’il y a de bête et de fâchant
C’est que tu sois absentes, paulette
De mes vacances dans le Gévaudan


AQUARIUS

Financé par une organisation non-gouvernementale, navigant sans cesse dans les mers territoriales

Espérez ne pas finir dans l’eau glacé, sinon, vous serez coincés

De client assassin ou économique, êtes-vous en bonne condition physique

Du Niger à la Gambie, en passant aussi, par l’Ethiopie, intrépides nageurs, avec d’imposants gilets de couleurs, grimpent sur le cargo pour quitter le canot





Nato's Tacos

Alors que l’économie de la Chine, s’émeut de la forte dîme, imposée et qui remet en jeu, le sort d’une dette coûteuse, pour donald le ballon rebutant

Voulant partager la facture d’un souper à Bruxelles. Pendant ce temps à Moscou, on prépare les crampons pour jouer la finale tout simplement




Ministre du livre

Pharmacopée contrainte
Pour avoir bonne conscience
Même sans considérer les divines controverses
Sans être enragé par diable déviance
D’un mal qui ronge, qui n’est pas d’opérette
On oublie vite, un quidam d’un temps
Car plus vite, qu’ailleurs, dans vos bois
Ça devient une fonction, mais c’est hors la loi
Du ministère, l’édition



BORIS SWEETY BREXIT

Boris Johnson veut aller à Kensington
Il rejoindrait bien Smith et Wesson
A moins qu’il n’aille à Remington
Après avoir posé son ultimatum
A Theresa sa grande bretonne
Donald l’embrasse dans le cou
En murmurant, déjà c’est pour nous
Mais, ici, on préfère les jeux de balle
Car les passes, sont plus cérébrales
Parce que sans aller à 4 pour cent
C’est bien nous qui passons devant
Alors discutons encore
Pour éviter de voir encore éclore
Des pénibles désaccords
Donc, avec un brexit doux ou dur
Qui va sceller le sort des anglais
Puisque la différence détermine
Qu’a plusieurs, nous pouvons aller au sommet
Sur le sol européen dans cet havre de paix
Et avec des avions s’il y a des pressions





Certaine comme toi, était irréelle
Mais un physique d’avion, c’est surnaturel




LA COMPLEXITE DU PAYS

Du bois, il est sortit
D’un kilomètre de distance, il a prit
Mesdames, messieurs des extrêmes
On dirait que cela vous gène



COMME PARTOUT DANS LA PRESSE

Les auditions de l’assemblée se poursuivent
Mais c’est nul et non avenu comme on danse un quadrille
Alcool et soleil ont fait 2 autres victimes
Elles impliquaient un zoo et une petite comptine
C’est dire, si elles sont sérieuses ces deux souris
Alors que le chômage est reparti à la hausse, aussi
Pourquoi, donc, ne pas devenir une star de la pornographie
Dans la salle des 5 colonnes, là, où l’on retrouve tous les partis



RAVIE DE VOUS RETROUVEZ

Tu es, comme Hélène, celle d’Ithaque et tu attends, tic-tac
Tu es le détonateur de ma bombe, faisant tic-tac
J’entends ton cœur qui bat et tout ce mic-mac
Qui reprend tous les jours, même jour, même date
Je ne sais, comment t’aborder
Un mur s’est comme élevé
Il est de terre et de glaise, compacte
Donc, fait le céder
Que nous nous retrouvions, intacts



CONTINENT

Madame, monsieur et tous les votants
Ceux des côtes ou ceux dans le vent
Attendez pour l’Europe, le monstre gagnant


Car avec trois normes et cinq lois
Nos armées et notre droit
Notre expérience faisant foi


Nous pouvons sans trébucher encore,
Mettre tout le monde d’accord
Pour protéger le décor


Que ce soit à une ou deux vitesses
Il n’y a rien qui nous empêche
De faire jouer pour toujours la déesse



DRAMATURGINE par Michel Pettesec

Ce Michel-là faisait mes poubelles
Car mon histoire, je la trouvai belle
Cette romance virtuelle


Je l’avoue, proviseur, dans mon désarroi,
J’ai fait confiance à ce vieux rat
Prêt à tous les exploits,


Car s’il y avait tant à dire dans mes propos
Moi je suis sentiment, et non pas, tremolos
C’est peu de le dire dans cette vidéo


Qui le voit s’afficher
Avec un vieux routier
Accompagné par sa moitié


Pour toujours, tu seras laid
Dans ta tête, comme dans les faits
Un reptile au sang pas frais


Car pour retranscrire des choses pareilles
C’est que tu ne m’as pas bien lu, triste crécelle
Sans me comprendre, vu de ton ciel


Alors triste Sire de ces marécages
Où les chiens servent à cet usage
Zoophile pour une page


Tu sous entends, donc, qu’avec mon historique
Dans mon disque dur avec un calcul mathématique
Que tu as violé mon intimité, en toute logique


De mes amours passés
Désirant ainsi vouloir renouer
Des relations tristement coupés


Je ne retiendrais de toi
Que ta créativité s’en va
Que ta mélopée choit


Et ainsi ta fortune
Qui ne font que ta plume
Attise toute les Unes

Mais déjà tu as tout dis
Dans la presse française et à paris
Alors changer d’avis serait pourri


Toutefois, tu peux encore
Essayer de me jeter un sort
Dans la presse de Corée du nord


A moins que cela soit celle de Saigon
Avec son épouse et ses portions
De canard laqué ou de bœuf aux oignons



FROID PARANOÏDE

Il est parano
Il ne mange plus les grumeaux
Il est parano
Ne prend jamais l’ascenseur
Il est parano
Se nourris avec un verre d’eau
Il est parano
Ne veut que du green en réseaux
Il est parano
Ne se mouche que dans son coude
Il est parano
Vit jours et nuits dans des sous-sols
Il est parano
N’ouvre jamais les cadeaux
Il est parano
Croit que tout le monde l’espionne
Il est parano
S’angoisse de tomber dans les pommes
Il est parano
Prend sa gardienne pour une espionne
Il est parano
Ne dira plus un seul mot
Il est parano
Se sent pris comme un pigeon
Il est parano
Dans les serres du faucon


PARTICULE FINE

Il avait fait un accident vasculaire cérébral,
Je le confirme, pire qu’une balle,
C’était un président avec une omniprésence,
Dans les vents et les flatulences,
Mais, nous avons très bien compris,
Ce qu’il voulait, ce qui lui a pris,
De vouloir de l’argent pour son pays,
Le plus riche, le plus pourri,
Etait-ce pour les 40 millions qui ont faim,
Ou pour le toit du Capitol en or fin,
Désolé, tu ne nous feras pas pleurer,
Sur les frais que vous avez engagés,
Car, pour ce qui concerne d’y participer,
Ce n’est même pas question d’y compter,
Le second sujet portait sur son auto,
Nous n’en avons rien à faire,
Bradez-la, donc, faites en cadeau,



ALGER 242

Dans les rues du centre d‘Alger
Ils sont tous ici, rassemblés
Sur les boulevards encombrés
Très difficile à compter

Avec cette jeunesse, face à la clique
Des militaires pas caustiques
Qui protège un président mythique
Leader autrefois du pouvoir technocratique

Forcément, c’est beau
De voir la révolution d’en haut
Pour ne pas être dans la violence à chaud
Dans un combat idiot

J’ai vu aussi quelques brins d’humour
Dans ces pancartes qui marqueront pour toujours
Une bonne humeur sans détour
Sans que la police ne frappe autour

Des slogans, des textes et des liens
Qui viennent d’internet pour rien
Peuvent faire changer le cours du destin
En faisant confiance à un chien



MAYENNE SUD

Né dans le sud de la Mayenne,
Un smic depuis cinq ans, c’est la moyenne.
Cap en poche, mieux que mes parents,
Je suis soudeur isolé, le plus souvent.
Je n’attends rien de l’Europe
Car les élections, sont en toc.
Je ne vois pas pour qui j’irai voter
Car tous les candidats me semblent éloignés.
Marine vie à Paris dans le seizième,
Elle paye l’ISF, aucun problème.
Avec au choix ses habitations,
Dans quatre endroits de la nation.
Une intrépide habite à Nice à l’hôpital,
Elle se fait soigner la zone cérébrale.
C’est la rebelle du coin avec son drapeau,
Qui l’a jouée Corrida avec des taureaux.
On a retrouvé des armes dans leurs poches,
Elles ne se transformeront pas en brioche.
Boules de pétanques, boulons, acides et fumigènes,
Ce n’est pas comme ça que l’on résout les problèmes.
Forces de l’ordre, CRS, militaires en action,
Seront toujours-là pour l’occasion.
En Irak en Syrie et à Nevers,
Il faut parfois savoir faire la guerre.
Mais quoiqu’il dise quoi qu’il fasse,
Il y aura trois crétins pour se mettre en face.
Quand ils tirent à boulet de canon, en niant tout,
On reconnait bien-là l’opposition.



ALESIA

Le gouverneur donne ses ordres au centurion,
Formation en tortue pour la légion,
Glaive à la main, c’est selon.
Si c’est la guerre à Lutècia,
Il y aura de la perte chez les Gaulois.
Alors soyez adulte pour cette fois,
S’ils se retrouvent enchainés dans l’oppidum,
C’est l’envoi direction le colisée de Rome.
Vendu à la criée comme gladiateur,
Ils n’ont plus qu’à s’entretuer à base de couleurs.
Vercingétorix le borgne, est brave et,
C’est une belle personne.
On sait bien qu’il pense à tous les gens,
Pour eux, il faudra des logements.



TOP SERVICE

Le prélat numéro 1 a prit son bâton de pèlerin
Il habite place Saint Pierre dans un beau deux pièces avec salle de bain
Une sacristie, des dépendances, un lit à baldaquin
Sont les pénates discrètes de ce serviteur humain

Son salut précaire et son bréviaire, son livre coincé dans sa main
A la kermesse pas de bretelles s’il est tenté par ce chemin
Cachez Marie, Pierre et les enfants du sacristain
Quand l’oraison se fait chagrin d’être mortel, comme un chien

Avec la question sempiternelle après, est-ce qu’ il n’y a rien
Sauf le souvenir d’un argentin qui s’adapte au chemin
Comme le suiveur d’un mérovingien qui serait divin
Depuis longtemps il a renoncé au charme câlin

Et même quand a sonné les mâtines, son membre n’est rien
Puisqu’il aime les stades remplis contre les blasphèmes réussis
Il préfère frapper les esprits en soutenant sa théorie
Que si on avait injurié sa mère, il aurait sorti son fusil

Pour tuer des sceptiques qui ne pensent pas, comme lui
Œil pour œil, dent pour dent, ce n’est pas ce qu’on lui a apprit
Je suppose qu’ils veulent encore chercher quelques brebis
Quelques grenouilles pour prêcher le mardi



FORCES SPECIALES

La France entière rend hommage à ses enfants
On ne les verra plus, ils sont tombés au champ

Ce sont deux soldats morts sur le chemin
Vaillants et courageux, ils n’avaient peur de rien

Ils ont donnés leur vie au burkina faso
Dans une opération de choc, de commando

Ils marchaient à la dur, ne buvaient que de l’eau
C’étaient eux, les forces spéciales de notre cher drapeau

Le sens du devoir dans les rangs de l’armée
Sont discipline et courage, pour toujours notre fierté

Hommages et honneurs auront été rendus
A ces militaires d’élites, à jamais disparus




DANGER ZONE

Il faut prévenir car il y a danger
Dans notre communauté du continent entier
Puisque l’Europe est divisée
Pour un rien, on ne peut plus s’accorder

Dans les rangs des extrémistes
Ceux dans la démence alarmiste
Avec leur parole de fanatique
On ne peut que s’attendre à ce qu’ils nous abrutissent

Et que diront-ils après le Brexit chez les anglais
Je le vous le donne en mille, cher peuple français
C’est assurément sortir de l’Union qui leur plait
Et évidement avec un Frexit, se loger une lame dans la plaie

Car, pensez-vous qu’en ordre dispersé
Nous pouvons faire face à toutes les éventualités
Industrie, diplomatie, recherche et sans oublier
Notre sécurité, la première de nos volontés

Alors, grâce aux normes en vigueur définies par Bruxelles
Pour la taille des boulons et le diamètre de la vaisselle
Que ce soit avec notre génie numérique et nos logiciels
Et sans oublier, l’intelligence artificielle




CONCURRENCE DELOYALE

Dans l'Europe des 27, évidement, c'est évident
L'on est plus fort, commercialement

Mais, quand il n'y a pas d'ambition
En n'ayant aucune vision

Pas d'espoir de voir un jour
Le ciel s'éclaircir pour toujours

Pourtant, dans ce joli jardin charmant
Avec, trois mers et cinq montagnes et du vent

Nous y faisons commerce, d'agriculture et d'élevage
Et moyenne industries pour les adultes de tous les âges

Concurrence déloyale qui gêne notre commerce
Nous devons y mettre un terme, il faut que cela cesse

A l'échelle de l'Europe, pour tous les pays, histoire en commun,
Chemin un peu différent, selon certains

Souvent un cloché, dans tous les villages du coin
On y trouve aussi, parfois un minaret au loin

Un temple, ailleurs se dresse
Eux, ils l'ont construit dans l’allégresse




SOUS YAPA 1990

J’ai pilonné le livre aux éditions microsofk presse
Du prix suyapa, avec le petit contrat,
Du poste de graphiste, au temps réel d’ingénieur
Qu’es-tu devenu grand auteur avec un air de conteur
Qui parlait du multimédia en disant n’importe quoi
Petit reptile sournois gagnant trois francs six sous
Il faisait des coups de fric avec ses écrits
Quand il ne codait pas dans sa buanderie



TERMINAL-MACHINE

Soldat professionnel aguerrie
Fouinant à l’intérieur de la machine d’autrui
Certains traquent la faille et code détruit
Comme un vulgaire délit
Je vous laisse le soin, de deviner comment vous serrez
Bouillies, crue ou rôtie car bien sûr, ça ne fait que commencer
Alors, je vous conseille de protéger vos données
Car c’est cruel et bien structuré pour vous faire cracher le dernier zéro et le un de la facture show business de demain




HOP HOP EUROPE

Rien à changer dans la stratégie et ça va continuer
Puisqu’il continue à vouloir tenir la scène en étant entouré

Avec le poids des mots et les photos de choc
Dans le match de Paris et la côte de Nacre

Comme vous le savez, ça, on peut en discuter
Sans difficulté, si au moins, vous avez dessoulés

Il faut le dire à leur numéro un, pour les patriotes
Qui sont, dans le clivage de la libre concurrence à l’époque

Pourtant, il n’y a aucune prise de conscience à cette défaite
Et, c’est vraiment cela qui vous embête

C’est ainsi que l’on ne peut pas dire que ceux qui sont là,
Le seront toujours et dans notre voix
Ça déclenche l’optimisme, en faisant les choux gras




IF

I'm the man with no face
And we have scan all the place
My brother come in your country
If you're play the tragedy
If forever he will be lost
Peoples will glib the cloud
In all the country



L'AUROCHS

Après ton appartement explosant de façon bizarre
C’est l’emménagement dans le fameux manoir

Un jour, tu voulais faire courir un rouquin
Sur ces images, tu jappais encore comme un chien

Ailleurs, tu ânonnais devant la pucelle d’Orléans
Tu lui disais « reviens », en étant pas content

Souvenez-vous de celui qui a fait sa fortune
Avec cet héritage et toute cette thune

24 millions d’euros venant d’un fils d’industriel
Ça fait un bon petit paquet comme salaire mensuel

Tu décris cet épisode du fils et de sa mère
Qui décèdent très vite et tu bats des paupières

Voulais-tu t’absoudre d’un péché meurtrier
T’es-tu sentis enfin libéré

De sciemment assumer et pour finir, avouer
Comment un parti, sali par un crime

En faisant assurément une triste victime
Cela en dit long sur votre code de l’honneur

Cette façon d’être qui mène droit à l’erreur
Mais qu’elle est ce monde qui envoie à trépas

Et comment osez-vous revenir dans le débat
Alors que vous êtes acculé comme des rats

Puisque les questions fusent à la radio
Parce ce qu’il faut annoncer la nouvelle dans les micros

L’aurochs s’est éteint en voulant parader
Il n’y a plus rien à faire, on peut l’enterrer

QUESTION DE PRINCIPE

ANOREXIE

Tu as souffert d'anorexie
Je sais, ce n'est pas gentil
Tu es courageux, je le sais aussi

A nouveau mobilisé
Dans la mire de la cible identifiée
La mine est désamorcée par la brigade concernée

Courageux G.I Joe est toujours sportif
Il porte sa fonte, combatif

Il fait sa course tous les matins
Avec sa bicyclette et son guidon
Mais aussi comme un grand, sans les mains

Il y a eu un combat
Dans la perse dans le détroit
C’était entre les deux guerres on y guerroie

Mais dans l'oreillette de john wyse
Pour le journaliste, on peut encore entendre des bêtises



GOOD COP, BAD COP

Tu joues au bad cop
Tu joues au good cop
T'es-tu pris dans une série nextflic en toc

Donnie Veux-tu encore affirmer ta suprématie
Donner une leçon de diplomatie

Car la Russie répond de ne pas se fier à ça
Alors que le pétrole coute cher dans le Minnesota
Même avec le gaz de schiste dans l'Indiana

Voudrais-tu mettre sous pression Bruxelles
En ouvrant un front sur Perse la belle
Et combattre les rebelles dans la citadelle

Le détroit d'Oman pourrait être ainsi attaqué
Tout en accusant l'Iran et vouloir s'inviter
A la fête du moyen orient comme un taré

A l'initiative pour venir faire la guerre obligée
Avec des sanctions commerciales d'enfoirés
En ayant affamé tout un peuple

Attaquer le tanker japonais ou bien celui norvégien
Sont des prétextes, c'est certain
Alors réfléchissez bien, monsieur donnie le chien



FAUSSES NOUVELLES DE RUSSIE

Véritable combat en faussant le débat
Ivan le terrible en a plein les bras
Soumis à des restrictions qui imposent le combat

Derrière son pupitre Sergueï créait la fausse nouvelle
Cette fois-ci, il faut en trouver des plus belles
Mais voulez-vous des leçons cyberculturelles

N'est ce pas un peu simplet, ce genre de fonction
Pour imaginer des fausses informations
Ridicules petites missions qui s'attaquent aux élections

Epargne-nous ça Vladimir
As-tu autre chose comme avenir
L'usine à troll n'est plus qu'un souvenir

La polémique n'est plus confortable
Alors recule camarade que l'histoire soit valable
Donc commencez par vous taire, vous êtes pitoyable

Toi et tes sbires, rangez vos claviers
Calmez-vous, arrêter de polluer
Ou rendez-vous sur les plages de Crimée

Emmennez donc babouchka
Très très loin, au-delà
Et faites-lui faire un tour de troïka

Camarades, retrouvez-lui son oreiller
Qu'il arrête de nous enquiquiner
Avec ce petit jeu, sans grande subtilité

Alors soyez prévenu messieurs les russkoffs
Que si ça continue, on arrêterait le kougloff
car on commencera avec les chiens de pavlov

Donc, nous pourrions arrêter de sourire
Car, parce que si ça vous fait réfléchir,
Vous risquerez de finir par pâlir



A TAUX PLEIN
Travailleurs, travailleuses, employés, ouvrières, ouvriers ou marins

Retraités, d'une façon ou d'une autre
Obligez que ce soit pour une raison ou pour l’autre

A taux plein dès 64 ans, souffler pour un temps
Que vous ayez tous vos trimestres ou bien en ayant économisés quelques sesterces

Harassant à l'extérieur ou dans un fauteuil à l'intérieur
En y laissant sa santé ou dans le confort d’un lieu chauffé

Si vous êtes en bon état et que vous atteignez cet âge-là
Soyez certain que cela sera atteint à 64 ans

De la même façon à 64 ans, ce sera le schéma, évidemment
Vous l’avez entendu vous comme moi, forcément ce sera


NO STOP TELEVISION

Toulouse aujourd'hui
Gagne la finale 2019 au jeu du rugby
Bouclier de brémus, ils sont tous réunis
Sur France 2 au service du pays

Sur la 8, c'est Thierry invitant des filles plaqués or
Heureusement celles-ci ne sont pas restées dehors
Avec des aiguilles plantées dans le corps
Ou avec dans le nez, la farine hardcore

Toujours en zappant, on tombe sur une bouillie sociologique
Homer l'odieux père pathétique et Bart le gamin comique
Les Simpson, c'est une recherche psychologique
D'une dizaine d'auteurs avec un alambique

Un peu de football féminin sur la 10
Mais sans encore de salaire pharaonique
Sauf, peut-être pour la présentatrice
Car, c'est en direct avec un ballon en plastique

Sur TFX épouvantable histoire criminelle,
Pour tous les morbides, triste clientèle
N'avez-vous pas honte d'éviter la dentelle
Ou de faire grandir des émotions sans chandelles

Journalistes soumis par leur direction
Ils nous expliquent ce qu'attend leur patron
Mais je regrette, cette bizarre situation
Ou ils les tiennent maintenant avec le pognon

Télévisions du monde entier
Sont confrontés aux mêmes réalités
Programmes, émissions, publicités
Informations et pouvoir ciblé

1h25, un Trans genre s'exprime et c'est cela qui fait l'exception
Quoiqu'il en soit, il a fait son choix et c'est cela qui fait la solution
Alors que sur la 3, ce sont les 24 heures du Mans
Avec des voitures éclaires et des moteurs hurlants


LE CALIN

Le petit Jordan est attendu par marine, sa maman
Celle qui plait aux enfants et aux grands-parents
Et dans le parti, on l'a nommé vice-président



C’EST A MOI


Sur le plateau de télévision ikéa
Ils se bousculent pour télérama
Le téléshow du soir où rien ne va

Je suis à votre table
Celle qui est confortable
Ou tous les gens sont raisonnables

Je mange avec mes doigts
Je rote et je festoie
Sans avoir mal au foie

Le chef a fait du rat
Mais également du chat
Donc, je prendrais du poids

Elisabeth mets donc un sous-tif
Babeth prends, donc des risques
Anne-Elisabeth, joues-la collectif

Les sujets ne change pas vraiment
Toujours les mêmes intervenants
Car, ce n'est pas le courage qui les guide forcément


POLITIQUE GEMONIE

COMMANDANT ELECTRIC

Ils sont venus en jouant les aigles
En changeant le pain blanc en celui de seigle
Pour emprisonner les cadres avec de nouvelles règles

C'était un beau fleuron de l'industrie
Ca donnait du pain et du riz
Aux salariés qui étaient tous unis

Si vous en licenciez 1000
Je vous propose un honnête deal
50 millions d'euros de dédommagement docile

Ainsi, vous serez les Phoenix et les rois
Les sauveurs d'une situation sans lois
D'un libéralisme sans tête de bois



BUDGET EUROPE


C'était une triste nouvelle pour l’Europe
Son projet n'avait pas eu d'aval, c'était un choc
Passé comme une idée qui débloque

Une réelle solution pour un budget conséquent
La vision d'un homme intelligent
Sympathique mais ferme, évidement

Désolé, mais on s'en souviendra
De cette ligue qui cherche à faire un exploit
En bloquant tout pour cette fois



ACTION POUR L'AVENIR

Tous ici ou encore là-bas
Comme un simple votant dans le débat
Nous avons un nouveau schéma

Construisons les médias de demain
Pour ensemble montrer le chemin
Avec un élan libre et républicain

Activistes de l'industrie du savoir
Rejoignez-nous vers le jour de gloire
Sans abstention dans le territoire

Indépendants, ensemble nous pourrons
Donnez-le, la, d’une nouvelle nation
Pour marquer, le collectif de l'union

Ici même, pas un comique
Puisque ici, on recycle
Là, avec l'histoire de Sisyphe



IRANIEN BLUES


Les députés crient "Mort à l'Amérique"
D'une façon empirique
Pourtant rien, de très logique

Ils menacent les Etats-Unis
Mais ses alliés aussi
Ce doit être une plaisanterie

Car, il leur avait dit
Qu'il serait leur meilleur ami
Avec ce qui implique une finale bouillie

Pourtant, ils s'obstinent
Mais, ce n’est pas bon pour le régime
Avec de nouvelles sanctions qu'ils sous-estiment

donnie, je te propose un compromis
Car, on peut faire affaire dans mon pays
Avec ce qui t'appartient et qui ne coute pas chère ici

Ainsi, nous calmons le jeu au moyen orient
Pour que tout reviennent comme avant
Comme un véritable miracle et enchantement

donnie ne veut pas la guerre, il l'a dit
A quelques mois des élections dans son pays
Alors, qu’il tempère ses propos maudits

Formidable et stupéfiant
C'est le conte charmant
De donnie et d'atlas les deux concurrents

N'est-elle pas belle cette solution
Elle vaut bien que l'on si attarde pour Perse la région
Que l'on fasse du commerce, avec un bon filon

Bien sûr, il ne faut pas d'armes nucléaires, nada, rien
Et avouez, quand même qu'ils sont forts ces iraniens
Pour faire reculer donnie le chien



OPERATION RAFRAICHISSEMENT

Ne restez pas sous le soleil
Sinon, vous ne resterez ni vieux ou vieille
Alors, suivez le meilleur des conseils

Car, sans mesure de protection
La canicule sera l’extrême onction
D’un simple principe de précaution

Monsieur, le chef du gouvernement
Faites confiance à votre ministre, en ces temps
Car selon, ces indications, il faut être vigilant

Si l’on n’a pas conscience que pour mieux prévenir
Parler aux médias reste le meilleur moyen pour agir
Afin d’éviter tous les morts à venir

Quand la France suffoque
Pas de plaisanterie avec le thermique choc
On se doit de faire front avec le bloc

Avec toute cette chaleur dans nos contrées
La solution aura été de s’organiser
Ainsi, la plupart des habitants se retrouvent protégés

S’y résoudre est important
Car en 2003, le nombre de cercueil fut imposant
Et a laissé au cimetière beaucoup de gens



PLASTIC A TRES BAS COUT


Marion, mon institut de beauté,
Avec tes cheveux blonds peroxydé
Peaux d'orange et corps fuselé

Marion, direction chaleur du nord
en appauvrissant les gens dans le port
Mais je ne suis pas d'accord

Marion, le docteur est atteint par la mélancolie
Car tes trois supportrices font dans la bondieuserie
Avec d'autres sujets qui sont plus pourries

Marion, elle sait qu'avec l’Ukraine
Cela sera un combat de chienne
Mais laquelle des deux, aura le plus de peine

Marion, une bonne soirée pleine de circonstance
Dans ces quatre départements en vigilance orange
Dont la plupart sont sur la manche

Vous connaissez Marion, depuis qu'elle est bébé
Car les gens disaient, c'est mieux, c'est notre histoire d'été
Mais ces histoires sont exacts, elles sont même prouvés

Je me contente de faire de la pédagogie
Car je remets seulement les points sur les i
Qui n'aurait jamais dû disparaitre dans l'oublie

Car, Boum, boum il s’appelle boum boum
Le nain vengeur viré avec son enfant le dauphin oum
qui a fait des attentats contre le président loukoum

A berlin c'était vrai
L'on a plus a se demander d'où ça venait
Les autres ont eu le mauvais rôle évidemment wouai



LA BELLE EUROPE

Elle est belle, l’Europe quand elle roque avec sa tour
Elle est belle, l’Europe qui chante avec le monde qui l'entoure
Elle est belle, l’Europe s'organisant dans un grand marché, pour toujours

Parce que l'on peut s’arranger et faire des réunions bilatérales avec la Côte d’Ivoire
Parce que l'on peut s’arranger et arrêter de leur répéter qu’il leur faut dégager
Parce que l'On peut s’arranger quand ils trouvent une bourse dans une école privée

Car quand il s’enfuit par la trappe qui est ici
Car quand lui s’enfuit avec tous les résultats qui sont là aujourd’hui
Car quand lui s’enfuit les résultats sont à la solde du marché

Car quand lui sourit, il faut la pointe des libéraux
Car quand il va décider de virer les écolos
Il va, sans hésiter mener l’Europe à l'apogée



RETOUR GAGNANT

Aussitôt, libéré des fonctions de Bruxelles
C'est en france qu'il traverse la ruelle

Pour appréhender le dossier conforama
Alors que ce sont les salariés qui payent les coups bas

Donc, il fera très chaud
Au moins 36 degrés à Nimes et Bordeaux

Nous avons bien vu la différence et en europe, désormais
Voici, ce qui doit le faire statuer au sommet

Car, avec des formes de légitimitée européenne
C'est, toutefois un pari quand même

Pour autant, l'ensemble n'est pas si pessimiste
Car depuis hier,à lui emboiter le pas, ils sont six

Organisé avec 2 femmes et 2 hommes
Ils n'ont qu'à se donner pour garder la forme

Voilà pour l'essentiel sous un rayon de soleil



INITIATIVE

Là, il nous a dit que tout le monde était perdant
Et que l'on peut mettre fin à leur donner de l'argent

Il suffirait, même de les embauchés à quelque chose
Mais c'est quand même mieux de le remettre avec à chacun sa prose

Mais est-ce que cela vous a géné
Dans une démarche que vous avez anticipé

Alors bonjour roselyne, bonjour toto,
Avec un spot à led vendu jeudi à 48 euros

Car, ils passent par le centre de la fonction publique
Avec en france 422 fonctionnaires cybernétiques

Oui, nous avons encore un petit pique de chaleur
Là, où ils auraient pris des jours de vacances et des heures
avec 2550 euros net par mois pour comprendre
ça ne nous aide pas et c'est aussi très aléatoire cela

Mais, ce n'est pas si mal la vie avec emmanuel macron,
avec des icônes que l'on croyait intouchables
Et ça on peut le voir dans le verre à moitié plein,
car elle dit avoir payé l'isf de l'économie en france, avec son regain



IN SOME OTHER PLACE

On voit bien,
On voit bien que ces enquêtes-là, ce sont vérifiés

C’est pourquoi,
C‘est pourquoi, c’est lui qui nous l’a dit

Car sauver
Sauver des vies n’est pas un crime

Et elles ont,
Elles ont une puissance hallucinante

Donc j’approuve,
J’approuve la décision du ministre

Pour donner
Pour donner à nos jeunes une vision dont ils ont bien besoin sur Front Ouest et Est.tv

And in some other place



MINERVE

En partant de Toulon,
Ils ne pouvaient pas savoir

C'était au mois de janvier,
Ils n'étaient pas bavards

Le sous-marin minerve en 68
Plongeant avec peut être une fuite

Etait-ce une explosion, ou toute autre avarie
Mais qu'est ce qui s'est passé pour les 52 vies

Le 27 janvier 1968, tout s'est arrêté aucun signe du bâtiment
A sept heures cinquante-cinq précisément

Aussitôt, après cet événement
On envoi le commandant

Mais Cousteau avec son batiscaphe
Ne retrouvera aucune trace



PENSEES SINCERES ET ATTRISTES

Avec maintenant beaucoup de soutien et
La fête nationale chez les américains

C'était le début du débat du mois
Avec des français qui ne sont pas aux abois

Car, avec le summer morning tour,
En plus, dans ce beau festival, qui fait jour

Soyez heureux, on vous offrira avec une vertu économique
Une bien belle balance électronique

Soyez heureux, avec une vertu astronomique
Vous pourrez bientôt contrôler vos kilos



ATLAS ET LE TANKER


Alors qu’atlas s’entretient avec donnie à propos de l’iran,
C’est donnie qui reproche à theresa sa gestion du brexit

Le tanker à Gibraltar ne vogue plus guère et les anglais,
toujours prêt à faire la guerre



MORALINE


Non, je n'ai pas mentis mais je crois sincèrement
Que ce que j'ai dit, à quelque chose d'effarant

Vous comprendrez facilement que je risque beaucoup
Mais peut-être pas encore maintenant avec un coup

Si vous entendez bien, je n'ai surpris personne
Dans ce qu'il faut bien, appeler, une vilénie informe

Je suis le grillot de l’histoire mais il ne fait aucun doute
Qu’aucun produit stupéfiant, je n’ai pris la route

Il n’y a pas de morale dans cette histoire
Uniquement un homme ou deux qui avaient la gale

Ils étaient comme des chiens montrant leurs canines
Dentition en avant pour mordre l’échine

Quelles passions les animent en dehors de la craie
Que le ressac de la mer ronge près des galets

Cependant, je suis serein et je me dis que jusqu’à présent,
Qu'encore bien, je me ressens



MORALINE II

La justice leur a donné raison, la nouvelle est tombée
Pour bernard et stéphane plus d’ennuis à gérer
Venant d'un banquier, qu'il aurait fallu écarter

Calomnies dans l’accusation face à la dignité,
Il reste dans sa fonction avec ses 80 000 salariés
Car c'est un sujet que je regarde avec intérêt




ACTION EN JUSTICE

Je vous le confirme, on va s’attaquer
A des gens qui ne savent pas à qui, ils se sont frottés
En capturant, de nombreuses données

En voulant jouer les pirates invincibles
L’on va maintenant les rendre docile
Avec une recette particulièrement subtile

Avez-vous cru que l’on vous avait oublié
Sur les réseaux ou dans la réalité
En revendant 5 pour 100 des infos récoltés

La commission a tiqué sur ce point-ci
Car le gouvernement signale 30 000 délits
C’est pourquoi, vous serez cuit ou rôti

Car ça dure depuis 25 ans
Et qu’avec la justice, on verra, si vous êtes transparent
Alors, bonne chance les enfants



LES CIGALES

Elles chantent depuis quelques jours
De l’aube à l’ombre, toujours
Avec leurs bruits qui rends sourd

L’on entend crisser leurs ailes
Tant qu’il y a du soleil
Alors tendez vos oreilles

Tout le monde veut tuer les cigales
Celles du sud ou les provençales
Dans la garrigue ou dans les halles

Les cigales ont toutes leur mot à dire
Pour une opinion qui cherche à contredire
Avec la délation qui amène au délire

Derrière leur microphone en fonction
Des heures durant, elles chantent, la gestion
Dans les écouteurs en action


MEDIAS OVERDOSE

DRUGSTORE

Un peu partout, mes guêtres, j’ai trainés,
Paris mais aussi Aubervilliers
Pourtant, c’est à Assas que je me suis fait dépouiller

roitelet du rock, vieux camembert trip hop, normande de woodstock
On n’aurait pu me retrouver à Amsterdam
Une seringue enfoncée dans le bras dans un glauque drame
Fait d’héroïne et de macadam

roitelet du rock, vieux camembert trip hop, normande de woodstock
L’hépatite C aurait pu m’emporter,
Cette maladie-là, il ne faut pas trop vite l’oublier
Car c’est toujours le même principe pour l’attraper

roitelet du rock, vieux camembert trip hop, normande de woodstock
Cependant, j’ai échappé à la furie du crack
Pour un petit instant, un sombre flash
Puisque l’on peut faire des cérébrales attaques

roitelet du rock, vieux camembert trip hop, normande de woodstock
Avec des commentaires, ils ont spéculés,
Ce qui ne m’a jamais fait sursauter
Mais je leur recommande à nouveau de s’appliquer



OPERATION DRAGOONS

A l’ombre des Cyprès l’on voit annoncer
Le 75ème anniversaire du débarquement provençal, célébré,
Car c’est la commémoration des militaires, le 15 aout 1944, débarqués

Les tonnelles protègent du soleil, les anciens soldats
Hier pour eux, ce ne devait pas être leur dernier combat
Ceux pour lesquels pèse la reconnaissance de l’Etat

La fanfare militaire joue un air solennel
Il fait plutôt beau à Saint-Raphaël,
Et pour 95% venus d’Afrique, les soldats, iront jusqu’à Marseille

Les drapeaux, flottent haut, pour ces commémorations
Le « chant des africains » fut entonné avec beaucoup d’émotion
Avec des spectateurs qui étaient pleins d’attention

L’accueil républicains a été sans retenu
On ne néglige pas, le protocole et la tenue
Car, aujourd’hui un ancien président est venu

A la fin de son discours, le président actuel,
S’adresse à la jeunesse, il sait être dans le réel
Et la patrouille de France survole le ciel



CRICQUE NOIR

Hardi, hardi, hardi les gars
Il nous faut de l’or, car l’anglois
Envoie des boulets à notre endroit
Donc, on leur jettera, un sort jusqu’à trépas

Ce soir, ce sera la boucanerie
Sangliers sauvages, poissons et autres proies, sont ici
Pour festoyer plus tard, sur notre île de paradis


JACK ET ZAF

FANTASMAGORIQUE JACQUES

Un jour, une nonne, certes un peu conne
Veut faire de moi, son Dieu, son homme

Je suis une pomme et je vous en donne

Caresse chagrin, c'est ce qu'elle dépeint
Avec un peu de Giscard d'Estaing

Je suis une pomme et je vous en donne

Ça va pour moi, je suis nommé, premier ministre pour un été
Le président va me snober, il va pourtant le regretter

Je suis une pomme et je vous en donne

Caméra, TV, je suis cadré pour le feuilleton, je jette les dés
L'entrainement, c'est pour le style, qui marque la fin de mon idylle

Je suis une pomme et je vous en donne

Pour l'échéance, pas de déclin mais je ne prendrais pas le train
Bulletin dans l'urne, pour ceux d'en face, sans être poursuivi par contumace

Je suis une pomme et je vous en donne

Cohabitation, régime de con, encore premier, je suis second
Mercredi, je parade à midi, devant micros, pour la parodie

Je suis une pomme et je vous en donne

Débat tragique, je perds ma chique, combat sporadique, affrontement cynique
En second couteau, je m'incline sur le plateau, je suis tombé dans le panneau

Je suis une pomme et je vous en donne

A midi, le plomb au zénith, fait passer Louis XVII pour le phénix
Premier tour, il est chaos, adieu Edouard, c'était trop beau

Je suis une pomme et je vous en donne

Tonton croit aux forces de l'esprit, ça tombe très bien, moi aussi
Je croise la foule qui applaudit, ça y est cette fois, j'y suis aussi

Je suis une pomme et je vous en donne

Dissolution comme un fardeau, avec un idiot qui fera l'écho
Nomination pour le blaireau, fier et heureux de sa promo

Je suis une pomme et je vous en donne

Un choc extrême et je suis présent, lui est déçu, l'autre n'est pas devant
Je triomphe en bloc à 86 pour cent, plus rien à dire, le château m'attend

Je suis une pomme et je vous en donne

Crise en Irak, je me démarque, pas de problème, on a des arcs
Discours de choc à l'Onu, cette fois, Charly n'est pas venu

Je suis une pomme et je vous en donne

Je ne suis pas sur un bon pied, foudroyante attaque validée
Lent déclin de ma santé Je n'ai pas fait grand-chose, je dois l'avouer

Je suis une pomme et je vous en donne

Dernier round pour la finale, j'annonce le rythme pour les annales
Nous l'avons tous entendu et je te le dis, sans flagornerie
On te le doit, ce petit merci


REFRAIN
Anarchiste réactionnaire
Fantasmagorique, c'est dans l'air
Opportuniste militaire
Mais, sans logique disciplinaire
Favorable au nucléaire
Politiquement mercenaire
Sportivement plutôt grégaire
Dans des situations délétères





NIKKI LE SPLEEN

Prenant la mairie, quand tout le monde dort
Charles se réveille, sur son lit de mort

Election dans un village, où le fric est le roi
Le copinage, c'est mon dada

Si vous connaissez mon histoire
Vous le savez, elle est sans gloire

Devant toutes les caméras
Je prends cet enfant dans mes bras

Direct vingt heures, je suis le roi
C'est, donc, la seule histoire qui me va

J'aime bien draguer, même la mariée
Au moins, je l'ai eu, sans me fatiguer

Tu ne voleras pas, la femme de ton prochain
J'ai dû lire ça, c'était pour les chiens

Une larme encore sur sa joue
Je joue encore le drame, jusqu'au bout

Mais pas de problème de conscience
C'est dans la norme de toutes les réjouissances

Elle partira les bras en croix, jurant
Qu'il n'y aura qu'un chef, en moi

Pour 2007, je suis dans les blocs
Ambiance hostile dans le haddock

Le cours du poisson, c'est toujours bon
Pour prendre du plomb, sous les néons

Ce matin, je m'étais déplacé
J'aurais dû mieux rester couché

Remorque royale pour les journalistes
Pendant que sur un cheval, je me prends pour le Christ

Le cheval blanc, du couillon de la liste
Me donne des ailes, dans une Camargue triste

C'est toujours bon pour les machos
De se sentir comme un maquereau

Ségolène enrage d'une légitime colère
Je fais le sot et j'en prends l'air

Dernier tournoi dans le combat
Pour une fois, je suis le roi

Un peu plus tard, ma femme me quitta
Pour un pubard, un peu moins bas

Dîné bon teins, vite réparé
Je vais donc, me recaser

Troisième passage devant l'église
Toujours dans le respect du prestige

Devant l'autel du cirque permanent
Alors que dehors sont les manants

Elle est gratteuse, sur le retour
Vraiment pas de quoi, faire le détour

Pour une pin-up à l'anglaise
Pour le prestigieux, monsieur Ramirez

C'est comme ça dans les maisons du luxe
Où la réserve se trouve dans le stuc

Elle a du bon Marianne et ses largesses avouées
Mais est-elle bien représenté

Vociférant contre mon équipe
Qui ne comprend plus rien tellement, c'est épique

Le commencement de la fin, est déjà très proche
Mais il me reste encore, quelques millions en poche

Je décide d'investir tout ce qu'il reste de force
Quand les prix du marché sont gonflés à blocs

Meeting zéro devant le Trocadéro
Galvanisé par le prix des drapeaux

Dernier round et c'est le grand soir
Et en six phrases, je me la prends dans la poire

La formule a du succès,
je reste muet

La force sûre, est plus suprême que moi
J'encaisse, j'ai mal, je ne m'en relèverai pas

Ce n'est même pas la peine de compter
Cette fois c'est grave, je suis plombé

Je ne pourrais plus téléphoner
Sans me dire, si je suis écouté


REFRAIN
Maintenant plutôt moins colérique
Car j'ai rongé mon frein cathodique
Maintenant, je ne mords plus ma chique
Néanmoins, je reste encore mutique
Ne maudissant plus le numérique
Tout en comptant sur la technique





Technocrate Color

L’écran devant les yeux de l’aube à l’ombre
Curseur sur les courbes qui tremblent
Je suis prêt pour le dividende
De la compagnie que l’on vient de vendre

Car, quand 07 ne fait pas la fête avec Penny
C’est sa majesté qui crie au pourri
Pendant que Sir Georges s’étrangle et me maudit
Avec les boys d’Eton qui toussent dans la City

Aux quatre coins de la planète
Je pars promener mes guêtres
A Ouagadougou, 12 heures 47
Ou Sydney, à l’heure de la sieste

Alors que sur la Tamise sonne Big Ben
Les jeux sont faits sur le cours du tungstène
Sinon, vous pouvez miser sur le benzène
Car, j’ai du stock dans les plaines du Yémen

Honorable vieille dame sur L.A
Marché porteur sans délai
Avec filiales internationales au rabais
Pour croissance stagnante avec brevets

Nasdaq en valeur refuge
Avec de l’oseille de sinécure
N’avez-vous pas vu le subterfuge
Avec l’électronique des transfuges




URBAN KAMIKAZE

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars

A moins que tu ne les abats
Les pauvres oubliés du repas
Marijuana, crack et coke
ça commence par là

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars

Pour la désintoxication
Des chaires et des tissus
Pour le repos de vos consciences
Encore une bévue

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars

Dans la ville des anges, ils sont parqués comme des intrus
Alors qu’à deux pas, dorment les parvenus
A paris nous en avons aussi, mais bien entendu
Nous les soignerons bien, c’est notre vertu

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars

La facture te tombera sur la tête
Comment avez-vous pu être aussi bête
De laisser s’envenimer une population faite de rebelle
Comme un enfant disparu au loin dans les ruelles

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars

barrack et michelle vous vouliez faire des lois
Mais sans trop insister cela aurait fait débat
donald et melania faites donc une zone d’état
Dans le nebraska ou bien dans l'oklaoma car…

ça te coutera des milliards
Des milliards de dollars




MEILLEUR QUE...

Remettant en place avec bon ton l'information
Je me place en arbitre tolérant dans la fonction
Et on a l'impression qu'ils veulent lui donner l'extrême onction
Avec un corps en décomposition


Le présentateur de la deux rapportait ce soir, un mot médisant
qui tient en quatre vers, mais cependant
voilà ce que j'en pense maintenant
un monceau d'indiférence complètement


Car ce qu'il a fait de mieux dans sa vie
C'était de dire de voter pour moi, le jeudi
Alors, on le comprendra, ici
Que, cette fois-ci, je ne lui dit pas, merci chichi




LUBERZOUL

Dans la vallée de la Seine
Entre Paris et le Havre, sur la scène
Des médias de france ou plus loin dans la plaine


Focus sur un terrible incendie
Qui s'est déroulé une partie de la nuit
Et pendant la journée du vendredi aussi


Dans la nuit de jeudi à Rouen
Les pompiers ont luttés
Pourtant, la fumée a pollué


Reste-il des traces
Graisseuses dans les flaques
L'herbe est-elle toujours aussi grasse ?

Comment savoir si la place est nette
Si l'Europe, est aussi propre que mes toilettes
Et que tout a été dit dans la clarté sur la planète




VOILE LOBBYS

A voile ou à vapeur
Le petit jordan pleure
Celle au joli cœur

Le petit jordan s'endort
Il est tourmenté par les remords
De n'avoir pas mordu encore plus fort

Le petit jordan s’emmêle les pinceaux
Répète toujours et encore comme un veau
Plie devant des femmes comme un roseau

Le petit jordan est le virtuose
Avec ce qu'il faisait pour porter la cause
Comme un stratège des Vosges

Le petit jordan prend ses distances
Va-t-il supporter toutes les stances
De ce jeu cruel de ses réminiscences

Se cachera-t-il sous un voile
Après avoir été mis en râle
Maintenant, il est tout pâle

Le petit jordan apprécie les croquettes
Ce petit chiot aime les mignonettes
Qui le tiennent par la laisse




BUSINESS ACADEMY

C'est terrible l'économie
Si l’on ne fait pas de compromis
Un jour c'est rouge, un autre c'est gris

L'entreprise, parfois peut faire des bêtises
Et licencier ainsi sans avoir besoin de la crise
Mais de quelle manière doit-on juger cette méprise

Pour faire en sorte que les salariés soient protégés
Et que les syndicats défendent leurs intérêts
Avec 600 employés dans un site qui doit fermer

Administrateurs, avez-vous pensés ou anticipés
A ces foyers qui vont être touchés
Dirigeants, il faudra des indemnisations sans avoir économisé

Car quand l'économie mondiale va bien, le chômage baisse
Alors si d'un seul coup vous voulez que tout s'arrête
Réfléchissez à deux fois, ne soyez pas, des australopithèques




PARTOUT LA GUERRE

Si vous voulez que ça vous arrive aussi
Du rire, des larmes et des regrets en symphonie
On vous conseille de vous calmez et ainsi

Vous échapperez à une recette précise
Comme celle de la déroute surprise
Avec toutes les victimes de la crise

Ça risque de faire drôle sans avoir de guide
Pour reconfigurer 5 fois au pays des figues
Car ça risque de briser la digue

Alors, si vous continuez à faire suer partout
Il n'y a aucun doute à supposer à mon gout
Et vous serez très fortement contrarié avec du woodoo

Minorité aux abois avec pratiques rigoristes
Sans être extra-lucides, on sait déjà, qui deviendra triste
Quand il faut préparer ses bagages et éviter les risques

C'est comme ça que l'on agit avec la diagonale du fou
Pas de doute à avoir, ça démarre comme du dégout
Ce sera comme ça, car la guerre est partout

Et il y avait des médecins
Pour éviter que vous soyez chagrin
Pour vous tenir la main




EPICE A PART

La France sera toujours une terre d’asile, pas de problème du tout
Mais cette épice, ne sert à rien et n’a juste qu’un sale gout
Car de cet effet planant chez moi, je n’en veux point du tout

Nous avons débattus en mai 68 sur le problème
Reprends tes notes petit Gaspard le blême
Oubli ce détail qui ne mène qu’à la flemme

Car ce que veulent les français c’est une femme plutôt féminine
Alors merci de considérer la vérité dans des émissions magnanimes
Ou je suis meilleur que vous et que l’union démocrate éponyme




SUC EN POUDE

Dans le monde du travail
Voici, la froide trouvaille
Qui n'est pas très idéale

Cocaïne dans le cortex
Pour devenir une bête du contexte
Le jeune cador, se veut complexe

C’est ainsi que le délit est expliqué
Devant les prud’hommes, jugés
Pas la peine de vouloir y échapper

Alors retombe dans le temps
La farine d’un moment
Des travailleurs de toutes catégories inconséquents

Ceux qui seront exemplaires
Mériteront leurs salaires
Car ils savent qu’il y a mieux à faire

Que de mourir avant
En perdant son argent
Ou sa santé immédiatement




GREVE EN VUE

Tout le monde a peur du chauffeur marteau
Dans la ville quand il se prend pour un Fangio
Ou celle pressée qui roule dans le marigot

A Pyongyang en Corée du Nord
Ou dans les Hauts de France pour le score
Gardez-les en vie, à nouveau, encore

Pour qu’ils fassent le boulot
Soyez clément faites ce qu’il faut
Courrez bien vite en cherchant là-haut

Donc, c’est ça, regardez encore dans le rétro
Vois-tu cette femme qui est un zéro
Souhaitant taxer les michelines, accros

Soyez solidaire messieurs les cheminots
Soyez confédéré messieurs les machinos
Que les trains deviennent le chaos

J’ai fait le tour des spécialistes
Et vous sentez monter la 5ème république
Alors est-ce que ça vous rends triste




BORIS & XI CARGAISON

Oh Boris, allons au bar du coin boire une Tsing tao
Alors que Scotland-Yard chasse les poussières dans le rétro
Et qu’ils décongèlent les tissus sur le marbre sous les projos

De Pékin sur la route de la soie à la Belgique
Le chauffeur, frappé par une incroyable logique
Qui l’emmène chercher sa cargaison cadavérique

A l’interminable feuilleton de Hong Kong, la série
Dis-nous Boris, si c’est une plaisanterie
Ou si c’est Xi qui te les a fournis



BE BOP CIVELLE

Il avait attribué la cause
De cette erreur, de cette pause
Pour calmer les choses

La voiture devait faire fusion
Pour un grand groupe de l’union
Dans toutes les régions

Avec les fausses nouvelles
L’autre, en avait vu une belle
Rue des Civelles

Mais il faut choisir laquelle
Entre la France parallèle
Ou pour les citoyens, la république nouvelle



MAMIE BLUE

Avec un système de donnée sans trêve
Avec ce qui devait être la grève
Le trafic s’améliorera avec un rêve

Mais dans la situation politique d’atlantique
Elle a fait des millions de ronds dans l’eau, classique
Dans l’incendie de cet édifice par des musulmans comiques

La preuve est à la cinémathèque française, sans un choc
Mais il devait aller à Mayotte,
Car, ça pouvait virer à l’exaspération, dans sa hotte



LIONCEAU RENAUDOT

Pourtant, que sa fourrure est belle
Pourtant, comment peut-on s’imaginer
Que le lionceau se soit fait nommer

Prix Renaudot, pour l’année
Par une bande de jurés avinés
Mais comment s’est-il fait virer

Dans sa montagne abandonnée
Alors qu’il regardait dans l’obscurité
A l’affut de la moindre fée

Avec ses jumelles et le photographe
Il croyait qu’il était une pure race
Un sphinx avec de l’audace

Pourtant, que la montagne est belle
Comment des imbéciles se sont mis à caresser
Le petit lionceau abandonné

Pour le soigner, à nouveau on lui donna
Une bouteille de vodka
Car, il aimait bien, la wibroska

Pourtant que la jungle est belle
Et pendant que l’on entend les hirondelles
Je vous jure qu’il est complètement soulé par la mirabelle



LES CLANDES

Ah voici l’ambivalence
D’un mal qui ronge la France
De Menton jusqu’à Avranches

Si vous en doutez, je vais de ce pas
Vous racontez cette histoire-là
Car elle implique des gens qui sont sans loi

Il s’agit de l’immigration clandestine
Qui va de la Géorgie aux Philippines
Avec des indélicats qui exploitent des victimes

Mais avec quel candidat, rentrez, voulez-vous
Avec cet exercice de transparence et de rendez-vous
Alors n’hésitez pas, soyez donc clair avec vous

Parce qu’en temps voulu de l’intérieur, il sera ministre
Sans déclencher de violence, ni de déformant prisme
A l’approche de la Grande Borne jusqu’à Istres



NATO'S POWER

Funeste armée de l'Otan
Jamais cela n'a couté autant
Un peu, comme un médecin traitant

Elle entraine des hommes
De Bordeaux à Bonn
Sans compter ceux de Stockholm

Est-ce que l'Otan est obsolète
Quand elle se fait trop discrète
Entre l'ours et l'aigle dans les Sudètes

Peu-t-on croire qu'elle ne disparaisse
Que ce triste combat ne cesse
Pour que l'on oublie ça avec le reste

Dans son travail jusqu'au bout
Il cherche à savoir si malgré tout
C'est nécessaire ou inutile après tout

D'avoir l'Otan en "mort cérébrale"
Qui ne vaut rien qui vaille
Et ne puisse faire face à la mitraille

De la Turquie jusqu'en Scandinavie
Il faut réformer à tout prix
L'Europe de la défense, dès vendredi

Il vous soumet donc à la question
De nous exposer vos raisons
Pour nous de rester, oui ou non



TELEQUATION

Y aurait-il un dieu qui nous dépasserait
Car dans la logique même ou ça existerait
De l'ancien régime, ce serait

Avec le portrait pop en 2 par 2
Avec votre série à suivre, des envieux
En tout cas, il n'y a pas de place, pour deux

Car deux mecs étaient en planque, chez lui, devant
Mais, soyez rassuré, Éric, dans votre sens, je vais, en avant
Pour valider une opération de traduction dans ce plan

Car il y a deux choses que je vois, certainement
Quand ça donnait des séquences très nerveuses, forcément
Avec des gens que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam


C'est donc la partie comique de l'histoire, que voici
Parce que vous avez des dessins antisémites pourries
Avec une pensée politique aussi

Mais, comme le pardon devient inaudible
Ce qui par la même, devient risible
A la télévision, le terrain est constructible

Donc, avec des choses qui se sont démocratisées
Là, je vous le rappel et comme vous êtes étranger
Alors, comme tu le constates, je n'ai rien oublié

Car les missiles sont à l'est
Et les pacifistes à l'ouest
Alors l'équation est une question de vitesse



BALLOTS DANS L'EAU

Alors qu’aujourd’hui, c’est le 11 novembre
Je vais vous expliquer, une histoire étrange
Qui se déroule de la Gironde jusqu’à Nantes

Sur les plages, un jour, on trouva
Des ballots, de cocaïne ça et là
Ainsi aussitôt, curiosité suscita

Alors, on a su que le trafic transitait
De l’Amérique du sud, jusqu’au sol français
Et par les côtes de l’Espagne passaient

Dans un souci d’union, il fallait décider
Un conseil de la défense fut donné
Et le président a pris ses responsabilités

C’est ainsi que les bateaux
Furent coulés avec leurs ballots
Alors que les trafiquants dorment dans l’eau



OPERATIONS EXTERIEURES

Soldats morts en opération extérieure
Alors que les ennemies devaient avoir peur
Avec nos drapeaux et nos trois couleurs

A Djibouti ou au Sahel
Dans le désert, forces réelles
En commençant par le service national universel

549 soldats depuis 1963
Décédés pour la France au combat
Afin de protéger notre sol ou nos droits

Volonté belliqueuse des fanatiques
Dans des contrées hostiles et désertiques
Dans des situations mortelles avec explosifs

Ville du Liban, ou forces Barkham, maintenant
Hier mission Epervier contre des malfaisants
Ou opération licorne qui ne dure qu’un temps

Bus attaqué dans un attentat
Gorges lacérées tranchés à raz
Soyez sûr que l’on n’oublie pas depuis 1963

Sur le théâtre des opérations
Question de principe en action
Afin de vaincre dans la mission

Du pôle nord à l’équateur
D’Europe ou bien d’ailleurs
Furtif combattant de rigueur



TRANSPORTS DE L’ETAT

Toujours sur la route, jusqu’à pas d’heure
Dans les embouteillages, ou pour sauver celui sans cœur
Sirènes hurlantes, bon conducteur

Exemplaire et irréprochable dans le corps de l’état
Civière ou habitacle, places parmi les choix
Aller-retour, ou un tout droit

Ce sont les pilotes recrutés
Pour nouvelles fonctions désignés
Les besoins sont illimités et la vitesse régulée



CLAUSE COMBAT

Camions, voitures ou motos avec conditions, sine qua nun
Véhicules de toutes sortes, au parking des gilets jaunes
Immatriculation mémorisé dans le bois de Boulogne

Avez-vous suivi où ils se sont garés
Avez-vous comprit le chemin tracé
Quand il faut venir, porte de Champerret

Car quand la violence devient majeur et critique
Ou que les islamistes restent une menace identique
Il faut combattre quand c’est dramatique

Jets de pierre et jeu du chat et de la souris
Manifestants violents en terrain conquis
Forces de l‘ordre, avec discernement, matraquant aussi

Rendez-vous, donc, la semaine prochaine
Les uns et les autres, bornés, avec toute leur sombre haine
Comme s’il s’agissait encore, de résoudre tous les problèmes

Car trois voitures en feu et deux vitres brisées
Un édenté et deux yeux esquintés
Ne feront jamais jaillir une vérité
mais dit beaucoup sur la société…



HEUREUX ROND-POINT

Sur les rond points paisibles de la paix
Ceux ou la violence ont été rayé d’un trait
Il y a, peut-être, mieux à faire que de refroidir sans délais

Sous la neige de l’Isère ou celle du Cantal
Sous la pluie du Pas de Calais ou des Pyrénées Orientales
Peuple de France, rencontrez-vous, soyez unis et cérébral

Couples de France, donner un nouveau jour, faites des enfants
Voyez, donc, pour l’avenir de nouvelles choses en grand
Dans les champs de la Beauce ou bien dans le vent Bretonnant

Pensez que demain, ferment les services publics
Terminé, donc, les soucis administratifs
Quand on doit recevoir l’échéance fatidique

Vous serez transporté au soin de l’état
Afin de vous faire oublier tous vos tracas
Ou lorsque, le numérique ne passe pas, par-là

Ainsi, stop à l’insupportable isolement
Des célibataires restés au confinement
Ou des personnes âgés, qui s’ennuient irrémédiablement



LES ARTS, LEZARDS

C’est nous qui inventions les arts, les arts
Et moi qui pourchassais les lézards, lézards
Afin d’en faire la collection, plus tard, plus tard

Dans la grotte des cro-magnons de lascaux, lascaux
Où il y avait des peintures à gogo, gogo
Et des colliers en escargots, cargots

C’est nous qui inventions, les arts, les arts
Et lui qui par une trappe, augmentait les pochoirs, pochoirs
Où moi, le personnel recherchait les restes du tiroir, tiroir

C’est nous qui inventions les arts, les arts
Pendant que tu roulais sans phares, sans phares
Ou que tu ralais contre mon retard, très tard



UNE BARGE

Je te soliloque
Je me rabiboche
De ta caboche

Je me dis
Ceci, le lundi
Dans les toilettes, assis

Pour l’enfant assisté par ses parents
Je ne pense pas qu’il soit content
Alors, il râle et devient méchant

A 14, 15 ans déjà, tu étais barge
Vociférant avec la hargne
Pas très loin de l’Espagne




IMAGINEZ

Brancard, cancer, artères, santé, imaginez



LUNGS IN THE WASHING MACHINE

I know one day you're going to call me Igor
But I would like that you're tell me more
Before a critical war

Maybe you’re ring on my phone at night
But I will not answer about a fight
And the result will be the right

I have been infected in my family
But I choose my friends
Without any insanity

So, the only therapy, I need
It's a real deal
For all of us swing

Also, don’t try cleaning water in your deep lung
Don’t try all your stupid tests
Don’t touch victims with dark lights on their chest




YOU AND US

I would like explain one thing mister president
Like I use to call you Donnie the dog for amuse’ment
You can ask to Sean Connery, I’m sure it’s a blan’dishement

You talk about cleaning’s water for the body
But now it’s a sarcastic’s way, a huge irony
Really about it I don’t care if it’s a dump or a tragedy

Dogs in the night barking behind the fences
When you’re walking and sniffing the gates
CNN and Joe try to catch you without ends

Places have been too much to watch
In the garden or in the house
Twenty pranks ready to open

I will tell you in May
That I what I say
That I know on the first Monday


DEJA VU

Avant avec ton suzuki 4x4
Tu jouais les sympas goldorak
Avec ton copain peter et vos anoraks
Mais sans Grégoire et la drogue foutraque
Chagrin dans la neige et dans le half-track

Comme Bob Haro, il avait des visions
Pour faire comme moi mais sans la communion
Dans une bergerie avec mutation
3 faillites plus tard, il en perd la gestion
De sa trotinette à neige, sans propulsion

Caricature de l’entrepreneur
Avec bac sauce grand veneur
Dans une école suisse sans saveur
Lui, de la neige, il faut en garder la frayeur

Tu ne voulais pas jouer les loufiats
Mais plutôt voyeur à l’hôtel California
Dans les toilettes, c’est l’embouteillage déjà
Quand tu as laissé tomber Vanessa
Comme avec le chien, dans le garage oua oua



RAMBO

Je m’appelle Sylvestre
J’ai toujours mes flingues d’orchestres
Avec Adrienne, je fais ma sieste

Je suis le phénix de l’info
L’homme au grand couteau
Avec mon fusil d’assaut

Avec mon m16 au bras
Je les buterais comme des rats
Car, j’ai la loi, toujours avec moi

Avec de la fesse, du feu et de la violence
Personne n’échappe à la transe
Le Minnesota, je sais, ce n’est pas la France

Que ce soit avec mes gants de boxe
Ou à quatre heures pour de l’intox
Je suis toujours là, en infox

Sous mon filet de camouflage
Je suis prêt à provoquer la rage
Comme un véritable anthropophage

Dès que pointe le matin
Je vous envoie des pommes de pins
Ce qui vous rend chagrin

A moins que je ne sorte mon arc
Ou pour une flèche dans ta face
Que je décoche comme à la chasse

J’ai joué dans tous les Rambos
Si tu m’appelles bozo
Je t’explose le ciboulot

Du Colorado au Minnesota
La police me cherche dans les bois
Aucun doute, ils ne m’auront pas

S’ils touchent à Adrienne
Je les raye de la scène
J’en ferais des femmes fontaines



HAUTE TRAHISON

Au début du quinquennat
Quand transition se fera

Non, il ne faut pas
En vouloir à François

Car c’est Emmanuel
Qui l’a trahi dans ce duel

Enivré par la fonction
Conscient, qu’il n’était pas bon



MERCATO

Ne pensant qu’à vos petites places bien chaudes
Dans notre camp, délation ou soi-disant fraude

A moins que vous ne pensiez qu'à la suite
Alors demandez à un psychologue, ce que j'explique

Députés de droite à la gorge vacillante
Veulent chanter avec la sémillante




VLAD ET DONNIE

La Sainte Russie se rassure car dieu protège l’Amérique
Puisque le shérif international est un yankee héroïque
Pour pouvoir poser ses fesses sur le monde dans une triste logique

Vladimir est plutôt content, il n’y aura pas attentat
Selon ce que lui a dit Donnie, sur ces deux sales gars
Qui imaginaient faire éclater une bombe par-là



A LA BAISSE

Quand Ségolène déguste du boudin sur cette chaîne
Toute sourire, mais s’expliquant sans aucune autre gène

Pour Jean-Jacques, le bulldozer du métier
Pour la finesse, on peut encore se pincer

L’on voit ici, une femme moderne et persuasive
Qui répond à tout, avec sa complète force vive

Car pour les voyages d’affaires
Pour la planète, nous, on sait y faire

Quand, il y a une baisse temporaire



CARLOS IS BACK

Carlos est rentré dans son Liban
Il avait pris un avion direction l’orient

Sa famille ne l’a pas aidé
C’est ce qu’il vient de nous expliquer

Et nous sommes comme surpris
De le retrouver ici

Moi, je trouve cela normal
Car les lois du business chez eux ne sont pas comparables

D’ailleurs les émirats
On bien comprit le profit qu’il en sera



LE GUIDE EN IRAN

Quand les gens sont en colère
Ils sont dangereux

Quand les gens sont très en colère
Ils sont très dangereux

Mais sachez bien que la violence ne nous gagne pas
Que nous exprimons notre indignation de ce pas
Car depuis Nicolas, nous, on ne fait pas ça

Parce que cela ne résoudra rien sur la région



MEMOIRIES

Anniversaire du deuil
Vrai coup de poing dans l’œil

Odieux attentats
Comment oublier ça

Avec rien de comparable
Des victimes inoubliables

Notre pays, terre d’exception
Pour la liberté d’expression

Doit le rester
Pour toujours continuer

Montrer le chemin
Respecter tous les siens

Mais se moquer des religions
Comme une histoire de civilisation



CARLITOS

Conférence de presse en direct
Carlos ne veut plus être suspect

Il revendique son droit à la probité
Il parle de complot fomenté

Incarcéré au Japon comme une ordure
Les nippons ont une société réputée très dure

Il ne s’agit pas ici de découvrir un ange
Mais de ne pas aussi savonner la planche

Rentrera-t-il jugé par nos instances
Sans avoir peur d’être extradé de France

Assurément, il doit jouer cela
Pour s’extirper de cet épisode-là



GM LE DRAGON

Par qui, a-t-il eu un appartement à Paris, Gabriel
A-t-il été aidé pour l’Académie, Gabriel

Car il était Gabriel terrassant le dragon
Dans une histoire démentiele de Show les marrons

Qui a-t-il d’artistique dans un membre au repos
Celui-là va mourir de faim, bientôt le caveau

Je ne dis pas que c’est bien
Je resterais sans chagrin

Quand un gros idiot
Fait pleurer une gamine sous ses durs assauts

Ou quand, aussi tout le monde sifflote un Œdipe
Evidement-là dans cette histoire, ça constipe



LES GARDIENS DE LA BENEDICTION

Missiles dans le ciel de l’Iran
El-Medhir est au bout du champ

80 morts pour les mécréants
« Tout va bien » selon Donnie avec le costume de méchant

Proportion des actes, pour chacun d’entre eux
Représailles, si ce n’est guère mieux

Hausse du cours du brut sur les places du monde
Fluctuations des marchés, quand la terre est ronde

Escalade de la violence anormale
L’avion d’Ukraine ne transportait aucun général

Pas de bombe atomique pour Téhéran
Les USA y veillerons, assurément

Nouvelles mesures commerciales contre l’Iran
Ça, c’est réellement l’œuvre d’un tyran

C’est de ce que nous voulons discuter
Le commerce a besoin d’être à nouveau envisagé

Alors, calmons le jeu, pas de surenchère
Evitons, les drames et la misère




IRANIAN PATRIOT

Avion tombé en Orient
Par un missile sol/air en Iran

Justin et Boris explique la situation
Sur ce qu’il s’est déroulé dans l’avion

Réponse ambiguë de Donnie
Comme s’il vendait sa symphonie

Se gardant le choix d’en dire plus
Comme s’il s’agissait de vendre un rébus

Si je l’ai eu au téléphone rien de mieux
Que de lui présenter tous mes vœux

Que l’on puisse importer, vous le dites
Pour que le plan soit sans suite

Buvons donc des alcools savoureux
Cependant sans excès tortueux

Composons avec votre ennemie d’hier
Israël, la nation, ranger le cimeterre

Gardez les pays fiers
Sans une âpre colère

Faites fleurir la région
Sans le son des canons

Profiter des techniques
Nouvelles et électroniques



LA GRENOUILLE

Plus aucun doute, la bataille électorale se profile
C’est au centre du tapis qu’elle sera fébrile

Si marine arrive avant les élections
Le président emmanuel sera juge dans l’action

Car les conflits syndicaux exercent une tension
Favorable dans le futur à toutes les situations

Avec des mesures qui sont autoritaires
Adhérez sans faille, soyez donc partenaires

Dans ce flux de question qui arrive quand la voilà
Soyez réservé ne parler que tout bas

Car avec ce qu’elle soutien, elle en perd,
Et dans son programme, on n’y voit pas très clair

Mais elle fait ce qu’elle veut dans ce dédale
Car moi je trouve sympathique ce jeu de balle

Donc, il reprend de l’oxygène
Avec absolument rien qui ne le gène

Elle n’estime n’avoir rien à se reprocher
Comme la grenouille de bénitier

Ou celle désignée, de monsieur la fontaine
Le plus roué de la fonction mais sans aucune autre haine



OXYGENE

Le conflit est nouveau et mouvant
Alors que l’on sent, qu’à refaire des attaques, ils ont mis deux ans

Alors, qu’à son poste, elle n’est restée qu’un mois
Un espace politique, nous, c’est lequel, on croit

Car avec la volonté de battre Donnie le chien
A votre avis, qui donc, d’autre, peut gagner contre le canin

Le pouvoir du mercredi fait au minima
C’est ce qui est tragique et intéressant dans cette histoire-là

Elle devait être trop sarcastique dans les pôles extrêmes
Cela faisait longtemps qu’une femme ne vous a pas rendu blême

Car votre avis sur cette affaire ne fait qu’une quinzaine de pages
D’ailleurs, ça ici, tout le monde le sait et ce n’est pas un mirage

Sans voir venir la fusée, qui arrivait au-delà de l’orbite de Neptune
Je vais vous laissez la chercher un instant, avec cette belle plume

Elle n’a rien à se reprocher avec une histoire concrète de grenouille
Car avec des mesures autoritaires, pensez-vous que j'ai la trouille

Alors, ils sont partenaires avec la Manche
Car il n’y a plus aucun doute sur la bataille au centre

Parce que c’est un pays lointain qu’il a trouvé sympathique
Où il reprend de l’oxygène dans la dynamique




MAMA-PAPA-PMA

N’en déplaise, à certain groupe d’ultra gauche
De ce métier, pourquoi n’avoir pas choisis autre chose

Mais pas, parce qu’elle nécessite, plus de sévérité
Puisqu’en comparution immédiate, vous pouvez y passer

Moi, je ne suis pas un ennemi de la routine
Mais on s’amuse aussi parfois à la cantine

Comprenez qu’ainsi, je vous sauve, sans attendre
C’est ainsi que là, vous pouvez le comprendre

Pour montrer qu’il n’y a rien d’ennuyant
Après qu’un homme a voulu sortir, simplement

Alors, regarder en avant et rester avec nous
Car les bébés ne naissent plus dans les choux




POINT DE RENCONTRE

C’est le plus fidèle, c’est votre héros absolus et favoris
Car pour voir s’il y a un mail, ça pourrait être un choc aussi

C’est ce qui imprime le sentiment de solitude en France
Avec cette question qui n’a pas beaucoup de sens

Puisque la mort, s’est invitée dans un champ hyper violent
Quand l’équipe de Charly hebdo est décimée par des terroristes à retardement

Ce point de rencontre, c’est le président
Avec une épreuve, la plus triste, jamais vécu avant

Les gilets jaunes seront au chômage technique, dans toutes les régions
Avec une femme qui parle, en direct, à la télévision




NEZ ROUGES

Pour lui, Il faut considérer qu’il faut être plus sévère
Avec une évaluation sur celui du théâtre qui n’était pas solidaire

Car voici, ces quelques mots extraits avec des petits nez rouges
Selon eux, ils doivent tout faire pour reconstruire ces femmes avec du blues

Pour tout faire au risque de sortir de l’ordinaire
Le conseil était peut être bon ou mauvais, pour me plaire

Ce n’est pourtant pas partout la même situation, même dans l’avenir
Car avec ces gens qui sélectionnent, que vont-t-ils devenir



RIEN A VOTRE QUOTIDIEN

Parce que la maladie a atteint d’autres pays
Toujours avec les emplois de demain, aussi

Il y en a eu 2 en 5 jours
Avec le deni trop long, d’un fonctionnaire de police

Avec des gens qui ont fait l’objet de procédure
Partout où cela a été reporté

Nos parents, maintenant, c’est étonnant
Vont se planquer

Car, jamais, je ne remercierais assez les Français
Puisque le dollar se porte bien
Ça ne change rien à votre quotidien



EN NOIR

J'aimerai en trouver un peu des hommes habillés en noir
Avec des coupures d'électricité, c'est un peu lourd et je l'espère rare

Mais, elle est fausse cette information pourrie
Avec un grand classique pour nicolas sarkozy

Le patron disait, que c'était une grande crise
Pour accepter une climatique crise




BONBONS A LA VOSGIENNES

Allez à plus tard, and don’t give a fault
Car, avec Jean-Luc lagardère qui dirigeait matra

Vous parliez de discours apocalyptique
Et l’on en est toujours au même point, critique

Avec des vents qui vont se raréfier, ils pourront râler
Alors configurer votre modèle qui décrasse le marché

Parce que Donnie annonçait, le deal du siècle de cette génération
Avec des injonctions pour faire des procès d’intentions

Il ne faut pas s’étonner, quand on se fait agresser
Dans ce baromètre avec les géants du numérique, certifié

Dans ce monde compliqué,
Pour le monde entier

Avec un contexte politique différent
Et avec toutes les nuances, en avant

Avec des bonbons à la vosgiennes, sans glucose
Nous nous sommes un peu formés l’un et l’autre

Dans une journée de propagande
Avec ma joie de connivence

Car il sait qu’on le moque, qu’on le raille
Pire que si on retournait des entrailles

Dans ce discours de Stockholm
Là, où Greta s’époumone

Mais comment vais-je faire sans lui
Restera-t-il dans un infini oubli

Dans une usine à Salon-de-Provence
Ou un entrepôt d’Amazon en France




UNE STAR QUI FASCINE

On a le droit de faire la grève par lassitude
Cela doit exister sous toutes les latitudes

Car le virus continu de se développer
Comme une souris, jamais rassasiée

Avec une star qui fascine bien au-delà,
Tous les deux sont nés en 2003

Nous maintenant, faisons beaucoup d’économies
Mais je ne leur demande pas de me parler, aussi



LA PRISE DE GUERRE DU JOUR

Avec un nom évocateur « Droit dans le mur »
Donc, il y aura macron face à le pen pour le grand jour

Mais elle, avec les mélanchonistes ensemble
Attendez, soyez sérieux dans ce combat qui les rassemble

Car celui-ci m’a l’air bien serré
Et je ne peux y croire, éveillé

Donc, avec ces outils, je les regardais
Et je disais bof, à cette probabilité

Car l’on a hâte de vous voir sur scène
Comme un lion enragé qui se déchaine

Car il dévore et la contamination
semble limitée, avec le foyer de l'infection




PURE SINCERITE

Où est-elle passée
L’on n’arrive pas à la retrouver

Pourtant, il faut se remettre au travail
Même, si l’on n’est pas du bétail

Car lui, qu’est-ce qu’il dit dans sa petite messagerie
Parce qu’effectivement le directeur a parlé aujourd’hui

Mais, ça pose des questions à la police à l’infini
Car parles-t-on de ces assassinats ciblés, mes amis

Et je n’y suis pas opposé,
Avec des jeunes qui, ainsi, sont attirés

Car c’est la bonne vie méritée
Avec une prestation du soir qui va rester

Et c’est, avec honnêteté et pure sincérité
Dans les années soixantes qu’il s’est exprimé



LE DIABLE CORNU

Découverte d’une vidéo masturbatoire
Dans le disque dur d’un candidat provisoire

Il aurait de toute façon terminé à 12%
Est-ce un suicide qu’il aurait fait sciemment

Piotr l’activiste est-il le pantin de Vladimir
Ou d’un autre en l’aidant de russie à s’enfuir

Réseaux zoziaux en bouc émissaire
Signes des temps de la misère

Faut-il légiférez pour les contrôler
Quand les adolescents se font piéger

Faut-il tout savoir de son voisin
S’il préfère l’avion ou le train

Faut-il tout savoir de vous
Quand vous avez des méthodes de voyou

Terrible dilemme et dangereux tandem
Qui fait que les extrêmes sont à la traine

Car, en oubliant de verrouiller une porte
Se croyant en sécurité de la sorte

Il y a fort à parier que le diable cornu
Vienne piquer votre fondement charnu



TRAGIQUE CONFUCIUS

Masque de protection pour l’envoyé spécial
Ou, bloqué dans la grande ville déserte en escale

C’est avec, méthode dans le procédé logique
Que la manœuvre de l’état fait dans le classique

Construisant un hôpital en trois semaines
Observant les passants avec des drones en scène

12 malades en France sont atteints
Mais plus cruel que les attaques de requin

Formule incantatoire voire magique
Qui nettoierait bronches et rhinites

Paquebot et barques de luxe
Avec des bacilles à respirer en plus

Pandémie internationale
Restera dans les annales

Mais pas de limite à la frontière
Chine, deviendras-tu sanctuaire



SUR ET CERTAIN

Je suis celui qui chasse en piqué
Un observateur aiguisé

Un chef de l’état
Un porteur des lois

Il n’y a pas d’amendement
Qui passe sans belligérant

Sortir le 49.3
Contre le blocage étroit

Alors, allez donc au diable
Députés méprisables

Qui dans la mise en scène
Veulent toujours que ça saignent

Donc, soyez sûr citoyen
Que nous veillerons tous au grain

Que nous ne travaillons pas en vain



CORONORAC VARIUS

Pas encore contaminé
Le président a parlé

Face au virus dévastateur
Qui façonne la peur

Son ministre est testé positif
Son état n’est pas décisif

Il a pris des médicaments
Son cas n’est pas alarmant

Pour le gouvernement, c’est la bataille
Contre le virus qui provoque la pagaille

Confinement et mesures prises
Précautions dans les entreprises

Presse et médias ne parlent que de ça
C’est le sujet dont on fait les choux gras

Les transports sont aussi gérés
Même les musées ont étés contrôlés

Car à l’Elysée l’on prend des précautions
Les ministres sont testés avant les réunions



TRAVERSONS CETTE CRISE

Experts et communicants se bousculent sur les plateaux
Avec des perspectives que l'on espère au top niveau

Eléments de langage et déroulement des élections
Tout le monde s'exprime dans de politique supposition

Après les émeutes et les grèves c'est au tour de la crise
Qui fait que tristement continue la terrible dérive

Mais peut-on croire qu'après le déluge vient le répit
Alors qu'un jour nouveau, nous rendra peut-être tous unis

Selon le président Macron avec ce qu'il explique
"Nous traverserons cette crise" avec tout notre civisme

Restaurants et cafés, magasins sont fermés, jusqu'à nouvel ordre
Transports seront demain la source de quelques désordres

N'oublions pas que tous égaux face au risque de l'épidémie
Nous pouvons tous mourir de cette pandémie

Alors en étant résident de mon pays que j'aime
Je veux être l'acteur face aux pires problèmes




ELECTION CONTAGION

Pour le rendez-vous des élections municipales
Cette fois-ci, je me ferai passer pour pâle

Car, peu convaincu par les délationnistes de circonstance
Ni, non plus, par les canassons de la Suisse Normande

Puisque, chez les uns, le terroir avant tout
Alors que chez les autres, une sensation de dégout

Pour ces deux larrons qui ne me disent rien qui vaille
L’un aux écuries, l’autre à la foire aux volailles

C’est ainsi que chez moi, je resterai
Dans un fauteuil aussi confortable que douillet

En regardant les nombreux résultats
Que je trouverai sur mon écran rectangle et plat

Quoiqu’il en sera de la réponse des urnes
De ce choix d’entre eux deux, il est bien taciturne

Mais pour terminer, ne compter, pas sur moi
Pour commenter, les piaillements de vos ébats

Alors que ceux qui partagent comme moi
Une idée ou bien un charabia

Savent qu’ils peuvent compter sur moi



MARCHES & LOGISTIQUE

Sur les marchés de France
On se ravitaille, quelle chance

Sur les étals débordant de fruits
Tenu par la distance, toujours face à autrui

Chalands trop nombreux se réunissent sur cette place
Commerçants débutent à faire la grimace

Observons la grand-mère ouvrant large cabas
Achetant un concombre, et quelques abats

De nouveau schéma à la tourmente médicale
Ou comportement individuel léger pas ceux de l'hôpital

Mesure de choc sur les marchés ayant lieu, mardi
Avec décret que signe le premier ministre, aujourd'hui

Ralentir la progression du coronavirus
Pour stopper l'avancée de la bactérie des sinus

Avec une stratégie, couper les intermédiaires
Pour les gardez chez eux les centenaires

Tout en s'en occupant de façon optimale
Afin de considérer une fonction maximale



MANU SAXO

Il était parti à l’hôpital
D’une maladie ne s’avérant pas virale

C’était le moment de tenir bon
Il jouait du balafon

Il était notre totem
Nous poserons un chrysanthème

Ça nous éprouve dans ces temps bousculés
Frappant à la période des cerisiers



CONARCA VARIUS

Fléau du ciel, pangolin vengeur ou simple biologie
Revanche de la nature comme une espièglerie

Il n'y a pas de réponse à cette tragédie funeste
Qui emporte les corps malades autant qu'avec la peste

N'est-ce pas le train de la mort qui emporte son lot
De victimes, par qui la maladie sont occis aussitôt

La loi de l'ordre déconseille de sortir vous promenez
Juste de quelques provisions vous munir, vous pouvez

Contrainte légère, si toutefois, la vie ne vaut pas plus
Simple équation mortifère avec l'incontrôlable virus

Si toutefois, l'humanité arrivera à se sortir de l'ornière
De la bondieuserie toute divine, elle en sera l'enchère



SNOW CRISIS

La maladie ne cessant d'emporter moult population
L'artiste et le quidam restent coincés par l'interdiction

La troisièmes ultime guerre mondiale est là
La survie de quelques-uns ou le dernier combat

La farine ou le sucre comme remède, ne pas y compter
L'héroïne ou la coke, vous pouvez l'oublier

Personnages introvertis avec recours à l'illusion
Pour se dépasser artificiellement dans la représentation

Masque du personnage se voulant être roué
Trois heures après, il est complètement fatigué

Recule donc, petite machine kamikaze
Ou sinon, ta santé, tu en feras table rase



TELETRANSMISSION

A quelques dizaines de kilomètres
Audio et vidéo, jamais ne s’arrête

Que cela soit en télémédecine
Ou pour un artiste, loin des cimes

Devant une bibliothèque bidon
Avec des livres, tous en carton

Le docteur délivrant ses conseils
Le professeur affirmant sans pareils

Ils ont tous de bonnes raisons pour cela
De tous parler devant la caméra en émoi

Journaliste posant sa question
L’invité avec décalage y répond

Même avec une transmission pourrie
« C’est pour le style », on lui a dit

Pixels énormes, images déchirés
Envoyé spécial version gratuité

Tout cela fait des instants pour pas chère
Protégeant les gens, sans les faire taire



TOXYCHLOROQUINE

Dans la contrée de Marseille
Existe un remède sans pareil

Soi-disant le produit miracle
Recommandé par les Oracles

De la Malaria, elle soigne et elle guérit
Ça fait trois semaines que l'on nous le dit

Le professeur aux cheveux longs
Décrit ses résultats dans la région

Une longue foule veut passer des examens
Elle craint la pandémie comme des vulgaires chiens

La chloroquine vendue à prix d'or
Pour un peu, ils dormiraient dehors

L'examen de santé sur ce problème délicat
Va sceller la suite, pour chacun des cas

Pour le professeur aux cheveux blancs
A la télévision, il n'est plus dans le vent

Donc, on ne sait pas, c'est selon
Si ce médicament est tellement bon



LA NOURRITURE

Déjà, ils saccagent le Félix potin
Ils ont faim, ils manquent de pain

La main d’œuvre n’est plus là
Ils ont des hectares pleins les bras

Fruits et légumes doivent être ramassés
Camions en Charentes pour travailler

Carottes, betteraves et pommes de terre
Le choux c’est pauvre, c’est la guerre

Où est passé le flux des travailleurs
Que vont-t-ils faire les producteurs

Soyez solidaires, si vous avez un cœur
Achetez donc, du foie gras, avant l’heure

Sinon, mangez du rat ou votre chat
Avec des pâtes ou des petits pois

Dégustez des pousses de pissenlits
Car le fast-food, maintenant, c’est fini

Quelles responsabilités pour le lobi agroalimentaire
Ou pour le gouvernement, un bras de fer

Que la conserve et que le pain demeurent
Pour que cela n’entraine pas la nutrition du malheur



MALADIE TERRIBLE

Pandémie sévissant depuis, maintenant des lustres
Comme de la dernière, des femmes frustres

Assourdissant comme la fanfare de Chicago
Les chiffres s'expriment venant du dernier ratio

Notoriété au service de la bonne cause
Des artistes ont la bienveillance en prose

Visières, pièces en plastiques, fabriqués en 3D
Les imprimantes sont lentes, dans le secteur hospitalier

Animaux de toute sortes se retrouvent en ville
Les rats, s'invitent, aussi à la fête, dans la vitrine

Tendance miraculeuse des bienfaits du numérique
Avec une dette abyssale, rien dans la logique

Sentiment de balcon tous les soirs à 20 heures
La foule applaudie toujours, avec son grand cœur

Pendant ce temps-là, le confinement s'étiole
Restez à la maison, sinon, danger avec Eole

Si toutefois, il vous venait l'idée de défier la loi
Amende salée, vous acquittez, il vous en sera

Car, il faut bien payer le gasoil du porte-avions
Vous le savez bien, celui de retour à Toulon

C'est donc une épidémie qui est devenue verte
Elle minaude encore, la terrible starlette




TECHNOLOGY

Donnie, it’s not a reason for don’t talk to me
Same things when I said something for free

But, I guess maybe
it’s not necessary

Cause again and again littles mouse
Spin with the rest in their house

If things have all being wrong
You are will be again much alone

I know that you was very proud of this
Can you imagine your life without it

A fatal error in the engine
A profuse calor in the machine

Because I don’t want a touristic places all around
With the garden of queen’s beth on our ground

Like a legal decision in 4k vision
In the cold war transmission




MICROSCHIOTTE

After making his trick
Bill already going to sleep
On his fortune of bits

We still use this shit in the back bone
Because we’re never not alone with
Rotten apple or the deep windows

Wide wild space of mirror
For sure bill and steve were carnivors
One for the field the other predator

You forget the naughty continent
With theirs penguin nations
Smart and powerfull solutions



CUPID SISTER

Sœur ne vois-tu rien venir
Car plus de quoi s'enivrer avec un souvenir
Avec des gens pas au niveau pour le futur avenir

Recracher la fumée comme la micheline accro
Sur l’écran noir de mon interface perso
Car elle se raccrochait aux branches de ses nouveaux credo

Dans l’église, ils avaient enterré un peu vite le défunt
Ça prouve à quel point, elles voulaient se laver les mains
Pour empocher l’héritage du plus humble des saints



MACHINA INFERNO

Quand tu plantes, quand tu plantes, quand tu plantes ha ! ha !
Quand tu plantes, quand tu plantes, je ris forcément comme ça !

On ne choisit pas sa famille, on choisit ses amis
J’ai choisis pour ma famille de les accueillir, ici
Dormant dans mon salon, nièces, une nuit, m’ont trahis

Pendant que les jeunes enfants dormaient à poings fermés
Il y avait les parents travaillant tous très décontractés
Avec dans le cerveau de l’huile de cannabis bien chargé

Conscience molle et gout des égouts,
Ils travaillaient sur ordinateurs les petits choux
Leur marotte essentielle espionner les gourous

Quand tu plantes, quand tu plantes, quand tu plantes ha ! ha !
Quand tu plantes, quand tu plantes, je ris forcément comme ça !



STOP-COVID

Alors que l’application pour mobile Stop-Covid
Est disponible dans toutes les coursives
Le numérique est une question sensible

Car la cnil a décidé que l’application était valable
Ainsi qu’elle est recevable
Voté par les députés de l’assemblée nationale

A partir du moment où elle doit sauver quelques sujets
La sécurité ne peut sentir mauvais
L’informatique a cette, clinique propriété

Ainsi, chez les députés et les sénateurs ont votaient droit devant
Mais à l’académie française, ils ne sont pas nombreux les clients
Parce qu’avec une espionnite aigüe, il était plus séduisant le futur, avant

De l’impudente familiarité que la maladie a engendrée
L’opinion publique redoute, maintenant la promiscuité
Dans l'hémicycle comme dans le métro, la pilule fut avalée

A partir de maintenant, on en vit la certitude
Le téléphone est devenu une banale habitude
Sur tous les écrans, on en loue la gratitude

Car, si à l’assemblée et au sénat, ils ont statués
Pourquoi ce passage obligatoire pour se justifier
Cependant une majorité écrasante s’est exprimée

Alors, un peu plus tard, sans épilogue
L’on peut dire que le code corrode
Que la paranoïa fait concorde



GERARD'S CHOICE

Dans la ville aux deux fleuves
Non, je ne parle pas de celle sur la Meuse
Mais de Lyon, qui n’est pas dans la Creuse

Premier marcheur d’antan
Qui était dans les rangs
Maire, il fut, pendant un temps

Gérard édile de Lugdunum
Mais, cependant pas à l’apogée de Rome


Pour revenir en haut de la page Retour rubrique