terminal-media.fr
icon icon facebook icon icon icon icon
cross

 
rss
 
CULTURE

Pour en remettre une louche


Le porno : nécessaire ou obligatoire
« C’est dimanche et on s’ennuie, alors Ginette viens voir les nouveautés car je viens de trouver quelque chose sur internet et on ne l’a pas encore fait celle-là ». Ca pourrait commencer comme ça dans le cadre d’une union de couple, mais reste à savoir comment Ginette va apprécier les fameuses découvertes.

Ce qu’ils contiennent
La plupart sont des femmes tatouées, par cet acte, elles se justifient. Sinon avec des piercings, elles s’offrent des attributs de beautés qui font corps avec elles. On y trouve tous les gabarits, des gros seins et des planches à pain. Mais ce qu’il y a de plus attendrissant ce sont celles avec des nichons tout rond, là, on s’apperçoit très vite, qu’elles ont des implants mammaires. La prothèse de basse qualité ne donne pas de bon résultat esthétique, le plastique c’est fantastique, mais la plupart du temps, c’est raté. Car ce sont des formes toutes rondes en silicone. C’est une coquetterie pour ces femmes qui heureuse de suscité autant d’envie tout en étant soumise au regard des hommes. D’ailleurs, fautes d’atout de choc, elles préfèrent et souvent pour l’amour d’un homme elles doivent se munir de parechoc de Mercedes, en guise de poitrine. Elles font pitié tout de même.

A quoi ça sert
Comme une pièce de théâtre de boulevard avec la femme et l’amant, elle aurait pu dire soit vous entrez ou vous sortez mais cesser ce va et vient ridicule. Alors après la masturbation on lève son verre de perrier et on s’exclame devant son écran : «Après les femmes, vive le champagne » et il peut mettre de la chantilly sur ses seins, espèce de grand fou. Le symptôme récurant dans le langage du porno passe aussi par son mode d’expression et le langage utilisé est assez souvent volontairement, gras, ordurier et crus. Pour prendre des exemples, on peut citer des légendes, qui résument à elle seul la capacité stylistique du genre : Chaudasse qui se fait envoyer la purée dans la bouche. Ou pour prendre un autre exemple : Sauce vinaigrette dégoulinante dans la fente de la salope, ou encore : Ejaculation dorée dans les cheveux de la blondasse. Aucun doute à avoir, on est dans le domaine de la distinction de caniveau et de l’élocution vulgaire, c’est un principe du genre. Avec ceci vous reprendrez bien un peu de crème chantilly pour finir le diner avec la vestale convoitée pour cette entrée dans la matière. Autrement dit, et dans des lieux tout à fait probables. Tu termines ton cheeseburger avant de gouter ton milk-shake à la banane, chérie.

Un genre avec ces limites
Vous avec le choix avec des genres qui sont, à première vue, sans limite, car il y en a pour tous les genres sur les sites français. Comme vous n’échappez pas à la règle du « tous les mauvais gouts sont dans la nature » et que le marketing est aussi vieux que l’ordre du choix et de la demande. Ainsi, vous pouvez avoir la joie de contempler un individu de la taille exceptionnelle d’un mètre zéro-sept qui va prendre violement une jeune mère de famille aux fins de mois difficiles, donc, c’est un nain qui copule avec acharnement une charmante blonde au gémissement plaintif. Gémissement qui d’ailleurs ressemble à un orgasme douloureux comme si, ça lui faisait un peu mal quand même. Elle a mal, mais ça fait du bien aussi, ultime paradoxe s’il en est, du plaisir dans la douleur. Dans le registre de la bizarrerie animale et humaine, les femmes enceintes ne sont pas en reste et elles posent fièrement le ventre gonflé par un coït précédent qui ceux-là ne se sont peut-être pas fait sous l’œil attentif de l’internaute libidineux. Problème pour la femme enceinte, elle ne peut voir son partenaire à cause de sa grossesse avec le ventre proéminant, lui pratiquant un attouchement buccal. Tant pis, pour se venger de cet obstacle maternel, elle lui fera gicler dans l’œil, le liquide laiteux et gras de ses protubérances mammaires.

Autre registre extrêmement important de l’étrangeté et du domaine de l’incongrue, on trouve aussi la spécialité de femmes fontaines. Phénomène insoupçonné quand on a l’âge de treize ans, mais qui exerce une fascination urologique sans retenue. Mais comment ça fonctionne exactement, auraient-elles ont le vagin plein de liquide quelconque et quand on les pénètre d’un doigt, ça aurait pour effet de produire un résultat humide et jaillissant, il faudrait que je vous consulte, docteur.

La danse du ventre
La case beurette, oui elle existe pour exciter le djihadiste pervers qui faute de moelleux loukoum à la menthe se reporte sur la rose des sables qui va du nord du Sahara à l’ouest de l’inde. Celle-ci, cela fait longtemps qu’elle n’est plus vierge mais avec la kalachnikov entre les doigts, tu peux l’envoyer au septième ciel, car selon la barbe du prophète et de toi, le mécréant occidentale qui fornique avec cette fille de chienne, tu es maudit pendant sept générations. On peut s’attendre à ce qu’elle nous fasse la danse du ventre, un rubis dans le nombril, la chevelure couleur renard mort voilé ne laissant entrevoir que ses grands yeux noirs, la lèvre inférieure en avant, prête à pratiquer une fellation complète et achevé.

Il se prend pour le père Noël
Dans un cadre qui dépasse les règles de la morale occidentale, parfois on trouve sur les sites porno des petites photos mettant en scène des enfants, si vous franchissez cette porte d’entrée, vous êtes responsables devant la loi de consulter des sites interdits et ce qui est pénalement un délit et tout le monde le sait, la curiosité tue le chat. Par conséquent, je ne saurais que vous recommander, d’une part, de consulter les sites à caractère pornographique que si vous avez plus de dix-huit ans et de ne pas vous laisser emporter par la curiosité protéger par un anonymat dont vous n’êtes plus si certain depuis que vous lisez ces lignes. Quand à toi papa, qu’est-ce que tu fais sur ton ordinateur tard le soir en bricolant des photos de vacances avec maman car c’est difficile d’imaginer la façon dont papa et maman vous a fabriqué.

Si vous êtes grosse et moche, pas d’inquiétude
Sur certains sites, la rubrique qui suscite de la curiosité comparative, c’est la case « grosse » ou « moche ». Il en faut pour tous les gouts au nom de la représentativité sociale et nationale et dans un pays normale, il y a des beaux, des moches, des crétins, des intelligents, mais aussi des volontaires. La république dans notre pays ne fait pas de différence sur le fait qui se rapporte à la beauté et l’intelligence. On ne choisit pas d’avoir un nez crochu, des oreilles disproportionnés, des petits doigts, les yeux bleus et des seins comme des obus. Suivant le cas, ce don du ciel, si toutefois ça se concentre là-haut, est arbitraire. Les uns comme les autres, restent au regard de la république, des citoyens, égaux, libre et il faut l’espérer fraternelle. C’est pourquoi, s’interroger sur le caractère sexuel des laids, des grosses et des moches est une notion esthétique qui cherche avant tout à se rassurer soi-même. Se rassurer sur sa pauvre petite enveloppe charnelle qui fait office d’apparence. Se rassurer pour savoir si on est dans la moyenne au niveau de la taille de son nez, ses cuisses, de ses oreilles car vous êtes sur internet où, normalement, tout le monde à sa place comme dans le monde entier.

Social porno
Si on peut imaginer un porno du futur, il n’y a pas beaucoup à chercher, il sera sociologique dans une grande spécialité d’un personnel abondant en France et enclin, compte tenue de rémunération faible, de faire évoluer un genre qui semblerait avoir atteint ses limites. Donc, il faut faire dans le social et le culturel. On peut d’ores et déjà imaginer, la partouze Peace and Love sous le Golden Gate Bridge de San Francisco sur des matelas de marguerite. Ou encore, la séquence de flagellation sado maso punk sur un bateau mouche de la Tamise. Ou dans un autre genre, pas encore répertorié, la latex partouze party fluo techno et homo sur une plage d’Ibiza.

Matilda la prétresse
Pour extirpé le jeune de son cocon familiale dans ce havre de paix et d’amour tous les moyens sont bons alors quoi de mieux d’inventé des nouveaux fantasmes qu’il peut vivre dans la limite des écrans disponibles. L’énorme Matilda Cruella son fouet à la main, intervient ici pour lui donner une myriade d’idée nouvelle qui donne à ce jeune crétin des nouveaux champs de possibilités et ainsi s’offrir de bien drôle moment à passer avec une jeune esclave sexuelle car pour cet envoyé sexuel et obsédé spécial rien n’est trop bon à la fois pour faire mal et pour faire du bien. Doux avec le préservatif et bien dur et méchant avec ses esclaves.

Pratique et sympa et agréable...
Mais qu’est-ce que l’on peut en penser en dehors du risible de la situation de faits audiovisuelles sans trucages mais avec parfois des performances d’actrices sans limites. J’en veux pour preuve, cette fille de vingt-cinq ans, qui pendant près d’une demi-heure subit en couinant une sodomie multi-position par un solide male imberbe. Compte tenu de sa situation professionnelle, c’est probablement bien payé, toute proportion gardé, toutefois. Mais quitte à se mettre à quatre pattes, sans être ni trop bécheuse, ni trop exigeante, elle est, quand même, soumise à la traditionnelle claque sur la fesse par son partenaire qui, pour affirmer le caractère de la punition qu’elle mérite pour apprécier autant ça, doit avoir la fesse rougissante.

Psychologie des acteurs
On trouve beaucoup de cas de figure dans l’expression de ces hommes et de ces femme qui s’exhibe la plupart du temps nu comme des vers et qui se donne tout entier à la caméra pour quelques centaines d’euro le rapport sexuel. Mais sans doute moins dans la majorité des cas. Parmi ces cas, il en existe certaines qui changent du commun des mortels que l’on peut rencontrer sur le réseau, elle était la furibarde avide, celle qui s’étouffe alors qu’elle dispose d’un sexe entier dans la bouche, et de façon goulue elle avale les parties. Il existe aussi le monstre froid qui est un classique du genre qui tire furieusement sur sa copine qui est attaché à une laisse de chien, il lui donne des ordres comme une chienne obéissant à un maitre et attention tenez-vous bien, elle ne donne pas la patte, ni ne mange dans une écuelle mais c’est limite, car elle n’aime que les gros nonosses durs, forcément. Dans un autre style, il y a le male macho et enchanteur qui invariablement possèdent les habits du plombier, de l’électricien ou du réparateur d’ascenseur, qui n’a plus droit de cité dans les séquences que l’on trouve sur internet car la scénarisation est faible. Néanmoins, on trouve beaucoup de petit film d’une trentaine de minutes, soit, extrait de films plus long soit enregistré spécialement pour le net. Certaines de ses femmes sont bien galbées, sans tatouages, ni piercing, ni seins en plastiques mais oui ça existe aussi et là tout aussi vénal c’est adam et eve et papa et maman et roger et laurence qui habitent la maison du bonheur, on dirait presque un homme et une femme.

Affaire de génération
La génération Internet a aujourd’hui engendré un nouveau genre dans la consommation, tout comme dans la création de ces séquences. De la scénarisation des rôles, de l’action mais aussi des lieux, avec les films des années soixante-dix et quatre-vingt, maintenant ce qui compte, ce sont des rapports qui a l’écran ne doivent durer pas plus d’une demi-heure. Ce que l’on met aujourd’hui en avant c’est le peu de mise en scène et un grand choix de « spécialité ». Car ce qui revient incessamment dans le scénario actuelle des clips pour l’internet, c’est que dans la plupart des cas, une fille entre vingt et vingt-cinq ans qui discute avec un homme qui l’a filme, puis elle se déshabille, et ils ont des rapports. Ce n’est pas un hasard ce scénario, il correspond à un mode de consommation d’adolescent nés avec un téléphone portable dans les mains. De cette manière, les professionnels du secteur valident la volonté des jeunes à vouloir se mettre en scène, le selfie est une preuve concrète de ce phénomène de mise en scène, mais cette fois, avec leur partenaire et dans le soucis de la performance, car à cet âge, et avec ce niveau de connaissance sur le monde qui les entoure, on peut s’attendre à tout pour ces ados, à qui s’adresse, évidement en cible marketing, ces sites. On est donc dans la complicité clin d’œil avec du fun, du sexe et du pulco pour youporn qui est un concept à lui tout seul. Les sites en point fr, cours après cette machine de guerre car pour eux, l’argent est la seul motivation sonnante et trébuchante. Si tu as plus de dix-huit ans puisque que l’on vient de te le demander à l’entrée, aucun problème mais si tu t’inscris et que tu as douze ans, ça ne marche pas et le fait de pouvoir contourner facilement cette barrière est la première des duperies qu’ils vous proposent et c’est déjà un scandale.

Le sexe où le trouver moins cher, pas dans les sex shop, pas dans les cinémas, pas dans la rue, pas à l’autre bout du monde. Sur internet, bien sûr et si vous voulez voir, si vous voulez en consommer en nature, il n’y a pas loin les caméras en live, et là on peut s’attendre à n’importe quoi comme un film que j’aurai moi-même développé. Tout ça pour voir une soeurasse qui commencerait à faire des poses lascives en te faisant cracher un à un les numéros de ta carte bleue, si elle te laisse voir un téton. Alors regardes, observes mais surtout la carte, tu la laisse de côté et tu oublies la poupée avec son mari derrière la caméra car ils en veulent à ta bourse. Parce qu’à partir de là, nous sommes dans une situation dramatique mais il y a une chose qu’il faut voir et ce n’est pas le cas sur les sites pornographiques que l’on le trouve. C’est dans le regard, les réflexions, les comportements de ta petite amie, de ta compagne ou de ta femme et non pas dans les ambitions de quelques crétines et crétins qui se les gardent aux frais en espérant utiliser un motif qui est vieux comme le monde.
Pour revenir en haut de la page Retour rubrique