terminal-media.fr
icon icon facebook icon icon icon icon
cross

 
rss
 
Picto Rimes à 2 centimes Picto



Le Poignant
Cérébral




MADAME ROYAL

L'interview est étrange
Car vétue de sa veste blanche
Elle arbore une allure, droite et franche

Son parcours n'a rien d'anecdotique
Fusion des courants écolologiques
Femme intègre et symbolique

Prète à faire partager
Son sens de la rigueur avec sobriété
Pourra sans doute nous rassembler





DIGNE DU SOMMET

Ce dimanche 27 septembre sur la chaine LCI
A 19 heures l'on retrouve, ainsi

Une femme aussi forte que brillante
Et un gratte papier de basse compétence

Toutefois ne portons pas grief
A un homme avec certes, un certain cortex

Pour elle, je fais un complet constat
Elle est plus qu'a la hauteur dans ce combat

Femme élevée dans une grande famille
Ayant dans une joute, déjà combattue un petit mandrill

Sous les spots d'un plateau de télévision
Déjà, pleine de fougue et de conviction

Aujourd'hui, elle fait usage de ses ressources
Prêtes pour l'essentiel dans la, présidentielle course

Pas question, d'être dans l'effroi
Avec une véritable femme digne du sommet de l'état

Elle en fera de la paté Canigou
De Luc, le gentil toutou

Qui lui, va vouloir dédramatiser
En tentant de vouloir s'adapter





DONNIE & SLEEPY

Donnie a perdu son téléphone aux composants dépareillés
Maintenant, c'est le silence qui vient de s'installer
S'avait-il que cela pouvait arriver ?

L'élysée et l'europe avaient prit de l'élan
Pour s'atteler a téléphoner à cet instant
Et, c'est le tragi-comique de la farce du moment

Cependant, refoulé par deux notes creuses
Mais toutefois, cette maison blanche reste poreuse
Alors, Ivana apportent-nous deux gueuzes

Car, ils sont laissés par leur propriétaire
Et les lionceaux entretiennent un climat délétère
En Europe et au-delà de nos frontières

Mais ont-ils encore un pouvoir de nuisance ?
Ces 7 000 soldats avec grasse panse
Encore, toujours là pour cette trance

Parce que Donnie nous a, cependant avoué
Qu'il avait dû déjà, beaucoup les payer
Pas de doute, avec lui, c'est un don de probité

Mais, encore faudrait-il que Donnie ne s'inquiète
Qu'il vienne appuyer sur la bonne sonnette
Et qu'il arrive, sur ce point, a réveiller Sleepy Joe la vedette





DANGER DANGER

Ce soir, combat ultime entre donnie et joe
Ce genre de confrontation, ce n'est pas nouveau

New york post en action
C'est le prix faible de l'imposition

Alors que dans l'immeuble, un barbouze est présent
Avec un très gros chèque en blanc

Il tente l'infraction dans la pièce
Le voisin de palier qui rage et qui peste

Après les disjoncteurs secoués, la semaine dernière
L'offensive est plus risquée avec un tueur solitaire

Nous connaissons tout ça par coeur
Tout se jouera dans le dernier quart d'heure





WASHINGTON'S SONGS

A l'affut d'un programme, la souris dans la main
Je cherche et je fouine comme si j'étais mandrin
Dans l'espérance d'un film qui me retient

Sur la plateforme, utilisant mon téléviseur
M'arrêtant un instant sur le journal de 20 heures
Je fini par me poser devant quatres locuteurs

L'une est chanteuse, elle présente un disque
Yeux enjoleurs de serpent et formes plastiques
Maintenant je crois que l'on peut, aller, ensemble au cirque

Déplorant qu'ils en sont encore avec des conjectures
S'entourant de plates ritournelles et simple caricature
Dans un travail à quatre mains sans conjuguer au futur

J'ai le regret de vous dire que maintenant
Les femmes voilées n'accompagneront plus les enfants
Comme un effet d'annonce voulu par le président

L'épidémie régnait à washington d.c
Et le président et la first lady
Avaient partagés le cluster dans leur lit

Toutefois médecins et soignants
Mentent comme des arracheurs de dents
Car, selon les ordres, tous s'égosillent à plein temps





IL ETAIT UN PETIT HOMME

Dans la france d'octobre après de tristes attentats
Où dans le monde politique, peu de monde, vraiment, ne bougeat
Une frange de la population tactique s'indignat

Pirouette, cacahuète

Dans le pays, on sentait un vent frais d'indignation
Qui courrait dans l'hémicycle avec les altercations
Ainsi, l'homme de beauvau, faisait dans l'intervention

Pirouette, cacahuète

Est-ce mental ou est-ce physique, sa logohrée cosmique
Qui consiste a déballer de façon tragi-comique
En tous point les idées d'un autre, qui lui agit dans le grave comique

Pirouette, cacahuète

Tant que perdure cette situation qui courrouce
Je n'écrirais pas mes brûlots en douce
Pour persuader le président d'agir face à ces doutes

Pirouette, cacahuète

Toutefois, je ne me sens nullement obligé
De ce qui vient de loin, d'approuver
Ce petit bonhomme pour qui, je devrais voter





PIERRE LE PITEUX

Pierre le piteux
Triste comme la pierre
Pire que le gueux ne réfléchissait guère

Deux queues pour cette homme
Loin d'être un dieu sans réformes
Fourbissant crime venant de pologne

Maussade sur la piste était le terrain
Quand l'avion biper dans un dernier chagrin
Fit pleurer quelques orphelins

De caen, j'y mets une ponctuation jouissive
Avec une définition devenue précise
Qui pose le score sur un point d'analyse

Alors n'essayez pas de nous désunirent
Nous, pays multiculturel, qui ne pouvons subir
Qu'un double triumvirat, veulent nous faire souffrir





HOMO POLITICUS

Tueurs de croyant dans la basilique
Tellement conséquant dans les statitiques
En posant problèmes pour l'éxécutif

Quand la france est au ralentit
Que tout le monde croyait que c'était fini
Attentats et confinement, populations y sont soumies

Comme une prédation morale
Terrorisme ou épidémique, lutte territoriale
Qui ronge les esprits à l'échelle mondiale

Assassin au couteau
Vaccin pas encore au niveau
Commentaires mouillant le maillot

C'est dans cette france que le fardeau
Hisse, les âmes à un plus haut niveau
Les neurones effleurent les synapses à vitesse nano

Les abeilles plus mal qu'ailleurs
Angoissent-t-elles les apiculteurs
Quand le buzz ne sont plus le leur

Lorsque religion et santé
Laissent des graves anxiétés
Dans les esprits faibles et désorganisés

C'est ici, que majorité et opposition
Viennent s'attaquer chacun avec son nom
Comme le théatre de la division





FRANCE INTERNE ET LES 40 CATHARES

Ils étaient le whois qui s'agitait à la radio
Comme, la syntaxe des mauvais jeux de mots
Affublé de brèves, trouvés sur les réseaux sociaux

S'imaginant roué en meute de panurge
Flagrant délit de se prendre pour un démiurge
L'un suivait l'amant de sa femme, la purge

S'agitant sur les ondes, les moutons pléonasmes
Conçu avec quelques autographes
Propre sur eux sans épitaphe

Petit marquis appréciant mots qui fâchent
Signifiant à ses seuls neurones immenses tâches
Carrière facile pour 70 ans dans la frèle frasque

Tous positif, à la radio, à la télévision
Il faut bien cirer pour faire bonne relation
Quand, politique ou quidam, sont soumis à la question

Ils tournent casaque à chaque intervention
C'est peut-être ça, leur seule invention
C'est pourquoi, ils restent toujours aussi con

Sans fric, ou sinon un peu coincé
Ne se plaignant pas ou alors concassé
Indépendance, en se faisant abuser

Tout est choix, lorsque l'on veut briller
Travailler ou juste scintiller
Notoriété ne sachant se convertir à la sobriété

Car, laisse, autour du cou, si tu veux manger
Ou que tu ailles, public ou privé
Il faut y mettre les formes sans offenser

Dans une partie à onze où tout se joue à peu
Comme, nous avons en main toutes les cartes du jeu
Qui se termine avec exactitude selon tout nos voeux

Pour le chemin qui est notre commun
Pour ce qui nous convient en notre sein
En écartant tous les sombres crétins

De ce jeu d'internet si drôle
Où vous ne pouvez pas jouer ce rôle
Car il garde un bon coup de gnôle

Puisque, si jean médecin avait mieux réussit
Peut-être que le terroriste n'aurait pas agit
Et les niçois n'en n'aurait pas patie





TOUS LES JOURS AVEC VOUS

Dans ce cirque du quotidien
Il n'en attendait pas moins
Car sur son cas, yann, aujourd'hui s'était le sien

Equipe de très loin fraichement recruté
Et de quelques oripeaux habillés
Avec piqures de moustiques formulés

Rubriques de la maison ne changeant pas
Pour population du voisinage avec plateau repas
Pas de doute dans ce landerneau l'on n'investit pas

Alors que nuit américaine s'alongeait
Il y a 4 ans, sort, déjà, lui avait été fait
Néanmoins sans importance, l'article fut rejet

Allez donc savoir, si c'est humour
Ou téléguidé par la maison tour
Grassement payé avec un discours

A l'heure de la petite balle et de la petite main
Cette émission avait cela en commun
De savoir ce que je voulais faire demain

Moi, cela me dérange de faire l'acteur
En dégustant un faisan sauce grand veneur
Même si lorsque était magistral l'auteur

C'est pourquoi, les votes iront pour lui
En espérant que cela bouge, ainsi
En m'expliquant avec des réponses, aussi

Pourquoi toujours contrarier politiques et artistes
Hommes de pouvoir, luron ou éclésiastiques
En ayant tête de mûle comme un protésiste

Ou sinon, ne pas les inviter du tout
En formulant blasphème pour jouer le dégout
D'une basilique qui en dit long sur vous





JOE & DONNIE

Face à face dans la confrontation de miss américa
Donnie et joe se trémoussaient les deux à la fois
En prenant parole, grignotant vote comme petits rats

Cnn coupant parole au président sortant
Ce n'était pas arrivé depuis quatre ans
Car l'orgueuilleux subit l'offense dans les dents

Que veulent ces travailleurs de la place au top
Sans en assumer la défaite dans un final flop
Plus élégant était georges bush avec transition soft

Mais que fait mister slump aujourd'hui
Il maneuvre dans l'espérance de traîner avec lui
Le monde et ces pauvres âmes qui l'ont suivient

Joe appelle au calme, affirmant qu'il deviendra vainqueur
Ses manifestants, soutiennent que lui seul possède coeur
Mais, au nevada, le score est serré, car joe n'éprouve pas la peur

Dorénavant, nous pouvons sans aucun doute être serein
Joe va gagner, quand tout le monde son souffle, retient
Et que les chefs d'états ont tous leur mot à dire, c'est certain





FRELON vs MOUSTIQUE

Moustique, dans la nuit volant
De la fraiche hémoglobine voulant

Bruyamment, il parcourait centimètre
L'étroit pompeux dans la fosse d'orchestre

Ainsi, on peut se demander aussitôt
Pourquoi cet insecte voulait me siphonner les vaisseaux

Certes, n'ayant rien à reprocher aux animaux
Sauf, quand ils osent me déranger les os

D'un revers de la main, je le fais périr
A ces obsèques, vous pourrez le bénir

Inconvénient de mes nuits tranquilles
Avec une compagne qui elle seule est nuisible

Je ne vois pas pourquoi, je devrais rester piqué
Par ce fêtard par ma lumière, attiré

Et voilà, qu'une fois écrasé, je dors déjà
Oubliant le frêle volant qui a salit mes draps





PETIT ET CRAN

Terroristes de l'écran
Du micro ou du compliment
J'espère un jour y faire traitement

Véritable dieu ou diable mercenaire
Formé pour être lapidaire
En secouant moultes chaumières





PRESQUE UN MAIL INFECT

Ce soir dans "Presque en direct"
Il faut s'attendre à bave suspect
Qui viendrait d'un mail, correct

L'appat innocent pour gens menaçant
Vous conviendrez que c'est inquiétant
C'est la raison pour laquelle réciproquement

Vous vous retrouvez dans cette situation
Car comptable de la futile prescription
Avec une malodorante production

Toux sèche pour tout le monde
Quand cela devient hécatombe
Cachez gorges comptez secondes

Pensées sincères et attristés
Pour cet homme et cette femme confinés
Dans ce cercueil cloué où ils sont enfermés

Triste fin, je sais, c'est cloche
Du mandarin jusqu'à sherlock
Dans la plus sombre des époques

Mais sans y être pour rien
Je dois me laver les mains
En sachant, que cela protégera les miens

Car pour monsieur sombre rivière
Dans la jungle ou sur la plage se terre
En s'échangeant fluide résineux de cônnifère

Bouboules et bracelets mondialisés
Moi, de mon temps et dans mes contrées
Je pratiquais cela sur le sol français

Si je vous disais vraiment mes gentils charlots
Qu'à cette heure-ci, je baille à nouveau
Toutes les dix secondes, car quelle triste niveau





ONE CHINESE

Grave atteinte à la démocratie
Pour allez voir dans boite à lettres d'autrui
Et ainsi se sentir insolent et grandis

Sinon, quand vous faites piratage
Tâchez de le faire sans ratage
Qui laisse traces dans les parages

Par delà bien et mal, il ne fallait pas
Commencer ce jeu tragique, tout à la fois
Bien attrapé par ce résultat qui informe sur le débat

Car l'on savait que monsieur barthaisse
Devait sur la Une faire la messe
Alors qu'il courrait encore jusqu'à confesse

Audiences racistes et cheminement
Dans l'émission avec un jeune asiatique forcément
Car pour payer factures pas question de faire différent

Ah mon dieu que la guerre pouvait être jolie
Avec les jumelles, sur la Une et vu du gross Paris
Car aux membres inférieurs, le combat se poursuit





LE CHATEAU FORT

Vous ne le saviez pas, mais j'habites château
Sur l'un des porches, l'on trouve drapeau
Dans multiples pièces chauffés aux fagots

Usine à penser, pour tous les visiteurs
Entassant mobilier, de tous les donateurs
Plats des plus succulents après dures labeurs

Tous les cinq ans l'on me donne un chien
Je préfère cela que bête à venin
Auquel, je ne pourrai donner rat comme festin

Raisonnons bien, raisonnons toujours
Quand sentinelle voit danger dans sa tour
Alors que la garde est relevée jour après jour

Etend la ruche qui ne s'arrête jamais
Sans transiger, surtout pas le 14 juillet
Logé pour cinq ans dans le bureau secret

Douves, mâchicoulies et oubliettes
Les malandrins n'utiliseront plus serpette
Ayant peur de gouter coquillettes

Boulets de canons, flèches et huiles brulantes
Va faire sentir de très près la fange
Rendra folle et seules 70 vierges hurlantes

Ne jettons pas grief à population
Restons ouvertes comme civilisation
Mais sans frémir, gardons position

Car si vous désirez en savoir plus sur moi
Je vous conseille d'avoir pédigré droit
Sinon, vous serez châtié, comme il se doit





PRESIDENT JOE

De concert, pratiquement tous les pays
Félicites Joe, le nouveau président des Etats-Unis
Sauf la chine qui pour l'instant n'a rien dit

Espérons que les bêtises de l'autre
Ont servit pour illustrer la bonne cause
Mais est-ce vraiment notre faute ?

Comme à Baltimore, comme à Detroit
Qui avait laissé détresse et personnes en émoi
Pour tous les gens qui portent croix

Avenir et espoir meilleurs pour les 28 millions
Tous les pauvres, sans couverture sociale en questions
Obama care, sera peut-être la nouvelle gestion

Soyons unis, soyons solidaires
Pour les deux continents, les plus riches sur terre
Finalement, nous sommes un peu frère

Compétitions dans le monde partout
Les meilleurs seront peut-être parmis vous
Mais pour toujours, pays des lumières, c'est nous

Soucis de respecter planète
Comme bon président qui se respecte
Fractions du monde Est et Ouest se complète

Depuis Lafayette avec histoire en commun
A peu de chose, sentier pareil et distinct
Du 18ème au 21ème siècles conquérant chemins

N'oublions pas que sur la première
Avec, un nationalisme virulent entre confrères
Pour la seconde, pour l'europe, ils sont venus faire la guerre

Avec toutes les constatations, nous pouvons considérer
Qu'avec ralph et karl, notre liberté se serait envolée
Nous aurions été dans l'incapacité de pouvoir y résister

C'est ainsi que dans les états où tout est possible
La pauvreté, là-bas, comme chez nous est visible
Là où la famine rêgne, il n'y a rien de risible

Alors, cela sonne comme bonne nouvelle
Qu'à Wilmington, Joe annonce être le quarante sixième
Que Kamala est vice-présidente, qu'elle soit sur la scène





BRUIT DE BOURSE

Alors que de Charles de Gaulle, c'est la célébration
Chez nous, pour son souvenir, nous fêtons
Emblême populaire de beaucoup de situation

Pendant ce temps-là, Chine se raidit
A travers un message sur Joe des états-unis
Mais ils prennent acte que le vainqueur, c'est lui

Russie, pose le problème en différence
Attendant que donnie compte vote en conséquence
Malgré ses avocats, aura-t-il cette chance ?

Car avec ceci, sur le concert des nations
Beaucoup sont unanimes, mais se posent des questions
Y aura-t-il encore une juste vérité dans la version ?

Parce qu'aujourd'hui date est à poser
C'est ainsi que grande nation peut se targuer
Car vaccin contre la covid-19 a été trouvé

Nombreuses sont les victimes qui vont guérir
Toutefois soyons prudent sans renchérir
Car pour l'instant, annonce ne fait que bourse grossir





JARDIN WESTERN

Alors que donnie se sert un dernier verre de wisky
Sur son compte twitter, un instant, il s'évanouit
Se réveillant sur le tard, sinon, il était cuit

C'est une floraison de reproches grossiers
Qu'ils vont maintenant avoir a scander
Lettres majuscules dans sa prose affirmée

Maintenant, avec ses nouveaux amis
Ceux qui ont, tous votés pour lui
70 millions de Rambo dans l'Idaho réunis

Les revoilà avec leur Winchester
Ils veulent nous envoyer à six pieds sous terre
Le Colt 45 à la ceinture, avec au bar, une grande bière

Dans la grange à foin où dorment les dollars
L'on a retrouvé la bande des 12 salopards
Oh je te jure, qu'à l'Est d'Eden, ça y est, je repars

Alors files-moi tes économies
A l'heure de la messe, ou à coup d'hosties
Car c'est le prêche influençable de corpus christi

Mais, si tu renvoies tes armées de loubards
Donnie, tu verras, ils s'en prendront dans les phares
Alors, Mike, va y aller mollo, pour éviter les traquenards





BIERE POUR OSS 117

Vous vouliez que vos soldats pourris
Pour servir queen elisabeth habillez de gris
Faire comme pour joe strummer qui n'était pas guéris

Ca devait se faire au bar du coin
Quand vous m'appelliez pour boire une bière sur mon terrain
Mais, traçant ma route, j'ai été plus malin

La raf, ou les boy's d'Eton tenus en échec
C'était dommage, c'était infiniment bête
Mais, Jane salmon serait-elle venue à mes obsèques

Car en étend court-vétue et fort peu farouche
Je tournais autour d'elle comme une mouche
Sans s'y avoir porté, en ce qui me concerne, une main louche

Alors parlez-leur d'hier pendant la gloire
Comme avec une gamine et un polychinelle dans le tiroir
Avec un chapeau melon qui ne se fait jamais rare

Sous les jupons soyeux de la mondialista
Quand le nasdacq courrait après technicolor, l'appat
Au temps d'édouard pour ceux qui ne savent pas

Alors soyez sûr que de celle-là, je la retiens
Que de cette bière et que de ses soldats sans entrain
Vous pouvez être sur que pour chacun d'entre nous, l'on s'en souvient





AU REVOIR, GISCARD

A 94 ans, il vient de nous quitter, valéry giscard d'estaing
Le président, vge, de droite en france de 1974 à 81
Avec des larmes chez lui et chez moi, pour ce chemin

A partir de son septennat et encore à ce jour, pour les plus fragiles
Nous avons affronté les périodes des plus difficiles
Mais est-ce le bilan de l'auvergnat ou le pouvoir facile

Comment avec une intelligence qui se voulait si aiguisée
Avoir pu protéger, seuls les plus privilégiés
Qui, avec son image, s'imaginait qu'il pouvait en jouer

En louis XV, sa tête ne fut jamais tranchée
L'habit vert d'acadamicien ne lui sera pas retiré
L'a t-il bien porté, je ne peux qu'en douter

Ena et polytechnique pour s'imposer à l'élysée
Vision monétaire pour l'europe s'était sa fierté
Puis, fief politique de chamalière sans vouloir en bouger

Travailleurs marqués par sa présidentialité
Sociétés avec produits sans valeur ajouté
Avec surtout peu d'emploi mais de la précarité

Quand les industriels commencent à vouloir délocaliser
C'est ce qui va installer une politique d'austérité
Avec la chine qui deviendra un atelier

Avec simone veil sur crise d'avortement
Pour elle, après c'est l'europe en tant que président
Et gens de progrès écrivent la paix assurément

Son premier ministre raymond utilisait enveloppes pour sa poche
L'a t-il su ? Nous a t-il prit pour des cloches ?
Je peux vous l'assurez, ça, c'est vraiment moche

Centrales nucléaires conçues dans la logique du général
Diamants de bokassa, est-ce que c'était normal ?
Moi en tout cas, je ne trouve pas ça, génial

Mais est-ce que les présidents peuvent tout se permettre ?
Au dessus des lois ou en saluant de sa fenêtre
N'est-ce pas, encore, une façon de vouloir apparaître

En 1940, on lui doit ainsi, dans une france envahie
Courage et dignité face à l'envahisseur nazi
Mais si je l'avais vécu, c'est ce que j'aurais fait aussi

Une vision européenne qui voyait au loin
Qui savait très vite ce qui pouvait le servir, néanmoins
Avec perception aristocratique qui pouvait lâcher les chiens

Ils ont tous aujourd'hui sortient les vidéos
Reporters, politiques, journalistes avec micros
Afin de déterminer, s'il était au top niveau





CHAMPAGNE

Alors que l'on constate avec désarroi
Les dégats de l'avenue gambetta

Les traces sont encore plus surnaturelles
Quand certains font dans le conceptuel

La maman et son poussin dans la télévision
Hier soir et ce matin répondaient aux questions

Réponses inspirées par moi, l'autre
Je lève mon verre à ma quelconque prose

Car de mémoire collective à l'information sélective
Chez eux, visiblement, l'imagination est maladive





BREXIT FOR EVER

Dans l'UK, une vieille dame est vacinée
A 90 ans est t-elle sauvée ?
Covid-19 sera t-il coincé ?

C'est miss margaret, la première
Dans un climat économique austère
Qui s'inscrit là-bas de façon délétère

Sur les chaines d'information
Le brexit reste sans solution
Accords tendus sans qualification

Une information chasse l'autre avec drôle vitesse
Le présentateur sur itv a des maux qui blessent
S'il ne marche pas droit, donc, coups de verge sur les fesses

Robinet à images de la télévision anglaise
Moi, je regarde cela de près, ne vous en déplaise
Du haut d'étretat, la falaise française

C'est l'appel au voyage qui vous a réunis
Avec des frontières de paris à miami
Maintenant, c'est le bangladesh ou la normandie

Sur votre île aux étranges tandem de la formation
Dans un système répressif, organisé de pyramidale, façon
Je ne serais pas large ni généreux avec juste accusation

Boris devra voyager à bruxelles
Pour un nouvel accord sans fortes décibels
But take it easy, bojo, soit universel

Car avec des post-ado qui restent gentils
L'on en a plein nos archives, au royaume-uni
Avec des images qui ne restent pas dans l'oubli





MAINTENANT POUR LE FUTUR

Fait face dans la difficulté
Acceptes pour les autres, l'altérité
Moi, je n'ai jamais été embrigadé

Harcèlement, ce n'est pas pour toi
Ton père, n'aurait pas aimé, cela
Car technique de lâche, défiant la loi

Ne déccroches pas, restes ouverts
Tu peux devenir un littéraire
Qui découvre le monde et toutes ses lumières

Les chiffres, s'apprécient pendant des heures
Bonne filière pour devenir ingénieur
Ou sinon, porter la blouse du professeur

Ta vie ne vient que de commencer
Sans te permettre de la gâcher
Elle doit être longue et enjouée

Car quelque soit, la couleur de ta peau
Te la reprocher, est complètement, idiot
Et personne n'a ce droit, à tous les niveaux

Car, avec un arbitre, qui n'a pas tout entendu
Dans une formule recommandée pour directe vertue
L'information s'éclaire pour un sage élu

Dans ma vie, un peu monotone
Sous le ciel gris de l'automne
En n'étend pas souffreteux ni aphone





BORIS BACON

Boris se lève hier matin
Sa tasse de thé à la main

Dans la poêle crépite le bacon
Il prépare l'intrusion de l'automne

Dans l'agence de l'aspirine
Dans amsterdam la coquine

Il se rend au ministère
Des marches stupides éphèmères

C'est une attaque sauvage
Dans la jungle du courage

Vengeance dans le back office
Ou action de l'intelligence service

L'on n'acceptera pas ce genre de barbarie
Même, si vous l'avez fait avec vos amis

Peut-être parce que, je n'ai rien lu
Et que le mot de passe était déjà vu

Mais les hommes, c'est comme l'économie
Ils vont très bien et sur ce modèle, ils ont été bâtis

Alors, parce que le bilan est lourd
Méditez à votre tour





PLANS DE COUPE

Femme seule qui s'appelle sophie
Méfiante, car elle a soucis

De savoir, si elle est envie
Ou simple chorégraphie

Dans ce vaste paysage de l'image
De la représentation qui n'a plus d'âge

Que ce soit à 20 ans ou à 60
Femmes mûres sont méfiantes

De se faire enflés
Par le plus mûffle des couronnés

Parfois, elles ont raisons
Face à à cette mutation

Qui veut que cadrage de caméras
Défavorise la situation, tout là-bas

Qu'elles ne soient pas aimés
Ou comme au bon vieux temps de coniacq jay

Rebus dans la presse de bas étages
Qui sente le filon avec des stages

Etre ancienne ne devient pas drôle
Pour se sentir droite dans ce rôle

Mais moi, je t'admire toujours
Avec la météo des beaux jours

Car J'ai grandis avec toi
Comme avec evelyne dhéliat

Qui, elle sur la une
Vendait flocons de lune

Et que cela soit sur une plage corse
Je t'aimerais au delà de mes forces

Car, il faut sauver toutes les baleines
D'un rêve éveillé, jusqu'aux îles Kergelen





EPOUSE DU BERGER

Si belles dans cet écran
Dans ce stratagème, pas si courant
Pris au piège, désespérément

Mots choisis dans la bande son
Qui interrogent, qui font rebond
Dans cet esprit fait d'interrogation

Un jour, c'est julie qui parle de son berger
Un autre, c'est sophie avec yeux mouillés
Je reste, subjugué, par sombre vélléité

Frêles âmes seuls qui s'identifient
Câchotterie pour donner mélancolie
Sécurité prévaut face à tout acabit

Pour moults confinement
En particulier de les garder aimant
Devant spectacles du tout venant





LE FRERE

Cette fois-ci, plus de doute
Son frère le retient dans la déroute

Car, isolé et seul avec mummy
Son père ne bouge plus de son lit

Maintenant désormais
La tactique avait encore, secret

Considérons que les raisons
De ce jeune soldat de la garnison

Se distingue, tous les jours
Avec ses 17 ans, hardiesse tout autour

Dans un monde moderne, peut-on imaginer
Que lien du sang puisse, ainsi, s'évaporer

Ou qu'idée irréfléchie
Puisse devenir réalité flétrie

Alors, avec qui, s'imposer avec magesté
Avec qui, poser, toutefois, sans s'ingérer

Dans le silence du cruel dilèmme
Equation, sans devenir, gêne

Espérons que dans les tuyaux
Ne vont conclure, combats de rivaux

Et qu'entre moi et ce frère
Règne, climat délétère

Alors attendons, dernières négociations
Pour ce qui pourrait devenir, sages décisions





LE VIOLONISTE

Avec l'entretien des datas-center
Même avec les gains des ordinateurs
Oncle sam fait dans l'économie avant l'heure

Le coût de periscope reste très haut
Faire face à cette dépense, c'est chaud
Les applications et la concurrence, c'est trop

Capitalisation pour logiciels
Qui envoient au septième ciel
Rentabilitée, ce n'est plus pareille

Caroline, son film, sur les plateformes vidéos
Elle donne conseils à tous les niveaux
Ca coûte du blé, comme un complot

Les islamo-gauchistes et tous ces gens
Préparent les schiïsmes à pleines dents
Sont les gardiens de l'optimisme militant

Réseaux sociaux coûts et entretiens
Plus importants que meutes de chiens
Mais, sans l'argent, ce n'est pas destin

Bataille tragique, sans technicolor
Instants fatidiques qui, jettent sort
Succulents brevets avec un accord

Que le son de ce violon vous fasse pleurer
Car, très vite, vous savez que mon terrain est inviolé
Et avec ce vieil adage, une simple naturelle volontée





DANS LE TIROIR

Attendez-vous à tomber de l'armoire
Avec ce que je gardais dans mon tiroir
Soyez en certain, ce n'est pas illusoire
Parce que l'obtenir, c'est le vouloir

Nous, ce que l'on veut, c'est de pouvoir jouer du violon
Partout, tranquille chez nous et dans toutes, régions
Sinon, avec un cycle violent de contamination
Il y a pour les incriminés, sommation

Avec douloureuses, façon de tomber
L'on vous prévient, avant d'opérer
Plus questions d'avoir à en rajouter
Quand il s'agit de vous cacher derrière adresse IP

Logiciels de cybercombat devient illégales
Car avec des armes défectueuses d'autochtones régionales
Ou avec ce que conçoivent les autres dans des contrées méridionales
Comme, fête de mariage qui tournerait à la bacchanale

Car, comme dans le nord de l'Irak
Quand terroristes, attaquent
Loi définitive du combat, s'adapte
Ordre militaire, plus personne n'en réchappe

Le miracle, c'est qu'ils ne soient, pas sacrifiés
Pas une question de faute mais de responsabilité
Qu'il vous faudra de toutes les façons, assumer
Cela dépend de vous sinon, vous êtes en danger

Quels jours, ni avec quelles personnes
On ne sait pas, quelles en sera la somme
Avec le clairon du candidat qui sonne
Dans ce petit monde qui vends ou qui consomme

Car, même dans la vie politique, nous on le sait
Où, il y a beaucoup de contact, de sansonnet
Composer le numéro et déjà, ce n'est plus, secret
Avec la guillotine numérique qui s'abat, sans regret

Et le président de la république travaille beaucoup
Plus de 10 heures par jour, tel un fou
Avec, occupations plus importante que tout
C'est ce qui le garde en vie, comme nous





MISS LAVENDE

Miss provence prenait des coups
Par des antisémites fous

Sur toute la planète, l'on entendait résonner
Mais pour qui cela pouvait bien profiter

Des gens qui choisissaient victimes
Afin que d'autres soient unanimes

Cible était grosse et grasse
Et balbutiements n'étaient que rage

Comment une miss si belle et si forte
Pouvait ainsi tolérer tel cohorte

Qui pollue la terre ronde
Avec antennes et sombres ondes

Sachez que nous ne sommes pas dupe
Quelques soient tous les virus

Et que de baver sur un réseau
Venant de vous, ce n'est pas très nouveau

Je tenais à vous dire une chose
Que vous ne faites pas le poids avec cette cause

Dans le monde, vous n'êtes pas les premiers
Par conséquent, vous pouvez aller vous r'habillez

A kourou, en guyane, où à carcassone

Ou alors jouer au ping-pong
Car il y a un champ de mines à hong-kong





INTERSTELLAIRE PRESIDENT

Variante de virus planant partout
Danger en vase clos surtout

Téléspectateur devant la télévision
Avec anxiété dans la grande maison

Une sorte d'acteur de la politique
Reniflant ce qui était dans la logique

Ce qui lui plaisait tout seul comme fanatique
Pour avoir raison comme béotien en panique

Un président avec contamination
Ressemblant à un autre avec verbalisation

Problème quand on cherche à s'inspirer
A une image qui est façonnée

Des dizaines de milliers de militants
Infectés avec leur petit chose inconsciement

Il se prend pour joe, qui ferraille
L'homme serein et fort dans la bataille

Soumit à la distanciation sociale
Dans mon gourbit intersidérale





L'AIGUILLE CREUSE

Président de la république, dans toute logique,
Celui avec le poste le plus, unique
Il vous faut de ce pas, accélérer de façon drastique

Car, si toutefois, vous entendez le chant des sirènes
Qui rendent mélancolique et remplissent de peine
Alors, je vous suggère d'être plus malin que lupin arsène

Car, avec ce virus qui nous colle à la semelle
Avec cette vaccination, soi-disant à mettre à la poubelle
Population stresse, juste après noël

Donc, monsieur le président à l'élysée
Je vous propose de respirer
Car, quand, dans le bras, aiguille va s'enfoncer

C'est ainsi, qu'avec foule d'élus
De changer image d'inoculation voulue
L'on peut rétablir, l'équilibre et la confiance perdus

Ainsi, piquons, piquons, jusqu'au bonheur
Ministres, députés de gauche à droite et d'opinion leader
Afin de calmer suspicion et aplanir toutes humeurs

Alors oublions très vite, grave grippe asiatique
Venant tout droit de jeux olympiques
Impliquant motivation guerrière et volonté multiple





UNE DEVISE

J'ai beau consulter actualitée compressée
Sur les télévisions d'information sur la tnt
Souvent, passant d'un sujet à l'autre, formulé

3 d'entres elles, ne sont que sensationnalisme
Et d'information, elles n'en n'ont pas le prisme
Triste constat que de voir qu'en france le charisme

Passe par l'opprobe ou le positionnement politique
Qui consiste à utiliser des manières de triste cynique
N'honnorant pas profession, en devenant odieuse clique

Qui se réserve droit de probité sur les terrains audiovisuels
En ne donnant qu'au plus créatif un porte-voix sempiternel
Avec les idées des autres d'une distance actuelle

C'est ainsi que l'on fournit promotion sur les chemises
Avec soins préparées dans la marmite, elles cuisent
Car audible devient selon laurence, la devise





VACCIN QUI TARDE

La vaccination trainait avec le curseur
Mais hier avec le ministre, c'était sans douleur
Ce n'est pas que je me veuille pourfendeur

Mais, tous étaient donc, unanimes
Il fallait, en tout cas, trouver l'énigme
Sur le plateau avec les questions en ligne

D'ailleurs, quand ministre s'exprime
Il oublit culture et retards du vaccin plus que frime
Et vitesse dans sa bouche devient un paradigme

Car sage enfant de la faculté et du sérail
Connaissait ses leçons en pagaille
Mais oubliait Mauricette dans la bataille

Et pas un cheveux sur l'épaule
On m'a même dit qu'il miaule
Dans son âme de félin, son rôle

Car sous son pelage épais
Le président veillait à ce qu'il opère en paix
C'est ce que l'on appele le modèle français

Car où dans le monde en dehors d'israël
L'on vaccinait par milliers, direct à la pelle
Ou, est-ce que l'aiguille était la plus belle ?

La meilleure pour cette population ?
Comme fut cette stratégie adoptée pour cette nation
Néanmoins, idem au portugal, car l'europe, elle, répondait à la question

Alors saint véran prier pour nous
Que sur la terre, nous ne soyons pas en dessous
Evitons de tomber à genoux

Et que bacchus me pardonne
Si l'insolence en moi, résonne
Car je suis patient mais aussi personne





AMES A ZONE

Il est où le coucou
Il est chez likéa
Il est où le toutou
Il est dans l'habitat

Pour une lampe ou une penderie
Un fauteuil ou bien un lit

1 ou 5 milles mêtres au carrés
Prêt à être vendu, tout pour être acheté

Avez-vous, poches remplies
Pour faire face, à vos envies

Pour noël, un vase dans la salle
A pâques, pour le chien, une balle

Pour frangins, quelques-soient leurs âges
Lits superposés avec armoire stable





LE GRAND PROBLEME

Je suis la brigade du combattant sortie du tunnel
Celui de la liberté creusant depuis longtemps avec ma pelle
En évitant Ivankia l'espionne qui s'imagine belle

J'enmenais avec moi les roquettes nouvelles
Pour me battre contre les soldats d'israël
Qui à mes basques s'accrochaient avec diverses ritournelles

Je commençais à m'enfuir de gaza
Car je n'ai plus accès aux coupoles d'alaxa
Dans le ciel des Tomawawk contre le danger de sabrah et chatilla

Car pour partir de jaffa direction, le nord de beyrouth
Cette ville, je pourrais la comparer, en europe, à knock le zoult
Si toutefois le hezbollah ne fasse pas fausse route

Pendant que je revisite l'empire romain
Avec les trois monothéismes qui gambergent dans un coin
J'imaginais que césar était parmi les siens

Dans les hotêls avec piscine accompagnés par les vacanciers
La gazelle pour quelques dirams devait se baigner
Car à 17 heures précise, elle voulait me faire dîner

Ca se transmet dans une dissimulation
Dans tous les immeubles avec un retour à la nation
Désolé, vous pouvez mettre un cierge chez saint simon

Puisque tu n'es pas prète de la changer ta mini cooper
Et tu peux toujours te rencarder avec ta soeur
Car quand tu auras fini, j'irai mettre les mails pourries dans le réfrigirateur

Tonitruant micros et TNT, j'ai 27 chaines, mais c'est limité
Car avec l'assiette ou le câble, j'en compte 500, c'est bien assez
Et je casse le contrat du combattant, car la saturation a assez duré

A la campagne vous risquez de vous ennuyez de haut
Accompagnée par le chant et le piallement des oiseaux
A moins que cela soit dans la polution pont-mirabeau

Pour faire court, avec ambivalence d'un discours qui foudroie
Nous voyons bien celui qui profite et qui s'octroie
D'une dynamique orale qui trébuche avec médicaments d'état





SENAT SENILE ?

Balivernes éculées des années passées
En quatre temps toujours revisité
Les pauvres empéchés recyclaient les idées

On parlait de culture
Passé à la trappe obscure
Et ils courraient derrière comme des félures

Car c'était un ancien président
Qui n'était pas un enfant
Il voulait faire croire qu'il était charmant

Ils se présentaient au sifflet
Dés qu'il le fallait
En moins d'une heure, toujours au taquet

On l'imaginait comme un ange
Comme un casimir orange
Plutôt énorme dans sa fange

C'était un ancien président
Qui avait tué molécules innocentes
Dans une salle de spectacle, peut être le bataclan

Mais il avait aidé bien des gens
Même si parfois, sévère, il devenait méchant
Et beaucoup ne voyait en lui qu'un vilain régnant

Pour s'approcher, comment s'associer à lui
Car on s'imaginait peut-être qu'il deviendrait gentil
Alors que par deux fois, on lui avait nuit

Alors comme un despote avec un reste de vigueur
Il poursuivait le temps des mini-bricoleurs
Car l'on ne plaisantait pas avec une attaque de cambrioleur





RADIO GAGA RADIO GOGO

Charline était nourrice
Son mari alex jouait sur l'autoroute course poursuite
Et leur fils, guillaume avait voulu à marrakech être riche

Le grand père s'appellait gérard
Non, pas l'acteur mais un autre lascard
Un rougeot au gloitre bavard

Charline et alex faisaient commerce d'épices
Et de pleins d'autres produits illicites
Et le fiston était un avorton poussif

Ils avaient gagnés beaucoup d'argent
Plafonnant très loin sur un compte dormant
S'imaginant hors d'atteinte d'un asie continent

Avec une cyberattaque
Charline me contacte
Elle s'introduit chez moi le piège se referme aussitôt et patatrac

Et nous les connaissions tous
Perdu tout seul dans leur brousse
Politiques et commerçants jusqu'à la grande Ours

Est-ce un scandale avec plaintes à porter
Ou si toutefois vous préferez être bloqué
Chez la federal bank avec cette vérité

Car ce n'est qu'un dédommagement
Quand on sait d'où vient cet argent
D'une infamie sans fondement

D'un secret d'état
Doit-t-on le savoir ou pas
L'expliquer tout la-bas

Ou alors continuer sur un mensonge d'enfant
Oedipien réel profondement
Intégré dans la course des 24 du mans





COMMANDANT MASSOUD

Le chef de guerre afghan, aujourd'hui célébré
Il y a vingt ans avait été, un peu vite, enterré

Dans les montagnes, il avait reprit le combat
Après avoir affronté les soviétiques soldats

Les talibans avaient voulu sa peau
Dans les plaines d'afghanistan et les grands plateaux

Attentat suicide avec une caméra trafiquée
Faux journalistes étaient infiltrés

Avant le retour à kaboul, des alliées
Face à rebelles intégristes pour le moins fatigués

Alors du pakistan est venu
Les tueurs terroristes à la patte velue

Car, massoud, si tu avais été mieux protégé
Nombreux morts n'auraient pas succombés

Alliées, russes et afghans
Chrétiens, athées et musulmans





FUTUR AU QUOTIDIEN

Dans la rue courrent des enfants
Avec en retrait leur maman

Le lundi, les magasins sont fermés
On vient de suspendre une pancarte "à louer"

L'on entend au loin, une sirène hurlante
C'est très grave, la vitesse importante

La voisine écoute la télévision très fort
Ses oreilles n'ont pas besoin de faire effort

Dans l'immeuble, un téléphone sonne
Dans un appartement, où rien d'autre ne résonne

Fermeture encore d'endroits de culture
De toute façon ici, l'on n'en a cure

Car quand manger est le premier des soucis
Où Mozart est un vague génie

A la radio tombe la nouvelle
Les festivals restent fermés à la ribambelle

L'écriture inclusive va séparer en deux lots
Des populations qui ne se diront plus un mot

Comment vouloir faire rêver
En rejettant l'occasion de parvenir à l'unité

Communautées qui se recrocquvillent sur soi
Procédure pour se parler ne fait appel qu'à la loi

Demain, clapiers deviendront notre environnement urbain
Où injures seront émises dans notre flux quotidien

Si toutefois, le futur pouvoir ne nous remplace
En nous gardant légitime de démocratiques audaces

Et selon notre constitution qu'il nous faut tenace...

Pour revenir en haut de la page Retour rubrique