terminal-media.fr
icon icon facebook icon icon icon icon
cross

 
rss
 


Picto t e r m i n a l - m e d i a . f r Picto

La vidéo sur internet
et sa vision par france 2

Le relativisme qui règne, entre ce qui est présenté comme les nouveaux et les anciens médias, ne datent pas d'hier. Au début du multimédias, comme on le connaissait au début des années 1990, au temps du compact disc interactif et du cd-rom, et sur lesquelles, on pouvait consulter des textes, des images et de la vidéo sur un ordinateur. La question qui se posait, alors, était, est-ce que les nouvelles technologies allaient entrainer simplement un transfert de médias vers un autre. En 1996, apparait Internet et on l'utilise comme une gigantesque mémoire qui scrute la toile, inlassablement. Si l'on se place du côté de l'informaticien, ces révolutions n'avaient rien de révolutionnaire à l'échelle expérimentale réservée aux professionnels. Si l'utilisation d'internet est désormais une révolution, c'est que ces technologies s'adresse désormais à des millions d'individus. A l'heure d'aujourd'hui, qu'en est-il ? Internet s'est invité chez vous à travers les réseaux sociaux, les sites communautaires de vidéo, les moteurs de recherche mémorisant la moindre de vos requêtes. Ce transfert des médias traditionnels a eu lieu, tout en ne trouvant pas une rentabilité maximale pour les médias émergents, en tout cas, ne laissant pas la place à beaucoup d'acteur du marché. Prenons comme exemple, la télévision et internet. On a assisté d'abord à une vampirisation des contenus, parfois de façon consentante par les médias traditionnelles car certains ont pensés qu'Internet pouvait donner une nouvelle vie a des objets audiovisuelles déjà amorties. Chaque individu ayant une connexion à l'internet pouvait mettre en ligne sur youtube, dailymotion ou viméo, un vidéo-clip rescapé des vhs d'antan. Il y eu des tentatives par les propriétaires des séquences piratés pour stopper certains contenus mais au final et face à l'endiguement que la diffusion de vidéo sur Internet permettait, rien n'arrêta le tsunami, c'est ainsi que Youtube devint une sorte d'ersatz anarchique de l'Ina ou régnait pèle mêle ceci et cela. Après avoir été la période de l’expectative, Google décida de racheter Youtube et presque dans la foulé, ce fut au tour de Dailymotion de tomber dans le panier garni de Vivendi. A partir de cette époque qui sonnait la fin de la récréation, dans un second temps, ce fut les sociétés de productions qui décidèrent de publier de la vidéo chez les diffuseurs Internet sous la pression du temps qui passait et de la réalité d'internet comme étant un support que nul ne pouvait plus ignorer. C’est ainsi que Youtube et Dailymotion, on diffuse de la vidéo et ils sont devenus le service après-vente officiel des sociétés de production et des chaînes de télévisions.

Youtubers
Le succès, au départ pas évident, des jeunes humoristes Youtuber est la preuve flagrante que le modèle de la télévision de papa à fait son temps, pourtant, c’est encore papa et maman qui payent ton forfait. Pour ces jeunes qui naissaient un portable à la main, à l’arrivé de Youtube, la question des moyens ne se posait pas et pour être diffusé, il fallait une webcam, Youtube et ensuite trouver des idées et s'obstiner avec des formules de scénarisation toujours plus ambitieuses, c'est ainsi qu'avec un certain talent Norman faisait carton plein dans ses mini vidéos où seul sur internet à 20 ans, c'est l'économie des moyens. C'est ici, que j'ai une vision différente sur la notion de paternité de la méthode « seul devant la webcam » qui doit revenir à Djamel Debbouze dans l'émission Grands Portraits sur France 2 du 12/03/2017. Parce que si Norman avait envoyé sa première vidéo à une chaine de télévision voire à un producteur, il y a fort à penser qu’on l'aurait envoyé sur les roses très vite, si ce n’est pas pour lui dire d’aller se rhabiller. Quand à Djamel lui, il était fort d'une introduction par radio nova qui l’accompagna chez canal plus, donc, il jouissait d'un confort que la télévision pouvait assumer pour enrichir son produit. Aucunement, l’homme avec sa solitude devant l’objectif, mais plus le travail d’une équipe aguerrie que les budgets de production peuvent rendre créatif, tout dépend de la triste substance illicite et de son cout. On pourra remarquer également au passage, qu’Internet, faute de moyen, ne sera pas un média d’investigation spectaculaire d’utilisateur, ce qui explique peut-être venant de France 2, cette vérité assénée un dimanche entre le journal de treize heures et vivement la télé avec Michel Drucker, précédé d’une guirlande de spots publicitaires chargées de lourdes et conséquentes boules de noël. Toutefois, on s’intéresse au problème chez France 2 parce que mine de rien, ça inquiète un peu. J’en veux pour preuve la comparaison du début sur le nombre de vu de l’émission « envoyé spécial » et des vidéos de Norman. Si le phénomène n’était pas aussi important, on ne s’inquiéterait pas de cette façon et on ne ferait pas des réponses à la va-vite et des conclusions erronées. Parce que ce qu’il y a d’aberrant dans ces histoires, c’est de constater, combien les Youtubers, sont payés en comparaison aux salaires de la télévision, parce qu’un certain nombre ont décidés que ce qu’ils faisaient, c’était de la chiure de mouche sur internet, par conséquent, ils ne devraient pas avoir droit de cité à la télévision parce que ça ne les concerne pas. Il y a quelque chose de touchant dans la réaction des jeunes Youtubers, car il semblerait, néanmoins, qu’ils ne sont pas sûr d’eux. On les a tellement bercés avec des chiffres, des points d’audiences, des indices de pénétration dans le foyer moyen, qu’ils ont finalement pensés qu’ils étaient remplaçable comme un animateur de jeu télévisé comme un joueur de télé-réalité et que 10 Norman ne vaudrait jamais une grande star comme Djamel. A la différence près que des passages à la télévision, Norman, combien en a-t-il fait par rapport à Djamel. Pire, si demain, un ancien agent de police-secours devenue Youtubeuse à succès était invitée sur le canapé de Michel drucker, c’est que la France aurait voté massivement pour Marine le pen
Pour revenir en haut de la page Retour rubrique